La gestion des risques en protection de l'enfance

De
Ce livre met au jour les logiques d’actions qui guident les professionnels de la protection de l’enfance dans leur prise de décisions. À partir de l’analyse des discours d’employés d’un centre jeunesse, l’auteure en dégage trois types (logiques collaborative, délibérative et légaliste) et montre les dimensions qui les appuient, soit le rapport au mandat de protection, le rapport à la situation et le rapport au risque. L’ouvrage vise avant tout à conscientiser les professionnels sur leur pratique.
Publié le : mercredi 21 août 2013
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782760537446
Nombre de pages : 276
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Épine 0,572 po / 14,5 mm / 272 p. / 120 M
58
COLLECTIONCOLLECTION
PROBLÈMES SOCIAUX PROBLÈMES SOCIAUX
ET INTERVENTIONS SOCIALES ET INTERVENTIONS SOCIALES
H���� D����� – directeur
G������� R����� – codirectrice
LES PROFESSIONNELS ŒUVRANT À LA PROTECTION DE L’ENFANCE doivent
quotidiennement exercer leur jugement afi n d’évaluer des risques et de déterminer la
nécessité de mesures de protection, et ce, en étant exposés à la vulnérabilité et à la
détresse sociale des familles qu’ils rencontrent. Il serait commode de croire que leur
pratique, aussi complexe soit-elle, est suffi samment balisée par le cadre légal qui la
chapeaute pour indiquer clairement aux professionnels les possibilités d’intervention.
Or la réalité est tout autre.
Ce livre met au jour les logiques d’action qui guident les professionnels de la
protection de l’enfance dans leurs prises de décision. Réalisé à l’aide d’une analyse de
contenu des discours d’employés du Centre jeunesse de l’Estrie, il dégage trois types
de logique : collaborative, délibérative et légaliste. Il montre également les
dimensions sur lesquelles s’appuient ces logiques, soit le rapport au mandat de protection,
le rapport à la situation et le rapport au risque.
La gestion des risques Mais au-delà de cette typologie, ce sont les notions de posture professionnelle,
de conviction et de dialogue qui sont abordées. Car l’ouvrage vise avant tout à conscien- en protection de l'enfance
tiser les professionnels sur leur pratique pour qu’ils puissent prendre leurs décisions de
manière consciente et critique ainsi que gérer les risques de façon adéquate et justifi ée. Logiques d'action et quête de sens
Annie Lambert est criminologue et travailleuse sociale. Après avoir œuvré de nombreuses années comme
intervenante sociale dans les secteurs de la délinquance adulte et de la protection de la jeunesse, elle est
maintenant professeure à l’École de travail social de l’Université de Sherbrooke. Le risque et la gestion du
risque, la protection sociale et les préoccupations éthiques orientent actuellement son enseignement et
ses recherches.
Annie Lambert
Préface de
Michèle Vatz-Laaroussi
et Claude Lessard
,!7IC7G0-fdhecc!
PUQ.CA ISBN 978-2-7605-3742-2
Extrait de la publication
3742D-Couvert.indd All Pages 2013-06-05 13:29
La gestion des risques
Annie Lambert
en protection de l'enfanceExtrait de la publicationcollection
Problèmes sociaux
et interventions sociales
Fondée par Henri Dorvil (UQAM)
et Robert Mayer (Université de Montréal)
L’analyse des problèmes sociaux est encore aujourd’hui
au cœur de la formation de plusieurs disciplines en sciences
humaines, notamment en sociologie et en travail social.
Les milieux francophones ont manifesté depuis quelques
années un intérêt croissant pour l’analyse des problèmes
sociaux, qui présentent maintenant des visages variables
compte tenu des mutations des valeurs, des transformations
du rôle de l’État, de la précarité de l’emploi et du
phénomène de mondialisation. Partant, il devenait impératif
de rendre compte, dans une perspective résolument
multidisciplinaire, des nouvelles approches théoriques et
méthodologiques dans l’analyse des problèmes sociaux
ainsi que des diverses modalités d’intervention de l’action
sociale, de l’action législative et de l’action
institutionnelle à l’égard de ces problèmes.
La collection Problèmes sociaux et interventions
sociales veut précisément témoigner de ce renouveau en
permettant la diffusion de travaux sur divers problèmes
sociaux. Pour ce faire, elle vise un large public comprenant
tant les étudiants, les formateurs et les intervenants que
les responsables administratifs et politiques.
Cette collection était à l’origine codirigée par Robert
Mayer, professeur émérite de l’Université de Montréal, qui
a signé et cosigné de nombreux ouvrages témoignant de
son intérêt pour la recherche et la pratique en intervention
sociale.
Directeur
Henri Dorvil, Ph. D.
École de Travail social, Université du Québec à Montréal
Codirectrice
Guylaine Racine, Ph. D.
École de Service social, Université de MontréalLa gestion des risques
en protection de l’enfance
Extrait de la publicationPresses de l’Université du Québec
Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2
Téléphone : 418 657-4399 Télécopieur : 418 657-2096
Courriel : puq@puq.ca Internet : www.puq.ca
Diffusion / Distribution :
Canada Prologue inc., 1650, boulevard Lionel-Bertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7
Tél. : 450 434-0306 / 1 800 363-2864
France AFPU-D – Association française des Presses d’université
Sodis, 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77 403 Lagny, France – Tél. : 01 60 07 82 99
Belgique Patrimoine SPRL, avenue Milcamps 119, 1030 Bruxelles, Belgique – Tél. : 02 7366847
Suisse Servidis SA, Chemin des Chalets 7, 1279 Chavannes-de-Bogis, Suisse – Tél. : 022 960.95.32
La Loi sur le droit d’auteur interdit la reproduction des œuvres sans autorisation des titulaires de droits.
Or, la photocopie non autorisée – le « photocopillage » – s’est généralisée, provoquant une baisse des
ventes de livres et compromettant la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des
professionnels. L’objet du logo apparaissant ci-contre est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour
l’avenir de l’écrit le développement massif du « photocopillage ».
Extrait de la publication
Membre deLa gestion des risques
en protection de l’enfance
Logiques d’action et quête de sens
Annie Lambert
Préface de
Michèle Vatz-Laaroussi
et Claude Lessard
Extrait de la publicationCatalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales
du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Lambert, Annie,
1973La gestion des risques en protection de l'enfance :
logiques d'action et quête de sens
(Collection Problèmes sociaux et interventions sociales ; 58)
Comprend des réf. bibliogr.
ISBN 978-2-7605-3742-2
1. Enfants - Protection, assistance, etc. 2. Gestion du risque.
3. Évaluation du risque. 4. Enfants - Protection, assistance, etc. -
Aspect moral. I. Titre. II. Collection : Collection Problèmes sociaux
& interventions sociales ; 58.
HV715.L35 2013 362.76 C2013-940329-9
Les Presses de l’Université du Québec
reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada
par l’entremise du Fonds du livre du Canada
et du Conseil des Arts du Canada pour leurs activités d’édition.
Elles remercient également la Société de développement
des entreprises culturelles (SODEC) pour son soutien financier.
Conception graphique
Richard Hodgson
Image de couverture
Shutterstock © OneSmallSquare
Mise en pages
Interscript
e trimestre 2013Dépôt légal : 3
› Bibliothèque et Archives nationales du Québec
› Archives Canada
© 2013 – Presses de l’Université du Québec
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés
Imprimé au Canada
Extrait de la publicationÀ toutes ces familles
qui tentent de se construire une vie meilleure…
À tous ces enfants
qui ont besoin d’être aimés et protégés…
À tous ces professionnels
qui ont à cœur leur protection.
Préface
Michèle Vatz-Laaroussi
et Claude Lessard
Nous avons eu le plaisir de suivre le processus par lequel cet ouvrage est
