La dette et la distance

De
Publié par

Günther Anders, Hannah Arendt, Hans Jonas, Emmanuel Levinas, Karl Löwith, Herbert Marcuse, Leo Strauss, Eric Weil ... Non sans quelque paradoxe, la philosophie sociale, politique, métaphysique de l’après-guerre a été largement représentée par des penseurs allemands ou formés en Allemagne, qui avaient la particularité d’avoir été des étudiants de Martin Heidegger et d’être en même temps d’origine juive. Ce volume, issu d’un colloque international tenu à Paris en 2012, a voulu les penser ensemble pour la première fois et étudier sur quel fond historique et intellectuel cette double spécificité a été possible. Quelle dette chacun d’entre eux a-t-il pu contracter à l’égard de ce maître commun et quelle distance ont-ils pu prendre (ou ne pas prendre) par rapport à lui après la Seconde Guerre mondiale ? Un double questionnement qui permettra d’écrire une nouvelle page de la philosophie ­allemande, qui pourrait bien être aussi une page de la philosophie juive au XXe siècle.
Publié le : dimanche 29 novembre 2015
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782841623822
Nombre de pages : 240
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Couverture de l'epub
Sous la direction de
Marie-Anne Lescourret

La dette et la distance

De quelques élèves et lecteurs juifs de Heidegger

Présentation

Günther Anders, Hannah Arendt, Hans Jonas, Emmanuel Levinas, Karl Löwith, Herbert Marcuse, Leo Strauss, Eric Weil ... Non sans quelque paradoxe, la philosophie sociale, politique, métaphysique de l’après-guerre a été largement représentée par des penseurs allemands ou formés en Allemagne, qui avaient la particularité d’avoir été des étudiants de Martin ­Heidegger et d’être en même temps d’origine juive. Ce volume, issu d’un colloque ­international tenu à Paris en 2012, a voulu les penser ensemble pour la première fois et étudier sur quel fond historique et intellectuel cette double spécificité a été possible. Quelle dette chacun d’entre eux a-t-il pu contracter à l’égard de ce maître commun et quelle distance ont-ils pu prendre (ou ne pas prendre) par rapport à lui après la Seconde Guerre mondiale ? Un double questionnement qui permettra d’écrire une nouvelle page de la philosophie ­allemande, qui pourrait bien être aussi une page de la philosophie juive au XXe siècle.

Table des matières

  • Introduction
    • L’homme et la philosophie(Marie-Anne Lescourret)
      • Philosopher avec Heidegger ?
      • « Le roi secret du royaume du penser   »
  • I. Le contexte intellectuel
    • Théologie et politique : le débat de Davos entre Ernst Cassirer et Martin Heidegger revisité(Jeffrey Andrew Barash)
      • I
      • II
      • III
      • IV
      • V
    • Günther Anders et le murmure de Heidegger(Edouard Jolly)
      • Les mots pour le dire
      • Le silence affecté est parlant
      • Le silence doctrinal et ses finalités discursives
      • Éthique de la diction philosophique
      • Mutisme heureux
      • Sigles utilisés dans les notes pour les ouvrages de Günther Anders
    • Les prémisses du rationalisme occidental : Leo Strauss et le problème de Socrate(François Coppens)
      • Après Heidegger vers les Grecs
      • Deux compréhensions
      • L’ébranlement de toutes les traditions
      • Le projet moderne
      • La critique
      • La philanthropie de Socrate
      • L’art d’écrire ésotérique
      • Conclusion
    • Karl Löwith ou la dédramatisation de l’existentialisme : excentricité et décentrement(Thomas Keller)
      • Introduction : une ontologie avec ou sans l’être
      • Une vie précaire
      • Les textes : une relation inégale
      • La médiation : de la critique du décisionnisme à la thèse de la sécularisation
      • La distance et la dissymétrie de l’homme : la vie, le Mitmensch, la Mitwelt
      • Conclusion
  • II. Politique
    • Formalisme, décisionnisme, nihilisme Strauss, Kuhn, Löwith, Arendt(Reinhard Mehring)
      • Complémentarité Heidegger / Schmitt
      • La coopération entre Heidegger et Schmitt en 1933
      • Problématique de la critique morale
      • État des lieux initial : la critique de Schmitt par les étudiants juifs de Heidegger
      • Kuhn et Löwith comme critiques philosophiques du Concept du politique
      • Le retour d’Hannah Arendt à Socrate
    • La politique, ou réponse d’Arendt à Heidegger
    • (Annabel Herzog)
      • La déformation professionnelle
      • Le lieu propre
      • Le refus du vouloir
    • Heidegger et Marcuse(Jean-Marc Durand-Gasselin)
      • I - Du néoromatisme lukácsien à la rencontre avec Être et Temps : la logique paradoxale d’une appropriation
      • II - La rupture et les traces ; la question de la technique
  • III. Éthique
    • Hans Jonas : de l’ontologie à la morale(Pascal Delhom)
      • L’évocation du nom
      • Dette et distance philosophique
    • Levinas et Heidegger : aux origines de la critique   (Joëlle Hansel)
      • 1932 : les germes de la critique
      • 1933 : L’irruption de l’histoire
      • 1934 : vers la « sortie de l’être »
    • Peines de l’amour perdu. Passion, action et être au monde : remarques sur Heidegger et Arendt(Dieter Thomä)
      • Heidegger : de l’amour à la mission, de la révélation à la résolution
      • Arendt. L’amour entre l’action et la passivité
  • IV. Le citoyen et le philosophe
    • Nationalisme, judaïsme, sionisme : portraits croisés(Sophie Nordmann)
    • Écouter le philosophe, juger le citoyen ? Eric Weil et le cas Heidegger(Jean-François Rey)

Introduction

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.