//img.uscri.be/pth/a0dc4b585800429594225b7224fd8ce944d31671
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 23,40 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

La France

De
336 pages

Des fiches claires, synthétiques et pertinentes pour comprendre les enjeux contemporains.

Voir plus Voir moins
Chapitre
1
La place de la France dans le monde. Les milieux physiques
De moins en moins de Français considèrent leur pays comme une grande puissance. La France est désormais perçue comme une puissance moyenne, surtout à l’étranger.
Dans tous les cas, il est évident qu’elle joue encore, en Europe et dans le monde, un rôle plus important que celui qui est tenu par les autres pays dont la population et l’économie sont comparables.
Il faut voir là le rôle déterminant de l’histoire.
1
0
N
La situation géographique et géopolitique de la France
600 km
100 km
L’Hexagone et les centres de gravité de l’Europe
m 575 k
Centre de l’Europe à douze
400 km
450 km
385 km
Bonn
Centre de l’Europe à 25
(sans tenir compte des possessions d’outre-mer appartenant aux pays de l’UE : Antilles, Açores, Madère, etc.)
580 km
Leipzig
Centre de l’Europe à 27
Située au milieu de l’hémisphère Nord, la France métropolitaine occupe une situation favorable en Europe. La France d’outre-mer est dispersée dans trois océans, ce qui permet le contrôle de plus de 10 millions de kilomètres carrés d’espaces maritimes. 1 À partir de cette situation géographique,la France a-t-elle pu conduirequelle géopolitique ?
1 Le territoire français : deux grands ensembles A. La France métropolitaine Couvrant près dekilomètres carrés550 0 0 0 , la France se situe au quarante-septième rang mondial et au deuxième rang européen, derrière l’Ukraine. e e Elle est située entre le 42 et le 51 degré de latitude nord. Sa forme, ramassée, se caracté-rise par des distances nord-sud et est-ouest quasi semblables : 900 kilomètres à vol d’oiseau.
16 )
Chapitre 1 – La place de la France dans le monde. Les milieux physiques
Elle bénéficie d’ouvertures continentales et maritimes comparables. En effet, les trois côtés terrestres de l’Hexagone ont une longueur presque égale à celle des trois côtés maritimes (1 4 35 kilomètres et 1 5 60 kilomètres). Ces éléments,dont il ne faut pas exagérer l’importance, ont facilité les échanges intérieurs, extérieurs, terrestres et maritimes. Toutefois, les relations continentales ont toujours dominé les relations maritimes , ce qui explique, en partie, un plus grand développement des activités à l’est de la ligne Le Havre-Paris-Lyon-Marseille et une mise en valeur plus tardive des littoraux. Trois grands axes d’échanges structurent le territoire métropolitain : – l’axe qui, depuis Lille et Le Havre, relie Paris, Lyon et Marseille ; – l’axe rhénan, qui effleure la France dans la plaine d’Alsace ; – la grande voie maritime Manche-mer du Nord.
B. La France d’outre-mer Elle ne couvre que120 0 0 0 kilomètres carrés, mais elle est éparpillée dans les deux hémi-e e sphères entre le 47 degré de latitude nord et le 50 degré de latitude sud. Contrairement à la métropole, ces territoires sont politiquement et administrativement différents ; depuis la révision constitutionnelle de mars 2003, il n’existe plus de territoires d’outre-mer : – quatre ont le statut de département d’outre-mer (DOM) : Réunion, Guadeloupe, Martinique, Guyane ; – quatre ont le statut de collectivités d’outre-mer (COM) : Polynésie française, Wallis-et-Futuna , Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon ; – la Nouvelle-Calédonie est un pays d’outre-mer (POM) depuis 1999.
Essentiellement insulaires, à l’exception de la Guyane, ces territoires assurent à la France le contrôle de10 millions de kilomètres carrésd’espaces océaniques, dans le cadre encore 2 discuté de la convention de Montego Bay , qui fixe à 200 milles marins (370,40 kilomètres) la limite des zones maritimes d’exploitation exclusive.
