La jeunesse Saoudienne

De
Publié par

Aux antipodes des clichés diffusés en Europe, cet ouvrage révèle la réalité d'une jeunesse saoudienne évoluant au sein d'une société en pleine mutation. L'auteur nous livre une analyse perspicace des sphères de l'emploi, de la scolarité, de la formation, du logement ainsi que des liens familiaux et des formes de sociabilités, des styles de vie, des modes vestimentaires, de l'unviers marchand, de l'usage du temps libre et de l'évolution de la délinquance.
Publié le : samedi 1 mai 2010
Lecture(s) : 52
Tags :
EAN13 : 9782296247826
Nombre de pages : 201
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

CHAPITRE I

Les Jeunes en Arabie saoudite

Dans chaque nation, les jeunes représententla moitié duprésentetla
totalité de l’avenir. C’estpourquoi noustenterons de mettre à la disposition
dulecteurune perspective panoramique de la situation de la jeunesse
saoudienne en général. Cetobjectif ambitieuxestdifficile à réaliser. En
effet, la pénurie de statistiques etde données de base etlavacuité duchamp
scientifique entermes d’études etde recherches sociales – sur lesquelles
nous aurions punous appuyer de manière exhaustive pour mener à bien ce
travail – ne rendentpas latâche aisée. Mais, nous sauronstirer profitde
toutes les données à notre disposition. Nous compterons sur notre intérêt
spécifique pour l’observation etl’étude ainsi que sur notretravail personnel
deveille s’agissantde l’actualité sociale etculturelle en Arabie Saoudite et
des nouveautés qu’adoptentles jeunes.
Cette étude modeste – qui pourraitn’être qu’untravail exploratoire malgré
sa grande ambition – œuvrera néanmoins à mettre en exergue età se
focaliser sur les problèmes etles questions les plus importantes qui agissent
directementsur le contexte social etculturel ausein duquel évoluentles
jeunes etinversementsur l’influence de ces derniers dans lavie d’une
société connue pour son conservatisme, sontraditionalisme etsa piété.
Société qui néanmoins faitface, depuis quelques décennies, auxexigences
desvastestransformations sociales etculturelles etconnaît un processus de
développementglobal etd’ouverture sur d’autres culturesvéhiculées par les
millions detravailleurs migrants qui se manifestentpartoutdans la société,
sans parler des mutations interactives entre sociétés faisantde la
communication etde l’ouvertureune composante de la réalité.
Évidemment, dès le début, cette étude se focalisera de manière précise sur
les jeunes de sexe masculin de latranche d’âge 14-35 ans (définition des
Nations Unies) bien qu’elle se réfère par endroits auxjeunes filles. Malgré
leur appartenance à cette catégorie d’âge, les jeunes garçons non nationaux,
travailleurs migrants ouenfants de la deuxième génération, sonthors du
champ de notre étude.

