La France et son immigration

De
Publié par

L'immigration n'est pas un phénomène nouveau. En France, malgré de nombreuses lois et règlements depuis la fin du XIXè siècle, la question demeure entière. Cet ouvrage est une invitation à parler de l'immigration, autrement et sans détour ni tabou. Il propose une autre approche qui se soucie à la fois de la face visible, qui prône la maîtrise des flux migratoires, et de la face cachée de l'immigration, c'est-à-dire les causes dont on ne parle jamais.
Publié le : samedi 1 septembre 2007
Lecture(s) : 69
EAN13 : 9782296181533
Nombre de pages : 180
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LA FRANCE ET SON IMMIGRATION
Tabous, mensonges, amalgames et enjeux

@ L'Harmattan, 2007 5-7, rue de l'Ecole polytechnique;

75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-04048-9 EAN : 9782296040489

Christian G. MABIALA-GASCHY

LA FRANCE ET SON IMMIGRATION
Tabous, mensonges, amalgames et enjeux

L'Harmattan

Points de vue Collection dirigée par Denis Pryen
Déjà parus Badara Alou TRAORE, Politiques et n10uvements de jeunesse en Afrique noire francophone, le cas du Mali, 2007. Pierre MANTOT, Matsoua et le n10uven1ent d'éveil de la conscience noire, 2007. Pierre CAPPELAERE, Ghana: les chen1ins de la dén10cratie, 2007. Pierre NDOUMAÏ, On ne naît pas noir, on le devient, 2007. Fortunatus RUDAKEMW A, Rwanda. À la recherche de la vérité historique pour une réconciliation nationale, 2007. Kambayi BW ATSHIA, L'illusion tragique du pouvoir au Congo-Zaïre, 2007. Jean-Claude DJÉRÉKÉ, L'Afrique refuse-t-elle vrainlent le développelnent ?, 2007. Yris D. FONDJA W ANDJI, Le Can1eroun et la question énergétique. Analyse, bilan et perspectives, 2007. Emmanuel M.A. NASHI, Pourquoi ont-ils tué Laurent Désiré Kahila ?, 2006. A-J. MBEM et D. FLAUX, Vers une société eurafricaine, 2006. Charles DEBBASCH, La succession d'Eyadema, le perroquet de Kara, 2006.

Azarias Ruberwa MANYW A, Notre vision de la République
Démocratique du [Yongo, 2006. Philémon NGUELE AMOUGOU, Afrique, lève-toi et marche !, 2006. Yitzhak KOULA, Pétrole et violences au Congo-Brazzaville, 2006. Jean-Louis TSHIMBALANGA, L'Ùnpératif d'une culture démocratique en République Démocratique du Congo, 2006. Maligui SOUMAH, Guinée: la démocratie sans le peule, 2006. Fodjo Kadjo ABO, Pour un véritable réflexe patriotique en Afrique,2005. Anicet-Maxime DJEHOURY, Marcoussis: les raisons d'un échec. Recomn1andations pour une médiation, 2005. FODZO Léon, L'exclusion sociale au Can1eroun, 2004.

Pour ma maman chérie, mon amour et ma reconnaissance pour tout ce que tu as fait. Pour mes enfants: Mon petit Papa JÉRY, ma Princesse Titi. et mon Ange Evrard H. mon mea culpa, pour mon absence que les circonstances leur ont souvent imposée. Pour ceux et celles qui m'ont réellement aimé et que j'ai aimés, mais dont le sort a voulu que nos chemins se séparent, je leur dis ma reconnaissance pour nos meilleurs moments. De même, je leur demande de me pardonner comme j'ai pu, souvent, leur pardonner. Car, l'amour et la foi ont ceci en commun: la croyance et la patience.

« ... Considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements... »

Préambule de la Déclaration des Droits de l 'Homme et du Citoyen de 1789.

passivité même serait une action. ))

« On ne peut tirer son épingle du jeu. Et" serionsnous muets et cois comme des cailloux, notre

Jean-Paul SARTRE, Les mains sales.

