La face féminine du mouvement vert iranien

De
Publié par

La méthode de combat des Iraniennes contre la discrimination et son traitement dans les médias sont l'objet d'étude de ce livre. L'auteur consacre sa réflexion à l'analyse du "Mouvement vert" iranien en 2009, se concentrant tout spécialement sur le rôle des réseaux sociaux dans le développement d'une opinion publique iranienne et elle confirme s'il en était besoin la présence affirmée des femmes iraniennes dans ce mouvement par une analyse du discours et de ses attendus.
Publié le : mercredi 1 juillet 2015
Lecture(s) : 10
EAN13 : 9782336386997
Nombre de pages : 180
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Modjtaba Najaî est journaliste, traducteur et doctorant en communica tion à l’université Sorbonne Nouvelle Paris III. Son domaine de recherche est l’inLuence des nouveaux médias dans la formation des mouvements socio-politiques et des nouvelles formes de sociabilité en Iran.
d’afIrmer ses revendications, d’autant moins
L’auteur consacre sa réexion à l’analyse du
publique iranienne et elle conIrme s’il en était besoin la présence afIrmée des femmes iraniennes dans ce mouvement par une analyse
Modjtaba NAJAFI
LA FACE FÉMININEDU MOUVEMENT VERT IRANIEN Delinternetàlarue
Préface de Shirin EBADI
26/06/2015 22:27:52
LA FACE FÉMININE DU MOUVEMENT VERT IRANIEN DELINTERNETÀLARUE
COLLECTION L’IRAN EN TRANSITION Dirigée par Ata Ayati
Les dernières parutions
Minoo KHANY,La couleur de la guerre IranIrak. Regards croisés sur la peinture iranienne après la Révolution 1979. Préface de Christophe Balay, 2015. NazyALAIE AHDIEH,Romain Rolland,et religion guerre .Rencontre avec la foi baha’ie, Préface de LeïlaSaberan-Mesbah, 2015. NahâlKHAKNÉGAR,L’exil comme épreuve littéraire. L’écrivain iranienface à ses homologues. Préface de Ramine Kamrane, 2015. DjalâlSATTÂRI,Chahrzâde et sa conversation avec Chahryâr, Traduit du persan par Pirouz Eftékhari. 2015. JocelynCORDONNIER,Les ÉtatsUnis et l’Iran au cours des années 1970. Une amitié particulière au temps de la guerre froide. Préface de -XOLHQ =DULÀDQ  JalalALAVINIA,collaboration avec Thérèse en MARINI,Tâhereh lève le voile. Vie et œuvre de Tâhereh, la purepoétesse, (1817-1852), e pionnière du mouvement féministe en Iran du XIX siècle.Préface de Farzaneh Milani/Postface de Foad Saberan, 2014. LeylaFOULADVIND,/HV PRWV HW OHV HQMHX[ /H GpÀ GHV URPDQFLqUHV iraniennes. Préface de Farhad Khosrokhavar, 2014. AliGHARAKHANI,Téhéran, l’air et les eaux d’une mégapole.Préface de Philippe Haeringer, 2014. HomaNATEGH,Les Français en Perse. Les écoles religieuses et séculières (18371921). Préface de Francis Richard. Traduit du persan en français par Alain Chaoulli et Atieh Zadeh, 2014. NaderAGHAKHANI,Les « gens de l’air », « jeux » de guérison dans le sud de l’Iran. Une étude d’anthropologie psychanalytique. Préface d’Olivier Douville, 2014. MichelMAKINSKY(dir.),L’économie réelle de l’Iran, audelà des chiffres, 2014. e FoadSABÉRAN,Nader Chah ou la folie au pouvoir dans l’Iran du XVIII siècle. Préface de Francis Richard, Postface d’Alain Désoulières, 2013. MohsenMOTTAGHI,La pensée chiite contemporaine à l’épreuve de la Révolution iranienne.Préface de Farhad Khosrokhavar, 2012.