1

La jeunesse saoudienne : Identité, mutations, défis, enjeux et perspectives

Globalement, sous l’angle économique, nous procédons àunetripartition
ducycle devie des individucs :ycle devie de formation etde protection,
cycle devie d’activité, cycle devie devieillesse oude retraite.
Le cycle devie de formation correspond à latranche d’âge qui se situe
entre le jour de naissance de l’individuetses dix-huitans. Elle concerne des
personnes généralementà la charge de leurs familles qui pourvoientàtous
leurs besoins essentiels. Certes, ilya des jeunes appartenantà cettetranche
d’âge qui sontactifs etproductifs. Mais, étantpeunombreuxet vula
protection que leur prodigue le gouvernementpar le biais de formes d’aide et
de soutien comme l’enseignementgratuit, l’octroi directde soins etles
assurances sociales pour les pauvres, ces enfants n’ontplus réellement
besoin d’exercerune activité etils ne serontpas l’objetde notretravail.
Le cycle devie d’activité faitréférence à latranche d’âge 18-60ans
c’està-dire la population en âge detravailler etde produire etqui prend à sa
chargetous les autres membres de la famille.
Le cycle devie devieillesse oude retraite concerne les individus de plus
de 60ans. Ce sontdes personnes âgées ouretraitées. Elles ontbesoin d’être
prises en charge oude bénéficier de protection. Le nombre de soixante ans et
plus s’accroîten proportion etconstituera sûrement une énorme charge pour
les actifs dans les années àvenir. Unetelle évolution setraduira par des
bouleversements sociauxetculturels relatifs auxliens entre les personnes
d’un âge avancé et toutes les autres générations.
Dans cetravail, nous aborderons la question des jeunes – catégorie qui se
situe auxdeuxpremiers cycles devie des individus etconstitueun poids
démographique considérable – dans ses multiples dimensions en nous
référantauxdonnées etstatistiques disponibles durecensementofficiel de la
population. Dans cetesprit, nous allons brosseruntableaucomplexe de la
situation des jeunes dupointdevue de la démographie etdes spécificités de
leurs conditions d’habitat. Il sera question égalementde l’ampleur de leur
contribution à lavie économique etsociale en plus des aptitudes etdes
compétences dontils disposentpour leur permettre de s’insérer dans le
processus productif etde participer sérieusementà l’épopée du
développement. Nous évaluerons aussi l’étendue de leur potentiel sur la base
des données statistiques.
Unteltravail de recherche ne peut traiter la question des jeunes sans se
référer àun cadrethéorique général prenanten compte les spécificités
culturelles etsociales particulières de la société d’Arabie Saoudite. À cet
effet, avec la prudence requise et un recul critique, nous prenons en
considération les approches anthropologiques sur les sociétés arabes en
transition qui sontnombreuses dans le patrimoine scientifique occidental.
Parce que la société saoudienne estdécrite commeune société oùla structure

2

CHAPITRE I : Les Jeunes en Arabie saoudite

socialetribaletraditionnelle joueun rôle importantdans la formation etle
façonnementde lavie des individus, noustiendrons compte de la référence à
la société cloisonnée sur le principe des alliances sociales etde la référence
aupouvoir patriarcal qui souligne la centralité dupouvoir dupatriarche sur
le domaine des relations familiales. Sachantque cette structure soumise à
une dynamique de modernisation etde développementfaitactuellement
l’objetd’un processus de redéfinitiontaxinomique etde renouvellementdes
formes. Dans le cadrethéorique de notre étude, nous mettrons aujour les
nouvelles dimensions qui modifientla structure socialetraditionnelle etles
modalités detransition de la société saoudienne, société qui passe, à l’instar
de la plupartdes sociétés arabes, de l’état tribal à des formes nouvelles aux
contours encore imprécis, mais dontnous pouvons déjà entrevoir les formes
les plus saillantes.
Considérantl’école comme l’institution moderne fondamentale qui
inculque lesvaleurs etforge les représentations etles concepts, nous nous
intéresserons auxeffets de la scolarisation sur l’émergence d’une éducation
civique etsociale officielle dontl’objectif le plus importantestla formation
d’un citoyen saoudien moderne en mesure de participer etde contribuer de
manière efficace à lavie sociale. Avec les programmes scolaires qu’elle
dispense, l’école constitue en fait un incubateur fondamental de la
construction identitaire des jeunes et unvecteur importantdans la formation
de leurs personnalités àtravers les diplômes scolaires qui les spécialisent
dans des activités etdes professions précises etles prédestinentà
l’appartenance àune classe sociale etàun statutsocial donné. Les activités
parascolaires contribuentaussi à la formation de la personnalité des jeunes,
de leur comportementà l’égard de leur entourage etde leur conscience de la
réalité dumonde.Bien sûr, les potentiels etles capacités intellectuelles et
sentimentales des jeunes sontdifférenciés autantque peuventl’être les
instructions des institutions scolaires. Mais, globalement, comme nous le
montrerons plus loin, l’institution scolaire remplitdes rôles considérables
dans la formation de certains aspects fondamentauxde la personnalité des
jeunes en général.
Par ailleurs, lavie des jeunes, surtoutdans les moments detemps libre,
subitl’influence des fréquentations, amis etcollègues. Toutcomme
d’ailleurs les moments de divertissementetles activités assimilées, en
particulier les pratiques consuméristes qui constituent une fenêtre ouverte
importante sur l’éducation etla formation de la jeunesse danstous les pays
dumonde. Mais, en Arabie Saoudite – en raison de lavague de
mondialisation, qui contrebalance latendancetraditionaliste conservatrice –
l’impactde cette ouverture etdes interactions qu’elle suscite, ainsi que de
ses effets, mériteune étude attentive. Dans cetravail, nous relaterons