né et c’est avec le même plaisir que nous rédigeons cette préface. En effet,
ce livre est issu de la thèse de doctorat d’Annie Lambert et si, comme
pour tout processus de recherche doctorale, la grossesse a été parfois diff­
cile, si l’accouchement a demandé de nombreux efforts, le produit fnal
représente un petit bijou d’analyse et de réfexion sur la pratique profes­
sionnelle des acteurs de la protection de la jeunesse au Québec.
Il faut d’abord souligner le caractère original et novateur de cet
ouvrage : rares sont les auteurs qui s’intéressent aux pratiques de ces pro­
fessionnels sous l’angle des processus qui les amènent à prendre des
décisions dont les conséquences sont graves et importantes pour les jeunes,
les familles et la société dans son ensemble. Plus rares encore sont ceux
qui, comme Annie Lambert, privilégient l’axe éthique pour comprendre
les déterminants explicites et implicites, les contextes, les représentations
et les orientations ontologiques qui jalonnent ces prises de décision.
Soulignons que les questions éthiques ne sont pas abordées ici uniquement
sous leur angle pratique ou au contraire dans une perspective théorique,
mais que l’analyse fne et complexe qui en est présentée plonge le lecteur
au cœur des débats et des dialogues qui habitent chaque intervenant ainsi
que leurs institutions et, plus encore, tout citoyen. En effet, protéger les
Extrait de la publicationX La gestion des risques en protection de l’enfance
enfants n’a pas le même sens pour tous ; la marge de manœuvre, réelle
ou perçue, varie d’un acteur à l’autre ainsi que sa capacité à prendre des
risques, pour lui comme professionnel, pour l’enfant et pour la famille.
Il faut saluer aussi le caractère multidisciplinaire exemplaire de
l’ouvrage et de la recherche. D’abord, la revue de littérature qui est pré­
sentée sur les cadres conceptuels de la recherche nous amène à parcourir
et parfois à approfondir diverses approches disciplinaires comme la socio­
logie, la philosophie, le droit, l’éthique et le travail social, ainsi que la lin­
guistique et la communication. Par ailleurs, l’approche même des décisions
prises en protection de la jeunesse accorde une place à tous les acteurs :
travailleurs sociaux, psychoéducateurs, psychologues, avocats ou juges. Si
ces acteurs ont des professions et des fondements disciplinaires divers, ils
ont aussi à travailler ensemble dans ces processus qui visent à préserver
le développement et la sécurité des enfants.
Et ce sont justement les dynamiques qui jalonnent ces échanges
interprofessionnels qu’Annie Lambert décrit ici avec fnesse, intelligence
et profondeur. En effet, elle a mis en œuvre une méthodologie de recherche
novatrice qui lui permet de reconstituer les processus individuels et collec­
tifs qui mènent aux prises de décision fnales. Imbriquée dans un cadre
conceptuel personnalisé, sa stratégie méthodologique repose sur des
groupes de discussion entre professionnels autour d’une mise en situation
ainsi que sur des entrevues semi­directives individuelles avec une pers­
pective réfexive. L’ensemble offre des accès multiples et pertinents pour
saisir les référents des acteurs professionnels, les questions éthiques qui
les habitent mais aussi saisir comment, pour arriver à une décision, ils
entrent dans un dialogue éthique, pas forcément conscient, mais toujours
essentiel pour la fnalité de leur travail. Annie Lambert, avec délicatesse,
sens critique et empathie, rend ainsi visibles des aspects cachés de ces
prises de décision. Elle nous permet aussi de saisir que le cadre juridico­
légal ne sufft pas pour expliquer à lui seul le processus professionnel qui
se déroule dans le milieu de la protection de la jeunesse.
Les lecteurs vont ainsi accéder à des dynamiques qui ne se disent
pas tout en étant au cœur des interventions. Et ces stratégies et processus
sont décryptés et expliqués dans un langage clair, qui, sans nier leur
complexité, sait les rendre accessibles dans un processus constant d’aller­
retour entre la théorie et la pratique, entre la compréhension et la modé­
lisation. Les différentes logiques d’action des acteurs professionnels sont
ici décrites dans leur spécifcité, ce qui permet aussi de comprendre
qu’elles sont profondément reliées aux représentations et aux expériences
passées des acteurs tout comme à leur contexte institutionnel. Mais plus
encore, on saisit qu’elles sont toutes interreliées et que les professionnels,
par la formation, l’échange, le dialogue éthique et la réfexivité, peuvent
en prendre conscience et les transformer.
Extrait de la publicationPréface XI
La réfexivité est une autre dimension clé de l’ouvrage : Annie Lambert,
après avoir défni ce concept au travers de diverses écoles théoriques, se
l’approprie et l’offre aux intervenants comme un moteur de développement
professionnel. La réfexivité individuelle et collective permet de prendre
de la distance par rapport à sa pratique, et surtout de faire un pas de côté
par rapport à ses aprioris. Elle est le processus par lequel on peut analyser
notre action, qui permet aussi de la modifer, de l’améliorer, voire d’innover.
L’auteure nous emmène ainsi dans un champ conceptuel original
et personnalisé qui recoupe la pratique professionnelle en protection de
la jeunesse. Dans une écriture claire et pédagogique, elle nous fait suivre
son propre cheminement théorico­pratique au travers de l’exposé de sa
démarche de recherche.
En effet, elle a, elle­même, expérimenté les processus qu’elle analyse
ici. Travailleuse sociale d’expérience, formatrice, enseignante auprès d’étu­
diants universitaires, elle s’engage ici dans une nouvelle posture, celle de
la chercheure réfexive et engagée dans la transformation des pratiques.
C’est ainsi qu’elle aborde, et pratique à la fois, la réfexivité, le dialogue
éthique avec ses sujets, la délibération, la mesure et la prise de risque
inhérente à la recherche et à son sujet ; l’incertitude, fnalement ! Dans ce
cheminement, de nouveaux concepts feurissent comme la traduction et
peu à peu la démarche inductive porte fruit. Le lecteur est amené à voir
comment la perspective théorique enrichit l’analyse et aussi comment le
matériel, abordé avec nuance et profondeur, transforme cette perspective.
Finalement, la dernière partie est un plaisir intellectuel supplémentaire
offert au lecteur, grâce à un espace original de réfexion sur des questions
professionnelles, éthiques et conceptuelles à la fois. On va plus loin dans
le dialogue et dans la réfexivité, le tout pour déboucher sur des pistes
professionnelles très pertinentes et argumentées.
Ainsi cet ouvrage, s’il peut paraître bien théorique dans un premier
temps, s’adresse à la fois à un public universitaire et aussi à des profession­
nels du travail social, du droit, de la protection de la jeunesse et fna lement
à des gestionnaires, superviseurs, formateurs et décideurs, à qui elle recom­
mande de mettre en œuvre ces espaces de dialogue éthique si nécessaires
au développement de décisions éclairées.
Alors nous souhaitons aux lecteurs le plaisir que nous avons eu à
accompagner la conception de cet ouvrage et nous renouvelons notre
message admiratif à l’auteure. Félicitations pour la posture de chercheure
éthique et réfexive. Félicitations pour la proximité ­distance avec le sujet
abordé et pour la proximité rigoureuse avec les professionnels rencontrés.
Félicitations pour une démarche de recherche dynamique, originale, ancrée
dans la pratique et qui y revient, mais qui offre un travail intellectuel
de grande envergure. Ce sont là des voies à suivre tant pour les jeunes XII La gestion des risques en protection de l’enfance
chercheurs que pour les professionnels et les formateurs, et ce, pour
innover dans les pratiques et les recherches, mais aussi pour continuer à
entrecroiser, sans les opposer, ces deux champs de connaissance.