1. Géopolitique : étude des rapports qui existent entre les États, leur politique et les données naturelles, ces dernières déterminant les autres. 2. Convention de Montego Bay : elle s’est tenue à la Jamaïque en décembre 1982 et prévoit de partager entre les États côtiers 40 % des eaux marines. Mais elle n’a pas été signée par les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Cette convention n’a été ratifiée que par douze pays, alors qu’il en faudrait 60 pour qu’elle soit appliquée. Elle a pour but d’éviter les conflits maritimes de tous ordres.
La situation géographique et géopolitique de la France
17 (
Les zones françaises d’intérêts économiques
Waelltis--Futuna
Antfirllaensçaises Miquelon Sainet-Pierre-
Clipperton
NoCuavleélldeo-nie
Réunion
Mayotte
NoAuvmesltle-rdam Saint-Paul
Europa
Polynésie
Kerguelen
Crozet
N
2 400 km
0
2 La situation géopolitique de la France A. Caractéristiques Son appartenance à l’Union européenne : la France était jusqu’au 29 mai 2005, avec l’Allemagne, le pays le plus actif dans la construction de l’Europe ; or, celle-ci détient la première place mondiale pour la production de richesses et pour les échanges. 3 Son insertion dans le Système monétaire international : la France fait partie du G8 , et les prési-4 dents du FMI sont souvent français.
18 )
Chapitre 1 – La place de la France dans le monde. Les milieux physiques
Son ouverture sur le monde et son attachement aux valeurs démocratiques : l’image de la France, patrie des droits de l’homme, terre d’asile pour de nombreux réfugiés politiques et travailleurs étrangers, demeure très forte sur l’ensemble de la planète. Les liens tissés avec les pays francophones : – le français est la langue usuelle de 124 millions de personnes ; – le nombre de francophones augmente, en particulier dans les dix-sept États africains où le français est la langue officielle. Les accords et les traités qu’elle a signés : la France,membre du Conseil de sécurité de l’ONU et de l’Alliance atlantique, tente de demeurer un des garants de la stabilité du monde.
B. La France vit dans un monde de contraintes, d’interdépendance et de solidarités
Une dépendance par rapport à ses pays fournisseurs. Celle-ci atteint 52 % dans le domaine énergétique et près de 88 % pour les matières premières non énergétiques. En outre, de très nombreux produits manufacturés proviennent d’achats effectués à l’étranger : informatique, vidéo, aéronautique, machines-outils, etc. La précarité de ses approvisionnements. Comme les autres grandes nations industrielles, la France a été plongée dans la crise économique à la suite des chocs pétroliers de 1973 et de 1979, de la guerre du Golfe, et ses approvisionnements sont à la merci des événements politiques qui peuvent survenir dans les pays fournisseurs de matières premières (exemple : mouvements sociaux au Gabon, en 1993). La sensibilité des voies et des passages maritimes lui a imposé un déploiement stratégique mondial : Djibouti, la Réunion. Des solidarités multiplesen compensation des garanties importantes que lui apporte le réseau de ses alliances économiques, monétaires et politiques. Aussi la France utilise-t-elle les instances internationales pour faire entendre sa voix en faveur du tiers-monde. Depuis trois décennies, elle privilégie le dialogue Nord-Sud. L’aide publique au tiers-monde représente environ 0,4 % de son PIB : 25 0 0 0 coopérants sont en permanence « sur le terrain ». L’aide privée dispensée par les organisations non gouvernementales (ONG) a doublé depuis 20 ans. L’influence internationale de la France se place très loin derrière celle des États-Unis, mais elle demeure réelle. Cela tient en grande partie au fait que, depuis de Gaulle, la France s’oppose à la politique des blocs tout en appartenant au camp occidental.
3. G8 : groupe des huit principales puissances industrielles (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Canada, Russie). Créé en 1975, il représente 52 % de la production mondiale. 4. FMI (Fonds monétaire international) : créé en 1944 par la conférence de Bretton Woods (États-Unis), il constitue la clé de voûte du Système monétaire international (SMI). Il compte 172 États membres. Sa principale fonction actuelle est d’octroyer des prêts à court terme aux pays en développement qui s’engagent à mettre en œuvre des plans d’ajustement structurel destinés à permettre la résorption de leur dette extérieure.
