Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 27,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La comédie du management

De
416 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 1996
Lecture(s) : 57
EAN13 : 9782296327672
Signaler un abus

LA COMÉDIE Impenser l'entreprise,

DU MANAGEMENT de la psychanalyse

l'enseignement

@ L'Harmattan, 1996 ISBN: 2-7384-4741-4

Collection "Psychanalyse et civilisations: analytiques"

Loïck ROCHE

LA COMÉDIE Impenser l'entreprise,

DU MANAGEMENT de la psychanalyse

l'enseignement

L'Harmattan 5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

À Josépha,

SOMMAIRE
Introduction I. La Comédie Humaine Lire Balzac Balzac, ascendant de Freud Effets, Causes, Principes et Lois . Les Études de Mœurs . Les ~tudes Philosophiques . Les Etudes Analytiques . Les Lois p. 13

p. 27 p. 27 p. 31 p. 35 p. 37 p. 38 p. 39 p. 40 p. p. p. 43 43 49

II. La Comédie du Management Les raisons de la colère Effets, Causes, Principes et Lois III. Effets Techniques pour rendre l'autre fou Perversion
-7-

p. 55 p. 57 p. 61

p. p. p. p. Effets observés côté managers p. . La loi du plus fort: Les Paysans p. . Les favoris: Splendeurs et Misères des courtisanes p. . La corruption: Le Cabinet des Antiques . Humiliations, disqualifications: Une ténébreuse affaire p. p. . Jouets du pouvoir: Les Comiques sérieux . Diviser pour mieux régner: Un épisode sous la terreur p. p. . Rêve et réalité: L'Envers de l'histoire p. . Colères et tensions: La Cousine Bette p. - Effets observés côté salariés p. . Illusions et désillusions: Un début dans la vie p. . Dépassement et exclusion: La Messe de l'athée p. . Moutons de pany.rge : Les Employés p. . On rit de tout: Echantillons de causerie française . Imitation, soumission et sacrifice: Le Martyr calviniste p. p. . Trahison et succession: La Vendetta p. Effets d'effets p. . Effets observés sur les managers . Souffrance des managers: Souffrances de l'inventeur p. p. . Effets observés sur les salariés p. . Souffrance des salariés: Les musions perdues . Qe la perversion en général... . A la perversion en particulier Perversions du management

-

61 65 71 71 71 74 77 79 90 91 93 97 98 98 104 105 109 114 123 127 127 127 131 131 141 141 145 145 146 147 147 147 150 156 158 158 161

IV. Causes Motifs sous-jacents à l'effort de rendre l'autre fou Algolagnie et culpabilité . Qe l' algolagnie en général... . A la culpabilité en particulier Algolagnie et culpabilité du management

- Causes

observées côté managers . Matérialité de la pensée: L'Auberge rouge . Puissance de la matière sur la pensée: Gobseck . Destruction par la pensée: Le Chef d'œuvre inconnu Causes observées côté salariés . Révolutions manquées: La Peau de chagrin . Co-responsabilité: Les Rivalités

-

p. p. p. p. p. p. p. p. p. p. p. p. p.

-8-

V. Principes Principesà l'effort de rendre l'autre fou Castration

. Qe

la castration en général... . A la castration en particulier Castration par le management Principes observés côté managers . Complexe de propriété: Pathologie de la vie sociale . Complexe de supériorité: Physiologie du mariage

-

- Principes

observés côté salariés . Complexe d'infériorité: Une lettre de Laure . Complexe et pitié: Mémoires de deux jeunes mariées

p. p. p. p. p. p. p. p. p. p. p. p.

165 165 173 173 174 177 177 177 180 183 183 185

VI. Lois Effort pour ne pas devenir fou Fétichisme et Homosexualité . Qu fétichisme en général... . A l' homosexualité en particulier Management et homosexualité

- Lois

. Piège et homosexualité: La fausse maîtresse . Favoris et homosexualité: Le contrat de mariage . Corruption et homosexualité: La Maison Nucingen . Effets et homosexualité: Incarnation de Vautrin

observées

côté

managers:

homosexualité

active

- Lois

. Soumission et homosexualité: . Idéalisation et homosexualité:

observées

côté salariés:

homosexualité

Modeste Mignon Béatrix

passive

p. 189 p. 189 p. 193 p. 193 p. 197 p. 201 p.204 p.204 p.204 p.206 p.209 p.211 p. 211 p.212 p. 217 p. 221 p.223 p.225 p.229 p. 231 p. 233 p.237

VII. La sexualité des managers Modes de management et sexualité . Le manager oral: Étude de femme . Le manager anal: La GrenadièJe . Le manager phallique: Autre Etude de femme . Le manager latent: La Princesse fie Cadignan . Le manager génital: Une fille d'Eve Sexualité et modes de management

-9 -

. . . . .

Sexualité Sexualité Sexualité Sexualité Sexualité

du manager du manager du manager du manager du manager

oral: Les Célibataires anal: Un ménage de garçons phallique: Le Curé de Tours latent: L'Interdiction génital: Le Lys dans la vallée

p.237 p.238 p.240 p.242 p.244
p.249 p.253 p.257 p. 261 p.265 p.268 p.268 p.270 p.272 p. 275 p. 275 p.277 p.280 p.285 p.285 p.289 p.293 p.295 p.299 p. p. p. p. 301 301 308 311

VIII. Les conditions du changement Musculature physique Reconnaissance de l'homosexualité Grande inspiratrice, la mort Réhabilitation de la lutte des classes

- Incidences

côté managers

. Prendre et assumer des responsabilités:

. Acceptation

Le Message

des idées de tous:

La Paix du ménage

. Respect des salariés: La Maison du chat-qui-pelote - Incidences côté salariés . ~cceptation de sa différence: Les Proscrits . Etre un homme debout: Z. Marcas . Capacité de se battre: Les Chouans IX. Le management Ce qu'on fait, non ce qu'on est Stratégie de conquête Puissance de travail Modestie Honneur et valeurs Conclusion Les belles et grandes écoles Jésus-Christ en Flandre Mehr licht !