Extrait de la publication
remerciements
Ce livre est le miroir d’une démarche de doctorat qui n’aurait pas été
possible sans de multiples rencontres.
D’abord avec des familles et des enfants inspirants, malgré leur
réalité diffcile, ainsi qu’avec des intervenantes et des intervenants dont
le dévouement et la sollicitude portent à « voir autrement » et qui m’ont
menée à diverses réfexions sur la pratique.
Ensuite avec mes codirecteurs de thèse, madame Michèle Vatz
Laaroussi, de l’Université de Sherbrooke, et monsieur Claude Lessard, de
l’Université de Montréal, qui m’ont accompagnée avec ouverture et respect
dans cette recherche.
Finalement, avec monsieur Guy Bourgeault, madame Hélène Albert
et monsieur Gilles Bibeau, qui, par leurs commentaires, ont reconnu le
travail effectué et ont semé l’idée de cette publication… idée qui a également
trouvé écho chez monsieur Henri Dorvil.
À vous tous, des remerciements chaleureux.
Extrait de la publication
­Extrait de la publication
Table des ma Tières
Préface IX
Michèle Vatz-Laaroussi et Claude Lessard
r emerc Iemen ts XIII
LIs te des f Igures et tab Lea u X XIX
In troduct Ion 1
Chapitre 1
L’éLab orat Ion d u Pro jet 7
1 L’émergence du projet et l’implication personnelle 8
2 La question et les objectifs de la recherche 9
3 Le contexte de la recherche 10
4 Le regard épistémologique : quelle est la posture ? 11
Chapitre 2
Que LQue s c Lés d e Lec ture 15
1 Les différentes sphères du travail social
et les pratiques de protection 16
1 1 La défnition et l’évolution du travail social 16
1 2 Les sphères d’intervention et la protection sociale 19