La situation géographique et géopolitique de la France
19 (
2
Une puissance moyenne à vocation mondiale
Au quarante-septième rang par sa superficie, au vingtième par sa population, la France est la sixième puissance économique mondiale, après les États-Unis, le Japon, l’Allemagne, la Chine et le Royaume-Uni.
Toutefois, elle ne peut prétendre jouer un rôle de « locomotive » car elle est largement dépen-dante des États-Unis et de l’Allemagne dans les domaines de l’économie et de la finance. De quelle manière la France occupe-t-elle une position originale parmi les puissances mondiales?
1 Depuis longtemps, la France est plus une grande puissance politique, intellectuelle et artistique qu’une grande puissance économique
2
e e A. Un grand rayonnement culturel duXVIIauXXsiècle e e AuxXVIIetXVIIIsiècles, la France est le pays le plus peuplé d’Europe (Russie exclue). Elle est le plus grand foyer artistique, et le français est parlé dans toutes les cours européennes. e e AuxXIXetXXsiècles, l’influence artistique reste considérable, particulièrement grâce au rayon-nement intellectuel de Paris.
e B. AuXIXsiècle, déjà, la France n’est plus que la quatrième puissance économique mondiale Après la première révolution industrielle, lorsque l’économie devient le premier critère de classe-ment des États, la France se place derrière les États-Unis, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. La puissance française repose largement sur la taille de son empire colonial, l’efficacité de ses armées et la force de sa diplomatie.
e C. Son déclin relatif auXXsiècle En 1944, la France est toujours au quatrième rang mondial pour l’économie malgré un recul démographique sévère. En revanche, les deux guerres mondiales lui ont fait perdre une partie notable de son poids diplomatique : d’abord au profit des États-Unis et de l’URSS, et, depuis 20 ans, des seuls États-Unis. C’est dans le domaine culturel que le recul est peut-être le plus sensible, face à la montée de l’influence anglo-saxonne (langue, cinéma, mode de vie).
D. Elle demeure une puissance vivante Bien restructurée depuis un demi-siècle, l’économie française demeure dynamique et le mode de vie des Français fait envie à de nombreux étrangers, pauvres ou riches. Rarement première, la France est souvent bien placée dans les secteurs clés de l’économie : agriculture, industrie, services, recherche, protection sociale, malgré une dégradation de ses positions depuis une vingtaine d’années.
0 )
Chapitre 1 – La place de la France dans le monde. Les milieux physiques
2 Un pays riche, démocratique et en paix Les pays qui cumulent ces trois avantages sont un peu plus d’une vingtaineet appartiennent tous à l’ancien « bloc occidental ». La triade (Amérique anglo-saxonne, Europe occidentale, Japon) regroupe la quasi-totalité de ces pays privilégiés.
