La démocratie déséquilibrée

De
Publié par

La démographie nous indique que, sauf mesures appropriées, nous allons droit à un déséquilibre grave de nos démocraties et que les jeunes risquent d'être écrasés sous la charge des personnes âgées et leur poids électoral grandissant.. Ce qui les conduirait à fuir nos vieux pays ou bien à limiter leur descendance. Quelles propositions pour sortir de ce cercle vicieux ?
Publié le : mardi 1 avril 2003
Lecture(s) : 282
EAN13 : 9782296320031
Nombre de pages : 117
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Christian

MARCHAL

Avec la collaboration de Jacques BICHOT,
Philippe BOURCIER DE CARBON et Bernard LEGRIS

LA DÉMOCRATIE DÉSÉQUILIBRÉE

La démographie au secours de la démocratie

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

(Ç)L'Harmattan, 2003 ISBN: 2-7475-4313-7

Préface

Pour l'honneur de la science
1900. A l'orée du vingtième siècle le prestige de la Science et des savants atteint le zénith. Les progrès sont tels que la plupart des scientifiques, mais aussi de nombreux écrivains et philosophes ainsi qu'une grande part du public pensent que l'humanité est à l'aube d'une ère nouvelle. La Science est considérée comme quasi-infaillible, comme capable de vaincre toutes les misères et maladies qui assaillent l'humanité depuis toujours, comme capable de répondre à toutes les questions et en particulier aux questions philosophiques: Où sommes-nous? D'où venons-nous? Où allons-nous? Pourquoi sommes-nous sur terre? Comment les hommes politiques résisteraient-ils à la tentation de se servir de la Science et de son prestige? Cela est si naturel! N'ont-ils pas depuis toujours utilisé tout ce qui pouvait servir à leur puissance et à leur gloire depuis le matériel (armements, richesses économiques) jusqu'au spirituel (religions). En conséquence les nazis utiliseront la biologie et le darwinisme pour justifier la «survivance du plus apte» et la domination des faibles par les forts, tandis que les communistes se serviront de la sociologie et du marxisme pour prôner le «socialisme scientifique », le «déterminisme historique» et même la «biologie prolétarienne» du funeste Lyssenko. Il faut noter que si les scientifiques ont su dénoncer l'abus commis par les nazis, ils n'ont pas été aussi efficaces face aux communistes. Par ailleurs, le vingtième siècle apporte de nombreuses désillusions. «The scientists have met sin! », «Les savants ont connu le péché! » s'est écrié Robert Oppenheimer. Il nous est difficile aujourd'hui de comprendre le désarroi du public dans les années vingt et trente:« Comment est-il possible que des scientifiques aient participé à la guerre des gaz de 1915-1918, aient conduit des expériences pour déterminer quels gaz étaient les

plus efficaces pour tuer des êtres humains?». Ces scientifiques étaient des chimistes et leurs inventions furent aussi utilisées pour la mort industrielle dans les camps nazis... Mais les physiciens ont leur fardeau avec la bombe atomique et les biologistes ont le leur avec les tentations de l'eugénisme, les manipulations génétiques et les expériences sur les fœtus humains récupérés vivants à la sortie des hôpitaux... Dans ces conditions il est fatal que beaucoup de nos contemporains aient perdu confiance dans la science. Il est loin le temps de Pasteur, des Curie... Cependant l'humanité fait face à de tels problèmes qu'il est urgent de rétablir cette confiance indispensable, et donc de dénoncer les abus commis. Parmi ceuxci, il en est un dont les conséquences pourraient s'avérer dramatiques, il concerne la démographie. Franck Notestein, démographe américain de la fondation Rockefeller, met au point la théorie de la «transition démographique» dans les années trente et quarante. Cette théorie sera imposée comme référence de base par la triomphante Amérique d'après-guerre. Cependant, face à l'explosion démographique des années cinquante et soixante, les décideurs s'inquiètent. Ne serait-il pas possible d'accélérer la transition par des politiques de contrôle des naissances? Birth control et Family planning... Cela diminuerait d'autant la charge du développement! L'ennui c'est que la théorie de Notestein prévoit une phase post-transitionnelle d'incipient decline (déclin commençant) marquée d'un point d'interrogation. Allez donc avec cela convaincre les dirigeants du tiers-monde... Qu'à cela ne tienne, il suffit de changer la théorie! Elle sera désormais affublée d'une phase finale de stabilité démographique spontanée avec tendance naturelle vers l'égalité de la mortalité et de la natalité à des taux bas et avec une espérance de vie élevée... Ceux qui mettront en doute ces idées, en particulier les démographes français de l'école d'Alfred Sauvy, seront frappés du même ostracisme que ceux qui doutaient du caractère scientifique du communisme, ils seront « politiquement
incorrects» .

