//img.uscri.be/pth/0242ef57d565d012b88cb54b16964f40144ae812
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La jeunesse Africaine

De
194 pages
Voici une étude approfondie sur les nouveaux symptômes qui déstabilisent les adolescents et leurs familles au sein des villes d'Afrique de l'ouest. Dakar et le Sénégal en sont un exemple avec la disparition graduelle de la tradition, des rituels de passage à l'âge adulte, la perte de l'autorité parentale, la drogue ou la mise au jour de l'homosexualité. Les médias omniprésents, la mondialisation, les échanges migratoires, le tourisme de masse semblent être à l'origine de ces pratiques.
Voir plus Voir moins
Psychanalyseettraditions
OmarNdoye LaJeunesseafricaine Mal-être,drogues, homosexualité
La jeunesse Africaine Mal-être, drogues, homosexualité
Psychanalyse & TraditionsUn collectif d'auteurs autour du GRAPPAF
Dernières parutions Chez le même éditeur Les cahiers du GRAPPAF: Le Guérisseur et le Psychanalyste
Les repères dans la famille africaine
La possession
Le regard et la parole
Le griot, le psychanalyste & le cinéma africain
La femme et le continent noir
De Freud au trauma africain Désir de mère et Nom du pèreParlêtre mon frère L’Afrique symptôme Au Pays de la parole Le N’doep De Pierre-Georges Despierre : Sur le sentier de la psychanalyse – Tous les chemins mènent à Freud, 2014
Présenté par Omar Ndoye Université Cheikh Anta Diop, Dakar, Sénégal La jeunesse Africaine
Mal-être, drogues, homosexualité
Au Dr. Yves Kaufmant, À son épouse le Dr. Anne-Marie Kaufmant Et à tous les pionniers du GRAPPAFRédaction : P.-G. Despierre, psychanalyste & enseignant C. Duprat, psychanalyste. Secrétariat de rédaction : Anne Djamdjian Tél : 06 08 42 39 24 Courriel : GRAPPAF@wanadoo.fr
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03173-6 EAN : 9782343031736
* Les auteurs Dr MamadouHabib Thiam,Psychiatre,Maitre de conférence agrégé, Chef du service de Psychiatrie de l’Hôpital Fann, Titulaire de la Chaire et Directeur de l’IREP, Dakar, Sénégal. Dr Idrissa Ba, Pédopsychiatre, Chef de clinique, assistant Chef de service de pédopsychiatrie du centre Hospitalier National Psychiatrique de Thiaroye, Sénégal. Dr Lamine Fall,Pédopsychiatre, Médecin-chef de l'unité Pédopsychiatrique "Kër Xaleyi" du CHNU de Fann, Dakar. Enseignant à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal. Dr. Momar Camara,Psychiatre Assistant chef de clinique à l’UCAD, Dakar, Sénégal. Dr Lamine Faye,Psychiatre,Maitre de conférence agrégé, Dakar, Sénégal. Dr Ibrahima Ndiaye,Psychiatre, Interne des Hôpitaux en Psychiatrie, Sénégal. Dr Abou Sy,Psychiatre,Assistant Chefde Clinique, Dakar, Sénégal. Dr Sokhna Seck,Psychiatre, assistant-Chef de Clinique, UCAD, Dakar, Sénégal. Dr Ameth Diakhaté,D.E.S. Psychiatrie, Sénégal.
7
Omar N'Doye, Psychologue, Psychothérapeute, Maître Assistant à l’Institut de Recherche et d’Enseignements en Psychopathologie à L’université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal. Sanghat Ndiaye,Tradipraticien, Sénégal. Pierre Georges Despierre, Psychanalyste, Enseignant au DER de Psychologie médicale àla Faculté de Médecine de Paris XII, Écrivain et Rédacteur de la collection « Psychanalyse & Traditions », France. Fatima Koda,Psychologue, Service d’assistance médicale d’urgence, (Samu municipal), Dakar, Sénégal. Thierno Sagna,Éducateur spécialisé à Xer Xaleyi, Sénégal. NOTE: Un collectif d’amis du Grappaf : Groupe d’application de la Psychanalyse à la Psychiatrie en Afrique francophone.Ce groupe Franco-Africain a participé à de nombreuses conférences, séminaires et publications dans les Universités d’Afrique de l’Ouest, ces quinze dernières années.
8
Préface L’Occident mondialisant s’oppose au multiculturel Omar N'Doye Psychologue, Psychothérapeute, Maître Assistant à l’Institut de Recherche et d’Enseignement en Psychopathologie à L’université Cheikh Anta Diop de Dakar - Sénégal Les 7 milliards d’hommes et de femmes sur la planète partagent cette spécificité d’être des «Homo sapiens» et l’usage de la parole comme système de code commu-nicationnel. Aujourd’hui, un certain consensus admet que la société est la seule condition du langage. Le cas Victor ne viendrait-il pas corroborer cette thèse? Ces hommes qui ont la chance d’être nés dans la société des homo-sapiens donc héritiers uniques et obligés du langage oral, que partagent-ils d’autre ? Cet outil qui nous tombe du ciel rappelle la réaction d’Hippolyte vers 1384 –1386, où Euripide que cite Anna Potamianou nousrapporte :«De parents souillés de crime, d’ancêtres oubliés, est sorti le mal qui ne me laisse aucun répit. Il s’est abattu sur moi, sur l’irréprochable. Pourquoi?». Le mal n’est-ce làce qui en fin de compte serait fondamental ? N’est-ce pas le fondamental qui fait que je suis ce Moi appartenant à quelque chose, à quelqu’un, ce moi qui me différencie d’un autre ? Nous verrons plus loin que nous ne l’appellerons pas le mal mais pour l’instant restons à côté d’Hippolyte. Si le mal est ici le contraire du naturellement bon de J.- J. Rousseau, le bien pourrait être ce qu’une société idéale a fait de nous : notre (bonne) éducation, notre noblesse notre dimension intellectuelle, nos acquisitions techniques,
9