AVANT-PROPOS

Ce livre est le résultat d'une longue observation qui remonte à 1983, date à laquelle mes pieds foulaient, pour la première, le sol français, où je m'étais accordé quelques jours, venant de la Suisse où j'avais pris part à une réunion à caractère sportif Et depuis 1987 où je suis quasi régulièrement en France, cette observation a été plus constante, tant par ma formation et mes études, j'ai été témoin de certaines réalités, de certains faits. Mais, c'est un soir du mois de septembre 2006 que j'ai décidé de traduire cette observation par l'écriture de ce livre. Car, ce jour là, en allumant la télévision, j'ai entendu la présentatrice du journal télévisé dire: «une embarcation de fortune dans laquelle il y avait des immigrés Sénégalais a échoué au large des côtes sénégalaises. » Pensant ne pas avoir bien entendu, j'ai changé de chaîne de télévision. Sur l'autre chaîne aussi, la présentatrice développait la même information et dans les mêmes termes. Dès lors, comment ne pas en déduire qu'il y a, manifestement une confusion sur la notion d'immigration. En effet, si la notion d'immigré vient du mot latin immigrare, qui signifie celui « qui a immigré », c'est-à-dire qui a décidé de « se fixer dans un pays étranger au sien », alors comment peut-on être immigré en étant encore dans son propre pays? Dès lors, la question qui se pose est de savoir si cet amalgame est simplement sémantique? Dans la négative, à qui profite cette confusion et quel pourrait être l'intérêt pour les médias de l'entretenir et d'y participer?

9

Aussi, j'écris ce livre, d'abord, en mémoire des centaines des milliers d'enfants, des femmes et des jeunes gens d'origine africaine, qui viennent mourir chaque jour, au large des côtes européennes. Ces gens dont la «ruée vers la mort» laisse indifférents les pays qui les affament, les asphyxient et les privent de toute perspective d'avenir. Ces morts dont les chiffres ne seront jamais connus ni des pays qui font miroiter l'eldorado, ni de ceux qui, depuis plusieurs décennies déjà, préfèrent traiter leurs propres populations avec cynisme et les contraindre ainsi à l'exil forcé. Je l'écris surtout, parce que, qui aime bien châtie bien, la France est la terre qui a été fertile aux idées des Lumières. Elle a vu naître, grâce aux grandes personnalités, à l'instar de Jacques ROUX, Georges Jacques DANTON, François Noël BABEUF, Jean-Paul MARAT, Louis Antoine SAINT-JUST et d'autres encore, les valeurs civilisatrices, fondatrices de la République, devenues par la suite le patrimoine de l'humanité tout entière. Ainsi, il appartient à la France et en premier lieu à elle, de défendre ces valeurs et de prêcher par l'exemple et par la pratique, les Droits de l'Homme qu'elle a elle-même inventés. Au risque de voir ces droits ne devenir que de simples incantations et provoquer l'agonie du droitl, son renoncement devant l'arbitraire. Autrement dit, si la France transige avec les valeurs qui ont longtemps bâti son histoire et sa réputation, alors elle ouvre la brèche à la banalisation de la xénophobie et à des excès de toutes sortes. Ce qui semble le cas depuis ces derniers temps où certains sons de cloche n'ont de cesse d'instrumentaliser l'opinion, exacerbant ainsi divers racismes. Alors que l'enjeu pour la République, est de réussir l'unité de toutes les composantes de cette France arcen-ciel, multiple par sa diversité, par son histoire et par ses valeurs, fruit de l'intelligence de l'histoire.
1

Cf Jean ZIEGLER, L'Empire de la honte, Editions Fayard,2005. 10

Enfin, j'écris ce livre parce qu'étant d'origine africaine, il est un devoir moral et intellectuel de participer, voire contribuer au débat sur une question aussi importante que l'immigration et de mettre sur la table de la discussion, des aspects jusqu'ici absents, soit parce qu'on ne les maîtrise pas tout à fait, soit parce qu'on les élude dans la rhétorique habituelle, alors qu'ils sont sinon autant importants, du moins incontournables pour répondre au problème de l'immigration, c'est-à-dire y apporter des réponses appropriées. En effet, ce qu'il convient de dire c'est que le débat sur l'immigration, tel qu'il est posé jusqu'ici en France est biaisé d'avance tant il se focalise sur le seul prisme de la lutte contre l'immigration clandestine et la maîtrise des flux migratoires et ne tient aucun compte des causes de l' immigration. C'est pourquoi, dans la mesure où l'on ne traite le mal qu'en s'attaquant à sa racine, c'est-à-dire ses causes, le présent livre se propose de parler de l'immigration, mais autrement et sans détour et sans tabou.