Bien entendu les mots ne remplacent pas les actes. Notestein et Alfred Sauvy avaient raison. Le résultat est une accumulation grandissante d'erreurs et de contradictions, ainsi 8

bien sûr que la perte de la confiance du public dans les travaux scientifiques des démographes. Débarrassée de cette manipulation politique indue, la démographie retrouve sa dignité et son rang, c'est la plus précise des sciences humaines. Et que nous dit-elle? Elle nous dit que, sauf mesure appropriée, l'actuel vieillissement de nos sociétés va conduire à un déséquilibre très grave de nos démocraties. Le défi majeur du monde moderne est la conciliation des deux désirs principaux des femmes d'aujourd'hui: une activité professionnelle normale et une vie familiale normale. Les pays qui négligeront cette question primordiale et cèderont à la facilité qu'il y a à satisfaire d'abord les revendications des votants désormais les plus nombreux - les personnes âgées -, ces pays connaîtront un grave déficit des naissances et donc un vieillissement de plus en plus accéléré, jusqu'à l'effondrement final. Pour sortir de ce cercle vicieux « la démocratie complète », telle qu'elle est présentée dans ces pages, pourrait bien être la solution. L'humanité se trouve aujourd'hui à un tournant décisif. Les conduites irrationnelles, le refus de tenir compte des erreurs et des manipulations du passé peuvent aisément nous conduire à des catastrophes majeures: nous en avons tous les moyens. La science, la réflexion, la sagesse, la justice, le courage nous sont plus nécessaires que jamais et, si nous le voulons vraiment, l'avenir peut aussi être excellent; pensez aux progrès de la médecine, à ceux de la productivité et de l'informatique, ou bien encore à ce que sera devenu l'exploration spatiale dans trente ans. Pensez à la révolution verte: la proportion des êtres humains souffrant quotidiennement de la faim est descendue de 600/0à 15% pendant les quarante dernières années et ce progrès essentiel a toutes les chances raisonnables de se poursuivre au même rythme dans les années qui viennent... Christian Marchal

9

1.

Dictature, Anarchie, Démocratie.
Un apologue routier

Dictature. Voici votre document Vacances Eté 19xy. Vous aviez demandé une Lada plutôt qu'une Trabant et l'administration a tenu cOlnpte de vos préférences, vous trouverez la voiture qui vous est affectée, numéro , au garage de l'Avenir, 2020 rue des Lendemains qui Chantent, le mercredi 10 à partir de 18h30. Vous partirez de votre domicile le jeudi Il à 1Oh46. Vous prendrez la Nationale X puis la Départementale Y pour aboutir au centre aéré Z, lieu choisi en fonction de votre dossier Inédical et de diverses autres considérations. Par un remarquable effort d'organisation, nous avons réussi à ce que cette année les membres d'une même famille ne soient pas séparés par plus de vingt kilomètres. Votre épouse sera donc au village collectif V, vos enfants aux centres de jeunesse C et J. Vous connaissez sûrement le carrefour 120, lieu de trop d'encombrelnents et d'accidents. Cette année cela ne se reproduira pas, vous franchirez ce carrefour à la vitesse de 80 km/h le jeudi Il dans l'après-midi entre 14h 17mn 23s et 14h 17mn 26s. Pendant ces trois secondes le carrefour vous sera réservé et vous ne risquerez aucune collision. Nous insistons beaucoup sur ce point, la police de la route a reçu des ordres très stricts pour contrôler votre passage et votre vitesse. Bien entendu n'oubliez pas de régler votre montre sur I'horloge parlante avant votre départ. Vos vacances se terminent le...Vous partirez à...par...Vous rendrez votre voiture pour contrôle à et ce document Vacances, dûment rempli, avec toutes les attestations correspondantes, le... à...