XVI La gestion des risques en protection de l’enfance
2 Les particularités de la pratique sociojudiciaire
en protection de l’enfance 21
2 1 Un bref historique de la protection de l’enfance 22
2 2 Le fonctionnement de la Loi et son contexte d’application 26
2 3 Les acteurs impliqués dans l’intervention
en protection de l’enfance 30
3 La complexité et les défs de l’intervention
en contexte d’autorité 32
Chapitre 3
Les d Imens Ions éPIst émo Log IQue s 37
1 L’éthique comme ligne directrice 37
1 1 La pertinence de l’éthique pour la compréhension
de la pratique 38
1 2 De quelle éthique parlons-nous ? 39
1 3 Quand éthique de la discussion, éthique de la responsabilité
et éthique reconstructive se rencontrent 40
1 4 L’arrimage éthique proposé 44
2 La lunette de la réfexivité 45
2 1 La réfexivité de Schön : réféchir en cours d’action
et sur l’action 46
2 2 La réfexivité de Racine : le volet collectif 49
2 3 La réfexivité de Giddens : la prise en compte des structures 50
2 4 Le courant réfexif de la recherche 52
3 La lunette de la délibération éthique 53
3 1 Éléments de défnition 54
3 2 Le cadre de délibération éthique comme outil 55
3 3 Les logiques d’action et l’action située 58
Chapitre 4
Le cadre conce Ptu eL 63
1 Le risque comme déclencheur de l’action 64
1 1 La défnition du risque et son application
dans le champ du social 64
1 2 La notion de « danger » et la construction du risque 66
1 3 L’acceptabilité du risque 69
2 La protection de l’enfant comme réponse
à une situation risquée 73
2 1 Exercice de défnition : qu’est-ce que protéger ? 73
2 2 Le contexte de vulnérabilité 77
2 3 L’intérêt et les besoins de l’enfant 81
3 Le processus de gestion des risques et la prise de décisions 85
3 1 L’évaluation et la gestion des risques 85
3 2 La subjectivité du professionnel 90
3 3 L’omniprésence de l’incertitude 92
3 4 L’urgence d’agir 96
3 5 Mise en perspective 98
Extrait de la publication