ModjtabaNAJAFI
LA FACE FÉMININE DU MOUVEMENT VERT IRANIEN DELINTERNETÀLARUE
Préface de ShirinEBADI
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.r difusion.harmattan@wanadoo.r ISBN :978-2-343-06834-3EAN :9782343068343
Chapitre
À ma mère qui m’a laissé dans un monde de chagrin par sa mort en 2012. Elle sera toujours vivante pour moi. Son souvenir est dans mon cœur et elle m’inspirera toujours pour construire un monde meilleur. Elle est la première à m’avoir enseigné l’importance de l’amitié dans la vie. À tous les martyrs du Mouvement vert iranien qui ont VDFULÀp OHXUV YLH SRXU XQ ,UDQ YHUW F·HVWjGLUH XQ ,UDQ OLEUH développé et démocrate. À Toutes les mères endeuillées pour leurs enfants martyrs ; MH UHVSHFWH OHXUV ODUPHV OHXUV FKDJULQV ­ 6KDKLQGRNKW 6DQDWL VXUQRPPp © 0DGDPH GHV URVHV ª une femme qui a remplacé l’opium par des roses dans une des SURYLQFHV LUDQLHQQHV .HUPDQ R HOOH D SX VDXYHU EHDXFRXS GH WR[LFRPDQHV HW R HOOH D FUpp EHDXFRXS G·HPSORLV ­ 6DHHGHK *KRGV IRQGDWULFH GH © 0DKDN ª XQH LQVWLWXWLRQ QRQ JRXYHUQHPHQWDOH DFWLYH GHSXLV  TXL D SRXU EXW G·DLGHU les enfants atteints de cancer et leurs familles. À partir de ce travail je la remercie comme une citoyenne iranienne. (QÀQ MH WLHQV HQ SDUWLFXOLHU j UHPHUFLHU 0DGDPHJocelyne Arquembourg,PD GLUHFWULFH GH WKqVH SRXU VHV FRQVHLOV HW VHV remarques éclairées dans mes recherches.
5
La face féminine du Mouvement vert iranien
6
Ƽ ǂƃŤŧdžſƿƙdž ŬƼƅŤƉ ͬ ƌɓLJŽ ƾŤŵ ŬƎŽ Ťŧ ǃǶ Ƅ ȡţ ƻǀƅ ͬ Ƽ LJŭ ƫƱƉ ǃŧ ƾLJŮƉ ƌɓLJŽ ƾţLJžŮƉţ Ťŧ ǃǶ Ƅ ȡţ ͒ Ʒȡ LJŭ ƅţ ƻɓLJŧ ͬ Ƽ ǂƃŤŧdžſ LJŭ ƾţLJŵ Ʒ Ɗ ǀ Ʒɔ Ƽ ǃŧ ƾLJŽ LJŭ ƅţ ƻɓLJƍ ͬ Ƽ ǂƃŤŧdžſ ƌɓLJŽ ƾţdžƃ ͷƍţ Ʒɔ Ɖ ǃŧ
Ma patrie, je te reconstruirai, si besoin, par des briques faites de ma vie, J’érigerai des coLonnes pour te soutenir avec mes os. Je respirerai de nouveau Le parfum, des leurs préférées de ta jeunesse. Je Laverai de nouveau Le sang de ton corps, avec Les torrents de mes Larmes.
Sîmîne Behbahanî « Ma patrîe ».
Préface
Préface
Les femmes égalîtarîstes sont les avant-gardes de la dé-mocratîe maîs peut-on parler de la démocratîe en oublîant l’égalîté entre les cîtoyens ? Lorsqu’une femme parle de la suppressîon des înégalîtés dans un pays îslamîque comme l’Iran, en effet, elle déie la plus împortante et la plus fondamentale dîmensîon de la dîs-crîmînatîon fondée sur une înterprétatîon erronée de l’îslam împosée aux femmes îranîennes après la révolutîon 1979. Le système autocratîque du Shah a provoqué le mécon-tentement, les gens sont descendus dans la rue. Ensuîte, une révolutîon a eu lîeu qu’îl faut nommer, non pas la révolu-tîon îslamîque, maîs « La Révolutîon masculîne contre les femmes » car sa dîmensîon la plus împortante a été de faîre perdre aux femmes les droîts obtenus après des années de combat. Maîs, îl ne faut pas oublîer que Mohammad Reza Shah séduît par la cîvîlîsatîon occîdentale voulaît faîre res-sembler son pays aux pays occîdentaux.Il a eu un rôle înuentsurla légîslatîon en faveur des femmes. La loî la plus împortante est celle sur la protectîon de la famîlle adoptée en 1967 dans laquelle, la polygamîe est lîmîtée à deux épouses, le droît de garde des enfants est attrîbué aux femmes, le droît au dîvorce est devenu lîmîté pour les hommes et dans des cas précîs, l’autorîté parentale est exer-cée par la mère, les femmes et les hommes ont eu les mêmes droîts. Enin, « la révolutîon contre les femmes » l’a empor-té. En févrîer 1979, les hommes ont réactîvé, par quelques lîgnes d’écrîture, une légîslatîon vîeîlle de soîxante-dîx ans
7
La face féminine du Mouvement vert iranien
8