Anarchie.
«Vive la Liberté! Mort aux tyrans! Non à tous ces contrôleurs et ces fonctionnaires qui ne servent à rien et sucent le sang du peuple! Nous voulons pouvoir choisir nous-mêmes notre lieu de vacances! et la route qui y conduit! et les arrêts et détours improvisés en chemin! et la vitesse à laquelle nous roulons! et le côté de la route sur lequel nous circulons! - Mais ne craignezvous pas les accidents? - Non le peuple est raisonnable et choisira d'instinct les bonnes solutions dans le respect mutuel ». Il est vrai que la plupart des gens sont prudents et raisonnables; la "minorité dangereuse", celle qui provoque à elle seule la moitié des accidents, ne compte que 4 à 13% des conducteurs selon les pays. Cependant l'accident est une chose si grave qu'un petit nombre d'égoïstes, d'inconscients et de cassecou suffit pour rendre la situation invivable. L'anarchie, la libre détermination de chacun par lui-même, serait le meilleur des régimes si nous étions tous des saints, malheureusement ce n'est pas le cas...Sur la route, à côté d'autostoppeurs fraternellement accueillis et transportés, on voit se développer des comportements aberrants profitant de l'absence de toute répression ou même surveillance: des grosses cylindrées ou des camions font la course, grands phares allumés et sirènes hurlantes, tandis que les petites voitures apprennent vite à se ranger sur le bas-côté pour les laisser passer; la courbe des accidents monte en flèche et les délits de fuite ne se comptent plus... L'anarchie est si pénible pour ceux qui n'ont que peu de moyens de défense qu'elle est bien souvent le marchepied de la dictature: mieux vaut donner tout de suite le pouvoir à un homme à poigne qui nous défendra; ses excès seront toujours moins nombreux que ceux de tous ces fous!

12

Démocratie.
La démocratie est un équilibre difficile et instable entre dictature et anarchie, il faut sans cesse veiller à la maintenir. Trop souvent à peine libérés les opprÎ111és transforment se très vite en oppresseurs de leurs minorités, sans parler de leurs anciens oppresseurs ou des descendants de ceux-ci... Les habitudes issues de la dictature sont tenaces! En sens inverse la crainte de retomber dans la dictature peut paralyser la défense nécessaire de la démocratie en donnant trop de droits à ses adversaires: jusqu'à ce que l'on établisse des lois à la fois raisonnables et efficaces l'Allemagne connut la Bande à Baader et l'Italie les Brigades Rouges. La Russie d'aujourd'hui tâtonne péniblement en cherchant des moyens démocratiques pour s'opposer aux mafias...et la lutte contre la corruption s'avère une nécessité universelle et sans cesse recommencée. Sur les routes, la démocratie vous donnera les droits essentiels : Vous choisirez votre lieu de vacances, le jour et I'heure de votre départ, l'itinéraire qui vous plaît le mieux et les arrêts et détours qui vous conviennent. Vous pourrez même bouleverser vos plans au dernier moment sans devoir en rendre compte. Mais l'on exigera que vous respectiez ce bien collectif qu'est la route, ceux qui y travaillent et ceux qui y circulent jusqu'au simple piéton...duquel on exigera aussi le même respect. Les limitations de vitesse, les règles de priorité, l'obligation de la conduite à droite, les interdictions locales de dépasser ne viennent pas d'un désir pervers de montrer son autorité. Elles viennent de cette simple constatation: la route est, de loin, le plus grand facteur d'insécurité et vous avez environ trente fois plus de risques d'être écrasé par un inconnu que d'être assassiné par un inconnu... Organiser et assurer le mieux possible la sécurité de tous est l'une des missions essentielles de l'Etat démocratique. Bien entendu il y aura toujours des hurluberlus pour proclamer: « Je ne suis pas vraiment libre! A cause des autres je ne peux pas rouler à gauche et à pleine vitesse quand cela me chante! ». Mais ce n'est là qu'une futilité: s'il n'y avait pas « les autres» il n'y aurait ni route, ni essence, ni voiture... 13

