La fin de l'État de droit?

De
Publié par

Dans un état de droit, les élus sont tenus par le droit qui a été édicté. Une des bases de l’état de droit est la séparation des pouvoirs, sur laquelle se fondent la majorité des États occidentaux modernes et qui affirme la distinction des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, et leur limitation mutuelle. L'état de droit s'oppose ainsi aux monarchies absolues de droit divin et aux dictatures, dans lesquelles l'autorité peut agir au mépris des droits fondamentaux. Ici, au Québec et au Canada, nous vivons, n’est-ce pas, sous un régime reconnu pour ses assises démocratiques, sa stabilité constitutionnelle, ses acquis en matière de primauté du droit. Mais sa valeur réelle ne doit-elle pas être évaluée en fonction de son plus récent bilan? Or, les accrocs à cet état de droit semblent devenir monnaie courante. Dans le confort et l’indifférence, pour paraphraser Arcand. Ce petit livre veut attirer l’attention sur l’importance des violations récentes qui ont de quoi surprendre, et qui surviennent dans une apparente indifférence générale pour le moins inquiétante. Quelques exemples: l’affaire Omar Khadr, la gestion des manifestations étudiantes, les bavures policières, l’utilisation de la torture, la commission Charbonneau, le retrait du protocole de Kyoto, le cas Régis Labeaume, le système de santé public, le registre des armes à feu, la réforme du Sénat, etc. Notes particulières: À noter que Vincent Marissal, de La Presse, signe une postface à cet ouvrage.
Publié le : jeudi 27 mars 2014
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782892618341
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La fin de l'État de droit?
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Bordel-Station

de les-editions-xyz

États de la présence

de les-editions-xyz

L'archipel de Caïn

de les-editions-xyz

suivant