3

La jeunesse saoudienne : Identité, mutations, défis, enjeux et perspectives

soigneusementquelques épisodes des affrontements entre courants de pensée
etles modalités de leurtransformation en nouveaux vecteurs extrêmement
importants dans le processus de constitution de l’identité, de l’ego etde la
personnalité. Autant« letemple de la consommation »etl’ouverture àun
grand nombre d’inventions de l’époque moderne ontpermis auxmembres de
la société de jouir d’unevie moderne etconfortable, autantils ontouvertde
nouveauxhorizons porteurs devaleurs, detraditions etde coutumes
jusquelà inconnues de la jeunesse etqui ne manquerontpas de laisser leur
empreinte culturelle etsociale. Des remises en cause sontnécessaires pour
que ce phénomène puisse concorder avec la conception de l’identité
culturelle que nous souhaitonsvoir la société saoudienne faire sienne.
Notre étude se penchera égalementsur lavie familiale ausein de laquelle
évoluentles jeunes etles évolutions qu’elle a subies. Celaveutdire que le
processus d’éducation etde protection des enfants prend des sens nouveaux
etdes significations nouvelles, en raison destransformations de la structure
familiale, des migrations etdes changements qui ontaffecté le pouvoir
patriarcal. Pouvoir qui, d’une part, a laissétransparaître des signes de
faiblesse et, d’autre part, a exprimé son désir d’accompagner les
transformations que connaissentla société etsa culture. Partant, le sens de la
vie familiale, dulien parental etdes liens entre les membres d’une même
famille commence à changer. Detelles évolutionsvontconférer à ces
concepts clésun rôle etdes fonctions nouvelles dontles effets auront un
impactmajeur sur la construction de lavie des jeunes etsubséquemmentsur
la société etsa culture dans les décennies àvenir. Comprendre ce
phénomène etl’assimiler nous sera d’un grand secours pour appréhender les
formes que revêtirontl’édifice social etson champ culturel en général.
Notretravail contribuera à esquisser le contenuetla forme des relations
sociales dans lesquelles s’insèrentles jeunes aujourd’hui etleur influence sur
les rapports de ces jeunes avec leurs parents etenvironnements familiaux,
d’un côté, etsur leurs rapports avec leur milieusocial etculturel, de l’autre,
eten particulier avec leurs contemporains de même génération etsur leurs
ambitions pour l’avenir.
Nous nous intéresserons aussi auxconséquences destransformations
profondes qui façonnentle discours religieux, l’islam politique en
particulier, etauximpacts de la piété par ce qu’elle représente dans lavie des
jeunes en autorité, en pouvoir social etculturel, en mode devie etenvision
de l’univers etdumonde. Nous examinerons égalementcommentles jeunes
déterminentleurs relations à lavie età la société sur le plan local etles
formes qu’elles doiventprendre.
Nous aborderons avecune certaine dose de concision la question du
fanatisme, de l’extrémisme etdu terrorisme. Nous élaboreronsunetypologie