Notes Références bibliographiques - 10 -

p. 313 p.403

Avertissement

1

Le manager qui, sur le titre de ce livre, serait tenté de l'ouvrir peut s'en dispenser, il l'a déjà lu sans le savoir. Un salarié, quelque malicieux qu'il puisse être, ne dira jamais des managers autant de bien ni autant de mal qu'ils en pensent eux-mêmes. Si, malgré cet avis, un manager persistait à lire l'ouvrage, la délicatesse devra lui imposer la loi de ne pas médire de l'auteur où, se privant des approbations les plus à même de le flatter, il a en quelque sorte gravé sur le frontispice de son livre la prudente inscription qui devrait figurer sur la porte de quelques entreprises: Les managers n'entrent pas ici! Tous les salariés souriront en se reconnaissant dans les différentes situations; mais chose non moins charmante, tous les managers souriront plus fort en reconnaissant leur collègue ou leur supérieur hiérarchique.
De La Comédie Humaine à... La Comédie du Management... Si tanta licet componere parvis... All is true !*
* D'après Monsieur Honoré de Balzac.

- 11 -

Avertissement

2

La critique est aisée, et l'art est difficile. C'est là ce qui produit ce peuple de censeurs, Et ce qui rétrécit les talents des auteursl. J'en conviens: mais que faut-il donc faire? Parler de loin, ou bien se taire2.

Aussi, parlerons-nous contre les lois insensées jusqu'à ce qu'on les réforme. En attendant, nous nous y soumettrons a veuglément3. Aussi douloureux soit-il, acceptons en l'insuffisance. Pour l'entreprise, il s'agit de dire qui sont les coupables en tant qu'ils peuvent faire souffrir, qui sont les victimes en tant qu'elles souffrent, de dire la parole de droit qui remet chacun à sa juste distance. Avant tout, il s'agit de reconnaissance mutuelle; et souvent, il est beaucoup plus important de questionner les coupables que de les avoir jugé: car juger, c'est encore faire souffrir, c'est ajouter une souffrance à une autre sans diminuer la première. Mais il faut que les victimes soient reconnues comme ayant été véritablement lésées, reconnaissance qui pose l'irréductibilité d'une puissance heuristique, du niveau biologique au niveau politique, en passant par les échelons des ordres de reconnaissance dans la dimension sociale et par le droit4. - 12 -

Introduction

Dans l'entreprise, les modes de management se succèdent sans jamais réussir à résoudre les problèmes de... management! L'éclairage psychanalytique permet de repérer les liens qui existent entre la sexualité des managers5, les modes de management mis en œuvre et les échecs qui y sont' associés. Dans Psychanalyse, Sexualité et Management, dont la littéralité même du titre constituait défi, nous avions montré que ces échecs, dans le domaine du management, masquent une réussite formidable: la reproduction, chez les managers, de plaisirs inconscients liés aux fixations de leur sexualité infantile. Si les modes de management échouent parce qu'ils doivent échouer, cela est dû, nous le savons désormais, d'une part, à la responsabilité des managers, d'autre part, à la responsabilité des salariés. Côté managers, quand bien même ceux-ci organiseraient le bon diagnostic et préconiseraient les moyens ad hoc de parvenir à la résolution des problèmes et difficultés de management, ils

- 13 -

échoueraient nécessairement. Les plaisirs inconscients commandent sur les plaisirs conscients. Les salariés, par leur acceptation à s'inscrire dans les schémas proposés par les managers, cotisent eux-aussi, pour une part de force équivalente, à cet échec. La co-responsabilité des salariés, si elle est toujours effective, recouvre, selon le typé de manager qui les commande et les modes de management mis en œuvre, différentes expressions. Pour chaque type de manager étudié (manager oral, manager anal, manager phallique, manager latent, manager génita1)1, nous avions mis en évidence ses caractéristiques8. son mode de management, sa pathologie, la façon dont il conçoit la motivation et la manière dont il tente de résoudre ce problème et, au-delà du renforcement des différents modes de management, le degré et les modalités de co-responsabilité des salariés; nous avions, après avoir décrit ces typologies de managers, comme les caractéristiques qui y sont associées (typologies que nous reprendrons pour qualifier la relation qui existe entre les modes de management en tant qu'ils renseignent sur la sexualité des managers; de même, nous montrerons en quoi la sexualité des managers renseigne sur leurs modes de management; cf. VII. La sexualité des managers), montré que, pour réussir dans leur fonction et rompre ainsi avec la spirale de l'échec, les managers devaient renoncer à leur désir de toutepuissance, vouloir se faire aimer des hommes et femmes de l'entreprise, et apprendre à travailler sur l'organisation, l'engagement contractuel et les erreurs qu'ils ne devaient plus dénier mais, au contraire, pister et valoriser. Au-delà de Psychanalyse, Sexualité et Management, et dans la continuité logique de ce travail, la question que nous souhaitons fructueuse, et que nous posons dans la Comédie du Management, peut être ainsi déclinée: quels sont les fondements communs aux différents plaisirs de la sexualité infantile? soit: quel lien est-il possible de décrire qui fasse ancrage pour chacune des typologies managériales ? Cette question est importante. Des éléments de réponse dépend, pour partie, notre compréhension de ce que doit être la capacité à manager et donc le management!

- 14 -

y répondre doit permettre de mieux comprendre pourquoi seul le manager génital semble échapper à cette loi qui veut que le manager le plus désireux du monde de réussir s'organise inconsciemment pour échouer. Pour le lecteur attentif, qui a su ne pas renoncer au travail ardu de se plonger dans les notes de Psychanalyse, Sexualité et Management, nous avions dessiné, en point aveugle à ce premier travail, quelques pistes de réflexion et, ainsi, fléché le parcours. En creux des problèmes déterminés, et des embarras de pensée bien cernés9, la lecture des notesIO révèle un substrat commun dans le plaisir des managers oraux, anaux, phalliques et latents. Ce substrat qui transcende les différentes typologies a pour nom: l 'homosexualité latente. S'il s'agit là d'une spéculation que chacun, selon ses dispositions personnelles prendra ou non en considération, c'est aussi une tentative pour exploiter de façon conséquente une idée, avec la curiosité de voir où cela mènera Il. Bien que nous approfondissions cette notion d'homosexualité (cf. VI. Loi~, Fétichisme et Homosexualité, Du fétichisme en général... A l'homosexualité en particulier), précisons dès à présent son sens générique. La littérature distingue les invertis absolus, amphigènes et les invertis occasionnelsI2. les invertis

Pour les invertis absolus, la sexualité a pour objet les individus appartenant au même sexe qu'eux, tandis que les individus de l'autre sexe les laissent indifférents, voire provoquent chez eux une aversion sexuelle. Pour les invertis amphigènes
hermaphrodisme psychosexuel

objet indifféremment l'un ou l'autre sexe. d'exclusivité manque donc à ce sexe. Pour occasionnels, l'inversion est déterminée par les extérieures, en particulier par l'absence d'un normal ou par l'influence du milieu13.

