La construction identaire des adolescentes face au genre

De
Publié par

L'adolescence est une période cruciale pour la construction de l'identité car elle est classiquement définie comme une période de crise suite à la mutation pubertaire, en particulier, chez les filles, objets de cette recherche : confrontées aux changements corporels, à l'atteinte de la maturité sexuelle, les adolescentes doivent accepter leur nouveau corps avec ses nouvelles potentialités. Comment les adolescentes construisent leur identité, intègrent les normes et rôles de sexe ?
Publié le : vendredi 1 juin 2012
Lecture(s) : 12
EAN13 : 9782296495975
Nombre de pages : 256
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
 
 
 
 
 
 
 
 
    
 
     
 
LA CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ADOLESCENTES FACE AU GENRE
 
 
  
Savoir et formation Collection dirigée par Jacky Beillerot (1939-2004) Michel Gault et Dominique Fablet
Genre et éducation Série dirigée par Nicole Mosconi  
Déjà parus
  Les recherches se développent aujourdhui sur les pratiques éducatives différenciées selon le sexe, sur les relations entre filles et garçons, sur les effets du sexisme et des stéréotypes de sexe en éducation, sur la division socio-sexuée des savoirs. La série Genre et éducation  se propose de publier des travaux réalisés sur ces thèmes et, en général, toute recherche en éducation et formation qui prend en compte la perspective du genre, cest-à-dire, la construction sociale de la différence des sexes et de la hiérarchie entre les sexes.   Marlaine CACOUAULT-BITAUD et Frédéric Charles, Quelle mixité dans les formations et les groupes professionnels ? Enquêtes sur les frontières et le ménage des genres , 2011.  Isabelle COLLET, Linformatique a-t-elle un sexe ? , 2006. Edmée OLLAGNIER et Claudie SOLAR (sous la dir.), Parcours de femmes à lUniversité : perspectives internatio-nales , 2006. Nicole MOSCONI, Biljana STEVANOVIC, Genre et avenir. Les représentations des métiers chez les adolescentes et les adolescents , 2007. Léo THIERS-VIDAL,  De « LEnnemi Principal » aux prin-cipaux ennemis. Position vécue, subjectivité et consciences masculines de domination , 2010. Jacqueline FONTAINE, La scolarisation et la formation professionnelle des filles au pays de SCHNEIDER (1844-1942) , 2010. Sabine THOREL-HALLEZ, De la mixité à la co-éducation en danse contemporaine au collège , 2011. Jacqueline FONTAINE, Bénédicte Gendron : La retraite au regard du genre. 2011
 
Claude RENOTON-LÉPINE             
LA CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ADOLESCENTES FACE AU GENRE
 
 
                                                                                         
 
                                                                                  
 
 
© LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96696-3 EAN : 9782296966963
 
   
Remerciements    Je remercie Nicole Mosconi, qui m’a suivie et soutenue tout au long de mon parcours universitaire ; elle m’a menée et encouragée durant ma thèse et pour cet ouvrage qui en est issu. Je dédie une pensée toute particulière à Yves, qui a toujours eu confiance en moi, qui m’accompagna jusqu’à l’achèvement de cette recherche, et qui, j’espère, continuera encore longtemps à avancer à mes côtés. Je remercie les narratrices qui ont accepté de se confier à moi et de faire que ce travail puisse exister, et toutes les autres personnes qui me sont chères, mes parents, mes sœurs et mes frères, mes enfants, mes ami-e-s qui, par leur soutien actif ou à leur insu, ont contribué à l’élaboration de cet ouvrage.    
 
 
 7
 
 
I NTRODUCTION GENERALE  
Cette thèse est le résultat d’un travail qui dépasse mon simple parcours universitaire ; il est le fruit d’une recherche personnelle, de compréhension de moi-même et du monde dans lequel je vis et qui n’aura jamais de fin car je crois que l’humain est tel qu’il ne peut cesser de se poser des questions et de tenter d’y répondre. Mon implication dans ce travail est totale ; il est apparu primordial de me munir d’outils permettant de faire la part entre cette implication, mes affects et mon ressenti, issus de mon vécu personnel, et le travail de recherche universitaire qui exige la mise à distance, l’analyse et la réflexion sur l’objet de la recherche, qui me touche et me concerne en tant que femme, ex-adolescente, en tant qu’humaine rencontrant et écoutant d’autres humaines, tentant de comprendre ce qu’elles disent de leur humanité, et pas seulement de la mienne. La recherche clinique, d’inspiration psychanalytique exige qu’un travail soit fait sur l’implication de la chercheuse ; cette méthode m’a semblé d’autant plus adéquate à ma recherche que je souhaitais m’intéresser à des femmes témoignant de leurs expériences d’adolescentes dans la singularité de leurs vécus, interroger leurs ressentis, leurs affects, en ce qu’ils ont d’unique et de singulier, mais aussi de les relier aux dimensions sociales. S’intéresser à la construction identitaire des personnes, c’est se pencher à la fois sur un processus social qui fait de l’individu une personne humaine, intégrée à sa société et à sa culture, à un moment de son histoire, et sur l’histoire singulière de cet individu, comment il parvient à s’intégrer comme humain, à la faveur de rencontres et d’expériences, fortuites ou imposées. Le processus de construction identitaire des adolescentes est à la fois un processus singulier, personnel, que j’interroge et analyse grâce aux outils de la psychanalyse, qui m’ont paru les plus adaptés pour parvenir à la compréhension de l’humain, pour travailler sur les discours que les personnes produisent sur  9
 
 
elles-mêmes, et pour expliciter à la fois leurs significations conscientes, mais aussi pour appréhender leurs significations inconscientes, qui échappent le plus souvent à notre entendement, mais non à notre ressenti. La construction identitaire est aussi un processus social qui concerne tous les membres de la société, et qui impose aux individus de s’intégrer à elle en adoptant ses objets, pour en faire des membres actifs et créatifs, lui appartenant et se reconnaissant comme tels. Cet environnement social, je l’ai approché et défini à travers les études féministes et de genre, sous l’angle de la domination masculine, versus l’oppression des femmes. Culture, histoire, représentations, activités, et les individus incarnant les modèles identificatoires, les signifiants femmes, ou hommes, sont autant d’objets sociaux que les adolescentes doivent achever d’intégrer et d’intérioriser, pour en faire leurs objets, devenir actrices et sujets du système relationnel de genre dans lequel elles prennent place. Ma première partie est consacrée à ce monde où les adolescentes adviennent, commençant d’abord par mon propre travail d’implication en tant que chercheuse et personne elle-même partie prenante de ce monde qu’elle tente de comprendre à travers l’intégration sociale de quelques adolescentes. Puis j’ai posé clairement ce monde pour ces femmes, sous domination masculine : les objets sociaux qu’elles doivent intégrer et reprendre pour parvenir à devenir sujets. La domination masculine s’impose aux individus, femmes et hommes, à travers une organisation sociale et un système relationnel de genre qui instituent des rapports de sexes asymétriques, hiérarchisés et discriminants. Elle repose sur un préalable si profondément ancré qu’il apparaît comme une donnée naturelle : la différence des sexes. La position des filles, dans un système plus ou moins oppressif et stigmatisant pour elles, pose la question du sujet, cœur de la recherche, car la construction identitaire est celle de la personne en tant que sujet de cette société-là, la France, à la fin du 20ème siècle. La seconde partie est centrée sur des thèmes qui ont émergé de façon récurrente dans chacun des récits ou qui m’ont semblé essentiels à la compréhension particulière du processus de  10
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.