Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La justice est-elle mondialisable ?

De
608 pages
Si, pour certains, l'évolution actuelle du monde concourt à la paupérisation anthropologique, pour d'autres il existe des raisons de réfléchir à un rééquilibrage et à la mise en oeuvre de mécanismes pour permettre un développement harmonieux de tous les hommes et de toutes les nations du monde. Cela permettrait une paix durable au niveau international et un sécurisation presque naturelle des individus et de leurs institutions.
Voir plus Voir moins

LA JUSTICE
EST-ELLE MONDIALISABLE ?Collection PerspectivesPerspectives transctransculturelleses
Dirigée par J. Poulain, H.J. Sandkühler et F. Triki
La réduction de la mondialisation à la globalisation économique
ne fait pas justice au développement des diverses cultures du monde.
Ce développement ne saurait en effet être réduit à ce que désire en
faire le Fonds Monétaire International : une affaire négociable en
termes purement économiques. Il exige en effet un véritable dialogue
interculturel qui ne se contente pas de laisser cohabiter les cultures
comme des traditions fermées, qui ne désirent s’affirmer qu’aux
dépens des autres. Ce dialogue doit pouvoir faire appel aux formes les
plus évoluées et les plus réfléchies des diverses cultures qui constituent
le patrimoine mondial.
Cette collection entend participerà ce dialogue en mobilisant tout
le potentiel critique des sciences humaines, des philosophies
contemporaines et de la littérature pour dégager ce qu’il y a de
véritablement universel dans ces différentes cultures, pour mettre en
lumière ce qui résiste en elles à la critique mutuelle qu’elles exercent
les unes à l’égard des autres.
L’universalisation effective qu’elles parviennent à effectuer d’elles-
mêmes doit pouvoir distinguer ses propres résultats des effets
polémiques de la guerre des cultures qu’engendre le désir qu’a
chacune d’étendre son hégémonie sur les autres. Elle ne forge qu’un
être humain capable d’intégrer en lui leurs multiples richesses qu’en
laissant advenir à la parole cette autocritique transculturelle, par
laquelle advient à l’existence le monde commun auquel elles aspirent.
© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-56402-2
EAN : 9782296564022Eugène BITENDENTOTILA
LA JUSTICE
EST-ELLE MONDIALISABLE ?Du même auteur
« Le panafricanisme et la mondialisation », Annalesde la Faculté des Lettres et
Sciences Humaines, II-III, Kinshasa, Presses de l’Université de Kinshasa, 2001-
2002 : 185-201.
« Le réal-libertarisme van parijsien. Ses origines et ses limites », Annales de la Faculté
des Lettres et Sciences Humaines, IV, Kinshasa, Presses de l’Université de Kinshasa,
2003 : 187-215.
« L’Afrique face à la mondialisation », à paraître, Intervention au Colloque sur
La postmodernité en Afrique et en Europe, Oran (Algérie), 28 novembre 2010.
« Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières.
Ce qui importe, c’est de le transformer. »
Karl Marx (1845), conclusion des Thèses,
e(11 thèse) sur Feuerbach, Paris, La Pléiade.SOMMAIRE
SOMMAIRE..............................................................................................................5
PREFACE................................................................................................................11
INTRODUCTIONGENERALE..............................................................................15
PREMIEREPARTIE:LAMONDIALISATION...................................................29
INTRODUCTION...............................................................................................31
CHAPITRE1.DEFINITIONSDELAMONDIALISATION............................33
1.0.Introduction..............................................................................................33
1.1.L’approchedeMichelBeaud...................................................................34
1.2.Lepointdevuedugéographe..................................................................35
1.3.Laperspectivepolitiste............................................................................36
1.4.L’idéedes économistes............................................................................37
1.5.Répliquesdesgéographesetdes économistes.........................................38
1.6.Conclusiondupremierchapitre...............................................................41
CHAPITRE2.UNEAPPROCHENOUVELLEDELAMONDIALISATION.43
2.0.Introduction..............................................................................................43
2.1.Mondialisationoumonopolisation?........................................................43
2.2.La mondialisationculturelle.....................................................................48
2.3.Laphilosophiepragmatiquedudialoguetransculturel............................50
2.4.Conclusiondudeuxième chapitre............................................................52
CHAPITRE3.LAMONDIALISATIONECONOMIQUE................................53
3.0.Introduction..............................................................................................53
3.1.Lamultidimensionnalitéduphénomènede mondialisation.....................53
3.2.L’interdépendancedestroisdimensionsdela mo.................54
3.3.Larégulationdela mondialisation...........................................................55
3.4.Lestroisconfigurationsdela mondialisation...........................................56
3.5.Lesinégalitésdansla mondialisation.......................................................76
3.6.Effetscontrastésdela mo......................................................79
3.7.Conclusiondutroisièmechapitre.............................................................97
CHAPITRE4.L’ORGANISATIONDESRELATIONSECONOMIQUES
MONDIALES......................................................................................................99
4.0.Introduction..............................................................................................99
4.1.Lesfacteursdela mondialisation.............................................................99
4.2.LepouvoirdesEtatsetlaforcedesmarchés.........................................101
4.3.LesconséquencesdumodèledecroissanceprédateurenAfrique.........102
4.4.L’étatisationinefficacedel’économiederéserveetdetraite................105
4.5.La mondialisationfaceaudéveloppementafricain................................107
4.6.Lacrisedelaspécialisation minière......................................................108
4.7.Mondialisationetpolitiquesagricoleshégémoniques............................109
4.8.L’impactdelamondialisationsurledéploiementdel’actionhumaine.111
4.9.La mondialisationetl’évolutiondel’économie mondiale.....................113
4.10.Conclusionduquatrièmechapitre........................................................138
CHAPITRE5.LESYSTEMEPOLITIQUEMONDIAL.................................141
5.0.Introduction............................................................................................141
5.1.Lagéographiedelamondialisation.......................................................141
5.2.L’archipelmégalopolitainmondial(AMM)...........................................143
5.3.DelarotonditéterrestreàlarotonditéduMonde...................................1455.4.Lapolitiquecomme échellelacunaireauniveau mondial.....................149
5.5.L’intricationdesterritoiresetdesréseaux.............................................151
5.6.La mondialisationcommeextensionplanétairedu modèleaméricain...151
5.7.La mondiadelagéographie.......................................................152
5.8.LesprincipesduCo-développementdesnations...................................153
5.9.Conclusionducinquièmechapitre.........................................................167
CHAPITRE6.GOUVERNANCEETGOUVERNEMENTGLOBAL............169
6.0.Introduction............................................................................................169
6.1.Lagouvernanceglobale.........................................................................169
6.2.Legouvernement mondial......................................................................185
6.3.La mondialisationetledroittransnational.............................................191
6.4.Conclusiondusixièmechapitre.............................................................205
CHAPITRE7.LACRITIQUEDELAMONDIALISATION..........................207
7.0.Introduction............................................................................................207
7.1.Globalisation,inégalitéetinjustice........................................................207
7.2.Lapolarisationdelaglobalisation.........................................................210
7.3.LacritiquedudéveloppementparlesNTIC..........................................219
7.4.La mondialisationcommefacteurd’aggravationdesinégalités............221
7.5.Conclusionduseptièmechapitre...........................................................232
CHAPITRE8.LESBASESD’UNENOUVELLEREGULATION................235
8.0.Introduction............................................................................................235
8.1.Lescontre-pouvoirs................................................................................235
8.2.Lerenouveaudel’intégrationrégionale.................................................236
8.3.Districts industrielsetmondialisation....................................................237
8.4.Lesnouveauxrégulateurs?....................................................................238
8.5.Conclusioncritiqueduhuitièmechapitre...............................................239
CONCLUSIONDELAPREMIEREPARTIE241
DEUXIEMEPARTIE:LATHEORIEDELAJUSTICE.....................................245
INTRODUCTION.............................................................................................247
CHAPITRE1.LAJUSTICECOMMEEQUITED’APRESJOHNRAWLS..249
1.0.Introduction............................................................................................249
1.1.Leconstructivismerawlsien...................................................................249
1.2.Ladémocratie constitutionnelle.............................................................263
1.3.LacritiquedelathéoriedeJohnRawls.................................................267
1.4.Conclusiondupremierchapitre.............................................................271
CHAPITRE2.LASOCIETEJUSTEDANSL’OPTIQUEDEVANPARIJS.273
2.0.Introduction............................................................................................273
2.1.Lacritiquevanparijsienneducapitalisme.............................................273
2.2.Laconciliationdel’efficienceetdel’égalitécommecritèrededistribution
équitabledesniveauxdevie.........................................................................283
2.3.Leprincipede maximisationdelalibertéréelledetous........................290
2.4.Lacritiquedureal-libertarismedePhilippeVanParijs.........................296
2.5.Conclusiondudeuxième chapitre..........................................................305
CHAPITRE3.LESNOUVELLESEXIGENCESDELATHEORIEDE
JUSTICE............................................................................................................307
3.0.Introduction............................................................................................307
3.1.Premièreexigence:lanécessitédelaredistributionentrenationsau
niveauinternational.......................................................................................3083.2.Deuxièmeexigence:lanécessitéd’unethéoriemoraleuniversalisable325
3.3.Conclusiondutroisièmechapitre...........................................................339
CONCLUSIONCRITIQUEDELADEUXIEMEPARTIE.............................341
TROISIEMEPARTIE:DUDEVELOPPEMENTAUCO-DEVELOPPEMENT
DESNATIONS......................................................................................................345