A. Un pays riche Une richesse ancienne: elle est fondée au départ sur des ressources naturelles abondantes (sols, e e forêts, fer, charbon, hydroélectricité). AuxXVIIIetXIXsiècles, l’agriculture a été suffisamment productrice pour nourrir une population en forte augmentation et éviter les famines. La richesse actuelle a d’autres fondements. À l’exception de ses bons sols agricoles, la France ne dispose plus de ressources naturelles importantes : le fer lorrain et le charbon ne sont plus exploités, le pétrole (1 million de tonnes) et le gaz naturel (0,9 milliard de mètres cubes) ne sont plus que des productions d’appoint. L’origine de la richesse est ailleurs. Elle réside dans l’effica-cité du système de formation ; celui-ci donne aux Français un grand savoir-faire dans l’organisa-tion économique et financière, qui fait de la France un pays compétitif, ainsi que dans l’organisation sociale, qui en fait un pays solidaire. Cependant, tous les Français ne sont pas riches. Parmi les 21 pays qui ont un PIB annuel par habitant supérieur à 20 0 0 0 dollars, la France est passé du neuvième rang en 1999 au quator-zième en 2002 (23 000 dollars) et au dix-neuvième rang en 2007 (24 000 dollars). Et même si la France dispose d’un bon système de protection sociale, la crise économique a toutefois fait appa-raître un îlot important de pauvreté relative. Selon la Caisse nationale d’allocations familiales, 7,7 millions d’habitants (12 % de la population) vivaient avec moins de 15 euros par jour en 2009 et, parmi eux, 2,9 millions avec moins de 10 euros. Les exclus du logement ou les très mal logés étaient 3,5 millions, dont 280 000 sans-abri. Le nombre de bénéficiaires du RMI (revenu minimum d’insertion), devenu RSA (revenu de solidarité active) en 2009, est passé de 357 0 00 en juin 1989 à 1,2 million au 31 décembre 2009. Les principaux foyers de pauvreté sont en Île-de-France, dans les DOM, dans les Régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA), mais l’exclusion sociale se rencontre dans toutes les grandes villes et gagne aujourd’hui le monde rural. La France est pourtant loin de connaître la situation la plus difficile parmi les pays riches.
B. Un pays démocratique et en paix La France fait partie de la trentaine de pays où la vie démocratique est une pratique ancienne et non contestée. Certes, l’armée française a été engagée dans les guerres coloniales (Indochine, Algérie) de 1946 à 1962, puis dans de nombreuses interventions à l’étranger, le plus souvent sous l’égide de l’ONU. Mais le territoire métropolitain n’a pas connu de guerre depuis plus de 65 ans, ce qui constitue un record dans l’histoire du pays.
3 Les formes de la puissance A. Les échanges et la conduite de l’économie mondiale La France est lacinquième puissance commercialeavec 3,2 % des échanges mondiaux en 2009 (quatrième rang et 4,2 % en 2001). Elle est particulièrement compétitive dans l’exportation des services, où elle occupe la troisième place loin derrière les États-Unis (deuxième en 2001). Elle participe à toutes les réunions du G8 (groupe des huit principales puissances économiques, qui représentent 52 % de la richesse mondiale).
Une puissance moyenne à vocation mondiale
21 (
Toutefois, la France est devenuetrès dépendantedes évolutions et des décisions économiques et financières des États-Unis et de l’Union européenne.
B. Le rayonnement culturel Il est fondé sur la francophonie et la créativité des artistes, des savants et des intellectuels français. C’est dans ce domaine que le recul de l’influence française est le plus sensible par rapport à la e e période allant duXVIIauXIXsiècle, malgré l’évocation fréquente d’une « exception culturelle française » de plus en plus contestée à l’étranger.
C. Une diplomatie omniprésente et un rôle militaire original La troisième ou quatrième puissance nucléaire. Créée par le général de Gaulle, la force de frappe nucléaire permet à la France d’assurer sa défense par ses propres moyens. Constituée par la force aérienne stratégique (Mirage 2000 N et Rafale) et les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE), cette force de dissuasion a permis à la France de renoncer au para-pluie nucléaire américain et à l’OTAN en 1966, tout en restant membre de l’Alliance atlantique (1949). Cette force nucléaire est aujourd’hui l’objet de bien des interrogations depuis la dispari-tion de la menace à l’est. Depuis 1990, l’accent est mis davantage sur la Force d’action rapide (FAR), créée en 1983. Composée de 40 000 hommes assez bien équipés, elle permet d’assurer la présence militaire de la France sur la plupart des théâtres d’opérations : seule comme au Tchad, au Rwanda ou en Côte d’Ivoire, ou aux côtés de ses alliés pendant la guerre du Golfe, en Somalie, en Bosnie, au Kosovo ou en Afghanistan. Une diplomatie active. La France est un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et, à ce titre, elle participe aux tentatives de règlement pacifique de nombreux conflits. Cependant des puissances de même ordre (Royaume-Uni, Allemagne, Italie) estiment que la place militaire et diplomatique de la France est trop grande par rapport à sa puissance économique et au déclin relatif de son rôle culturel. En France même, de plus en plus de citoyens pensent qu’elle en fait peut-être un peu trop !