- la

sexualité

peut avoir pour

Le caractère les invertis circonstances objet sexuel

Chez le manager oral, la fécondation fantasmatique des esprits (faire penser le salarié comme je pense) est soulignée et constitue un premier indice de son homosexualité refoulée.

- 15 -

Les gratifications caricaturales marquent le deuxième indice fort de l'homosexualité latente du manager oral. Ainsi, il est fréquent d'observer qu'au cœur même de la cour du manager oral émerge un jeune collaborateur qui devient vite le favori, le protégé du manager oral. Pour lui, alors, rien n'est trop beau: fonction, rémunération peuvent ne plus avoir aucun lien avec ses réelles capacités ni même, parfois, avec les pratiques en vigueur au sein de l'entreprise. Il est d'ailleurs intéressant de noter que ces gratifications sont, en elles-mêmes, des substituts de gratifications érotisées. Pour le manager anal, l'homosexualité latente est tout à fait caractérisée. Il n'est que d'observer la jouissance que ce type de manager obtient de la non divulgation de l'information tout en s'organisant afin que nul n'ignore qu'il en est dépositaire. Comme pour le manager oral et le manager anal, il existe chez le manager phallique des traits caractéristiques d'homosexualité latente. Ainsi, l'action spécifique sur les nouveaux embauchés (qu'il féminise en les nommant nouvelles ou dernières recrues) traduit un désir inconscient de relations homosexuelles sur des hommes châtrés, puisque vierges de toute expérience dans cet environnement et le plus souvent dans l'incapacité de se défendre. La précarité des contrats de travail (contrats emploisolidarité, contrats à durée déterminée, périodes d'essai toujours plus longues, régulièrement reconduites) interdit aux nouveaux embauchés d'être en position de s'opposer aux agissements du manager phallique dès lors que s'opposer au manager phallique, c'est risquer d'être mis à la porte. Quant au manager latent, si l'aseptisation de sa relation aux salariés le protège de ses affects, elle constitue en elle-même une défense contre une érotisation de la relation. Cette érotisation, nous l'avions alors caractérisée, est spécifique du mode de fonctionnement hystérique14. En excluant les potentialités de rivalités, qui sont pourtant la marque des conflits de logique inhérents à toute situation de management, le manager latent, par l'évitement pathologique du conflit, donne à voir de son homosexualité latente. Celle-ci qualifie l' érotisation de la relation là où l'aseptisation du management a pour objet de protéger le manager latent. Quel que soit le stade, quel que soit le type de manager, le fondement commun est l'existence de pulsions homosexuelles - 16 -

latentesl5. Aussi, le management renvoie-t-il à la question de I'homosexualité. Cette affirmation, si elle peut susciter l'émoi, voire l'indign~tion, n'en demeure pas moins solidement étayée. Ainsi, quand Elisabeth Badinter conjecture la nécessité pour les hommes dans leur quête d'identitél6 de reconnaître l'existence de pulsions homosexuelles, l'auteur n'évoque pas seulement de telles assertions; bien plus, elle les transcende pour développer l'hypothèse de l'existence de pulsions pédophiles rémanentes en tout homme17. Sans faire de la pédophilie un fondement corollaire à l'homosexualité, et donc, par transition, aux plaisirs archaïques, celle-ci peut faire irruption, en pointillé de cette homosexualité. Le raccourci saisissant est celui-ci:
management mis en œuvre se profile

- en

derrière chaque mode de
deçà de son échec et,

au-delà de la réitération chez les managers d'un plaisir infantile inconscient, dont le prix est le sabotage des désirs managériaux conscients - l'ombre du refoulement 18 de l' homosexualité latentel9. Notre hypothèse peut être ainsi formulée: à la différence des autres managers, le manager génital reconnaît son homosexualité latente. Cette reconnaissance lui permet de s'exonérer du désir de changer l'autre, parfois à son image, toujours pour son plaisir, et, de fait, d'échapper à la spirale de l'échec pour ne plus travailler que sur ce que les hommes et femmes de l'entreprise font et non sur ce qu'ils sont; sur ce que ceux-ci s'engagent contractuellement à faire et non sur le fantasme aux termes équivoques d'être aimé de chacun d'eux. * * * Pour rendre manifeste cette homosexualité latente chez les managers et, par suture, opérante notre hypothèse, nous allons pister ses aspects semi-visibles donc déformés, ce que nous avons exprimé comme étant l'ombre du refoulement. Aussi, comme chacun d'entre nous - en tant que nous sommes tous, plus que n'importe quoi d'autre, simplement humains20 - les managers luttent le plus souvent pour s'exonérer et oublier la part d'homosexualité dont ils sont porteurs. - 17 -

À partir de ce qu'il nous est donné de voir dans les entreprises, il convient d'examiner les actes de management et les perversions qui les sous-tendent; perversions dont nous conjecturons - au-delà du sabotage des désirs conscients des managers qui organise pour les constituer les mécanismes du refoulement - qu'elles originent les échecs. Les perversions apparaissent syndrome, véritable système de défense pour lutter contre cette source d'angoisse. Communes à l'ensemble des managers (de manière établie ou latente), les perversions leur sont existentielles21, comme si provoquer la haine était plus sar que solliciter l'amour lorsqu'il s'agit de n'être jamais rejeté ni abandonné. Pour Winnicott, être haï permet d'être rejeté et ainsi de devenir l'objet de culpabilité de l'autre et donc de se lier à lui22.

Pour rendre visibles les perversions du management - c'est d'ailleurs là le propre de la perversion que d'opérer à l'insu de
sa cible - nous avons besoin d'un filtre. Seule l'analogie peut nous permettre de révéler tout ce que les actes de management masquent et contiennent de perversions. Ce filtre, cette loupe, indispensable pour révéler ce que chacun pressent mais qui
demeure le plus souvent obscur

qu'il lest nu - peut être construit sur l'assise de travaux littéraires et philosophiques. Les meilleurs connaisseurs de ce qu'est l'homme ne sont-ils pas les conteurs, les poètes, les dramaturges, les romanciers, capables de laisser parler la voix que les fanatiques de la théorie ne savent que faire taire ?23 Ce n'est pas un hasard si Lacan s'est tant intéressé à la philosophie, s'il lui arrivait, dans son Séminaire, de commenter Platon ou Anselme de Cantorbéry. De sorte qu'éveiller Aristote en nous, c'est prendre conscience du monde que nous habitons et de ce qui construit notre conscience pour la part, bien sar, qui relève d'Aristote; mais on peut faire de même pour Descartes et le rôle du sujet, par exemple, ou pour Kant et le passage moderne de la métaphysique à l'éthique. Ainsi, sommes-nous pétris de ces initiatives et déplacements dont la pensée des philosophes témoigne24. Prendre appui sur les enseignements des écrivains et des philosophes fait nécessité. Les situations où s'articulent réflexions et actions forcent tout responsable à se tourner vers les écrits. Pour Helmut SChmidt25, ce n'est pas au moment où il - 18 -