INTRODUCTION.............................................................................................347
CHAPITRE1.LAPAUVRETEAUNIVEAUMONDIAL.............................349
1.0.Introduction............................................................................................349
1.1.Laluttecontrelapauvreté......................................................................349
1.2.Delapauvreté mentaleaustatutdepauvre............................................353
1.3.Analysedel’environnement économiqueinternational.........................355
1.4.LaJusticecomme moyendeluttecontrelapauvreté.............................356
1.5.Laresponsabilitédesgouvernants..........................................................358
1.6.L’inefficacitédel’interventiondesdéveloppeurs..................................360
1.7.Conclusiondupremierchapitre.............................................................365
CHAPITRE2.LEDEVELOPPEMENTDESPAYSSOUS-DEVELOPPES..367
2.0.Introduction............................................................................................367
2.1.Del’histoiredusous-développementauxconditionsdudéveloppement
......................................................................................................................367
2.2.Laphilosophiedudéveloppement..........................................................371
2.3.L’importancedutravailetdel’innovationdansleprocessusde
développement..............................................................................................388
2.4.Laprogrammationdudéveloppement....................................................392
2.5.Laréalisationduschémadedéveloppement..........................................395
2.6.Conclusiondudeuxième chapitre..........................................................399
CHAPITRE3.LEPARADIGMEDUDEVELOPPEMENTDURABLE........401
3.0.Introduction............................................................................................401
3.1.L’historiquedudéveloppementdurable.................................................401
3.2.Schémadudéveloppementdurable........................................................405
3.3.Ledéveloppementdurablecommeparadigmedel’incertitude..............407
3.4.L’approchephilosophiquedelanotiondedéveloppementdurable.......410
3.5.Lanécessitédudéveloppementrapidedespayssous-développés.........413
3.6.Développementdurableoucroissance éternelle?.................................415
3.7.Leslimitesdudéveloppementdurable...................................................418
3.8.Faceauxavatarsdudéveloppementdurable..........................................421
3.9.Lathéoriedeladécroissance.................................................................426
3.10.Conclusiondutroisièmechapitre.........................................................440
CHAPITRE4.DELAPHILOSOPHIEECONOMIQUEALAPHILOSOPHIE
DUDEVELOPPEMENT..................................................................................443
4.0.Introduction............................................................................................443
4.1.L’économiecommesciencedesconditionsvitalesdel’homme............443
4.2.Le malentenduentrephilosopheset économistes..................................446
4.3.Lascience économiquecommeparadigmeobsolète..............................447
4.4.Laphilosophiefaceàladérive économique..........................................450
4.5.Laophiedudéveloppement..........................................................461
4.6.Laremiseenquestionphilosophiquedel’ordre économiqueactuel......465
4.7.Larecherched’unnouveauparadigmedudéveloppement....................468
4.8.Conclusionduquatrièmechapitre..........................................................469CHAPITRE5.DUDEVELOPPEMENTAUCHANGEMENTDE
PARADIGME....................................................................................................471
5.0.Introduction............................................................................................471
5.1.Lesobjecteursdecroissancefaceaudéveloppement.............................471
5.2.Lacritiqueristiquedel’injusticedudéveloppement.............................475
5.3.Lesnouvelleslogiquesdudéveloppement.............................................480
5.4.Le modèlededéveloppementendogène................................................484
5.5.Lastructurederégulation.......................................................................488
5.6.Ledécollagedel’Afriquenoire.............................................................492
5.7.Ledéveloppementafricainparl’investissementaccru..........................494
5.8.Laferme-écolecommefermentdudéveloppement économiquede
l’Afrique........................................................................................................500
5.9.Lesbasessolidesdudéveloppement économique.................................503
5.10.L’investissemententravailetpleinemploi..........................................505
5.11.Versunesociété mondiale...................................................................508
5.12.Conclusionducinquièmechapitre.......................................................510
CHAPITRE6.LECO-DEVELOPPEMENTDESNATIONS.........................511
6.0.Introduction............................................................................................511
6.1.LeprincipeduCo-développement.........................................................513
6.2.LapragmatiqueduCo-développementdesnations...............................521
6.3.Laremiseencausedesthéories économiquesparticularisantes............537
6.4.Uneopportunité manquée......................................................................539
6.5.LeCo-développementdesnationscommenouvelordre économiqueet
politiquemondial..........................................................................................541
6.6.LeCo-développementdesnationsetlapaixperpétuelledu monde......544
6.7.Ducontratsocialàlapaixperpétuelle...................................................549
6.8.Lagarantiedelapaix.............................................................................554
6.9.Lamoralisationdelapolitique...............................................................560
6.10.Conclusiondusixième chapitre...........................................................561
CONCLUSIONDELATROISIEMEPARTIE................................................563
CONCLUSIONGENERALE................................................................................565
BIBLIOGRAPHIE.................................................................................................579AlafamilleBitendePREFACE
Unecritiquephilosophiquedelamondialisation
ParJacquesPoulain
La performance de M. Bitende dans cet ouvrage tient à ce qu’il parvient à
redonner un niveau d’interrogation et d’argumentation philosophiques
sérieuses à un débat trop souvent enlisé dans des pratiques de justification et
des considérations morales concernant l’évolution positive du libéralisme.
L’argument audacieux et judicieux de la thèse consiste à soutenir que
l’instauration d’un régime mondial de justice repose sur une dynamique de
communication et un jugement de vérité partagé concernant ce que les
hommes ont à faire, concernant les droits qui leur reviennent et ce qu’ils
méritent d’obtenir pour pouvoir vivre. Il élève ainsi le débat philosophique
concernant la justice en rendant la réalisation de l’idéal de justice tributaire
de ce qui a permis à l’être vivant humain d’assurer ses conditions
universelles de vie: du partage du jugement de vérité concernant
l’aménagement national et international de l’exploitation des ressources
matérielles des différents pays, la gouvernance du développement durable
des pays en développement et la redistribution des richesses matérielles et
immatérielles.
La motivation qui lui permet d’effectuer ce redressement et ce
rehaussement de la problématique de la justice à ce niveau fondamental de
réflexion philosophique et de pertinence historique lui vient de son intérêt de
départ: à sa volonté d’analyser les conditions de réalisation d’une mesure
mondiale du co-développement qui doit associer les pays riches et les pays
pauvres, les pays du Nord et les paysdu Sud à partir de l’octroi de la parole
et du jugement à tous ceux qui sont victimes des injustices engendrées par
l’expansion incontrôlée des systèmeslibéraux, néolibéraux ou des Etats
d’Amérique du Nord aussi bien que des Etats dits «sociaux», des Etats
européens. Le développement de ces pays a toujours été motivé par un idéal
de croissance pléonexique et indéfinie aussi a-t-il dû toujours invoquer des
justifications morales pour exprimer ses bonnes intentions et pour éviter de
juger de la paupérisation et de l’exclusion endémique qu’engendrait
aveuglémentcetidéalpourseréaliser.
Eugène Bitende souligne à bon droit les insuffisances de l’anthropodicée
rawlsienne qui se contente de justifier le développement aveugle du
libéralisme et du néolibéralisme lorsqu’elle affirme,sans preuve, que l’état
du monde serait pire si le libéralisme n’existait pas. La critique de
l’utilitarisme par Rawls reste idéologique dans la mesure où elle n’est même
pas capable d’apercevoir que c’est cet utilitarisme qui oriente le capitalisme
avancé et mondialisé vers une maximisation expérimentale des désirs et une
maximisation de leur satisfaction dans la production technologique des
moyens assurant cette satisfaction. Elle fantasme à sa place une société bienordonnée qui garantit l’accès à cette justice par une distribution égale des
libertés formelles d’accéder à tous les rôles sociaux alors que cet accès reste
hypothéqué par le troc des libertés de travail et d’action contre un salaire
arbitrairement fixé. Il critique à juste titre cette apologie du travail et de
l’injustice comme une idéologie qui impute au seul hasard expérimental la
croissance des inégalités entre salariés et multinationales, entre pays pauvres
et pays riches. Contrairement à ses prétentions, l’égalité des chances prônée
par le néolibéralisme ne favorise pas les plus défavorisés, mais au contraire
les plus favorisés. Il laisse donc dans l’ombre la nature et la quantité des
biens à distribuer aussi bien que tout rapport aux résultats réels de la
mondialisation capitaliste et demeure dans l’horizon d’une conscience
morale anhistorique qui devrait juger, selon ses dires, dans l’abstraction
d’une situation originaire, que l’octroi de ces libertés de base est la condition
de la construction d’une justice généralisée à travers l’universalisation des
régimesdelibre échange.
M. Bitende soumet à une critique également juste et vraie la correction
social-démocrate que son disciple Van Parijs veut apporter à cette théorie en
la moralisant, en accordant à chacun les conditions d’une liberté réelle grâce
à l’octroi d’une allocation universelle qui rendrait toute son efficacité à
l’implication réelle de tous les partenaires sociaux dans le développement
économique de la société. Cet effort de redistribution reste abstrait et
demeure tributaire d’un modèle qui est celui des démocraties économiques,
où la croissance du PIB demeure l’aune à laquelle doit être mesurée tout
progrès humain. Elle a beau renvoyer à la pratique de certains Etats sociaux
européens, elle fait abstraction du fait qu’elle ne se justifie que dans un
horizon de chômage généralisé, dont l’occurrence est la preuve de l’échec de
l’Etat social. Cette allocation universelle s’y réduit de plus en plus à une
peau de chagrin, les Etats sociaux européens devant céder la place aux Etats
les plus libéraux et néolibéraux qui soient, balayés qu’ils sont par les crises
de l’immobilier comme par les crises bancaires déployées par le
néolibéralisme nord-américain.La volontéeuropéenneet nord-américaine de
moraliser les banques s’avère ainsi aussi inefficace qu’injuste et laisse de
côté les rapports des pays dits riches aux pays dits en développement comme
s’ilsn’étaientpasà évaluerquantàleurpertinence.