Table des matières XVII
Chapitre 5
Les cho IX méthodo Log IQue s 101
1 L’approche qualitative 101
2 Le choix du milieu et l’échantillonnage 102
3 Les groupes de discussion comme principale source
de données 104
4 Les entretiens individuels comme stratégie complémentaire 107
5 La méthode d’analyse des données 108
6 récapitulation 110
Chapitre 6
La Prés entat Ion des résu Lta ts 113
1 L’appropriation d’une situation ou la construction du problème 114
1 1 Le premier regard 114
1 2 Une première impression « inf uencée » 124
2 La défnition d’enjeux, de risques et de malaises 133
2 1 Des angles de vue différents sur les risques 134
2 2 Des enjeux rattachés à diverses perspectives éthiques 140
2 3 L’émergence de certains malaises 147
2 4 Mise en perspective 148
3 La conception de pistes de solutions 150
3 1 Un incontournable : le f ltre de la Loi 150
3 2 Un éternel va-et-vient ou la notion de « processus » 154
3 3 Lorsque la posture et le discours orientent l’action 157
3 4 Un « monde de possibles » 161
4 La gestion des risques et ses multiples représentations 164
4 1 Une défnition commune est-elle nécessaire ? 164
4 2 Un fragile équilibre 166
4 3 Apprivoiser l’incertitude 167
4 4 Le rôle primordial de l’intervenant-terrain 169
5 u n regard sur les logiques d’action 172
5 1 Une construction en trois séquences 173
5 2 Une construction à partir de trois axes d’infuence 174
5 3 Les logiques d’action et la gestion des risques 175
Chapitre 7
éLéments de d Iscu ss Ion 185
1 La conviction issue de la posture professionnelle 186
2 Le dialogue et les espaces de traduction 190
3 L’apport de la délibération collective dans la prise de décision 200
4 Les processus, les logiques et la conscientisation 207
c onc Lus Ion
Pour une gestion des risques juste et justifée 213
en gu Ise de réf LeXIon
Préoccupations cliniques 219




XVIII La gestion des risques en protection de l’enfance
a nne Xes 223
a nnexe 1 Problématiques visées par la Loi sur la protection
de la jeunesse 224
a nnexe 2 Processus d’intervention psychosociale
relié à l’application de la Loi 
sur la protection de la jeunesse 226
a nnexe 3 mise en situation utilisée dans la recherche 227
a nnexe 4 g rille d’entrevue pour les groupes de discussion 232
a nnexe 5 g rille d’entrevue pour les entretiens individuels 233
a nnexe 6 c adre fnal de la recherche 234
bI b LIogra Ph Ie théma t IQue 235
Extrait de la publication


liste des figures et tableaux
f igure 2 1 états du social selon a utès 20
f igure 2 2 Cadre de la pratique en protection de l’enfance 27
f igure 2 3 a cteurs en présence en protection de l’enfance 32
f igure 3 1 Cadre de réfexivité sur la pratique de protection
de l’enfance 53
f igure 3 2 Modèle de délibération éthique de bossé, Morin
et dallaire 56
f igure 3 3 Cadre épistémologique de la recherche 61
f igure 4 1 Limite d’acceptabilité des risques 69
f igure 4 2 Continuum du degré de protection 76
f igure 4 3 Zones de vulnérabilité de Castel 79
f igure 4 4 Processus de la gestion des risques 87
f igure 4 5 Liens entre le niveau de risque et le niveau de gravité 89
f igure 4 6 f onction asymptotique de l’objectivation 91
f igure 4 7 Contexte des risques en protection de l’enfance 95
f igure 4 8 Cadre d’appréhension de la réalité des professionnels
en protection de l’enfance 100
f igure 5 1 Cadre épistémologique, conceptuel
et méthodologique de la recherche 111
f igure 6 1 Zones de risque dégagées par les professionnels 135


XX La gestion des risques en protection de l’enfance
Figure 6.2. Intersection social/judiciaire et espaces
de traduction 145
Figure 6.3. Postures et discours recensés
chez les professionnels 158
Figure 6.4. Processus d’infuence entre la posture, le discours
et la prise de décisions du professionnel 159
Figure 7.1. Illustration des dialogues multiples 195
Figure 7.2. Illustration des dialogues multiples
et des espaces de traduction 195
Figure 7.3. Logiques d’action et notions de « processus » 211
Tableau 2.1. Infuence de l’évolution du service social
sur les pratiques 17
Tableau 5.1. Forces et limites de l’entretien de groupe 106
Tableau 6.1. Concepts utilisés pour défnir la gestion des risques 165
Tableau 6.2. Logiques d’action recensées chez les professionnels 176