- même

à l'œil exercé dès lors

agit et doit justifier ses actes qu'un décideur va faire étalage de toute la philosophie, mais s'il agissait sans assise culturelle littéraire ou philosophique, il courrait le danger de commettre des erreurs, de sombrer dans l'opportunisme, voire de devenir un charlatan26. De qui ou de quoi avons-nous besoin? D'auteurs forts, d'œuvres abondantes qui racontent ce qu'est la vie et, pour certains de ses aspects, ce qu'est le management, qui découvrent les personnages qui la traversent, et dont la finesse des caractères soit la plus minutieusement décrite. Si à l'aune de ces exigences, quelques géants de la littérature privilégiés par Freud tels Homère, Shakespeare, Cervantès, Gœthe apparaissent capables d'embrasser la totalité de l'expérience humaine et la palette entière des émotions27, seule l'œuvre de Balzac semble suffisamment puissante pour constituer ce socle et nous accompagner dans notre entreprise. Prométhée, Protée, homme à la robe de bure, créateur halluciné immortalisé par Rodin ou Boullanger, la production de Balzac est philosophique - philosophie de Balzac qui fournit le meilleur principe d'explication de son œuvre28 - théâtrale, journalistique, épistolaire, nonobstant la masse des projets laissés dans les cartons dont nous ne connaissons parfois qu'un titre. Dès lors qu'il a su décrire ce qu'était véritablement la vie, Balzac a suscité toutes les imageries et toutes les gloses29. De même, Balzac peut-il, par ses intuitions psychologiques, être considéré, avec Schopenhauer et Nietzsche30 (dont certaines positions concernant les origines de la conscience - non plus voix de Dieu en I 'homme mais instinct de cruauté qui se retourne sur luimême, ne pouvant plus se libérer vers l'extérieur - anticipent de façon frappante la doctrine psychanalytique31), comme digne ancêtre de Freud (cf. I La Comédie Humaine, Balzac, ascendant de Freud)32. Aussi, comme Balzac s'est efforcé avec le concours de Descartes, de Spinoza, de Leibniz, de Malebranche, de déchirer les derniers voiles qui lui masquaient le soleil de la vérité33, nous arrimerons notre réflexion sur ce colosse de la littérature.

- 19 -

Profondément ancrée dans la vie, l'œuvre de Balzac transcende les seuls domaines du management. Au-delà du plaisir de lire, on y découvre un système tout à fait passionnant, et pour lui-même et pour notre travail et, à travers celui-ci, des idées nées du sol, chargées de matière, des idées qui ont des visages, Ainsi, non point l'économie, mais des économes grattant dans leur coin: Grandet, Gobseck, Benassis, Rochon, La Baudraye. Non point la politique mais des politiques aussi mystérieux que des chats34, Nonobstant l'impuissance de l'analyse à devoir déposer les armes aux entrelacs problématiques du créateur littéraire35, la pertinence de ce choix peut être étayée sur une triple conviction: 1. On apprend plus dans Balzac que dans les philosophes et les politiques car Balzac rejette dans l'expérience même, sur laquelle se fondent quelquefois les philosophes, mais qu'ils ne savent pas conserver en leurs ouvrages36, Un roman n'est jamais qu'une philosophie mise en images. Et, dans un bon roman, toute la philosophie est passée dans les images37. Les grands romanciers, Balzac, Sade, Melville, Stendhal, Dostoïevski, Proust, Malraux, Kafka, pour n'en citer que quelques-uns, sont des romanciers philosophes, c'est-à-dire le contraire d'écrivains à thèse38, Dans cette même dynamique, si d'autres auteurs se sont essayés à décrire la vie, aucun n) pu atteindre le même degré d'intensité comme de véracité. A tous, il a manqué quelque chose. Ainsi, Balzac est plus vrai que Zola39 ; sa pensée, plus forte que ses petits préjugés40. 2. Dans le foisonnement de son œuvre, Balzac raconte en les illustrant les perversions du management. La composition en abyme selon laquelle un élément du récit en répète ou en annonce un autre en plus petit, parce qu'elle est fréquente, permet des analyses à plusieurs niveaux41. 3. Les écrits de Balzac, parce qu'ils racontent la vie et donc tout de la vie, affrontent sans faux-fuyant la perversion et l 'homosexualité et les réhabilitent comme composantes normales de la vie. C'est aux faits constants, quotidiens, secrets ou patents, aux actes de la vie individuelle, à leurs causes et à leurs principes que Balzac s'est, en effet, attaché pour démontrer les vices des mécanismes sociaux42. Ainsi, en - 20-

va-t-il de la scène où Carlos Herrera, alias Vautrin, chemine avec Lucien le long d'une route. En apercevant au loin la demeure familiale des Rastignac, le faux prêtre devient songeur. Ce moment, Proust l'appelera la tristesse d'Olympia de l'Homosexualité43. Si Balzac constitue le socle, colonne vertébrale, tutorat de notre travail, d'autres auteurs innerverons nos hypothèses, observations et analyses. Ainsi, Nietzsche et Camus nous donneront à puiser pour caractériser les effets secondaires aux perversions: la souffrance des managers et la souffrance des salariés (cf. III. Effets, Perversions du management, Souffrance des managers: Les Souffrances de l'inventeur et Souffrance des salariés: La peau de chagrin). * * *

Parce que l'émergence, en soi, de sentiments homosexuels peut faire peur, faire craindre l'anormalité et, poussée à son
terme, la fulgurance dans sa révélation
là, c'est encore socialement

- hormis

problématique

-

le fait qu'ici ou
faire redouter

d'être ou de devenir fou, les managers, comme tout un chacun (dès lors qu'il s'agit d'homosexualité), organisent des mécanismes de défense pour lutter contre la part d'homosexualité latente en eux44. Pour se protéger de ce risque et, à terme, de la folie, les managers, parce qu'ils s'exonèrent des sentiments homosexuels, projettent la folie sur l'autre (les salariés). Rendre l'autre fou est dans le pouvoir de chacun. L'enjeu en est l'extermination, le meurtre psychique, de telle sorte que cet autre ne puisse échapper à l'amour, exister pour son compte, penser, sentir, désirer en se souvenant de lui-même et de ce qui lui revient en propre45. Dans le cadre de l'entreprise, du point de vue des managers, ce sont les salariés qui ne sont pas normaux. Ce sont eux qui génèrent et entretiennent les problèmes. Aussi, pour légitimer ce raisonnement, les managers vont-ils tout mettre en œuvre pour les rendre fous. Dans ce tout faire pour les rendre fous, ils vont développer les perversions du management.
,

