Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 18,99 €

Lecture en ligne

Sylvain Ferez
La corporation critique Gestion physique et mobilisation sportive des marges
Préface de Jacques Birouste
Mouvement des savoirs Collection dirigée par Bernard Andrieu L’enjeu de la collection est de décrire la mobilité des Savoirs entre des sciences exactes et des sciences humaines. Cette sorte de mobilogie épistémologique privilégie plus particulièrement les déplacements de disciplines originelles vers de nouvelles disciplines. L’effet de ce déplacement produit de nouvelles synthèses. Au déplacement des savoirs correspond une nouvelle description. Mais le thème de cette révolution épistémologique présente aussi l’avantage de décrire à la fois la continuité et la discontinuité des savoirs : un modèle scientifique n’est ni fixé à l’intérieur de la science qui l’a constitué, ni définitivement fixé dans l’histoire des modèles, ni sans modifications par rapport aux effets des modèles par rapport aux autres disciplines (comme la réception critique, ou encore la concurrence des modèles). La révolution épistémologique a instauré une dynamique des savoirs. La collection accueille des travaux d’histoire des idées et des sciences présentant les modes de communication et de constitution des savoirs innovants. Déjà parus SALOME et le Dr Christophe CHAPEROT,Salomé et son psychiatre, 2015. Anaïs BERNARD,Immersivité de l’art, Interactions, Imsertions, Hybridations, 2015. Cécile CROCE,Performance et psychanalyse. Expérimenter et (de)signer nos viessuivi deLe Moi en jeu, 2015. Marie-Florence ARTAUX,La maison sur la tête, Écriture et position clinique en art-thérapie, 2015. Dana DUMOULIN,Le supplice de tantale, Apprivoiser la recto-colite hémorragique, 2014. Edmond DESBONNET,Ma gymnastique des organes, 2014. Matthieu QUIDU (dir.),Les Sciences du sport en mouvement, Innovations théoriques en STAPS et implications pratiques en EPS, 2014. Françoise LABRIDY,Hors-corps, Actes sportifs et logique de l’inconscient, 2014. Gérard FATH,Essai sur la laïcité postchrétienne, 2012. Benoit GRISON,Bien-être / Être bien ?, 2012.
LA CORPORATION CRITIQUE
© L’HARMATTAN, 20165-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-07911-0 EAN : 9782343079110
Sylvain FEREZ
La corporation critique
Gestion physique et mobilisation sportive des marges
L’HARMATTAN
Ouvrages du même auteur :
Mensonge et vérité des corps en mouvement (tome 1). L’œuvre de Claude Pujade-Renaud, L’Harmattan, 2005.
Le Corps déstabilisé. L’œuvre de Claude Pujade-Renaud (tome 2), L’Harmattan, 2007.
Le Corps homosexuel en-jeu. Sociologie du sport gay et lesbien, Presses Universitaires de Nancy, 2007.
Sport & VIH. Un corps sous contrainte médicale, Téraèdre, 2012, ouvrage collectif codirigé avec Julie Thomas.
Corps, sport, handicaps (tome 1). L’institutionnalisation du mouvement handisport (1954-2008), Téraèdre, 2014, ouvrage collectif codirigé avec Sébastien Ruffié.
Le Corps de la honte. Sociohistoire de la prise en charge du VIH/sida en Guadeloupe, PUN/Éditions de Lorraine, 2015, ouvrage collectif codirigé avec Sébastien Ruffié.
À Kirsten et Esteban
«Une dose de marginalité a toujours constitué l’une dessources intellectuelles de la critique » (A. Honneth, 2015, p. 218).
«L’application historique et empirique de la sociologie de la connaissance doit particulièrement prendre en considération les circonstances sociales qui favorisent la déréificationcomme l’effondrement complet des ordres institutionnels, le contact avec sociétés auparavant séparées, et l’important phénomène de la marginalité sociale » (P. Berger et T. Luckmann, 2014, p. 162)
« Les mouvements sociaux étudiés se caractérisent, au total, par leur capacité à susciter des mobilisations dans des formes non conventionnelles ou dont l’ampleur a bouleversé les dispositifs convenus. Leur histoire part souvent, de ce fait, des marges » (M. Pigenet et D. Tartakowsky, 2012, p. 13).
«L’opposition, lacontestation omniprésente, (secondairement base de la critique, de la science, de l’art, de toute évolution, transformation et progrès) est d’abord insatisfaction, phénomène indéfini à la place énorme, dont seule et par moments une partie est apparente. Elle tend à plus d’existence, à plus de présence. L’occasion, la faiblesse et le défila feront entrer enrébellion. Et c’est vraiment une "entrée", car sans une extrême énergie, elle n’est pas possible» (H. Michaux,Une voie pour l’insubordination, 1980, p. 46).
Cetouvrage s’appuie surun mémoire rédigé en vue de l’obtention d’uneHabilitation à Diriger des Recherches (HDR) que j’ai soutenu le 20 novembre2014 devant un jury composé de Nicolas Bancel, Jacques Defrance, Anne Marcellini, Stéphanie Mulot et Isabelle Ville. Je remercie Nicolas Bancel et Anne Marcellini d’avoir acceptéd’encadrerce travail. Leurs relectures et leurs multiples re-tours m’ont permis de préciser de nombreux aspects durant la phase de rédaction du mémoire. Je remercie également les autres membres du jury pour l’ensembledes échanges dans lesquels ils se sont engagés autour de mon texte lors de la soutenance. Je me suis appuyé sur ces échanges pour retravailler le tapuscrit initial et produire les pages qui suivent. Au final, hormis les modifications de formulation et de style effectuées au fil texte, elles se différencient du document soumis pour l’habilitationpar quelques aspects importants : le changement du titre (celuide l’habilitationcrises de projection et mobilisations cri-était « tiques : approche corpo-graphique du changement par les marges »), l’allégement du prologue (amputéde certains détails biographiques), le toilettage et la réduction de l’épilogue initial (qui est devenu la par-tie 4) et l’écriture d’un nouvel épilogue qui reprend et complète cer-tains axes de mon discours de soutenance (en essayant de clarifier des questions soulevées dans les échanges).
Je dois dire toute ma gratitudeà l’égard des personnes qui ont accepté de participer aux différentes enquêtes mobilisées dans ce tra-vail, en produisant des témoignages parfois longs et intimes. Il me faut également remercier chaleureusement Marie-Claude et François Ferez pour leur relecture de la version finaleprésentée à l’éditeur, mais aussi l’ensemble de celles et ceux qui, par leurs critiques bienveillantes et/ou par leurs relectures minutieuses de certains « bouts de textes »produits comme autant de traces laissées sur le chemin souvent chao-tique et tortueuxd’une pensée en construction, ont contribué à l’existence: Bernard Andrieu,de cette expression de mes recherches Jean-Christophe Attias, Esther Benbassa, Michel Bernard, Jacques Birouste, Christophe Broqua, Julie Cornaton, Christophe Dargère, Daniel Denis, Elsa Dorlin, Jacques Dumont, Jan-Willem Duyvendak, Agnès Elling, Carine Érard, Eric Fassin, Patrick Fougeyrollas, Gilles Fumey, Stéphane Héas, Yves Le Pogam, Philippe Liotard, Estelle Marin-Duval, Eric Perera, Athanasios Sakis Pappous, Mélanie Perez, Claude Pujade-Renaud, Jean-François Ravaud, Sébastien Ruffié, Laura Schuft, Barbara Thiandoum, Julie Thomas, Thierry Terret, Georges Vigarello, Gaël Villoing.
9