introduction
Aucun être fni n’a le pouvoir de savoir comment
il faut agir, l’incertitude règne sans recours et pourtant,
personne ne peut échapper au devoir d’agir.
Leibniz
Les enfants sont généralement perçus comme une richesse pour une
société. Êtres vulnérables, ils ne naissent malheureusement pas tous égaux
et certains sont entraînés dans des parcours de vie diffcile : leur famille
n’est pas en mesure de les protéger de situations d’abus ou de négligence.
Il est socialement convenu que la protection des enfants est importante.
Dans ce but, il existe au Québec une loi qui les protège : la Loi sur la
protection de la jeunesse. Chaque jour, des professionnels s’investissent
dans un travail de protection de ces enfants, au sein d’une pratique qui
les plonge souvent dans le doute, l’incertitude et l’adversité. Une pratique
où ils font face à la vulnérabilité et à la détresse sociale des familles qu’ils
rencontrent. Une pratique où ils doivent évaluer des risques et établir la
nécessité (ou non) d’une mesure de protection. Une pratique où ils doivent
quotidiennement « gérer des risques ».
Il serait possible de croire que la pratique de protection de l’enfance,
aussi complexe soit­elle, soit suffsamment balisée par le cadre légal qui
la chapeaute, ce qui indiquerait clairement les possibilités d’intervention
et réduirait ainsi les marges de manœuvre. Or plusieurs zones de tension
apparaissent et portent le professionnel à s’inscrire dans un travail de
frontière : aide/contrôle, sécurité/liberté, risque/protection, libertés indi­
viduelles/droits collectifs, valeurs personnelles/choix sociaux, par exemple.
Nombreux sont alors les questionnements et les enjeux éthiques tant sur
Extrait de la publication2 La gestion des risques en protection de l’enfance
la nature du travail que sur le contexte d’application des actions profes­
sionnelles. De fait, le jugement professionnel est fortement sollicité par
la prise de décisions, jugement souvent orienté par des balises normatives.
À cet égard, les capacités à évaluer de manière juste les risques inhérents
aux situations et à déterminer les meilleures mesures de protection à
mettre en place sont mises à rude épreuve : c’est en ce sens que les pro­
fessionnels sont appelés à « gérer des risques ». En prenant en considération
que cette prise de décisions s’inscrit à travers diverses relations humaines,
dans une rencontre avec d’autres, comment les professionnels gèrent­ils
ces risques ? Sur quoi vont ils s’appuyer ? Quelles logiques vont ils utiliser ?
1Ce livre a l’ambition d’éclairer ces diverses interrogations. Il amène
à mieux comprendre le cœur des actions des professionnels à partir d’une
vue de l’intérieur, de l’analyse des rouages de leurs prises de décisions. Il
s’agit d’une « démarche de découverte » telle que l’entend Groulx (1998,
p. 9). Questionner la gestion des risques s’avère pertinent dans une société
où la tolérance aux risques est faible, dans une « société du risque » (Beck,
2001) où plane généralement un « fantasme du risque zéro » (Dorais, s. d.).
Au sein des métiers de la relation d’aide, particulièrement dans le champ
de la protection sociale dans lequel s’inscrit la pratique de protection de
l’enfance, réféchir au rapport qu’entretiennent les professionnels avec
cette gestion des risques apparaît pertinent et éminemment relié à des
préoccupations éthiques rattachées aux conséquences qui peuvent décou­
ler des décisions prises : la situation familiale ainsi mise sous la loupe et
évaluée demande t elle une mesure de protection contraignante ? Un
placement en milieu substitut ? Une adoption ? La grande responsabilité
qui incombe aux professionnels, inhérente à l’application de la Loi, s’exerce
dans une situation complexe, où de nombreux enjeux sont en présence,
tant professionnels qu’organisationnels et légaux. Cela semble appeler un
besoin de réfexivité et une meilleure compréhension de la pratique pour
bien saisir ces enjeux et ne pas « échapper au devoir d’agir » (Leibniz).
Afn de bien comprendre « l’itinéraire » de la démarche (Becker, 2004)
et de saisir la ligne directrice qui unit les chemins empruntés, il est néces­
saire de présenter la substance de chacun des chapitres du livre et leur
pertinence à l’avancée de la présente recherche.
Le chapitre 1 est consacré à la présentation de l’élaboration du projet.
Il apporte un éclairage quant à son émergence et à la position personnelle
de la chercheure à travers la démarche. La question de recherche y est
également précisée ainsi que le contexte dans lequel elle s’est développée.
1. Ce livre est tiré d’une thèse de doctorat réalisée dans le cadre du programme de
doctorat en sciences humaines appliquées de l’Université de Montréal : Lambert, A.
(2012). Logique d’action et quête de sens : le risque en protection de l’enfance, thèse de
doctorat, Montréal, Université de Montréal.
­­­­Introduction 3
Ce premier chapitre pose la posture constructiviste adoptée et confrme
le regard épistémologique choisi. Au cœur du projet, il n’y a pas de
recherche de vérité : il y a recherche de « clés d’interprétation » (Watzlawick,
1988). Ainsi, il est admis que les professionnels « construisent » la situation
à laquelle ils font face, tout comme ils « construisent » et « coconstruisent »