Ce sont ces perversions que nous nous proposons d'observer.
- 21 -

A la lumière illustre de La Comédie Humaine, nous examinerons

en quoi elles sont pertinentes pour protéger les managers de leur homosexualité latente, dès lors qu'elles concourent à rendre les salariés fous. Comme tout échange, celui-ci exige une contrepartie. Développer des perversions dans le domaine du management ne procure pas seulement une jouissance sadique aux managers comme une jouissance masochiste aux salariés mais structure des effets secondaires réductibles en leur terme à la souffrance: souffrance pour les salariés et souffrance pour les managers. Dès lors que les hommes souffrent, la souffrance, en tant qu'elle est insupportable, n'est plus conditionnée au seul domaine professionnel où s'origine pourtant la souffrance initiale mais impacte les domaines de la vie privée. * * * Ainsi, comme nous avions drainé les premiers alluvions (in Psychanalyse, Sexualité et Management) entre la sexualité des hommes, la façon dont ils conduisent leur vie comme la manière dont ils conduisent leurs activités professionnelles, nous allons renforcer cet édifice et travailler à sa cohésion. Désormais, entre le management et la psychanalyse, la sexualité va former une puissante cordillère qui va servir d'armature aux perversions, sur laquelle celles-ci viendront également s'amarrer. Aussi, n'est-il pas vain d'affirmer que la sexualité va, de toutes parts, étendre ses ramifications46. Quel que soit le fil sur lequel on tire, nous découvrirons la même pelote. Ainsi, comme les modes de management renseigneront sur la sexualité des managers, la sexualité des managers renseignera sur leurs modes de management. L'imbrication de la sexualité des managers en liaison à leurs modes de management n'est pas fortuite. La sexualité décline et précise ce que nous caractériserons comme étant la musculature physique. La musculature physique a une fonction bien spécifique. Elle sert de contenant aux autres formes de musculature: la

- 22 -

musculature intellectuelle, la musculature cognitive musculature psychique qui en forment le contenu47.

et la

Parce que ce contenant existe, les managers peuvent accepter la reconnaissance de leur homosexualité latente et, ainsi, comme le manager génital, réussir à renoncer à vouloir faire des salariés leur chose. Cette capacité physique parachève d'en faire des hommes désireux de travailler avec d'autres hommes, eux-aussi debout, capables d'exprimer des désaccords (parce qu'ils ont du coffre, managers et salariés peuvent encaisser ces désaccords sans risquer de s'effondrer ni même de s'emporter48), capables surtout de coopérer dans la dignité. * * * Partis du constat que les modes de management mis en œuvre avaient pour vocation d'échouer - l'échec dans le domaine du management permettant la reproduction de plaisirs infantiles nous nous sommes interrogés sur le substrat commun aux différents types de managers (cf. ci-dessus). Ce substrat commun, que nous allons nous efforcer de mettre en évidence, peut être caractérisé comme étant l'homosexualité latente. Contrairement au manager génital qui reconnaît cette part d'homosexualité latente comme vivante et constitutive de sa personne, la plupart des managers la refoulent. Les mécanismes de refoulement, pour leurs parties émergées, donc visibles, sont les perversions dans les actes de management. L'examen de ces perversions managériales doit permettre, au-delà de leur description et classification, d'argumenter sur la souffrance qui y est associée, que celle-ci caractérise les managers ou les salariés. Parce que cette souffrance, en tant qu'elle impacte bien audelà des individus, ne peut être contenue aux seuls effets professionnels et gangrène, pour s'en nourrir, les aspects de la vie privée, l'existence de cet échange milieu professionnelmilieu privé doit être apprécié dans l'examen de la sexualité des managers. L'étanchéité des compartiments professionnels et privés prérequis à l'instauration d'une réflexion et d'une action professionnelle non érotisées (en tant qu'elles transcendent les affects de la sphère privée) - nécessite de la part des managers la - 23 -

capacité à construire un contenant: la musculature physique, réceptacle à la reconnaissance de leur homosexualité latente. La musculature physique impacte et bouleverse le champ managérial, celui-ci devenant acte physique. Un nouveau concept managérial, le management physique, qui veut que le manager puisse aussi trouver son salut dans la foi du charbonnier, apte à réconcilier le sentiment, l'intime conviction et la connaissance49, devra alors être décliné.

Par ce contenant musculaire, véritable cadre aux actes managériaux, les managers doivent enfin réunir:
1. La capacité à travailler avec les hommes et femmes de l'entreprise pour ce qu'ils font, non pour ce qu'ils sont. Qu'importe ce qu'ils pensent des salariés, qu'ils les considèrent comme remarquables ou plus souvent sans véritable intérêt, ne compte plus désormais que ce à quoi chacune des parties s'engage50. 2. La capacité à développer des stratégies de conquête. 3. La capacité à développer une puissance de travail adaptée à cette tâche. 4. La capacité à être, quels que soient les résultats engrangés, modestes et désireux de faire au mieux de leurs capacités. * * * Les dés sont jetés. La tâche est d'importance. Il nous faut plonger dans l'œuvre monumentale de Balzac, nous arc-bouter sur les presque quatre-vingt-dix titres - romans et nouvelles où gravitent quelques trois mille personnes51 - (auxquels il convient d'ajouter les vingt-cinq ébauches qui s'y rattachent)52, composants de La Comédie Humaine, explorer plus encore le travail chirurgical de ceux et celles qui ont ouvert la brèche et présenté chacune de ces différentes pièces53. Alors osons et bataillons dans ce bain de jouvence qu'est le travail et, tel Rastignac, héros du Père Goriot, lançons sur Balzac, clef de voûte de La Comédie du Management, le défi :
À nous deux maintenant J54

- 24 -

- I -

,

I. La Comédie Humaine

Lire Balzac

TIfaut lire tout Balzac! George Sand avait raison. Chacune des œuvres du romancier marque la page d'un grand livre, lequel serait incomplet s'il eût omis cette page importante55. Dans l' œuvre de Balzac, George Sand a trouvé la solution d'un problème inconnu avant lui, la réalité complète dans la complète fiction56. La Comédie Humaine57 et plus particulièrement La Physiologie du mariage doivent leur hauteur de ton aux refus qu'elles expriment: refus de la bassesse, refus de la souffrance58, en tant qu'elles doivent être transcendées. Dans la Physiologie du mariage, Balzac réussit à recueillir les choses que tout le monde pense et que personne n'exprime. - 27 -