Il

INTRODUCTION L'immigration? Cette question qui divise le monde de nos jours. Alors que depuis la nuit des temps, les migrations ont toujours eu lieu et dans tous les sens. Aujourd'hui encore, personne ne peut dire sans être ridicule, que les ressortissants des pays riches n'immigrent jamais dans des pays du Sud, et notamment ceux d'Afrique. Combien de fois a-t-on entendu dire2, que tel pays occidental a tant de ressortissants dans tel ou tel pays d'Afrique, et qu'il faut les rapatrier? Au point que dans certains cas, si l'on s'intéressait à faire des ratios on peut arriver à des statistiques de 30 à 35% de ressortissants de pays occidentaux dans certains pays d'Afrique. Ce qui est sans aucune comparaison avec aucun de ces pays d'Afrique, qui peinent à atteindre les 10% de leurs ressortissants dans aucun pays occidental. Dans tous les cas, certains pays occidentaux voient encore dans l'immigration une chance, une richesse voire un facteur de développement. C'est le cas notamment du Canada, de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis d'Amérique, de l'Espagne et de l'Italie. La France, pour sa part, est désormais partagée entre d'une part, une attitude populiste, qui considère l'immigration comme une « invasion subie» et, d'autre part, les réalités démographique et sociale qui la contraignent à vouloir «choisir» ses immigrés pour palier à l'absence de main d' œuvre dans des secteurs qui, selon la loi SARKOZY de novembre 2006, sont: « caractérisés par des difficultés de recrutement3. »
2 Souvent, hélas, lors des situations de crises comme, par exemple, celle du Rwanda en 1994 ou encore celle de la Côte d'Ivoire en 2004. 3 Selon les termes de la loi de juillet 2006. TI s'agit des secteurs peu attractifs pour les Français -dits de « souche }}-dans lesquels le travail se caractérise par la pénibilité. C'est le cas notamment des secteurs comme: le Bâtiment et les travaux publics ou les vendanges.

13

Cette évolution paraît aujourd'hui loufoque. Pourtant, c'est dès 1989 qu'on a vu arriver ce que Robert BADINTER appelait, dans les années quatre-vingt, la « lepénisation des esprits» En effet, tout avait commencé avec l'affaire du tchador islamique, c'est-à-dire le foulard que les trois jeunes filles d'un Collège de Creil portaient. Cette date marque un tournant dans l'histoire de la France, s'agissant de l'approche de l'immigration à travers le discours de certains hommes politiques4 membres des partis républicains. En effet, depuis 1989, le thème de l'immigration a souvent nourri, de manière récurrente voire permanente, le débat politique pour ne pas dire un certain abattage médiatique. Mais l'immigration tend à ne plus être, comme il y a encore quelques années, une pomme de discorde entre certains partis politiques et le Front National qui en faisait sa raison-même d'existence, autrement dit son fonds de commerce. Et, progressivement, par petites touches, certains partis politiques républicains se sont laissés tentés et ont dû se convertir aux idées et thèses xénophobes qui étaient, jusqu'ici, la caractéristique du Front National et de son leader dont les idées fascistes font légende depuis les années soixante-dix. L'immigration est désormais devenue le thème qui semble assurer le plein de voix à des candidats à différentes échéances électorales. Et, certains n'hésitent pas à surenchérir. Obligeant ainsi le Front National à se partager désormais la vedette avec les nouveaux convertis des partis politiques, dans la défense de identité nationale considérée, non sans fantasmagorie, comme menacée par « l'immigration subie» de plus en plus envahissante.