4

CHAPITRE I : Les Jeunes en Arabie saoudite

des catégories de jeunes en figures génériques. Certaines catégoriestendent
versune rupture intellectuelle qui les conduit– semble-t-il à cause de leur
adhésion à l’islam politique – aurecours à laviolence etau terrorisme
comme moyen d’expression des désirs etdes ambitions subjectives
oupeutêtre comme manière de consommer la rupture avecune société moderne
devenue, à leursyeux,une société antéislamique qu’il faudraitcombattre,y
compris par le recours auxarmes.
Dans le mêmetemps, le présentouvrage se penchera sur cette jeunesse
qui, en raison de son ouverture sociale prudente sur les nouveautés de lavie
moderne, aspire désormais auchangementetadopte davantage lesvaleurs,
tendances etidées modernes, en particulier occidentales, quitte à abandonner
plusieursvaleurs et traditions islamiquestantdans leur manière devivre au
quotidien que dans leur conception dumonde etde lavie.
En plus de ces deuxfigures de la jeunesse, notretravail s’intéressera aux
jeunes qui formentce que nous pouvons appeler «latendance
intcelle des conserermédiaire » :vateurs éclairés qui,touten respectantles
traditions, lesvaleurs, les coutumes etles rites religieux, adoptentcertains
aspects de lavie moderne etles interprètentcommeune composante
indissociable de la culture dominante.
Néanmoins, nous sommes conscients que lestransformations que continue
detraverser la société saoudienne n’ontpas manqué de créer de nouvelles
réalités auxquelles certains jeunes ontdumal à s’adapter. Certains d’entre
euxpourraients’inscrire en rupture avec lestraditions etles coutumes et
transgresser l’ordre social etles lois. Cela étant, des crimes etdélits aux
mobiles multiples se perpétuent, mais lestauxde criminalité classique (selon
la nomenclature duMinistère de l’Intérieur) demeurentlimités. Il enva de
même pour les formes récentes de criminalité comme la piraterie
informatique oules délits liés auxmoyens de communication moderne
(agressions filmées avecuntéléphone mobilejo: les «yeuses baffes» ou
happyslapping).
Bien que notre étude ait une prédilection envers les données statistiques
sur le crime etla délinquance, il fautbien dire que les crimes commis par les
jeunes Saoudiens demeurentàun faible étiage etne sontpas spectaculaires.
Naturellement, les actes deviolence de nature idéologique (leterrorisme)
comptentparmi les actes qui ontdécontenancé eteffrayé la société. Car la
société atoujours considéré l’ardeur en religion commeun aspect
socioculturel affectionné par les jeunes.
De même, notretravail donneraun éclairage sur lavie quotidienne des
jeunes. Nous expliquerons commentles jeunes ontadopté des styles devie
modernes sans racines dans latradition locale auxquelles ils pourraientse
référer etdesquelles ils pourraientpuiser, au titre d’une expérience