Naturellemen!, il n'est de plus grande provocation que de faire une pareille Etude avec l'esprit de tout le monde. Le risque est qu'à s'exposer ainsi, cette Etude ne plaise à personne... Aussi, n'est-ce d'ailleurs qu'à son éclectisme que celle-ci doit son salut59. Balzac, qui n'a jamais été exempt de critiques, a dû batailler sur bien des fronts. Un rhéteur dit quelquefois que Balzac écrit mal. Son style est pierreux en effet. On y sent comme une matière qui résiste. Mais quelle matière? La chose même, sans doute, qu'il s'agit de faire connaJ"tre. Dans Balzac, Alain ne trouve pas l'intention d'écrire quelque chose de beau; mais, plutôt, quelque chose de vrai. Balzac ne vise que là. L'aqueduc, les arènes ne visaient aussi qu'au solide60. D'autres ont critiqué son pessimisme. Mais si, depuis: Familles, je vous hais jusqu'à: Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles, Balzac aura tout crié61, son pessimisme est combatif62 (cf. Conclusion, JésusChrist en Flandre). D'autres, enfin, lui reprochent son romantisme (on ne prête décidément qu'aux riches). Les idées de ses romans, Balzac les pétrit de ses sentiments. Mais son romantisme s'arrête là. Ecrivain, il se veut historien, beaucoup plus historien que romancier63, moins soucieux de sensations que d'exactitude64. TI est remarquable que ce soit un historien, Louis Chevalier, qui ait le mieux vu dans cette œuvre non des idées mais des faits65. Les Comédiens sans le savoir organise de façon remarquable les rapports respectifs du romancier et de l'historien66. * * * Les idées qui tiennent au cœur de Balzac depuis sa jeunesse sont: la pensée qui tue, l'effet nocif des passions, les dangers que présente pour la société l'égalité devant l'héritage, les inconvénients d'une civilisation qui perce les secrets de la vie privée, la destinée des enfants naturels, les conditions d'un bon mariage, le rôle de la femme mariée67. Dans chacun des tableaux où il plonge au plus épais des familles, dévoile les mystères de l'existence à deux, les tristesses

- 28 -

et les compromissions qui couvent sous les apparences de la respectabilité68, Balzac, en décrivant des hommes, fait comprendre le jeu des institutions ou des intérêts sociaux dont les êtres ne sont que des agents69. S'il s'en trouve, j'envie le lecteur qui aura négligé certains romans de Balzac. Détourné peut-être par le titre, il a bien du plaisir en réserve70.

- 29 -

Balzac. ascendant de Freud

C'est bien Balzac qu'il faut lire pour connaître l'homme. Seul Balzac et, dans une moindre mesure, Stendhal ont recueilli et enchâssé tant de paroles échappées 71. Tout mouvement nous découvre, disait déjà Montaigne72, l'esprit d'un homme se devine à la manière dont il porte sa canne73. Balzac n'a rien ignoré de ce rapport admirable qui fait qu'une rampe d'escalier, un siège, de vieilles boiseries, une lumière plus ou moins ménagée, sont des parties de notre caractère, comme le corset, la robe, le chapeau, la cravate74. Aussi, chacun de ses personnages est-il doté à l'occasion - telle maman Vauquer dans Le Père Goriot qui, par sa personne même, explique la pension, comme la pension caractérise sa personne et diagnostique, par induction, le fort tempérament de Goriot à partir de son nez fort développé - de cette science physiognomoniste75. De même, la loupe du père Grandet prend valeur de signe sur les mœurs de l'avare, mais aussi sur les mœurs des Saumurois et de la Restauration en province. Quant aux cannes et badines de Lucien de Rubempré, elles scandent les étapes des Illusions perdues76.

- 31 -

Dans ce même mouvement, les chaussures résument l'lùstoire des Chouans. Les chaussures confortables désignent les vrais Chouans et disent le soutien que l'Angleterre accorde à leur cause77. Le souci de vérité de Balzac le pousse à prôner le même intérêt aux objets qu'aux âmes, à considérer qu'un visage, un paysage, un bibelot, un geste coutumier, une façon de s'habiller, de parler, de se nourrir, renseignent sur le caractère d'un individu 78. Dans Étude de femme, l'auteur énonce, au terme de ce court récit, la moralité: On trouve toujours ce qu'on ne cherche pas79. De même qu'un rejet trop ferme indique souvent une dangereuse proximité, on montre toujours ce qu'on désire le plus ard~mment cacher8o. Cette Etude de femme ouvre des perspectives des plus étranges sur les mystères du cœur: rêveries involontaires, lapsus calami, cristallisation, esquisse d'une démystification de l'amour... et pose un jalon poétique sur le chemin des évidences freudiennes81. Dans Les Deux Rencontres, Balzac suggère un refroidissement dans l'affection d'Hélène pour sa mère. Un psychocritique n'aurait aucun mal à discerner dans ce texte un complexe d'Electre qui donne à la jeune fille un sentiment vague de culpabilité. Cette jalousie d'une fille envers sa mère - laquelle possède l'amour du père - est un élément audacieux et neuf qui témoigne de l'intuition psychologique de Balzac82. Dans la Physiologie du mariage, l'auteur parlait déjà de la jalousie d'une mère envers sa fille83. À maintes reprises, Balzac augure de ce qui, plus tard, sera énoncé comme inconscient. Dans Le Lys dans la vallée, chacun, le visage tourné vers l'avenir sait bien où il va. Quand, pour la première fois, Félix voit sa chère vallée, l'avenir est pressenti. Balzac raconte ainsi que nous marchons à l'avenir. Mais, cet avenir, et nous le savons bien, est passé, achevé. En ces jeux du souvenir, l'avenir s'offre donc comme irrévocable et déjà accompli. D'où un renversement des notions, qui nous fait dire, quand l'avenir s'est fait, qu'il était déjà et que toute vie est décrite d'avance84. - 32 -