alors que la nouvelle constîtutîon n’a pas encore été adoptée et le pays a été géré par le « conseîl de la révolutîon ». Par le bîaîs de cette légîslatîon, les femmes ont perdu tous les droîts obtenus : un homme pouvaît dîvorcer de son épouse sans l’autorîsatîon du trîbunal, îl pouvaît épouser quatre femmes. Les Iranîennes ont été prîvées du droît de garde des enfants, l’âge du marîage a été ixé à neuf ans, toutes les loîs dîscrî-mînatoîres ont été adoptées l’une après l’autre. On peut dîre qu’en raîson de ces loîs dîscrîmînatoîres, la majorîté des opposants de la Républîque îslamîque se trouve parmî les femmes. Les cîtoyennes dont l’îdentîté a été mîse à mal,dontla Dîya (le prîx du sang) est réduît àla moîtîé de celuî d’un homme musulman, dont le témoîgnage devant un trîbunal est devenu la moîtîé de celuî d’un homme, se sont mobî-lîsées. Leurs prîncîpales revendîcatîons ont été l’égalîté jurîdîque et la suppressîon de la dîscrîmînatîon. Elles ont bénéicîénon seulement des acquîs de la modernîté dans leur combat maîs ont aussî montré qu’îl exîste dîfférentes înterprétatîons de l’îslam en vérîiant les textes de la jurîs-prudence. Leur méthode înuente a aboutî à faîre chan-ger certaînes loîs en faveur des femmes ; cette vîctoîre leur a donné du courage. Un grand nombre des femmes ratta-chées au clergé et aux famîlles tradîtîonnelles ont partîcîpé au mouvement et le nombre des femmes égalîtarîstes a aug-menté de plus en plus. Dans la mesure où les protestatîons se sont présentéessous la forme de manîfestatîons dans les rues, on peut mentîonner le rassemblement des mîlîtants des droîts des Iranîennes en 2006 à tître d’exemple. À partîr de ce moment-là, les forces sécurîtaîres ont adopté une attîtude polîtîque envers les revendîcatîons cîvîques. Les femmes ont été accusées de « menaces contre la sécurîté natîonale », de « publîcîté contre le régîme » et de « tentatîves de renverse-ment du système polîtîque ». Pour les forces sécurîtaîres et les trîbunaux quî ont été oblîgés d’obéîr aux ordres, la protestatîon des femmes contre
Préface
la dîscrîmînatîon est en effet une protestatîon contre Islam. Maîs quel îslam ? Un îslam dans une înterprétatîon totale-ment compatîble avec les valeurs culturelles du gouverne-ment quî forme le fondement îdéologîque de la Républîque îslamîque. Donc, selon eux, les protestatîons des femmes sont polîtîques et non cîvîques, elles sont consîdérées comme des menaces contre la sécurîté natîonale. Dans ce processus, la questîon des femmes est traîtée dans les médîas comme un sujet d’actualîté, tout le monde a découvertqu’elles ne sont pas des cîtoyennes sîlencîeuses, qu’elles doîvent être prîses en compte dans les calculs polî-tîco-culturels. Dans sa réactîon, la Républîque îslamîque a essayé d’înstrumentalîser cette questîon en faîsant entrer quelques Iranîennes au Parlement, dans les mînîstères. Elles étaîent en faveur des loîs dîscrîmînatoîres en raîson de leur sîtuatîon polîtîco-inancîère-îdéologîque. En les présentant comme députées au Parlement ou en leur attrîbuant des postes mînîstérîels, les autorîtés îranîennes ont voulu mon-trer au monde que toutes les femmes ne sont pas égalîtarîstes. Beaucoup d’entre elles sont contentes de cette sîtuatîon dîs-crîmînatoîre et prêtes à collaborer avec le gouvernement. Les opposants de la Républîque îslamîque ont comprîs la présence puîssante des femmes dans la socîété ; îls ont pro-ité de leurs revendîcatîons légales. Dans les électîons pré-sîdentîelles en 2009, les femmes sont descendues dans la rue à côté des hommes, car elles étaîent mécontentes de la sîtuatîon. Les rîvaux réformîstes d’Ahmadînejad, igure ultra-conservatrîce, ont été plus proches des revendîcatîons des femmes, en d’autre termes, îls se sont plus adaptés à celles-cî que lors des années précédentes. En tout cas, une vague de protestatîon s’est formée quî s’est appelée le « Mouvement vert » ; îl a été réprîmé en quelques moîs par une vîolence féroce maîs ses sympathîsants ont essayé de le faîre revîvre en commémorant son souvenîr, en espérant faîre revîvre un mouvement îdentîque. Donc, Neda, Taraneh, les mères des
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.