En faisant un inventaire quasi-exhaustif des analyses des développements
dus à la mondialisation, M. Bitende ose en dériver l’articulation de tous les
arguments qui permettraient une véritable redistribution des riches, en
n’oubliant pas la distribution des biens intellectuels. Il ne peut y avoir de co-
développement universel réel tant que ne s’établit pas un dialogue objectif
concernant les conditions réelles d’exploitation des ressources matérielles et
humaines, tant que le contentieux des inégalités historiques n’est pas
renvoyé à une anamnèse et à une analyse historique des responsabilités des
uns et des autres. M. Bitende «démoralise» ainsi la problématique de
l’économie réelle du monde en renvoyant sa soi-disant «solution» à laconstruction d’une nouvelle économie qui sache subordonner l’économie de
la production à la construction d’une humanité libérée tant de ses entraves
intellectuelles que de ses entraves matérielles. L’émancipation intellectuelle
ydevient à juste titre la mesure et la condition d’une émancipation sociale
soumiseàuncontrôlepermanentdeson évolution.
Lanaturephilosophiquedel’argumentnesaurait fairededouteetsajuste
valeur est à mesurer par rapport à la complicité des théories dites de la
justice et de la « morale» du développement libéral. Il réinsère en effet le
jugement de chacun ainsi que celui des Etats dans le développement
politique du monde en se gardant bien de faire de ce phénomène politique le
couronnementd’unejustice mondiale.INTRODUCTIONGENERALELa réflexion sur la possibilité d’une vie meilleure à l’heure de la
mondialisation passe inéluctablement par la perspective d’un Co-
développement des nations, considéré comme possibilité de justice entre
nations en vue de la permission de l’instauration par chaque Etat d’un
système de développement intégrant chacun des ses membres et son
environnement. Ce livre a pour objet l’étude du phénomène de
mondialisation dans ses différentes phases, en tant qu’il soulève des
questions relatives à la justice et qu’il pose un problème réel en termes
d’amélioration des conditions de vie des plus pauvres du monde. Dans cette
étude, je me pose la question de savoir si effectivement la mondialisation
contribue à l’amélioration des conditions de vie des citoyens du monde
comme l’affirment ceux pour qui elle constitue une aubaine, ou si elle est au
contraire le creuset d’inégalités, de l’injustice et de la misère des pays sous-
développés. Cette préoccupation dénote ce que la mondialisation est pour
beaucoup dans l’évolution actuelle du monde. Je voudrais, en plus, après
l’examen des théories de la mondialisation, de la justice et du
développement, voir dans quelle mesure la mondialisation peut contribuer à
l’établissement de la justice dans le monde par la promotion du Co-
développementdesnationsetdetousleshommesdece monde.Telsqu'ils se
posent, les trois concepts constituant le thème de cette recherche, en
l’occurrence, «la mondialisation, la justice et le Co-développement»
traduisent la réalité selon laquelle le concept justice placé au bon milieu,
c'est-à-direentrela mondialisationetleCo-développementenfait lajonction
dans la mesure où de la mondialisation il y a nécessité de passer par la
justice au niveau international pour parvenir au Co-développement de toutes
lesnationsdumonde.
Ala suite deSamirAmin pourqui,ilest habituel quele mondesoit vudu
Nord, je constate «que les chercheurs du Nord se sont donné le monopole
non seulement des études concernant leurs régions propres, mais encore de
celles qui concernent le système mondial pris dans son ensemble, tandis que
les chercheurs du Sud sont cantonnés dans les études qui ne concernent que
1leurs régions» . Ce constat conduit à l’idée selon laquelle «cette distorsion
n’est que la projection, dans le domaine de la pensée, de l’asymétrie qui
2caractérise le capitalisme mondial» , du fait que les «institutions qualifiées
d’internationales sont en fait des institutions du Nord (la Banque dite
mondiale par exemple est en réalité une Banque du Nord pour l’action au
3Sud)» . C’est en ce sens que j’entends rompre avec cette convention et
produire une vision différente du monde dont la traduction en acte passe par
la réflexion sur la réalité mondiale constituant une préoccupation tellement
actuelleque,yréfléchircontribueàrépondreauxquestionsqueseposentdes
1SamirAmin(dir.)(1993),Mondialisation et accumulation,Paris,L’Harmattan:7.
2 Ibidem.
3.
17pans entiers de la population mondiale aujourd’hui désespérés. Je voudrais
ainsi exposer le monde non seulement tel qu’il est vu dans les milieux sous-
développés, mais dans une perspective de la justice au profit de toutes les
nations et de tous les hommes du monde. C’est dans cette perspective que se
dévoile l’intérêt de cette réflexion pour les débats théoriques et les
confrontations pratiques dans les pays sous-développés, autant que pour les
relationsentrecespaysetlespaysendéveloppement.
Le problème de justice ici se pose en termes d’amélioration du sort des
plus défavorisés d’une société sans abondance. L’abondance ne concernant
pas que le matériel, sauf harmonie préétablie, la rareté peut régner dans
l’ordre du pouvoir et la question de la justice se poserait encore dans
n’importe quelle société, en l’occurrence, dans la société mondiale. Car les
problèmes du pluralismeet de l’égoïsme s’yposent, étant donné que ces
problèmes rongent sans ménagement les sociétés vastes et diverses. De ce
fait, les circonstances de la justice sont en effet celles dans lesquelles nous
vivons, une société d’inégalité béante et où persiste le renforcement de cette
béance.
L’objectif poursuivi dans l’élaboration de ce livre est de trouver les
conditions de possibilité de la construction d’une théorie philosophique qui
soit assez pragmatique. Je voudrais, pour parvenir à la réponse à cette
préoccupation, élaborerunethéoriequisoituniversalisableetquiadmetteles
théories perfectionnistes comme moment important de cette élaboration, en
ce sens que la perfection individuelle constitue non la limitation de la liberté
des individus ou la condition de la limitation de la redistribution des
richesses et du revenu dans le régime constitutionnel comme le pense Rawls,
mais une occasion de maximisation de la liberté réelle de tous. A cette
occasion, j’établirai ainsi, entre autres, un dialogue fructueux entre
perfectionnistesetlibéraux.
Ainsi, l’impact des conséquences tirées par Philippe Van Parijs dans
l’ouvrage dorénavant classique de John Rawls sur la justice sera confronté
aux exigences de l’effort de connaissance éthique et politique qui se
maintient au sein des mouvements de mondialisation, sous un horizon
pragmatique. Les principes de justice explicités par John Rawls sur la base
desquels Philippe Van Parijs avance la perspective d’une allocation
universelle m’incitent à opérer une extension de même type et de même
rationalité afin de formuler la perspective d’un Co-développement des
nations. L’intérêt de ce sujet pour les débats théoriques et les confrontations
pratiques dans les pays sous-développés autant que pour les relations entre
ces pays et les pays d’espaces géographiques distincts n’est plus à
démontrer, étant donné que le problème de justice se pose actuellement avec
acuité dans le monde entier et préoccupe au plus haut point différentes
catégoriesdepersonnes.
18En effet, il me semble possible d’apprécier autrement l’expression des
pans entiers des populations du monde qui se livrent à des actes peu
recommandables, frisant le terrorisme et créant l’insécurité généralisée dans
le monde. Si pour une certaine opinion l’évolution actuelle du monde
concourt à la paupérisation anthropologique, il y a alors plusieurs raisons de
réfléchir sur les conditions de possibilité d’un rééquilibre et sur les
mécanismes à mettre en œuvre pour permettre un développement
harmonieux de tous les hommes et de toutes les nations du monde afin
d’éradiquer cette paupérisation. Cela permettrait une paix durable au niveau
international et une sécurisation presque naturelle des individus et de leurs
institutions. Cette approche requiert en contrepoint l’établissement de la
justice au niveau mondial. Et l’élaboration d’une théorie de justice prenant
en compte l’importance à accorder au Co-développement des nations et qui
s’occupe du développement intégral de chaque nation et de chaque homme
me semble impérieuse pour permettre aux hommes de remédier à cette
situationdecrise.
A ma connaissance, une telle théorie n’a jamais été élaborée ou, si elle l’a
été, à l’instar de celle de Philippe Van Parijs, elle n’a jamais tiré les
conséquences liées au Co-développement des nations du monde et au
développement intégral de chaque nation et de chaque citoyen de ce monde.
C’est pourquoije m’engagedanscettenouvelle voieenm’appuyantsurJohn
Rawls qui a élaboré une théorie de la justice permettant le rééquilibre au
niveau national, et sur Philippe Van Parijs qui reprend Rawls en essayant de
l’élargir sur le plan universel. Cet appui me permettra de me démarquer par
la critique des points de vue et de certains aspects de la philosophie de ces
auteurs ne concourant pas à l’élaboration heureuse de ma théorie et à la
réponse à ma préoccupation se résumant dans une question doublement
exprimée. Comment en effet envisager un Co-développement des nations à
l’échelle planétaire qui puisse, dans tous les cas éviter les empiétements des
nations avancées sur celles non avancées? Et quel est le régime politique
capable d’orienter et de diriger le monde vers le but du Co-développement et
dudéveloppementintégral?
Le principe de différence de John Rawls, contrairement à l’utilitarisme de
Jeremy Bentham additionnant ou comparant les niveaux de bien-être, veut
s’assurer que tous les membres d’une société ont les mêmes libertés et les
mêmes chances d’accès aux avantages socio-économiques, et que ces
avantages socio-économiques sont distribués de manière à ce que ceux qui
en ont le moins en aient plus que n’en auraient les plus défavorisés dans
1n’importe quelle situation possible où libertés et chances seraient égales . Il
ne défend pas l’égalité des revenus ou du pouvoir mais justifie les inégalités
au profit des plus défavorisés de la société, ce qui est, dans une première
1VoirRawls(1971), Théorie de la justice,Trad.CatherineAudard,Paris,Seuil, 1991.
19approximation, louable. Mais, dans une seconde approximation, il se pose la
question de savoir comment se fera exactement cette distribution. Qui
donnera quoi à qui et en vertu de quoi? Rawls ne définit pas clairement qui
doit donner à qui et pourquoi il instaure cette inégalité au profit des plus
démunisqu’iln’entendpourtantpasaffranchirdujougdesnantis.