Dans L'Élixir de grande vie, Balzac met en œuvre la dynamique de l'acte manqué. Ainsi, au moment où son père Bartholoméo Belvidéro se meurt, Juan, son fils, conformément aux instructions reçues pour le sauver, frotte la tête et le bras droit du cadavre quand, se sentant étreint par le bras ressuscité, il laisse tomber le flacon, qui se brise85. À propos de Gobseck ou d'Eugénie Grandet; Facino Cane évoque le trésor caché là où Ursule Mirouët et Maître Cornélius permettent, quand la pensée se manifeste assez forte pour commander et faire exécuter des actes sans l'intervention de la conscience, de parler du somnambulisme86. La pensée y apparaît ainsi autonome de la matérialité de ses effets. Dans L'Auberge Rouge, la pensée du crime atteint un tel degré chez Magnan, il est si bien au bord de l'acte lui-même, elle fait si bien corps avec lui, qu'on est troublé comme si elle était l'acte lui-même87. Loin d'être exhaustifs - il nous faut garder bien des ressources pour le long chemin qui s'ouvre à nous - ces quelques exemples illustrent la sensibilité de Balzac et l'avance que celui-ci avait su acquérir sur son époque. Comme Freud, mais avec d'autres moyens, Balzac investit sa propre expérience pour avancer dans cette voie. Mais, si Freud pour s'interroger en scientifique sur l'inconscient et ses manifestations enchâssait ses observations sur lui et ses proches - nous nous souvenons de Freud interrogeant sans relâche sa mère ou encore notant scrupuleusement ses rêves et associant sur chacune des ses parties manifestes - Balzac, dans les exagérations mêmes de son existence, vivait les choses avant de les coucher sur papier. Ainsi, comme Balzac s'était fait une religion fétichiste d'objets, qu'illustrent ces boutons de chemise donnés par Mme Hanska88 ou lorsqu'il lui demandait, comme essuie-plume, un chiffon provenant d'un vêtement porté par elle89 ; dans Honorine, l'auteur décrit Octave se couchant toute une nuit dans un châle qu'il va, par ruse, faire donner à sa femme90 ; Octave rêvant de violer Honorine à l'aide d'un somnifère pour lui faire un enfant (à travers le châle) comme Lovelace avec Clarisse Harlowe91. Le thème des relations contre nature suit le même ordonnancement. D'abord présent chez Balzac, il apparaît - 33 -

obsédant dans ses écrits. Balzac, qui connaît les relations ambiguës de George Sand et de Marie Dorval, avoue volontiers que ses désirs sont androgynes. C'est donc naturellement qu'il aborde le thème de I'homosexualité, notamment dans Le Père Goriot où il évoque l'attirance équivoque qu'éprouve Vautrin pour son protégé, le jeune Rastignac92. Là encore, nous pourrions poursuivre et préciser l'ensemble des liens qui unissent la pensée de Balzac à la pensée freudienne. Mais, au-delà des considérations qui anoblissent Balzac, précurseur de la psychologie moderne, et avant d'examiner le système balzacien mis en œuvre dans La Comédie Humaine, mentionnons son rapport à la sociologie. Ainsi, ce n'est qu'en Balzac qu'Alain a appris cette science. Romancier de l'histoire des mœurs et de la société, Balzac, en ne dissociant jamais les individus et les groupes, en ne jugeant jamais, au milieu pourtant des combats, du bien et du ma193, décrit les liens de la terre à l'homme, de la maison à l'homme, du métier à l'homme, des échanges à l'homme, qui font le tissu de toute vie, et montre qu'en définitive, celui-ci n'expérimente jamais le libre choix94.

- 34 -

Effets.

Causes.

Principes.

Lois

Dans la construction même de son œuvre, marquée par la lecture de Walter Scott95, Balzac s'est senti investi d'une mission, d'une force qui le commandait: faire parler les choses, faire parler l 'histoire de son siècle, la grande comédie de ce siècle. Aussi, Balzac voulait-il appliquer à l'histoire récente, à la société présente, les méthodes qu'il avait vu appliquer par Scott au passé médiéval96. Cette force se traduisait par une pensée à exprimer, un système à établir, une science à expliquer97 qui servirent à Balzac de principe à sa conception du roman98. Le projet de Balzac était de décrire un système de la Société; un système en tout point analogue au système de la Nature, comme Buffon l'avait fait dans son histoire naturelle99. Pour réaliser son dessein, et bien qu'il ait peint par préférence la classe dirigeante à celle qui aspire à le devenirloo, Balzac a parcouru les degrés de l'échelle sociale et montré, tour à tour, le paysan, le mendiant, le pâtre, le bourgeois, le ministre, tous attaqués de la même maladie destructrice.

- 35 -

Animé du souci constant de dépasser l'anecdote afin de saisir les mécanismes de la société, d'en tracer les lignes de force et d'en reproduire le mouvement lOI, l'auteur n'aura reculé ni devant le roi, ni devant le prêtre, ces deux derniers échelons de notre hiérarchie croulante102. Trois séries composent l'œuvre de Balzac: 1. Les Études de Mœurs au X/Xe siècle où il décrit les Effets sociaux (les mœurs sont le spectacle). 2. Les Études Philosophiques où sont venues les Causes (les causes sont les coulisses et les machines). 3. Les Études Analytiques où il projetait principes (les Principes, c'est l'auteur)103. de chercher les

Au-delà de ce travail, Balzac songea également à en caractériser les Lois104 et faire la science de son système dans un essai sur les forces humaines... 105 Ainsi, il n'existe pas le moindre hasard. Dans le monde, sans atteindre toujours à la concaténation, tout effet a une cause, toute cause a un principe et tout principe se nourrit d'une loil06. Deux exemples illustrent cette articulation. Le premier caractérise la relation Effets - Causes. Les effets! les effets! dit Frenhofer (Le Chef-d'œuvre inconnu), mais ils sont les accidents de la vie, non la viel07. Claës (La Recherche de l'absolu) est l'effet dont la cause se nomme géniel08. Aussi, Balthazar Claës se trouve-t-il prédisposé par l 'hérédité et par l'âge à une folie dont la cause efficiente est la visite de M. de Wierchownia qui lui reparle de chimielO9. Le second, organisé autour du mariage, met en scène les Effets, les Causes et les Principes. Si les Effets éclatent dans le constat brut de la catastrophe (l'échec patent du mariage), les mécanismes des Causes (éléments déclencheurs) sont à voir dans les stipulations du contrat de mariage et dans les desseins occultes qui les commandentllO. Les Principes (éléments

- 36 -

explicatifs), quant à eux, sont à rechercher dans les enchaînements des Causes et des Lois du dynamisme socialll1. En son terme, La Comédie Humaine est structurée et articulée sur trois paramètres: 1. Les Études de Mœurs représentent tous les Effets sociaux. 2. Les Études Philosophiques définissent les Causes. 3. Les Études principes112. Analytiques permettent de rechercher les