les décisions qu’ils actualiseront. Ce chapitre permet donc de bien poser
le déclencheur du projet ainsi que le cadre de la recherche.
Pour assurer une meilleure compréhension du contexte de l’inter­
vention en protection de l’enfance et ainsi saisir les différents enjeux qui
sont relevés tout au long du livre, quelques clés de lecture sont exposées
dans le chapitre 2. D’abord, la profession du service social est survolée
tant dans sa défnition que dans son évolution. Comme « l’histoire du
service social est aussi l’histoire de la société à laquelle il appartient »
(Groulx, 1993, p. 1), situer la profession historiquement mène à des pistes
de compréhension quant à son application actuelle. À travers son évolu­
tion, les pratiques de protection comme champ important de la profession
sont abordées. Il apparaît ensuite pertinent de dégager les particularités
de la pratique sociojudiciaire en protection de l’enfance par l’entremise
d’un bref historique, mais surtout, par l’explication du fonctionnement
de la Loi et de son application ainsi que par l’exploration des différents
acteurs en jeu. Ces informations sont essentielles à la compréhension du
contexte de pratique et à la mise en perspective du rôle des différents
professionnels impliqués dans l’application de la Loi sur la protection de
la jeunesse. Finalement, la complexité et les défs de l’intervention en
contexte d’autorité sont discutés. La pratique de protection de l’enfance
étant reconnue comme une pratique sociojudiciaire, plusieurs interventions
ont un caractère contraint : cela colore nécessairement leur mise en place,
mais également la relation avec les familles et les réactions de ces dernières.
Ces clés de lecture portent vers une compréhension globale du contexte
de pratique étudié.
Faire une recherche demande aussi de s’appuyer sur un certain
nombre d’assises épistémologiques et théoriques. Le chapitre 3 expose les
dimensions épistémologiques privilégiées dans le cadre du projet. D’emblée,
la ligne directrice tracée par les préoccupations éthiques est présentée :
tout au long de la démarche, des questions et des enjeux éthiques dans
l’exercice de la pratique de protection de l’enfance sont soulevés. Des
enjeux à différents niveaux : pour les familles, pour les professionnels,
pour l’organisation ou encore concernant l’application de la Loi. C’est à
partir de réfexions autour de l’éthique de la discussion, de l’éthique de
la responsabilité et de l’éthique reconstructive qu’est articulée la visée
éthique du projet. Afn de conduire aux contenus permettant d’éclairer
la prise de décisions des professionnels lors du volet empirique, les concepts
de « réfexivité » et de « délibération éthique » sont utilisés. En premier lieu, 4 La gestion des risques en protection de l’enfance
une réfexivité à « paliers multiples », tant professionnelle/individuelle
(Schön) que collective (Racine) et structurelle (Giddens). En deuxième
lieu, un cadre de délibération éthique (Bossé, Morin et Dallaire), qui
permet à la fois une balise épistémologique et un outil méthodologique
à la collecte et l’analyse des données. En troisième lieu, une lunette sur
les « logiques d’action » (Fornel et Quéré) est privilégiée comme manière
d’envisager la prise de décisions et la gestion des risques des professionnels.
Ces diverses dimensions épistémologiques permettent un cadrage de l’axe
privilégié dans l’étude de la pratique de protection.
Plutôt que de s’appuyer sur un cadre théorique, la présente recherche
repose sur des ancrages conceptuels. Ainsi, un cadre conceptuel est pré­
senté dans le chapitre 4. La revue de littérature effectuée a permis de
mettre en exergue trois concepts fondamentaux quant à la prise de déci­
sions en protection de l’enfance. D’abord, comme déclencheur de l’action,
le concept de « risque », qui dirige vers des réfexions autour de sa défni ­
tion et de ses possibilités d’application dans le champ du social, mais
aussi vers les notions de « danger » et de « construction du risque » ainsi
que vers celle de l’« acceptabilité du risque ». Par la suite, le concept de
« protection » éclaire sur des éléments de défnition, mais également sur
le contexte de vulnérabilité associé aux situations de protection ainsi qu’à
l’intérêt et aux besoins des enfants. Le concept de « gestion des risques »
clôt la présentation du cadre conceptuel en dégageant les distinctions entre
l’évaluation et la gestion des risques, et aborde des notions sous­jacentes :
la « subjectivité des professionnels », l’« omniprésence de l’incertitude »
et l’« urgence d’agir ». La combinaison des trois éléments qui fondent le
cadre conceptuel permet de nombreuses réfexions et éclaire théorique­
2ment la pratique. Le caractère interdisciplinaire de l’objet d’étude et des
3sources théoriques utilisées permet de créer un horizon large et des pistes
de réfexions diversifées. Les concepts explorés guident la démarche et
procurent des appuis théoriques à la collecte et à l’analyse des données.
Tout choix méthodologique doit être justifé. C’est à l’explication et
à la justifcation des choix méthodologiques de la présente recherche que
s’attarde le chapitre 5. Cette recherche étant exploratoire, il est clairement
établi que l’approche qualitative est privilégiée pour comprendre la pra­