Aregarderdeplusprès,ce principejustifiantcertainesinégalités veut que
les défavorisés reçoivent, non qu’ils ne gagnent. D’où ma deuxième
question, celle de la définition des défavorisés. S’il ne peut s’agir
uniquement que de handicapés physiques ou mentaux, cela ne posera aucun
problème. Mais est-ce à ceux-là uniquement que Rawls pense? Cette
question est à exploiter dans la mesure où, s’il ne s’agit pas que des
handicapés physiques ou mentaux, la discrimination mise en exergue par
Rawls ne saura être positive comme l’on pourrait bien le croire, l’oxymore
étant lui-même malsain. Recevoir et vivre de la charité des autres ne permet
ni un Co-développement des membres de la société ni le développement
intégral de chacun. D’où la nécessité d’élaborer une théorie de la justice
tenant compte de ces deux aspects de choses – le Co-développement et le
développement intégral – et permettant aux moins avancés de se développer
àl’instardesplusavancés.
C’est ainsi que je me propose d’autres pistes susceptibles de conjurer
cette faiblesse et de participer à l’édification d’une théorie de justice qui soit
socialement acceptable et qui intègre toutes les nations, de même tous les
hommes du monde, sans pour autant prôner le «statu quo». Mon approche
est celle considérant la justice comme le fondement de tout développement.
C’est la raison pour laquelle j’articule la théorie de justice avec le Co-
développement et le développement intégral pour une mondialisation
heureuse. Ce développement doit se réaliser dans une société organisée
démocratiquement, soutenue par le dialogue transculturel, dans une
pragmatiqueduconsensusetdelacompréhensionmutuelledes«dissensus»
caractérisant chaque nation et chaque individu. De ce fait, ma position est
celle qui soutient l’instauration de la justice au niveau international, afin de
permettre aux pays dits sous-développés d’accéder au développement sans
pour autant être empiétés. Pour cette raison, le socle de ma réflexion
demeure le fait que la justice doit constituer le fondement du Co-
développement et du développement intégral en vue d’une mondialisation
harmonieuse ethumaine.
Il est question dans cette élaboration de proposer une théorie qui, à
l’échelle planétaire, assure l’intégration de toutes les nations du monde dans
un système homogène et globalisant en vue de l’éclosion d’un monde
meilleur et acceptable par tous. Le Co-développement constituant le but de
mon approche est conçu comme un développement mondial où toutes les
nations évoluent simultanément en tenant compte du principe d’allocation
universelle de Philippe Van Parijs. Cette approche constitue en soi une
20coopération non biaisée entre nations, où les partenaires évoluent en toute
sincérité en recourant aux critères du dialogue vrai de Jürgen Habermas
inspirés par Gadamer, et sans aucune intention de mater les autres ou de les
empêcher d’évoluer jusqu’au niveau le plus élevé possible, suivant les désirs
de chaque membre et de chaque nation appelée à concourir pour son
évolution jusqu’au niveau le plus élevé possible, suivant le désir de ses
membres. C’est cette sorte d’entente entre les hommes, fondée sur leur
égalité ontico-ontologique qui appelle l’idée de justice. De cette manière, si
une telle empathie conditionne le consensus, «seul l’amour mutuel apparaît
1ici comme forme de communication universelle» , capable de résoudre ou
deréglerles«dissensus»humains.
Dans cette quête sur la mondialisation, la justice et le Co-développement,
je m’efforce de comprendre la théorie rawlsienne de la justice et de
découvrir les richesses du réal-libertarisme de Philippe Van Parijs pour voir
dans quelle mesure ces deux théories contribuent à la compréhension du
thème de ma recherche. De là, je me propose d’étudier les possibilités selon
lesquelles cettethéoriepeut promouvoirunCo-développement des nations et
un développement intégral de chaque nation et de chaque homme. Le Co-
développement constitue de ce fait un développement mondial où toutes les
nations évoluent simultanément, les plus loties permettant aux moins loties
les possibilités «identiques» de développement. Cette approche tient
compte de l’«allocation universelle» de Philippe Van Parijs et intègre le
principe de différence de John Rawls au niveau international, dans ce qu’ils
ont de positif. Néanmoins, il se décèle les difficultés conflictuelles liées à la
distribution et à la répartition des biens entre grands et petits. De ce fait,
cette conflictualité est à dépasser par la médiation du débat démocratique,
par le dialogue transculturel et par l’argumentation pragmatique permettant
de considérer dans un consensus global les «dissensus» individuels des
Etatsetdespersonnesenvued’uneharmonievitale.
Cette perspective appelle «ipso facto» la notion de développement
intégral que je définis comme un processus par lequel des mécanismes mis
en œuvre pour cette fin se mobilisent pour permettre le développement de
tout l’homme – premier volet du développement intégral – et de toute la
nation – deuxième volet du développement intégral. Le développement
intégral de tout l’homme suppose le développement mental de celui-ci en
tenant compte de ses aspects intellectuel et moral, et le développement
matériel qui implique sa santé et ses avoirs économiques servant de
soubassement indispensable au développement mental qui, lui, se résume
comme étant le concepteur et le pilote du développement matériel et
économique. Le deuxième aspect du développement intégral tient compte du
développement de chaque nation, du point de vue culturel, social, politique
1 Jacques Poulain (éd.) (1991), Critique de la raison phénoménologique. La transformation
pragmatique,Paris,Cerf:10.
21et économique. Ce développement permet de ce fait une auto prise en charge
de chaque homme et de chaque nation qui doit s’abstenir de vivre aux
dépens des autres ou de recevoir sans pour autant produire, ou encore de
ponctionner chez les autres, dans le but de maintenir l’équilibre mondial en
contribuantàl’éclosiond’unmondeconvivial.
Ainsi, le développement intégral concourra avec autant d’efficacité au
Co-développement conçu comme développement mondial harmonieux en
vue de la construction d’une nation mondiale intégrant tous les hommes
malgré leurs«catégories actuelles», dans une mondialisation humaine. Face
à l’objection classique adressée à John Rawls, taxant d’idéaliste sa position
originelle inspirée du kantisme, il s’avère que le contour de cette difficulté
idéaliste implique l’évocation d’une philosophie de la mondialisation qui
tienne compte des pièges actuels de la mondialisation économique. Le
passage de l’idéalisme rawlsien au pragmatisme permet d’étoffer une
philosophie qui se veut une thérapeutique pour l’homme vivant concret et
non une idéalisation purement théorique. Il exige l’élaboration d’une théorie
de justice qui prenne en comptel’aspect duCo-développementdesnations et
dudéveloppementintégraldechaquenationetdechaquehomme.
De ce fait, ma thèse est celle selon laquelle il est impossible de concevoir
le développement sans qu’il y ait la justice à la base. Et si beaucoup de
théories de développement n’arrivent pas à atteindre leurs buts, c’est parce
queleursauteursnetiennentpascompte decesoubassementqu’estlajustice
et construisent des édifices sans fondement qui, logiquement, ne peuventque
s’écrouler. Une théorie de développement n’est faite que pour être appliquée
dans un contexte concret. Pour qu’il arrive à porter ainsi ses fruits, cette
théorie doit avoir comme soubassement l’idée de justice pour que le
développement soit effectif et qu’il ne soit en aucune façon polarisé. Car le
développementpolariséestfoncièrementunesituationd’injustice.
L’allocation universelle de Philippe Van Parijs peut dans ce contexte
servir de référence. Elle a comme but le bannissement des écarts de
développement ou de bien-être entre les entités vastes et entre les hommes.
De ce fait, elle veut établir une justice universelle qui accorde à toutes les
entités vastes et à tous les hommes les mêmes possibilités de développement
et d’émancipation, partant de l’idée de justice distributive entre individus
d’une même société. Van Parijs est très proche de ma préoccupation de ce
point de vue. Néanmoins, son allocation universelle pèche par le fait qu’elle
n’est pas aussi universelle qu’il ne croit, lorsqu’elle ne maximise que le bien
être de la génération présente sans tenir compte de celles à venir, et
lorsqu’elle ne tient pas compte des autres espèces permettant à cette même
génération de maximiser son bien-être. En plus, comme John Rawls, Van
1Parijsnedonne des moyensdans sasociété qu’à ceuxqui en ont déjà etl’on
1 Voir Van Parijs, (1991), Qu’est-ce qu’une société juste ? Introduction à la pratique de la
philosophie politique,Paris,Seuil:255.
22peut comprendre par la suite l’objet de ma critique. C’est ainsi que je
m’engage dans la recherche des voies et moyens s’offrant à la réalisation de
la justice au niveau international, afin de permettre aux pays sous-
développés d’accéder au développement en se donnant les moyens de leur
actionsanspourautantsubirlepoidsdescontraintes.
Face à la préoccupation envisageant un Co-développement des nations à
l’échelle planétaire, le principe de différence de John Rawls met en exergue
les considérations distributives. Il n’y est pas question de défendre l’égalité
de revenus ou de pouvoir, mais de la justification de certaines inégalités au
profitdesplusdéfavorisés.Encesens,ceprincipen’estpasaussijustequ’on
le croit, étant donné qu’il donne à ceux qui ont moins plus que n’en auraient
les plus défavorisés dans n’importe quelle autre situation possible où libertés
et chances seraient égales. Cela implique que ce principe se complait dans la
misère d’une certaine catégorie d’hommes qui ne peuvent pas dépasser le
seuil de leur pauvreté. C’est à ce sujet que ce principe implique le «statu
quo» car il plaide pour la charité des riches envers les pauvres et n’accorde
aucune possibilité aux pauvres de sortir de leur situation de pauvreté, et
pourquoi pas de devenir plus riches que les riches actuels ou simplement
riches.