Les Études de Mœurs

Les Études de Mœurs regroupent les Scènes de la vie privée, les Scènes de la vie de province, les Scènes de la vie politique et les Scènes de la vie militaire. Les Scènes de la vie privée figurent la vie humaine dans son réveil matinal et croissant pour fleurir. Les Scènes de la vie privée montrent les problèmes que pose la vie dans ses débuts, notamment ceux du mariage. Les Scènes de la vie privée représentent cette phase de la vie humaine qui comprend les émotions de l'enfance, celles de la jeunesse, leurs premières fautes et les débuts dans le monde social. Là donc, principalement des émotions, des sensations irréfléchies; là, des fautes commises moins par la volonté que par inexpérience des mœurs et par ignorance du train du monde. Entre les derniers développements de la puberté qui finit et les premiers calculs d'une virilité qui commence, la vie s'y incarne113. Les Scènes de la vie de province représentent cette phase de la vie humaine où les passions, les calculs et les idées prennent la place des sensations, des mouv~ments irréfléchis, des images acceptées comme des réalités. A vingt ans, les sentiments se produisent généreux; à trente ans, déjà, tout commence à se chiffrer. L'homme devient égoïste et passe de l'émotion sans arrière-pensée aux idées les plus politiques. La vie devient - 37 -

sérieuse. Si, dans les Scènes de la vie privée, la femme sentait, désormais, là où elle se livrait, elle calcule sa chute. Brisés par le jeu des intérêts, écrasés entre les rouages de ce monde mécanique, les sentiments vrais deviennent exceptions. La vertu y est calomniée, l'innocence traquée. Tout se subtilise, s'analyse, se vend et s'achète; c'est un grand bazar où tout est coté. Les calculs s'y font au grand jour et sans pudeur ; l'humanité ne revêt plus que deux formes, le trompeur et le trompé; c'est à qui s'assujettira la civilisation, la pressurera pour lui seul. L'honnête homme est un niais, le jeune homme a cent ans et insulte la vieillessel14. Les Scènes de la vie parisienne décrivent la vieillesse, guand les passions ont fait place à des goûts ruineux, à des vices. A cela s'ajoute l'annonce des Scènes de la vie de campagne, des Scènes de la vie politique et des Scènes de la vie militaire, où l'on assiste aux spectacles atroces mais pompeux des masses sociales luttant entre elles (cf. VIIl. Les conditions du changement, Réhabilitation de la lutte des classes)1l5.

Les Études Philosophiques Après avoir présenté, dans les Études de Mœurs, des Effets sociaux, Balzac est remonté aux Causes. Ayant dépeint la Société, il s'est proposé de montrer qu'elle porte en elle Ia raison de son mouvement1l6. Pour Balzac, au commencement était l'Énergie! Dans La Peau de chagrin, Raphaël apprend à Fœdora que la volonté humaine est une force matérielle semblable à la vapeur, ce que Balthazar Claës traduira admirablement dans La Recherche de l'absolu. Dans Les Martyrs ignorés, la pensée est le plus violent de tous les agents de destruction; elle est le véritable ange exterminateur de l'humanité. Les hommes qui, malgré l'exercice de la pensée, sont arrivés à un grand âge, auraient vécu trois fois plus longtemps en n'usant pas de cette force homicide. La vie est un feu qu'il faut couvrir de cendres: Penser, mon enfant, c'est ajouter la flamme au feu1l7. - 38 -

Ainsi, là où dans les études de mœurs Balzac a peint le Père
Grandet

sa plume met l'avarice aux prises avec elle-même.
Balzac considérait la pensée comme la cause la plus vive de la désorganisation de l'homme, donc, de la société. Les instincts violemment surexcités par les combinaisons factices que créent les idées sociales pouvant, selon lui, produire en l'homme des foudroiements brusques ou le faire tomber dans un affaissement successif et pareil à la mort. Augmentée de la force passagère que lui prête la passion, et telle que la société la fait, la pensée, pour l'homme, devient nécessairement un poison, un poignard 118.

- personnification

de l'avarice

- dans

Maître Cornélius,

Les Études Analytiques
, Dans la dynamique logique des ~tudes de Mœurs et des Etudes Philosophiques, le projet des Etudes Analytiques devait concentrer - dans quatre ouvrages de morale politique - des observations scientifiques, des critiques railleuses, soit tout ce qui concerne la vie sociale analysée à fond119.

Au niveau des Principes, c'est non seulement la société dans ses masses que frappe de mort l'égoïsme, fils de l'analyse et de cette raison approfondissante qui, sans cesse, ramène les hommes à leur propre personnalité; c'est aussi la société dans ses éléments partiels, c'est encore le gouvernement et la politique. Dans l'Histoire de la succession du marquis de Carabas, la société politique est en proie à la même impuissance, au même néant qui dévore Raphaël dans La Peau de Chagrin; même intensité de désir, même éclat extérieur, même misère réelle, même formule inévitable et éternelle, où la Nationalité se trouve pressée comme l'Individualisme l'est dans la sienne 120. Premier ouvrage des Études Analytiques, L'Analyse des corps enseignants comprend l'examen philosophique de tout ce qui influe sur l'homme avant sa conception, pendant sa gestation, après sa naissance, et depuis sa naissance jusqu'à vingt-cinq ans, époque à laquelle un homme est fait dès lors que, intégré au monde du travail, il se marie assez généralement. - 39 -

Dans l'ordre des choses, le deuxième ouvrage est la Physiologie du mariage (cf. J. La Comédie Humaine, Lire Balzac). Troisième ouvrage, la Pathologie de la vie sociale décrit les manifestations de la pensée prise sous toutes les formes que lui confère l'état social, soit par le vivre et le couvert, soit par la démarche et la parole. La Pathologie de la vie sociale raconte comment l'homme s'exprime par sa vie extérieure. Dernier et quatrième ouvrage, la Monographie de la vertu détermine les lois de la conscience morale, qui ne ressemble en rien à la conscience naturelle121.

Les Lois Dans la suite logique des trois premières Études, Balzac avait projeté d'en définir les Lois. Puisée sur une puissance de travail hors du commun, l'abondance de l'œuvre à construire n'a pu cependant être pleinement réalisée. Balzac meurt à l'âge de cinquante et un ans. Vingt ans de labeur ne pouvaient suffire pour réaliser un tel dessein. Projetées par Balzac, les Forces humaines resteront à l'état d'esquisse.

- 40-

- II -