Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 7,90 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

2
Titre
La croix d'Anjou au coeur de la Provence
3
Titre François Giraud
La croix d'Anjou au coeur de la Provence
Les princes d'Anjou entre Loire et Méditerranée de Louis IX à Louis XI (1234-1483)
Essai historique
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2007 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-00786-2 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304007862 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-00787-9 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304007879 (livre numérique)
6
7
.
8
AVANT-PROPOS
Fragment et clou de la vraie croix du Christ, épine de la couronne du Christ, sainte éponge, pierres du Saint-Sépulcre… les reliques en provenance de la Terre sainte sont nombreuses au Moyen Age et seront rapportées dès 1040 en Provence et un peu plus tard en Anjou. La croix d’Anjou, réalisée, elle aussi, à partir de la vraie croix du Christ et rapportée des croisades en 1241, représente parfaitement cette époque très marquée par le « sacré » et par le rôle considérable joué au Moyen Age par la Papauté en tant que puissance spirituelle et politique : cette croix allait d’ailleurs figurer dans la symbolique des ducs d’Anjou. Dans l’histoire de notre pays, l’Anjou et la Provence sont aussi symboliques du double élargissement vers l’Ouest et le Sud du royaume de France au Moyen Age. Ces deux territoires sont aussi révélateurs d’une volonté affirmée, des représentants de la dynastie capétienne au pouvoir, de créer les fondements d’un Etat suffisamment fort, même s’il est avant tout
9
La croix d'Anjou au coeur de la Provence
féodal pour faire face, d’une part à la volonté d’une Angleterre toujours avide de s’installer durablement sur le continent, et d’autre part aux exigences de la grande affaire du Moyen Age, les croisades, qui expliquent l’alliance quasi-permanente entre l’Eglise et les Capétiens. L’identité de ces deux territoires sera marquée par les ordres religieux et militaires. L’ordre du Temple en particulier est, dès l’origine, un ordre militaire, et sera fréquenté à partir de 1120 par un des comtes d’Anjou. L’ordre de l’Hôpital de Saint Jean de Jérusalem, s’il fut antérieur au Temple, ne devint un ordre militaire qu’après lui. Le roi Louis VI le Gros (1108-1131) fut en fait le premier capétien qui sut non seulement faire régner l’ordre dans ses domaines d’Ile de France, mais aussi intervenir habilement vis à vis des grands féodaux de l’époque (comme les comtes d’Anjou). Pour la Provence, l’intrusion d’un pouvoir fort, celui des capétiens, allait particulièrement porter atteinte à l’équilibre local existant entre un pouvoir seigneurial dispersé, peu marqué par les règles de la féodalité et des cités, à l’identité politique affirmée.
10