La position réal-libertarienne de Philippe Van Parijs se situe entre le
capitalisme et le socialisme. Elle est socialiste par la notion de l’allocation
universelle faisant du monde une entité accordant à tous la liberté réelle de
mener une vie digne. Elle est capitaliste par cette dimension de la liberté
réelle dans ce sens qu’elle privilégie l’individualismeet la libre entreprise de
chacun. A lire le conflit opposant ces deux perspectives, je vois mal
l’avènement de leur conciliation. En plus, se targuant en faveur des plus
défavorisés, Van Parijs ne donne des moyens dans sa société qu’à ceux qui
1en ont déjà . Et les implications trop partielles, oubliant la dimension morale
2dans la distribution des revenus du marché me font poser des questions sur
les conséquences de l’aboutissement d’un tel principe. De ce qui précède,
monhypothèses’articuleautourdespointssuivants:
1° L’argument de Jacques Poulain évoquant le consensus conditionné par
l’empathie existant entre individus dans la mesure où l’appropriation
pragmatique des groupes et des individus qui tentent de faire régner le
consensus sur leurs connaissances, leurs actions et leurs désirs repose sur
une sorte d’«empathie» parapsychologique, sur l’identification de chacun
au jugement d’autrui, sur l’arbitraire par lequel on privilégie ce qu’on
anticipe être le jugement de la communauté par rapport à l’accord des
individus avec eux-mêmes qui s’exprime tant dans l’occurrence même des
pensées et des jugements individuels que dans l’adhérence aux croyances et
1Voir Ibidem.
2 Voir Bitende (2003), «Le réal-libertarisme «van parijsien». Ses origines et ses limites»,
Annales dela Faculté desLettres et Sciences Humaines,IV,187-215:207.
23auxintentionsd’actions ouauxdésirsquien émanent. Cet argumentporte en
lui les conditions d’une mondialisation heureuse dans la mesure où, dans sa
tentative de transformation pragmatique de la phénoménologie, partant du
psychologisme au para-psychologisme, Jacques Poulain se rend compte que
si cette empathie conditionne le consensus – au même titre que l’empathie
ultime des scientifiques avec le monde conditionne l’existence même d’une
science achevée –, «seul l’amour mutuel apparaît ici comme forme de
1communication universelle» . Cet amour n’alloue d’existence aux
partenaires sociaux qu’en se définissant comme le mouvement par lequel
chaque objet individuel se voit doté de l’être de valeur idéal qui lui est
propre. L’accord parapsychologique avec autrui qu’est l’amour se trouve
doté par la puissance de la phénoménologie de la capacité d’élever l’être
aimé jusqu’à son être moral le plus haut. Dans cette sorte de prosopopée
mutuelle morale, les partenaires ne font parler autrui qu’à leur nomà eux et
ne parlent eux-mêmes que par l’être aimé. Le problème de l’intersubjectivité
trouve ainsi sa solution non dans un échange fantasmatique des perspectives
perceptibles propres aux individus, non dans une identification
parapsychologique, au consensus attendu de tous les membres d’une
communauté d’allocutaires virtuellement infinis, mais dans le partage
effectif de ce jugement de vérité avec les interlocuteurs de celui qui
2l’affirme . Il est ici mis en exergue le dialogue entre personnes de cultures
différentes, et dont la différence est marquée par le fait de leur présence.
Cette différence a comme vocation la disparition dans l’amour et dans le
consensus qui doit exister entre ces interlocuteurs qui se verront obligés de
s’élever mutuellement au plus haut niveau moral dans cette forme de
communication universelle marquée par leur présence en vue d’une
mondialisationdignementhumaine,fondéesurlajustice.
2° En plus de l’argument de Jacques Poulain, le principe de différence de
John Rawls peut, dans un premier temps, constituer un apport avant d’être
remis en cause. Il a comme visée, de s’assurer que tous les membres d’une
société ont les mêmes libertés et les mêmes chances d’accès aux avantages
socio-économiques. Il veut que ces avantages socio-économiques soient
distribués de manière à ce que ceux qui en ont le moins en aient plus que
n’en auraient les plus défavorisés dans n’importe quelle situation possible où
libertés et chances seraient égales. Mettant en exergue les considérations
distributives, le principe de différence ne défend pas l’égalité des revenus ou
du pouvoir, mais justifie certaines inégalités au profit des plus défavorisés. Il
réunit par ce fait, dans une certaine mesure, les conditions d’une justice au
niveauinternational.
1 Jacques Poulain (éd.) (1991), Critique de la raison phénoménologique. La transformation
pragmatique,Paris,Cerf:10.
2Voir Ibidem:10-14.
243° L’allocation universelle de Philippe Van Parijs peut, de même,
constituer un apport considérable à travers sa perspective recherchant le
bannissement des écarts de développement ou de bien-être entre les hommes
et entre les entités vastesen vue de la justice au niveau international. Elle
veut de ce fait, établir une justice universelle qui accorde à tous les hommes
et à toutes les entités vastes les mêmes possibilités de développement et
d’émancipation, partant de l’idée de justice distributive rawlsienne entre
individusd’unemêmesociété.
4° Le manque de reproduction des composantes essentielles du capital
sociald’unesociété peut favorisersadisparition. Le capital économique sans
lequel il ne peut y avoir de croissance de la richesse dans le temps, le capital
d’équité sociale que chaque société doit renouveler (Rome s’affaiblit, puis
disparut, moins sous les coups de butoir de barbares venus de l’extérieur
qu’à la suite de la dislocation de ses relations sociales) et le capital des
ressources naturelles (les sumériens qui avaient bâti une civilisation
incomparable, grâce à la domestication du milieu naturel par l’irrigation, ne
purent faire face à la salinisation des sols. La civilisation Maya qui prospéra
dans l’Amérique précolombienne jusqu’au IXe siècle s’écroula en raison de
la déforestation et de l’érosion des pentes qui raréfièrent les ressources
alimentaires. La disparition de la civilisation sumérienne dont la splendeur
s’était construite sur des innovations retraçant la maîtrise du milieu par
l’irrigation fut favorisée par la dilapidation de ce capital écologique
provoquée par la méconnaissance des techniques de drainage qui auraient
1permis d’en assurer la pérennité) constituent les composantes d’une société
viable et pérenne. La prise en compte de l’aspect écologique et social
implique unevision intergénérationnelle dudéveloppementdontladurabilité
exige «la capacité de répondre aux besoins des générations présentes sans
2compromettre» ceux des générations futures dont l’abord nécessite un
allongementdel’horizon,unegénérationreprésentant aujourd’huivingt-cinq
ans. Cet allongement modifie ainsi l’unité de temps qui passe de l’année au
quart de siècle, et nécessite l’appréhension des conséquences de nos actes à
vingt-cinq, cinquante, soixante quinze ans…, rompant ainsi le lien à la
préférence pour le présent. Un tel horizon dépasse le champ de
préoccupation des décideurs politiques dont le vote ne dépend pas des
générations futures (qui ne déposent pas pour eux de bulletins de vote dans
les urnes). Car plus il s’éloigne, plus augmente l’incertain qui oblige à
3prendredesdécisionsdonton évaluedifficilementlesretombées .
C’est pourquoi il n’est pas licite d’adopter au départ des hypothèses
implicites d’économie libérale (comme le font les auteurs anglo-saxons qui
1 Voir E. Arnaud, A. Berger, et C. De Perthuis (2005), Le développement durable. Repères
pratiques,Paris,Nathan: 4.
2 Ibidem: 6.
3Voir Ibidem.
25voient dans la théorie du développement l’analyse des conditions permettant
de parvenir à une croissance auto-entretenue se définissant par la
multiplication des entrepreneurs-investisseurs, l’accroissement de la
propension privée à investir et le développement de la concurrence intérieure
et internationale. Ils fixent comme objectif aux pays sous-développés un
niveau de maturité économique qui leur permette, sans l’aide d’une
protection efficiente, d’accéder à une compétition équilibrée avec les nations
en développement, considérant que l’intégration permet une allocation plus
rationnelle des ressources, les économies d’échelle, le développement de la
1concurrence et la stimulation de l’investissement privé) qui ne tiennent pas
compte des écarts de développement et de puissance entre les pays en
développement et ceux sous-développés pour proposer ainsi à l’aveuglette
unethéorieayantcomme baseunesituationd’injustice.
Ma réflexion se limite à l’étude de la mondialisation dans ses différentes
appréhensions, de la justice se référant à la théorie de John Rawls et à celle
de Philippe Van Parijs recherchant l’universalisation du réal-libertarisme, et
du Co-développement des nations et de tous les hommes du monde. Par
rapport à la critique de ces deux auteurs, il s’avère nécessaire de satisfaire à
deux exigences actuelles d’une théorie de justice à savoir, la redistribution
équitable des richesses entre les hommes et entre les nations au niveau
international et la nécessité d’aborder cette question dans une perspective
pragmatique visant le dialogue transculturel, où l’homme considère l’autre
homme d’un point de vue moral qui lui permet de l’élever au plus haut
niveaumoraldesonêtre.
Ainsi, la réponse à la question «la justice est-elle mondialisable?»
s’offrira comme balise, l’analyse et la critique des œuvres d’auteurs comme
John Rawls, Philippe Van Parijs, Jürgen Habermas, Jacques Poulain,
Vilfredo Pareto, Samir Amin, Philippe Ayalot, Grunwald, Michalet, Yves
Léonard, Philippe Cadène, Jean-Pierre Cling, Elsa Assidon, Carmine
Camerini, Emmanuel Kant, Gilbert Rist et d’autres, combinées à la réflexion
personnelle afin de trouver des perspectives pour une mondialisation
humaine et pour un développement juste et équilibré des nations du monde
et des êtres qui les peuplent. Cette synthèse globale offrira une appréhension
nouvelle des exigences que requiert une théorie de la justice qui se veut
équitable au niveau international. Par rapport aux réalités actuelles
déterminant les rapports entre Etats et par à la nouvelle forme de vie
adoptée par les citoyens du monde, il est possible de réfléchir à l’avènement
d’une théorie de la justice acceptable au niveau mondial. L’analyse
pragmatique de ces œuvres participe du dialogue fructueux avec ces auteurs
en vue de l’élaboration d’une théorie de la justice qui combine leur apport à
mon point de vue et aux points de vues actuels, référence faite à Amartya
1VoirPhilippeAydalot(1971), Essai sur la théorie du développement,Paris, Cujas.