4 Aujourd'hui plus qu'hier, certains hommes politiques font de la question de l'immigration un moyen de conquête du pouvoir. Et, ils n'hésitent pas à faire des immigrés, les boucs émissaires et les souf'ffe-douleur d'une certaine incapacité de certains à satisfaire les attentes des populations. 14

Ainsi, c'est aujourd'hui un fait: le discours de banalisation des fantasmes sur l'immigration5, la stigmatisation des immigrés a, depuis, fait son entrée au Panthéon des lois de la République, en particulier depuis 2002. Et, ce qui paraît imprudent dans cette approche, c'est moins sa brutalité quasinaïve que le fait de faire fi de ce que l'immigration choisie est une vieille pratique! En effet, si l'immigration « choisie» s'entend dans le fait de vouloir, de «choisir », c'est-à-dire de décider de quand, comment on peut faire venir des étrangers afin de répondre à un besoin en main d'œuvre, cela n'est nullement un scoop I Car, hormis la période de l'esclavage ou de la traite négrière6, la pratique du choix de l'immigration remonte à la fin du XIXè siècle, à la suite de la révolution industrielle. Et depuis, la France n'a eu de cesse de recourir à l'immigration choisie, soit pour faire face aux guerres dans lesquelles elle était engagée, soit pour reconstruire le pays notamment après la seconde guerre mondiale. Ce qui, tout bien considéré, conduit à dire que le problème s'est posé dès cette période où les Français venus des Antilles, du Maghreb et d'Afrique Noire n'ont pas été accueillis et acceptés comme des Français à part entière par les autres Français, c'est-à-dire leurs compatriotes de la métropole. Quand bien même, il faut le souligner, la plupart de ces travailleurs migrants7 étaient des Français. A ce titre, ils jouissaient des-mêmes droits que leurs compatriotes. Les autres «travailleurs migrants» sont devenus par la suite des Français, à partir de la loi Lamine GUEYE8 du 6 mai 1946, qui reconnaissait et généralisait la nationalité française à tous les ressortissants des territoires de
5 Présentée comme quelque chose d'étrange, c'est-à-dire d'épouvantable, de louche, d'incompréhensible et de monstrueux. 6 Pendant laquelle on choisissait des esclaves en fonction d'un certain nombre de critères bien précis: la jeunesse, la robustesse, l'état de santé... 7 Comme on les appelait dans les années post seconde guerre mondiale. 8 Lamine GUEYE fut élu dès novembre 1945 à l'assemblée Constituante Française, par le premier Collège du Sénégal, composé d'Européens et de quelques« Evolués » africains. 15

l'Empire français. C'est autant dire si, dès le départ, il y a un problème sémantique qui s'était posé. Car, selon le Larousse, l'immigré c'est celui qui immigre. Et, le verbe immigrer vient du terme latin « immigrare », qui signifie venir se fixer dans un pays étranger au sien. Ce qui n'était pas le cas des milliers de Français venus du Maghreb9, des Antilles Françaises et d'Afrique Noirelo et qui, au lieu d'être traités comme des Français à part entière, ont été plutôt considérés comme des travailleurs migrants. Ce qui était une manière de discriminer ces Français pas comme les autres. D'un autre côté, la Charte des Nations Unies du 24 octobre 1945 avait posé comme« missions sacrées» d'une part : 1- «l'obligation de favoriser le développement et la prospérité des pays colonisés, et de reconnaître le principe de la primauté des intérêts des habitants de ces territoriales », et d'autre part : 2- la mise en place des « conditions de stabilité et de bienêtre nécessaires pour assurer [...] des relations [...] fondées sur le respect du principe de l'égalité des droits des peuples et de leur droit à disposer d'eux-mêmes. » Ces principes de la Charte des Nations Unies avaient été repris et entérinés dans le Préambule Constitutionnel du 27 octobre 1946. Mais, le moins que l'on puisse dire est qu'à l'instar de la plupart des lois, ces principes servent de simple ornement, de décor, voire de décorum de façade. D'autant que les intérêts et le développement de la France ont toujours été prioritaires par rapport aux intérêts des pays africains. Et, le moins qu'on puisse dire est que, depuis la fin des années
9 Comme par exemple, l'Algérie, le Maroc ou la Tunisie. 10Sénégal, Togo, Mali, Congo, Cameroun, Gabon, Centrafrique, etc. 16