22 )
La France n’en demeure pas moins une puissance qui compte encore; l’effacement de la Russie lui redonne (temporairement ?) une importance qu’elle avait en partie perdue lors de la période de confrontation entre les deux grands.
Chapitre 1 – La place de la France dans le monde. Les milieux physiques
Présence et interventions militaires de la France dans le monde
en janvier 2010
Pakistan
Afghanistan 3 700 hommes 10 avions
2
3
Salvador 16 hommes depuis 07/91 Une puissance moyenne à vocation mondiale
8
Chypre
1
Interventions passées
6
0
1- Tchad 2- Gabon 3- Zaïre 4- Somalie 5- Rwanda
Interventions en cours Missions de paix de l’ONU avec participation de la France
Missions sans participation de la France
Liban du Sud 400 hommes depuis 03/78
Inde
Présence permanente de troupes françaises
Mozambique
2- Gabon 6- Sénégal 7- Côte d’Ivoire 8- Djibouti 9- Comores
Cambodge 500 hommes depuis 03/92
( 23
Ex-Yougoslavie 2 500 hommes depuis 03/92
Angola
9
Frontière d’Israël 18 hommes 2 avions depuis 06/48
2 400 km
N
Sahara occidental 30 hommes depuis 09/91
7
4
Frontière Irak-Koweït 15 hommes depuis 04/91
3
0
Un poids historique et diplomatique incontestable
Le partage de l’Empire carolingien (traité de Verdun en 843)
FRISE
SAXE Rhin Aix-la-Chapelle FRANCE Mayence Reim s Paris AUSTRASIE Seine BRETAGNE NEUSTRIE Danube Loire ALAMANNIE Tours BAVIÈRE BourgesRHÉTHIE BOURGOGNE Venise AQUITAINEMilan NLyon Bordeaux Garon LOMBARDIERavenne PROVENCE ne ÉTATS IEAix-en-P. N GASCOGNEA M IDE T P E Narbonne SL'ÉGLISE 100 km MARCHERome D’ESPAGNE
Royaume de Charles le Chauve
Royaume de Lothaire (Lotharingie)
Royaume de Louis le Germanique
Frontières actuelles de la France
À l’inverse de la Belgique, de l’Italie ou de l’Allemagne, qui ne furent constituées qu’au e XIXsiècle,la France, grâce à sa création et à son unité précoces, a pu jouer un rôle diplomatique de première importance depuis plusieurs siècles.
1 Un poids historique dû à la précocité de sa création A. Les grandes étapes de la création de la France Jusqu’au traité de Verdun (843), les Gaulois, fraction du peuple celte, s’installèrent dans le pays qui devait devenir la Gaule vers 500 av. J.-C. Lors de sa conquête (58-51 av. J.-C.), César dénombra 90 tribus gauloises et fixa les frontières de la Gaule romaine sur le Rhin, les Alpes et les Pyrénées. La Gaule conserva ces frontières jusqu’aux invasions barbares, c’est-à-dire pendant 500 ans. Puis le gigantesque empire édifié par Charlemagne déborda largement les frontières de la Gaule, mais il fut partagé en trois par le traité de Verdun.
24 )
L’importance du traité de Verdun. L’empire de Charlemagne fut divisé en trois bandes longitudinales du nord au sud : Louis le Germanique reçut le territoire le plus vaste à l’est (la Germanie) ; Charles le Chauve reçut la France marquée par les « quatre rivières », l’Escaut, la Meuse, la Saône et le Rhône ; Lothaire obtint la bande centrale qui, dès 960, fut divisée en une haute Lotharingie, future Lorraine, et une basse Lotharingie, futurs Pays-Bas. Cette bande centrale allait être disputée pendant près de 1 000 ans entre la France et l’Allemagne.
Chapitre 1 – La place de la France dans le monde. Les milieux physiques