26Kumar Sen, afin de rendre effective l’idée de justice au niveau international
etdeCo-développementdesnationsdansununiversmondialisé.
En plus, l’impact des conséquences tirées par le professeur Philippe Van
Parijs dans l’ouvrage dorénavant classique de John Rawls intitulé Théorie de
la justice, de même, les implications de ce même ouvrage sur le monde
politique actuel seront, dans ce travail, confrontés aux exigences actuelles de
l’effort de connaissance sur le plan éthique, qui se maintient au sein des
mouvements de mondialisation, sous un horizon pragmatique. Cette
approche pragmatique permet d’analyser les théories de la mondialisation,
demêmecellesdelajustice,enlesaffrontantauxthéoriesdudéveloppement
afin de proposer l’idée de Co-développement des nations et de tous les
hommes aboutissant à une théorie de justice qui, à l’échelle planétaire assure
l’intégration de toutes les nations dans un système homogène et globalisant
en vue de l’éclosion d’un monde meilleur et acceptable par tous. Ce livre
s’articulera ainsi autour de trois parties dont la première traitera de la
mondialisation en tant que phénomène actuel et processus de long terme
alors que la deuxième partie traitera de la justice en tant que condition d’une
mondialisation heureuse, et que la troisième partie tablera sur Co-
développement des nations et de tous les hommes au niveau mondial pour
cimenter l’idée selon laquelle la mondialisation heureuse nécessite un Co-
développementdesnationsfondésurlajustice.
27PREMIEREPARTIE:LAMONDIALISATIONINTRODUCTION
La mondialisationest«nonseulementunfaitdel’histoire modernequ’on
1ne saurait gommer par un illusoire repli autarcique et culturaliste » , mais
surtout un fait positif, un progrès dans l’histoire, partageant l’appréciation
commune des idéologies libérale et socialiste. L’histoire n’ayant pas de fin,
la mondialisation est loin d’être achevée. Son étude constitue ainsi un
impératif catégorique auquel nul ne peut se dérober. C’est pour cette raison
que j’en fais une de mes préoccupations philosophiques au point d’y
consacrer une partie de mon livre. La révolution technétronique qu’elle
entraîne fait poser des questions sur notre vie et notre devenir et de ce fait,
constitue l’objet d’une réflexion philosophique. Dans cette optique, mon
livre se subdivise en trois parties reflétant par ailleurs son intitulé en
l’occurrence, la mondialisation, la justice et le Co-développement. Cette
première partie traitant de la mondialisation aura pour objet de placer le
lecteur dans les méandresde ce phénomène assez protéiforme, pour scruter
ce qu’il peut avoir de positif en son sein afin de constituer par une sorte
d’auto restructuration l’objet de sa propre critique et de sa propre
rectification. Cette mondialisation aujourd’hui décriée par le monde non
libéral parce que regorgeant d’injustices incommensurables m’incite à une
thérapeutique philosophique rectificatrice et m’impose la nécessité de la
recherche des moyens y afférents. A travers cette analyse, j’essayerai de me
donner les moyens de cette rectification qui soient en mesure de permettre
l’émancipation des défavorisés en vue de faire de cette mondialisation, non
unemonopolisation,maisunphénomèneprofitableàtous.
Cette partie de mon livre traitera de la définition de la mondialisation,
étant donné la nécessité de cerner le thème sous toutes ses formes, en vue de
mieux l’analyser et d’aboutir à une conclusion positivant les effets
escomptés. Pour ce faire, une approche nouvelle dela mondialisation s’avère
nécessaire pour lui donner ce visage positif digne d’une civilisation
mondiale bien comprise et assimilable par tous. De ce fait, la mondialisation
devient nécessaire du fait que la configuration actuelle de notre monde, et
son évolution dans le temps et l’espace crée les conditions de son intégration
totale. Si pour James Douglas Thwaites,«connaître la mondialisation de nos
2jours est plus qu’un simple intérêt » , je considère quant à moi que cette
connaissance est une nécessité du fait que ce phénomène nous affecte de
plus en plus dans divers aspects de nos vies. Dans cette optique, ce
phénomène pluridimensionnel mérite un réexamen minutieux pour son
appropriation dans toutes ses dimensions afin qu’il n’en ait aucune qui
échappe à notre vigilance tous azimuts. Le cycle de l’après-guerre qui étale
1SamirAmin (dir.)(2004), Mondialisationet accumulation,Paris,L’Harmattan:38.
2 James Douglas Thwaites (dir.) (2004), La mondialisation. Origines, développements et
effets,Québec, Pressesdel’universitéLaval:5.
31ce phénomène sous la forme que nous lui reconnaissons de nos jours me
permet de le resituer et de renégocier son tournant en ce XXIe siècle que
nous voudrions un siècle de l’intégration de l’humanité entière au système
mondial et où nous voudrions voir l’ensemble de l’humanité profiter de ses
richesses en vue de l’évitement des guerres et de l’établissement de la paix
perpétuelle tant rêvée par Kant. La théorie générale de la régulation
capitaliste se voudra, dans cette approche l’avocat des conditions sociales
des hommes face à la dérégulation capitalistique abandonnant la gestion du
mondeauseuljeu du marché, jeu quejetrouveparailleursdangereuxdufait
de l’orientation néfaste qu’il a donnée à la mondialisation. D’où la nécessité
d’une nouvelle étape de la mondialisation censée affronter les nouveaux
défis de cette même mondialisation et l’exigence de la capacité des acteurs à
définir des politiques adéquates, susceptibles de sortir notre humanité des
conditions actuelles d’injustice. Cela requiert, à mon avis, la mobilité
technétronique mondiale et la distribution juste et équitable des ressources
mondiales.
La mondialisation actuelle produit des effets contrastés. De ce fait elle
mérite une thérapeutique de choc, capable de la remettre sur la voie de la
justice pour qu’elle arrive à assumer et à respecter les principes de justice
adéquats et justes que je propose pour enfin réaliser un monde où il fait bon
vivre. A l’issue de cette première partie de mon livre, interviendra la critique
de la mondialisation en tant que phénomène régentant le monde et en tant
que mode de vie adopté par nos contemporains, puis enfin interviendra ma
conclusionàcesujet.
Pouryparvenir,jeprocéderai, dansunpremier temps,parla définition de
la mondialisation, à la suite de certains auteurs ayant traité de ce sujet, pour
permettre au lecteur un accès facile à ce thème dont on parle tant, mais qui
souventestmalcompris.
321CHAPITRE1.DEFINITIONSDELAMONDIALISATION
1.0.Introduction
La mondialisation regorge plusieurs définitions orientées par les
disciplines de ceux qui la définissent selon qu’ils se placent du côté des
libéraux, des socialistes, des culturalistes ou des géographes. Dans cette
partie de mon ouvrage, je présente la définition de la mondialisation comme
le point de départ du fait de la méthode adoptée ici, consistant dans la
clarification en vue d’une analyse permettant la compréhension de ce
concept polysémique et«protéiforme» au sujet duquel les locuteurs ne sont
pas toujours d’accord. Je proposerai ainsi avant de donner ma définition de
la mondialisation, d’exposer les définitions de ceux qui l’ont étudiée avant
moi, en l’occurrence celles des membres du GEMDEV qui, pour moi, ont
fait de la mondialisation un objet d’études approfondies. La mondialisation
devient ainsi intéressante dans le cadre d’une réflexion philosophique
d’abord du fait que la philosophie s’occupe de la totalité du réel en tant
qu’elle préoccupe l’homme, le Monde constituant l’un des composants de
cette totalité en plus de l’Homme et de Dieu, ensuite du fait que la
mondialisation nous régente tous et nous conditionne, philosophes ou non
philosophes, et devient de ce fait l’objet de nos études à tous. C’est pour
cette raison que ce thème est l’unique à être abordé par toutes lesdisciplines,
et les études du GEMDEV à ce sujet en sont une illustration. Enfin, parce
qu’elle semble prendre un tournant justifiant les injustices tant décriées par
le monde non libéral, la mondialisation devient la cible des philosophes dans
la mesure où la notion de justice inhérente à l’éthique et donc à la
philosophie s’offre en tous lieux et en toutes circonstances d’apparition de
l’injustice. Et la mondialisation devient donc en ce sens, bel et bien l’objet
delaphilosophie.
De ce fait, j’analyserai les définitions existantes à ce sujet et, à la lumière
de cette analyse, je proposerai une définition ayant pour objet de faire entrer
la mondialisation dans le moule philosophique pour lui donner une approche
éthiquement défendable et profitable à tous. Plusieurs auteurs ont chacun
défini à sa manière et ce, selon ses outils conceptuels la notion de
mondialisation qui pour d’aucuns ne fait partie d’aucune discipline
scientifique spécifique à l’état actuel de la science. Je retiens cet échantillon
de définitions de la mondialisation des chercheurs français de divers
horizons regroupés dans le GEMDEV, qui ont chacun utilisé les instruments
conceptuels de sa discipline, différente de celle des autres, pour aborder le
1 Pour la définition de la mondialisation, voir Michel Beaud et al. (1999), Mondialisation. Les
mots etleschoses,Paris,Karthala:206-212.
33concept «ascientifique» de mondialisation. Cela ne veut aucunement dire
que la définition de la mondialisation se limite à celle du GEMDEV, ou que
les chercheurs du GEMDEV ont défini de façon exhaustive le concept de
mondialisation,maisquejem’appuiesurcesdéfinitionsquisontàmaportée
en vue d’en étoffer une qui puisse intégrer les préoccupations liées à la
justiceauniveauinternational.
Le GEMDEV est un Groupement d'Intérêt Scientifique pour l'Etude de la
Mondialisation et du Développement, créé en novembre 1983, à l'université
Paris 8, basé à l’université Paris 1. Il rassemble principalement des
formations doctorales et des équipes de recherche des différentes universités
et grandes écoles de la région parisienne (Ile-de-France), mais il compte
aussi dans ses rangs des équipes associées basées en provinces françaises.