cinquante, le développement11 de la France s'est toujours fait au détriment des pays africains. Au point que le postulat mis en place par Jacques FOCCART, selon lequel: « Tout ce qui est bon pour la France est bon pour l'Mrique» n'a qu'un effet unilatéral. Car, l'Afrique s'est plutôt ruinée au nom de ce postulat entretenu par les différents et successifs réseaux de la FRANÇAFRIQUE. Ainsi, différents mécanismes mis en place pendant la période coloniale n'ont pas été, malheureusement, modifiés lors des indépendances. De sorte que, loin de pennettre le respect des principes de la Charte des Nations Unies et du Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 et d'atteindre les objectifs fixés, ces mécanismes ont plutôt plombé les économies des pays africains et verrouillé leurs velléités de développement. Ce qui a d'énormes conséquences tant ces pays connaissent un sous-développement accéléré et croissant. Le résultat est que les populations de ces pays sont affamées, asphyxiées et condamnées ainsi à l'exil forcé. Ce qui explique l'émergence d'une nouvelle immigration depuis la fin des années quatrevingt et début des années quatre-vingt-dix: l'immigration provoquée à la fois par le pillage systématique de plus en plus vorace des ressources et des matières premières des pays d'Afrique, ainsi que par des guerres économiques12 qui sont le corollaire des différents enjeux économiques, géopolitiques et géostratégiques des pays occidentaux.

Il Cela, hormis la période de la colonisation qui a duré près d'un siècle. 12 Souvent présentées comme des guerres civiles, alors qu'elles sont, en fait, des guerres de troisième génération, c'est-à-dire celles dont la réalité repose sur le contrôle des ressources et matières premières.

17

Car, pour ces pays en général et pour la France en particulier, il a toujours été préférable de voir maintenus à la tête des pays africains, des régimes kleptocratiques et des dictatures, plus susceptibles de leur garantir la mainmise, la main basse sur les ressources et matières premières des pays africains, que de voir aniver au pouvoir des dirigeants politiques plus enclins à remettre en question le statu quo en place depuis la période coloniale et sans cesse entretenu depuis. Tant pis si celui-ci inflige d'atroces souffrances. Ce qui compte et ce qui est essentiel est que les intérêts soient assurés, garantis. Foree est de constater que, dans le même temps, des milliers de familles africaines sont, chaque jour, endeuillées par la perte des membres de leurs familles qui viennent mourir au large des côtes européennes. Et, l'occident en général et la France, en particulier, se contentent de compatir et de verser des larmes de crocodile, tout en faisant preuve de cynisme au désastre économique et humain d'un continent dans lequel les différentes sociétés et multinationales continuent à engranger d'énormes profits et à jouir du monopole. Et, lorsqu'il s'agit de traiter, c'est-à-dire rechercher des solutions à la question de l'immigration, les seules mesures préconisées se résument et se réduisent, peu ou prou, à ériger des fortifications, afin d'éviter l'entrée ainsi que le séjour d'étrangers en France. Alors qu'il faut éradiquer le mal en traitant ses causes. En d'autres termes, il faut couper le cordon colonial ainsi que tous les mécanismes en place depuis la colonisation et qui sont sans cesse renouvelés et entretenus. Ce qu'il faudrait, c'est permettre aux pays d'Afrique d'accéder à l'exercice de leur pleine souveraineté, de disposer de leurs ressources et matières premières et de décider, en toute liberté, de leur sort sans qu'il y ait d'ingérence extérieure. Autrement dit, il faut substituer à l'approche à la fois paternaliste et expropriatrice, une véritable coopération fondée sur l'égalité de facto et non plus sur des principes et des lois qui sont rarement appliqués.

18

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.