5

La jeunesse saoudienne : Identité, mutations, défis, enjeux et perspectives

cumulative antérieure. Par exemple, la société ne se posaitpas de questions
sur l’obésité, la surcharge pondérale, l’entretien de la forme physique ou
encore la mise envaleur de la beauté corporelle, en particulier chezles
hommes. Dès lors, les modes alimentaires modernes, la pratique dusport
pour la sveltesse oules régimes nutritionnels sontdes évolutions récentes qui
préoccupentles jeunes, les éblouissenten raison des échos qui leur
parviennentde l’occident. Il se peutque l’avènementde la restauration
rapide, le «fast-food »,soità l’origine de l’émergence de ces phénomènes
nouveaux. Notretravail mettra égalementen exergue l’impasse
psychologique dans laquelle setrouventles jeunes qui essayentde s’adapter
auxconditions etaux tentations de lavie moderne. Donc, les formes
paroxystiques de souffrances quitouchentquelques jeunes, par exemple la
dépression, montrentl’étendue destransformations quetraversentles jeunes
auregard des multiples défis de notre époque etparticulièrementceux
d’ordre moral etpsychologique.
Nous aborderons la problématique de l’ancien etdumoderne, autrement
ditla question de la modernité comme on la désigne sur la scène culturelle et
intellectuelle, etles prises de position conflictuelles qu’elle suscite chez tel
ou tel courant. Nous montrerons commentla problématique de la modernité
ne se circonscritpas à la littérature età la pensée, mais embrasse aussi le
goûtmusical, architectural, le paraître oul’aspectgénéral des jeunes. Elle
renvoie essentiellementà la question de l’identité, auxformes que prendra
l’avenir etaudegré de force oude faiblesse dulien à lavie moderne, qui
transparaîtàtravers le goûtoccidental en général.
En conclusion, notre étude soulèvera la question de l’avenir de la jeunesse
etdes scénarios d’évolution possibles de leurs problèmes, préoccupations et
ambitions. Il s’agitde savoir si la culturetraditionnelle etpatriarcaleva
perdurer comptetenude l’immensité destransformations matérielles et
immatérielles que connaissentla société saoudienne etsa culture. De plus, la
jeunesse accède directementaujourd’hui à des concepts fondamentauxetdes
explications multiples etnouvelles des phénomènes etdes réalités dumonde
qui ne sontplus le monopole d’un discours localunique.
Vouloir comprendre ce que seraitle sortde la jeunesse c’est
s’interroger en faitsur le devenir de la société, de la culture etde la
politique. Sur la base de ces considérations, nous insisterons donc sur
l’importance d’une remise à platdes problématiques relatives à lavie des
jeunes, à leurs conditions d’existence età leur avenir en leur accordant un
caractère d’urgence.
Ceci étantdit, bien qu’il œuvre àtraiter les questions de la jeunesse de
différents points devue, cetravailva déployerun effortconséquentafin de
mettre l’accentsurun grand nombre de questionsthéoriques et

6

CHAPITRE I : Les Jeunes en Arabie saoudite

méthodologiques, en partantd’une approche phénoménologique qui consiste
à considérer que chaque période historique porte en elle-même son propre
sens etses propres mécanismes explicatifs, à partir desquels se constitue et
se construitle système social. La compréhension de ces phénomènes exige
nécessairementdetravailler sérieusementetauplus près de la mentalité des
groupes étudiés etde les aider à dégager ce à quoi ils aspirent. Dès lors,
notretravail compte s’appuyer en grande partie sur nos propres expériences
etconnaissances acquises entantqu’observateur etacteur ausein de la
société. Les jeunes, en Arabie Saoudite en particulier, ne constituentpasun
bloc social etculturel homogène, mais aucontraireun spectre d’expériences
etde pratiques que nous devons identifier. Cette étude examineratoute la
largeur duspectre, les divergences observées ainsi que les comportements
des jeunes, puis d’un pointdevue différent tentera de les comprendre etnon
de les juger.
Detoute évidence, notretravail cherche à caractériser les motivations ou
les déterminants des comportements etdes pratiques des jeunes en
expliquantqu’ils relèventdavantage de processus sociauxque de modèles
sociauxoude structures sociales. Autrementdit, il n’estpas possible
d’imputer globalementces pratiques etces comportements àunetoile de
fond sociale, familiale ouculturelle. Bien aucontraire, noustrouvons chez
de nombreuxjeunes des comportements etdes pratiques antinomiques aux
modèles sociauxouauxstructures normatives.
En outre, notretravail se consacrera à l’analyse de lathéorie selon laquelle
la culture d’une société donnée – surtoutla culture d’une couche sociale
particulièrementinstable, impulsive,tendantà l’expérimentation età la prise
de risque comme la jeunesse – ne doitpas compter sur des modèles
explicatifs préétablis. Notre souci estde présenterune image dynamique,
proche de la réalité de lavie, d’une société entransition dontles choixet
alternatives dans le domaine social etculturel ne sontpas encore stabilisés
une fois pourtoutes. D’autantplus que cette société devient une composante
essentielle d’un processus civilisationnel etmondial extrêmementchangeant.
Nousvoudrions, surun planthéorique, insister sur la marche des sociétés
comme la nôtre. Pour nous, il n’estpas pertinentd’adopter l’hypothèse selon
laquelle lestransformations historiques sontcumulatives dansuntemps
chronologique, c’est-à-dire destransformations s’inscrivantdansune
évolution linéaire faisantpasser la société d’un stade plustraditionaliste àun
autre plus moderne, etce, pour l’ensemble de ses membres. En fait, les
recherches sur la jeunesse montrentque les choses nevontpas
nécessairementde la sorte. Par exemple, alors que la piété etle
conservatisme auraientleventen poupe, des mutations imprévisibles dans