Interuniversitaire et interdisciplinaire, le GEMDEV s'est donné comme
objectif de créer une synergie entre les formations doctorales, les centres et
équipes de recherche et les autres groupes travaillant sur l'analyse de la
mondialisation, l'étude du monde sous-développé, les conceptions, les
réalités, les institutions et les politiques du développement. En 2008, deux
groupes de travail ont été mis en place, du fait de l’évolution actuelle de la
science et de la recherche dans la perspective communicationnelle et
développementale,enl’occurrence,les«Technologiesdel’informationetde
la communication (TIC) ainsi que le «développement» et le
«Développement durable». C’est sur cette base que je considère l’approche
de Michel Beaud, fondateur et président d’honneur du GEMDEV, qui est
l’un des chercheurs ayant investi le champ de la mondialisation, comme
cellequidévoilelesenscachédececoncept.
1.1.L’approchedeMichelBeaud
L’économiste Michel Beaud considère que la coexistence de trois
utilisations du mot « mondialisation» nous impose de le définir sous trois
horizons. 1. La mondialisation comme accession à la dimension mondiale
dans la mesure où l’on peut parler, pour le passé, de la mondialisation de la
présence humaine, de l’agriculture ou de telle ou telle technique sur la Terre
et, pour le présent, de la mondialisation de l’information, des
télécommunications ou de l’usage de l’anglais comme langue charnière de
toutes les langues du monde actuel. 2. La mondialisation comme
multiplication et intensification des interdépendances au niveau mondial
s’affirmant à l’ère des capitalismes industriels (bateaux à vapeur, chemins de
fer, télégraphe, etc.) et renforcée depuis les années quatre-vingt dix. 3. La
mondialisation comme mouvement organique englobant, se donnant comme
processus à travers lequel «des réalités déterminantes (productives,
monétaires, financières, dans une perspective purement économique et
bancaire, culturelles, environnementales, etc.) se développent de manière
34organique à l’échelle de la planète en influant de façon marquante sur
1l’ensemble des réalités sociales régionales, nationales et locales» . Pour
Michel Beaud, cette dernière forme de mondialisation est indissociable des
dynamiques du capitalisme moderne et s’esquisse avecle premier
capitalisme industriel des deux premiers tiers du XXe siècle en prenant toute
sadimensionaveclenouvel âgetechnoscientifiqueducapitalisme.
Michel Beaud considère que les «proto-mondialisations» des six
derniers siècles relèvent des deux premières définitions parce qu’elles
doivent beaucoup aux logiques du pouvoir et de la richesse, mais aussi aux
fascinations de l’universel (des Dieux, de la Civilisation ou des Lumières).
En plus, elles ont été portées par le développement des échanges, largement
impulsé par les générations successives des capitalismes mondiaux. Quant à
la mondialisation en cours, la «mondialisation proprement dite», elle
combinepleinementlestroisformesdemoondéfiniesci-dessus.
1.2.Lepointdevuedugéographe
Pour le géographe français Olivier Dollfus, «la mondialisation
contemporaine se définit à la fois par la mise en place des sociétés
informationnelles, fondées sur le développement des réseaux sans cesse plus
performants, au sein desquels la distance kilométrique ne joue plus ou joue
moins, mais où interviennent alors des barrières culturelles, où la différence
se fait entre ceux qui sont branchés et ceux qui ne le sont pas, où l’exclusion
2accompagne l’intégration» . Il considère que la différence entre sociétés
vieilles et sociétés jeunes – généralement pauvres – est un fait majeur qui
commande l’histoire mondiale dans ces premières décennies du XXIe siècle,
même si ces deux types de sociétés sont marqués par des convergences
démographiques, du fait de la maintenance par les phénomènes d’inertie des
décalages entre richeset pauvres. Car les économies actuelles relèvent des
mêmes règles de fonctionnement dans un monde où la marchandisation
s’étend à toute chose et oùl’unité du monde révèle sa fonctionnalitédans ses
rapports avec l’écosystème terrestre constituant un niveau supérieur,
englobantetirréductibleauxautres.
Olivier DoIlfus s’interroge ainsi, face à cette marchandisation absolue de
tout, partant d’une approche purement éthique et philosophique, sur les
problèmes de la maîtrise du vivant que s’offre la mondialisation, suscitant en
plus des questions éthiques et philosophiques, un questionnement d’ordre
économique. Cette double interrogation s’articule en ces termes: 1. «toutes
ces articulations, sans cesse plus complexes et interactives, mais aussi ces
coupures qui en sont l’envers, traduisent-elles le passage des sociétés
1 Ibidem:207.
2 Ibidem:208.
35différemment mondialisées vers une société mondiale qui naîtrait d’un
ensemble de convergences»? En d’autres termes, 2. «la mondialisation
actuelle est-elle en termes systémiques, une «catastrophe», phase de
transition vers un système plus stable par la mise en place des régulations
1mieuxarticulées?»
1.3.Laperspectivepolitiste
Carlos Milani intervient dans la définition de la mondialisation en en
stigmatisant le caractère transitoire sur lequel semble s’attarder Olivier
DoIlfus. Pour lui, «il ya au moins trois changements qui rendent l’étape
actuelle de la mondialisation différente des périodes passées: la
transformation des structures de la politique de la frontière (la prise en
considération de la frontière comme espace de régulation, la frontière en tant
que terra incognita, qui peut prendre la forme d’un marché, d’une société
civile, d’une chambre législative ou d’une autoroute de l’information), le
changement des structures de l’économie globale, ainsi que l’évolution du
2cadre temporel au sein duquel ces changements ont lieu » . Ce docteur en
Socio-économie du développement et professeur des relations
internationales, coordonnant le laboratoire d'Analyse Politique Mondiale
(LABMUNDO), consultant auprès de l'UNESCO pour les questions de
développement durable et de coopération scientifique, et professeur invité
dans plusieurs universités, travaille particulièrement sur les organisations
internationales et le développement international, les politiques publiques
face à la mondialisation, les mouvements altermondialistes et l'écologie
politique. Il considère, paraphrasant Michel Beaud, que le véritable
basculement du monde et du temps que nous expérimentons est le résultat
d’une interposition de plus en plus importante entre la reproduction du
capitalisme et les reproductions de l’humanité et de la terre. Selon lui, le ne se referme plus dans les deux dimensions de ses premiers
temps, à savoir, la dimension nationaleet la dimension internationale, mais
devient de plus en plus multinational et mondial. Du coup, tous les jeux
économique, social et politique se construisent aujourd’hui essentiellement
parréférenceàl’international,mieux,aumondial.
Dans l’appréhension de Carlos Milani, la globalisation n’est donc pas un
processus linéaire à sens unique. Car tout en renforçant la dynamique de flux
et d’acteurs transnationaux, elle se laisse nourrir par les stratégies
transnationales de grandes entreprises, de principales ONG mondiales et de
réseaux liés au trafic de drogue. De ce fait, elle constitue un système plus
complexe se fondant sur l’inter-rétro-alimentation entre des processus en
1 Ibidem.
2 Ibidem:208-209.
36construction (les globalisations) et le fléchissement du comportement
d’acteurs traditionnels (qui développent de nouvelles stratégies) ainsi que
l’expansiondenouveauxacteurs non-étatiques.Careneffet,lesprocessusde
globalisation provoquent d’importants changements des conceptions sous-
jacentes du fonctionnement du système international depuis le début des
années 80, avec l’avènement de Ronald Reagan à la Maison-Blanche et de
Margaret Thatcher au sommet du gouvernement de la Grande-Bretagne, et
notamment depuis la fin de la guerre froide, en remettant en cause les
principesdel’intégritéterritorialeetdelasouveraineténationale.
1.4.L’idéedes économistes
Pour l’économiste français Philippe Hugon, «le mot globalisation est un
1terme anglais assimilé souvent à la mondialisation» qui, pour lui, est un
termefrançais. Ilcite Boyerpour qui«ceterme est protéiforme, désignant la
convergence des marchés mondiaux selon Levitt, la forme de gestion
intégrée des firmes à l’échelle mondiale selon Ohmae, le processus à travers
lequel les firmes multinationales définissent des règles du jeu échappant aux
régulationsnationalesouencoreunprocessusopérant directementàl’échelle
2transnationale» . Selon Philippe Hugon, la globalisation désigne le
processus d’intégration des systèmes productifs, commerciaux, financiers et
informationnels mondiaux. Elle se rapproche mais diffère de la
mondialisationducapital (optique marxiste)parlesinterconnexionsdestrois
phases d’internationalisation du capital: la phase productive (sphère
industrielle), la phase marchande (sphère des échanges) et la phase
financière (sphère financière) ou de la mondialisation des marchés (optique
néoclassique). Il considère que la rupture actuelle dans le fonctionnement du
capitalisme et son changement qualitatif sont dus à l’instantanéité de
l’information, de l’expansion de l’économie «servicielle» et virtuelle, de
l’autonomisation de la sphère financière, de la rapidité de la
déréglementation et de la libéralisation dont résulte un système complexe
dans lequel s’affrontent et coopèrent les Etats et les entreprises et où sont
remisenquestionlesmodesanciensderégulation.
L’économiste François Fourquet admet que considérer la mondialisation
comme un aspect contemporain du processus de formation d’une société
mondiale donnerait à la réflexion sur la mondialisation un éclairage
supplémentaire. Se référant à l’expression couplée « économie-société» de
Karl Polanyi, Fourquet estime que la société mondiale est mise en péril par
le capitalisme, rouleau compresseur du marché autorégulateur mondial, dont
le «capitalisme mondialisé» ne serait, dans cette perspective, qu’un mot
1 Ibidem
2:209-210.