tique de protection de l’enfance. Le chapitre présente les étapes d’échan­
tillonnage et les enjeux qui y sont rattachés, tout comme il expose et
2. Plusieurs professions se retrouvent en protection de l’enfance. Le volet social est
généralement occupé par des travailleurs sociaux, mais aussi par des psychoéduca­
teurs, des criminologues ou des psychologues. Le volet judiciaire est quant à lui
dévolu à des personnes formées en droit.
3. Il s’agit ici du travail social, de la philosophie, de l’éthique, du droit, de la sociologie,
mais aussi du génie, des mathématiques et de l’économie.Introduction 5
justife le choix des groupes de discussion et des entretiens individuels
comme outils méthodologiques. La démarche d’analyse est également pré­
cisée pour conduire à une meilleure lecture de la présentation des  résultats.
C’est dans le chapitre 6 que se retrouve le cœur de la recherche : la
présentation des résultats. La transcription du matériel empirique a permis
de dégager quatre grands thèmes d’intérêt qui servent de divisions au
chapitre. Ces thèmes sont : l’appropriation d’une situation ou la construc­
tion du problème ; la défnition d’enjeux, de risques et de malaises ; la
conception de pistes de solutions ; la gestion des risques et ses multiples
représentations. Le chapitre 6 se termine par la présentation des logiques
d’action des professionnels dégagées à partir de l’analyse des résultats.
Ces logiques produisent des connaissances sur leur construction au cœur
de la prise de décisions en protection de l’enfance.
Pour terminer, le chapitre 7 amène la discussion sur trois éléments
qui émergent de l’analyse des données et que l’on peut percevoir comme
des éléments de processus rattachés à la construction des logiques d’action.
Sont examinées et discutées les notions de « posture professionnelle » et
de « conviction », de « dialogue » et d’« espace de traduction » ainsi que de
« délibération collective ». Ces éléments permettent d’éclairer la prise
de décisions, tout comme ils l’enrichissent d’un regard différent. Au fnal,
le chapitre 7 propose de réféchir sur l’importance de la conscientisation
de la pratique à travers l’analyse des logiques dégagées et des éléments de
processus qui s’y rattachent.
La démarche entière de la présente recherche amène à mettre en
perspective plusieurs enjeux relatifs à la pratique de protection de l’enfance.
Elle porte aussi à réféchir sur la prise de décisions et plus particulièrement
sur la gestion des risques, que l’on veut juste et justifée. Cette gestion des
risques entraîne des questionnements éthiques majeurs et dirige vers
des préoccupations cliniques plus actuelles que jamais.Extrait de la publicationÉpine 0,572 po / 14,5 mm / 272 p. / 120 M
58
COLLECTIONCOLLECTION
PROBLÈMES SOCIAUX PROBLÈMES SOCIAUX
ET INTERVENTIONS SOCIALES ET INTERVENTIONS SOCIALES
H���� D����� – directeur
G������� R����� – codirectrice
LES PROFESSIONNELS ŒUVRANT À LA PROTECTION DE L’ENFANCE doivent
quotidiennement exercer leur jugement afi n d’évaluer des risques et de déterminer la
nécessité de mesures de protection, et ce, en étant exposés à la vulnérabilité et à la
détresse sociale des familles qu’ils rencontrent. Il serait commode de croire que leur
pratique, aussi complexe soit-elle, est suffi samment balisée par le cadre légal qui la
chapeaute pour indiquer clairement aux professionnels les possibilités d’intervention.
Or la réalité est tout autre.
Ce livre met au jour les logiques d’action qui guident les professionnels de la
protection de l’enfance dans leurs prises de décision. Réalisé à l’aide d’une analyse de
contenu des discours d’employés du Centre jeunesse de l’Estrie, il dégage trois types
de logique : collaborative, délibérative et légaliste. Il montre également les
dimensions sur lesquelles s’appuient ces logiques, soit le rapport au mandat de protection,
le rapport à la situation et le rapport au risque.
La gestion des risques Mais au-delà de cette typologie, ce sont les notions de posture professionnelle,
de conviction et de dialogue qui sont abordées. Car l’ouvrage vise avant tout à conscien- en protection de l'enfance
tiser les professionnels sur leur pratique pour qu’ils puissent prendre leurs décisions de
manière consciente et critique ainsi que gérer les risques de façon adéquate et justifi ée. Logiques d'action et quête de sens
Annie Lambert est criminologue et travailleuse sociale. Après avoir œuvré de nombreuses années comme
intervenante sociale dans les secteurs de la délinquance adulte et de la protection de la jeunesse, elle est
maintenant professeure à l’École de travail social de l’Université de Sherbrooke. Le risque et la gestion du
risque, la protection sociale et les préoccupations éthiques orientent actuellement son enseignement et
ses recherches.
Annie Lambert
Préface de
Michèle Vatz-Laaroussi
et Claude Lessard
,!7IC7G0-fdhecc!
PUQ.CA ISBN 978-2-7605-3742-2
Extrait de la publication
3742D-Couvert.indd All Pages 2013-06-05 13:29
La gestion des risques
Annie Lambert
en protection de l'enfance

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le commerce international, 4e édition

de presses-de-l-universite-du-quebec

Hydraulique et hydrologie, 2e édition

de presses-de-l-universite-du-quebec

Conception de bases de données avec UML

de presses-de-l-universite-du-quebec

suivant