7

La jeunesse saoudienne : Identité, mutations, défis, enjeux et perspectives

les sphères de la consommation opèrent des changements jusque-là
insoupçonnés.
Bien qu’iltente de présenterunevue panoramique de la situation de la
jeunesse, notretravail auraitpuêtre en quelque sorte différents’il s’était
basé sur de longs entretiens ciblés avec certaines catégories de jeunes aulieu
de reposeruniquementsur l’observation etl’analyse. Car il estclair que les
jeunes ontleur propre langage, concepts etinterprétations des choses que
certains exposent très bien etsans détour. Cependant, avec cetravail, nous
voudrions – malgré insuffisances eterreurs – ouvrir le dossier de la jeunesse
saoudienne etinaugurerune première étape dans la mise auclair des
problèmes etdes préoccupations des jeunes etainsi mieuxles formuler. Ceci
de sorte à stimuler la recherche etl’intérêtscientifiques envers la
compréhension de la réalité des jeunestelle qu’elle se présente, sans
politisation ni espritintellectuel partisan. Que Dieunousvienne en aide !

8

CHAPITRE II

La jeunesse : sa démographie et son développement

La jeunesse ne peutêtre définieuniquementde manière chronologique par
unetranche d’âge de quinze àvingt-quatre ans. Outre la définition par l’âge,
ilya d’autres déterminants non moins importants dupointdevue de la
biologie. Nousvoulons dire par là que la jeunesse représenteune étape de la
vie oùles membres se distinguentlesuns des autres par des caractéristiques
corporelles précises.À cetâge, ils atteignentla plénitude corporelle etse
manifestentpleinementchezeuxles signes de lavirilitla raé :ucité de la
voix, la pilosité sur le menton etla force physique. Ilyaune dimension
psychoculturelle différenciantcette étape de celle qui la précède oului
succède. Nous supposons que les jeunes de cetâge sonten bonne santé eten
mesure d’exercer plusieurs d’activités et travauxsignificatifs.
Nous pouvons parler de cette étape de lavie comme d’une étape
transitoire. À cetâge, les jeunes ne sontplus des petits enfants incapables,
mais en mêmetemps ne se sententpas encoretotalementresponsables, sauf
vers la fin de cette étape. Dans l’ère moderne, l’éducation scolaire – en
raison des conditions dumarché du travail etde ses exigences – prend
beaucoup d’importance entantque période préparatoire à l’entrée dans l’âge
adulte, donc à lavie productive, au travail età la participation à lavie
économique. Ainsi, nous pouvons qualifier l’étape qui faitici l’objetd’étude
etd’analyse d’étape de fin de la prise en charge etde la formation, étape
après laquelle le jeune intègre la deuxième étape de lavie, celle de lavie
active.
Les jeunes constituent une richesse dans laquelle la société peutinvestir
surtous les plans, surtoutéconomique, social etculturel etceci àtravers sa
protection, son éducation etsa scolarisation. Cela revientà dire qu’ils
forment unetranche d’âge prise en charge pour laquelle la famille etla
société effectuentdes dépenses dans l’attente, avec leurs futures
contributions, d’un retour sur investissement. Par ailleurs, les individus qui
viventcette étape charnière et transitoire sont traversés par destendances
contraires. D’une part, ils ontpeud’expériencestouten étantfougueuxet
avides de découvertes. De leur pointdevue, ils ne sontplus des enfants
ayantbesoin de latutelle etde la protection de leur entourage, mais en même

