La France et le sionisme 1897-1948

De
Publié par

De 1896, année de publication de L'Etat juif, de Theodor Herzl, à 1948, quand l'Etat d'Israël est proclamé, les relations entre la France et le sionisme semblent avoir été dominées par l'incompréhension réciproque, voire par l'incompatibilité culturelle et idéologique. Au départ, pour les Juifs français, les républicains et les catholiques, le projet sioniste n'est qu'une utopie illégitime teintée, en outre, de germanophilie. Les dirigeants sionistes, Herzl et Weizmann en tête - originaires d'Europe centrale et orientale - n'ont d'yeux que pour l'Allemagne ou l'Angleterre. Ils ne s'intéressent guère à une France qu'ils ne connaissent pas.
On connaît la suite : après la Déclaration Balfour ( 1917 ), le sionisme est associé à l'Angleterre, notre alliée en Europe, notre rivale au Moyen-Orient depuis le démembrement de l'Empire ottoman. Après la guerre, la France vote, en 1947, pour le plan de partage de la Palestine, mais ne reconnaît l'Etat d'Israël qu'au début de 1949.
Pourquoi ? II y a eu, certes, la divergence ou l'opposition des intérêts au Proche-Orient. L'action de la France y reste animée par des principes ou des préoccupations dont Catherine Nicault note la persistance : le protectorat chrétien, l'anglophobie, l'antisionisme, une politique arabe éludant le choix entre l'amitié arabe et le maintien de la domination coloniale traditionnelle. Si la France semble n'avoir jamais pris la pleine mesure de la véritable nature du sionisme, c'est que les catégories intellectuelles et politiques qui y règnent conduisent les diplomates comme l'opinion à être déroutés par les revendications sionistes.
Ce livre dépeint les acteurs multiples de cette histoire singulière : hommes politiques ( Léon Blum, le général de Gaulle ), écrivains ( André Spire, Albert Cohen ), surtout les milieux du Quai d'Orsay ; du côté sioniste, Theodor Herzl, Chaïm Weizmann, David Ben Gourion. II y a aussi l'opinion française, analysée avec finesse, en particulier celle des milieux juifs et des notables qui passent, en deux générations, de l'hostilité à la sympathie active envers le sionisme.
Au carrefour de l'histoire politique et de celle des mentalités, un essai novateur, qui éclaire aussi le présent. II ne s'agit pas que du passé.

Publié le : vendredi 1 avril 1994
Lecture(s) : 19
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782702150795
Nombre de pages : 322
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
De 1896, année de publication de L'Etat juif, de Theodor Herzl, à 1948, quand l'Etat d'Israël est proclamé, les relations entre la France et le sionisme semblent avoir été dominées par l'incompréhension réciproque, voire par l'incompatibilité culturelle et idéologique. Au départ, pour les Juifs français, les républicains et les catholiques, le projet sioniste n'est qu'une utopie illégitime teintée, en outre, de germanophilie. Les dirigeants sionistes, Herzl et Weizmann en tête - originaires d'Europe centrale et orientale - n'ont d'yeux que pour l'Allemagne ou l'Angleterre. Ils ne s'intéressent guère à une France qu'ils ne connaissent pas.
On connaît la suite : après la Déclaration Balfour ( 1917 ), le sionisme est associé à l'Angleterre, notre alliée en Europe, notre rivale au Moyen-Orient depuis le démembrement de l'Empire ottoman. Après la guerre, la France vote, en 1947, pour le plan de partage de la Palestine, mais ne reconnaît l'Etat d'Israël qu'au début de 1949.
Pourquoi ? II y a eu, certes, la divergence ou l'opposition des intérêts au Proche-Orient. L'action de la France y reste animée par des principes ou des préoccupations dont Catherine Nicault note la persistance : le protectorat chrétien, l'anglophobie, l'antisionisme, une politique arabe éludant le choix entre l'amitié arabe et le maintien de la domination coloniale traditionnelle. Si la France semble n'avoir jamais pris la pleine mesure de la véritable nature du sionisme, c'est que les catégories intellectuelles et politiques qui y règnent conduisent les diplomates comme l'opinion à être déroutés par les revendications sionistes.

Ce livre dépeint les acteurs multiples de cette histoire singulière : hommes politiques ( Léon Blum, le général de Gaulle ), écrivains ( André Spire, Albert Cohen ), surtout les milieux du Quai d'Orsay ; du côté sioniste, Theodor Herzl, Chaïm Weizmann, David Ben Gourion. II y a aussi l'opinion française, analysée avec finesse, en particulier celle des milieux juifs et des notables qui passent, en deux générations, de l'hostilité à la sympathie active envers le sionisme.
Au carrefour de l'histoire politique et de celle des mentalités, un essai novateur, qui éclaire aussi le présent. II ne s'agit pas que du passé.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Martin Buber

de albin-michel

Les égarés de l'an 40

de le-nouvel-observateur

suivant