Cette petite fable est évidemment très incomplète. C'est bien beau de partir en vacances, encore faut-il en avoir les moyens... mais ce dernier point n'est pas une question de démocratie, il dépend du dynamisme de l'économie, de la liberté d'entreprendre, de la politique économique et sociale. L'Inde, malgré sa pauvreté, est une démocratie, la riche Arabie Saoudite ne l'est pas. Dans la dictature, l'essentiel est la crainte de l'autorité et de sa police politique, l'obéissance à leurs ordres qu'ils soient intelligents ou stupides. Dans l'anarchie, au sens positif de ce mot, l'essentiel est une claire conscience des conséquences proches et lointaines de ses actes et la ferme volonté d'éviter les actes nuisibles... Comprenez la difficulté de cet idéal! Dans la démocratie l'essentiel est le respect des autres, de tous les autres y compris ceux que leurs actes ont conduit en prison, mais aussi y compris leurs victimes... y compris ceux dont les opinions philosophiques, politiques et religieuses sont opposées aux vôtres: «Je hais vos idées, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous ayez le droit de les exprimer »(Voltaire). Dans la pratique ce n'est pas si facile. A moins d'être un chômeur à bout de ressources, le fraudeur qui saute les barrières du Métro montre un mépris évident pour le travail des agents de la RATP; mais la grande majorité qui paie normalement son passage, le fait-elle par respect pour ceux qui nettoient et entretiennent ces centaines de stations, font circuler ces milliers de rames ou bien le fait-elle par peur des contrôles? Un peu des deux sans doute. Certes quelques conversations sur les quais montrent vite que la plupart des voyageurs apprécient beaucoup la ponctualité, la régularité et la rapidité de ce tTIoyende transport qui n'a presque jamais d'accident, mais chacun reconnaît qu'en l'absence de tout contrôle la fraude grandirait rapidement, selon le principe: « pourquoi les autres et pas moi?». Bien entendu le mépris se rencontre à tous les niveaux. Le chauffard haut placé qui utilise sa fonction ou ses relations pour «faire sauter» une contravention pour excès de vitesse ou conduite en état d'imprégnation alcoolique, méprise et démotive le difficile et vital travail de la police de la route. Il est en partie responsable du très mauvais classement de la France en sécurité routière... Tandis que dans une situation analogue un Suédois ou 14

un Néerlandais se dépêchera de payer en espérant qu'aucun de ses administrés ne sera au courant! Le respect n'est pas inné, c'est le mépris et la haine qui le sont, leurs formes les plus courantes étant les racismes, la xénophobie, le machisme, le mépris des plus pauvres, la jalousie envers les plus riches, les fanatismes religieux, idéologiques ou politiques... On mesure là la difficulté de la démocratie, l'importance de l'exemple et de l'éducation. Tandis que, selon leur orientation, les dictatures modernes attiseront soigneuselnent soit un racisme, soit un fanatisme religieux soit la haine des riches et des « possédants».

15

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.