9

La jeunesse saoudienne : Identité, mutations, défis, enjeux et perspectives

temps, ils continuentde compter sur leurs parents pour la satisfaction de
leurs besoins. Ajoutons à cela que, dupointdevue des jeunes adultes etdes
personnes âgées, ils sontconsidérés commeune catégorie d’âge en
dépendance. Cette situation contradictoire suscite à la fois attraction et
répulsion à leur égard, ce qui érige la jeunesse en « classe » dangereuse pour
la société. Autrementdit, il s’agitd’une catégorie difficile à encadrer etqui
n’esten mêmetemps d'aucun secours, en raison de son peud’expérience et
de courage, envers les autres qui attendentd’elle qu’elle joueun rôle positif.
Souvent, les jeunes estimentque leurs aînés ne prennentpas la mesure de
leurs aspirations etambitions.
Pourtoutes ces raisons etd’autres encore – comme il sera démontré dans
cetouvrage – les jeunes constituentla catégorie d’âge la plus rebelle et
maladroite,une catégorie qui penche plus quetoutautrevers la rénovation et
latransgression de la norme dominante etde l’ordre social. Les jeunes sont
levecteur duchangement; ce sonteuxl’avenir, dansun monde en
changementperpétuel etpermanent.
À d’autres endroits duprésentouvrage, noustraiterons la question de la
césure entre générations. Cependant, ce qui nous importe particulièrement
dans l’immédiatc’estque le poids des jeunes dans la pyramide des âges est
extrêmementimportantentermes devolume, detendances etde potentiels à
venir. Une société jeune est une société oùles jeunes pèsent un poids
considérable dans la population. C’est une société quivitdans l’expectative
etla crainte face auxmutationsvastes etrapides. La jeunesse est une
catégorie anxieuse qui ne mesure pas les conséquences de ses actions
irréfléchies. Elle netend pas à s’attacher fortementaux traditions et
coutumes anciennes de sa propre société.
À notre époque, celle de la mondialisation etdes influences réciproques
entre cultures etnations, l’existence de cette catégorie d’âge en elle-même
estdésormaisun signe avant-coureur detransformations etde changements
pouvants’avérer extrêmes etinédits, comme nous leverrons plus loin.
Dans la présentation qui suit, noustenterons d’identifier le poids de cette
catégorie d’âge dans la structure de la population duroyaume afin d’en
étudier les caractéristiques démographiques eten saisir de manière plus
précise les réalités. Nous nous focaliseronsuniquementsur les garçons,
sachantque les jeunes filles partagentavec euxplusieurs caractéristiques,
mais ne sontpas moins porteuses de spécificités qui ne serontpas ici
abordées.
Letableau1 retrace la répartition de la population de jeunes hommes
saoudiens en fonction dulien de parenté auchef de famille etselon les
1
données fournies par le recensementde 1992, dernier en date en Arabie
Saoudite (aumomentde la publication de laversion arabe de notretravail).

10

CHAPITRE II:La jeunesse : sa démographie et son développement

Il en ressort que les jeunes âgés de 15 à24 ans sontaunombre de 1 185 906.
Quantauxmoins de24 ans, ils atteignent4207 805 individus. Il s’agit
d’effectifs importants qui représententde la pop68,5 %ulation masculine
saoudiennetotale.
Ces jeunes endossentdes responsabilités familiales diverses. Certains
d’entre euxsontmariés oudumoins jouent un rôle de soutien oude chef de
famille (117619 personnes). D’autres sontdes fils (112 347) etdes
petitsfils (11419). Quantauxfratries, elles comprennent112 347 personnes.
D’autres encoreviventavec de proches parents (52448) oun’ontaucun lien
de parenté (33 376). D’un côté, ces liens de parenté nous livrent une
représentation de la dynamique de lavie familiale en Arabie Saoudite. De
l’autre, ils montrentcommentles jeunes constituentréellement un élément
de la population imbriqué dans letissudémographique ets’insèrentdans des
liens familiauxdivers leur permettantde bénéficier de la protection etde
l’éducation qui les préparerontà entrer de plain-pied dans lavie de la
meilleure manière qui soit. Nousyreviendrons lors du traitementde leurs
caractéristiques démographiques.
Selon le même recensement, letotal des jeunes étrangers âgés de 15 à24
ans estde339333personnes soit10% de la population non saoudienne
résidante.

Tableau 1 :
Répartition des jeunes Saoudiens de sexe masculin selon la tranche
d’âge (de 15 à 24 ans).

Tranch
es d’âge

15-19
20-24

Chef
de
famille
25 610
92 009

Fils

505611
243784

Petit-
fils

8 997
2422

Proches
Frères
parents

57 729
54 618

25 197
27251

Aucune
parenté

7215
26 161

Total

606372
525 534

Par rapportà l’étatmarital, letableau 2montre que le nombre de
Saoudiens célibataires de sexe masculin âgés de 15 à24 ans s’élève à
1065243personnes, soitenviron 15% de la population saoudienne
masculine, alors que les mariés sontaunombre de 118895, soit une
proport% de la popion de 1,6ulation masculine contre 1635 divorcés soit
0,022%. Quantaux veufs etnon-remariés, ils sontestimés à 133personnes
(0,018 %).
Ainsi, iltransparaîtdes statistiques précédentes que la majorité écrasante
des jeunes Saoudiens (89,8 %) ne sontpas mariés alors que 10,2% ontdéjà

11

La jeunesse saoudienne : Identité, mutations, défis, enjeux et perspectives

menéunevie maritale. Cela montre que cette catégorie de jeunesviten
majorité à la charge de sa famille etausein dufoyer familial,tandis qu’elle
estsur le seuil de lavie sociale eta besoin d’orientations, d’informations et
de formations pour prendre à bras-le-corps les exigences de productivité et
d’efficacité qui l’attendent.

Tableau 2 :
Répartition des jeunes Saoudiens de sexe
marital.

Tranches
d’âge
15-19
20-24

Célibataires

651 669
413574

Mariés

8 510
110 385

Divorcés

masculin selon leur état

154
1 481

Veufs

39
94

Total

660 372
525 534

Concernantles niveauxscolaires, il se dégage durecensementde la
population (voir letableau 3) que les effectifs de l’enseignementprimaire
atteignent49 730élèves. Ce sontchezces derniers que se recruteraientles
contingents de ce qu’on appelle «lesvictimes de l’échec scolaire». Ils
constituent un gâchis pour le système scolaire etserontporteurs de
difficultés etde problèmes comportementaux; certains d’entre euxfiniront
dans la délinquance. Cette question fera l’objetd’un chapitreultérieur.
Ajoutons à ces derniers, les 507 503jeunes non scolarisés.
Concernantl’enseignementmoyen, le nombre des élèves estestimé à
238 996soit 35,4 %des jeunes scolarisés. Cette proportion estraisonnable
auregard du temps scolaire qui faitque les jeunes de 13à 15 ans sontencore
à ce niveaude la scolarité.
Quantà l’enseignementsecondaire, ses effectifs s’élèventà255280élèves
soit 37,6 %de latotalité des jeunes scolarisés. Là aussi, la proportion est
raisonnable,voire élevée, en comparaison d’avec le nombre des jeunes de
cetâge.
Le nombre de ceuxqui ontobtenu– à ce niveauscolaire – des diplômes
nonuniversitaires s’élèv789 soie à 18t une proportion de2D’,76 %.une
certaine manière, c’est une proportion infime etsurprenante qui nous pousse
à nous interroger sur le recul des inscriptions dans les étudestechniques et
professionnelles. Sachantque detels cursus devraientnormalementêtre
convoités par les jeunes pour les opportunités d’accès rapide à l’emploi
qu’ils offrent! Mais, il semble que l’enseignementgénéral eten particulier
universitaire demeure le choixle plus attrayant. C’est un phénomène que
noustraiterons de manière exhaustive plus loin.

12

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.