37pour désigner les processus précoces « économiques» d’une société
mondiale en gestation au-delà de la société des nations dont rêvaient «nos
parents» progressistes à l’époque de Woodrow Wilson et de Maynard
Keynes. En ce sens, le «capitalisme» serait, selon lui, de part en part
politique au sens supérieur du terme. Dès lors, l’opposition polanienne
marché-société perdrait de sa pertinence au profit d’une vision d’un
processus d’accouchement sans guerres d’une société mondiale complète
d’un type nouveau par rapport au modèle national que nous connaissons,
n’exigeant peut-être pas d’Etat mondial, mais procédant des compromis
entre les Etats existants sur la base de la lente formation d’une société civile
1mondialerelativementconflictuelle .
1.5.Répliquesdesgéographesetdes économistes
A ce sujet, le géographe Olivier Vilaça confirme que nous avons des vues
différentes de la mondialisation, ce qui est vrai, à recenser toutes les
définitions précédemment établies. Il est aussi vrai qu’il s’agit d’un
processus, et à ce point tout le monde est d’accord, bien qu’il y ait des
résistances des auteurs comme Gilbert Rist. Néanmoins pour Olivier Vilaça,
la mondialisation relève avant tout de la systémie, même si elle n’est pas
qu’un système, du fait qu’elle est perçue différemment par les différentes
disciplines. A partir de ces définitions qu’il considère comme différentes, ce
géographe français estime que la mondialisation est «la diffusion ou
l’extension d’un produit, d’une idée, d’un aspect d’un mode de vie
2particulier, à l’ensemble de la planète» à travers un phénomène nouveau
que constitue l’intensité des flux à l’échelle mondiale, mais aussi et surtout,
l’apparitiondecette échelle mondiale.
Selon lui, contrairement à la mondialisation, la propriété de la
globalisation est l’organisation. Une organisation tout à fait nouvelle des
entreprises, ou du moins de certaines entreprises, de certains modes de
production, de la finance, bref de l’ensemble des agents économiques.
L’organisation du marché change par ses acteurs (G7, OMC…), par sa
virtualité (monnaie), etc. C’est ainsi que l’on parlera de firme globale, de
ville globale, de marché global, qui le sont tous, non par leur extension
planétaire, mais par leur organisation d’un type tout à fait nouveau, d’un
type virtuel. Mais la faisabilité ou l’institution de ces organisations à
l’échelle mondiale paraît secondaire, le plus vraisemblable étant leur
extension à l’ensemble de la planète. Et si pour Vilaça la mondialisation
signifie extension d’un mode de vie national impérial au niveau mondial et
1 Voir François Fourquet, in Michel Beaud et al. (1999), Mondialisation. Les mots et les
choses, Paris Karthala: 210 se référant à Karl Polanyi (1944), La grande transformation,
Paris,Gallimard,1983.
2OlivierVilaça,inMichelBeaudetal.(1999:211).
38que la globalisation veut dire organisation en tout cas de certains modes de
production, je ne vois pas en quoi mondialisation et globalisation sont-elles
différentes,toutes étantfinalementuneformedediffusionimpérialiste.
Rejoignant finalement mon point de vue, Olivier Vilaça, reconnaît que la
mondialisation du géographe n’est pas que diffusion, mais qu’elle est aussi
et surtout de l’organisation d’un espace, ou plutôt d’un méta-espace qu’est le
Monde en tant qu’ensemble humanisé en relation ou plutôt en interrelation.
De ce fait, il arrive à la conclusion selon laquelle «la mondialisation du
géographe ne serait que de la globalisation appliquée à la planète terre, et
que toute mondialisation-globalisation se comprendrait par la diffusion,
1l’organisationetlaglobalité» .
Mais cette définition non convaincante est battue en brèche par
l’économiste françaisCharles-AlbertMichaletpourquilaglobalisationestla
configuration actuelle de la mondialisation qui s’articule en trois phases
selon la chronologie des époques historiques à savoir, la configuration
internationale, plus longue, depuis le XIXe siècle, modèle de régulation
intergouvernementale dans lequel les acteurs publics avaient un pouvoir
incontesté, la configuration multinationale se situant entre le début des
années 60 et le milieu des années 80 entraînant la collusion Etats-firmes et la
configuration globale, la phase actuelle de la mondialisation, reposant sur les
oligopoles privés multinationaux industriels et financiers. Il s’agit pour
Michalet de la caractéristique centrale de la configuration actuelle de la
mondialisation, en l’occurrence la globalisation menaçante et polarisée sur
unepoignéedepays.
Ce changement dans la gouvernance de l’économie mondiale s’est
accompagné d’une accentuation de l’inégalité entre les plus riches et les plus
pauvres, créant ainsi un fossé sociétal croissant entre les pays en
développement et les pays sous-développés. Les structures de répartition de
revenus des paysqui font partie de la triade (Amérique du Nord, Europe,
Japon) ou du groupe des pays les moins avancés (PMA) sont ainsi affectées
par cette même injustice. «De ce point de vue, la globalisation,
2configuration actuelle de la mondialisation, est menaçante» parce qu’elle
n’est pas planétaire mais polarisée surune poignée depays. La création de la
valeur pour les actionnaires ne touche pas également tout le monde du fait
qu’elle est confondue à l’accumulation. La mondialisation devient ainsi
menaçante pour les «sédentaires » ne faisant pas partie de la nouvelle élite,
l’«establishment des nomades» et les pays sous-développés se voyant
exclusdesregroupementsspatiauxetdesréseauxquisetissentactuellement.
Alors que Patrick Artus et Marie-Paule Virard considèrent la
globalisation comme une forme de déplacement du monde économique de
1 Ibidem:212.
2 Charles-Albert Michalet (2004), Qu’est-ce que la mondialisation? Petit Traité à l’usage de
ceux qui ne savent pas encores’il faut être pour ou contre,Paris,LaDécouverte/Poche:7.
391l’Europe vers le pacifique , Charles-Albert Michalet trouve que la question
de la mondialisation est mal posée. Elle est plus idéologique, naïve,
apologétique et militante. Les rares réponses qu’on y apporte sont confuses
et débouchent sur un clivage stérile entre les pour et les contre, étant donné
que la mondialisation reste inéluctable parce qu’indissociable du
fonctionnement du capitalisme, quelle que soit l’opinion avancée à son
propos.
Michalet n’admet pas le fait que la configuration globale puisse se
reproduire longtemps à l’identique du fait que le principe de gouvernance de
la globalisation, l’oligopole multinational, manque de principe
autorégulateur. Car il estime que malgré la véhémence du discours en faveur
des mécanismes du marché, ceux qui régissent réellement la globalisation ne
garantissent pas un retour durable à l’équilibre. De ce fait, ils ne sont que la
métaphore du nouveau pouvoir. En plus, la dimension financière constitue le
maillon faible de la globalisation quand elle perd ses connexions avec
l’économie réelle. Pour lui, la mondialisation est caractérisée par sa
multidimensionnalité concernant les échanges des biens et services, la
2mobilité de la production, des biens et services et des capitaux financiers .
Son approche insiste sur les transformations des régimes de régulation de la
mondialisation du fait que les modalités de ce phénomène aussi ancien que
le capitalisme changent au cours du temps. Il traduit cette idée par la
dynamique de la mondialisation construite sur une séquence de
configurations.
Avant d’entamer cette construction, il renoue avec une problématique
oubliée de l’économie politique qui a pourtant mobilisé les plus grands
économistes classiques. Cette problématique repose sur le constat selon
lequel «le capitalisme ne peut pas fonctionner dans un seul pays. La
tendance àla mondialisationest nécessaireàsasurvie. C’est doncà la foisla
permanence de la mondialisation et ses transformations qui provoquent,
aujourd’hui, sa redécouverte étonnée et la répétition d’affrontements
3idéologiques anciens» . Michalet insiste ici sur la nécessité de la
mondialisation en tant que facteur du capitalisme par le fait de l’expansion
intrinsèque à l’essence de celui-ci. Car pour lui, parler du capitalisme c’est
évoquer l’aspect des transactions multinationales qui elles ne peuvent avoir
d’existence que dans le cadre de la mondialisation. La mondialisation est de
ce fait capitalistique. Par rapport à la définition de la mondialisation,
Michalet considère que «la mondialisation est un phénomène économique
complexe» parce que multidimensionnel, étant donné que ses différentes
dimensions fonctionnent simultanément dans des relations
1 Voir Patrick Artus et Marie-Paule Virard (2008), On comprend mieux le monde à travers
l’économie,Paris,EditionslesEchos.
2Michalet(2004:8).
3 Ibidem:14.
40d’interdépendance. «Complexe parce que la complémentarité n’exclut pas
qu’une dimension puisse occuper une position dominante qui va déterminer
un régime de régulation spécifique. Complexe, enfin, parce que la hiérarchie
des dimensions n’est pas immuable. Ce qui conduit à définir une suite
1historiquedeconfigurationsdifférentesdela mondialisation» .
1.6.Conclusiondupremierchapitre
2La perspective d’Adam Smith selon laquelle le principe de la division du
travail peut être généralisé et dépasser le cadre de l’organisation du travail
dans les manufactures est celle que je développe en termes de Co-
développement et de justice au niveau international. Dans le cadre de la
mondialisation, chaque nation du monde doit être considérée comme un
individu membre de la société mondiale humaine qui doit être traité en tant
que tel et bénéficier de tous les avantages de la sécurité sociale mondiale. En
tant que telle, chaque nation est appelée à contribuer efficacement à
l’édification de l’économie mondiale et de ce fait, à fonder ce même
développement à partir de son propre territoire. Dans cette perspective, pour
permettre le décollage économique des nations sous-développées et leur
permettre d’atteindre l’apogée de leur épanouissement, il faut revisiter les
relations qui existent actuellement entre Etats. Cela permettrait de
rééquilibrer les rapports entre différents Etats et de combattre la pauvreté
structurelle ou artificielle forgée de toutes pièces qui ronge certains Etats de
la planète. C’est dans cette perspective et seulement dans cette perspective
que l’idée d’Adam Smith peut être concrétisée, celle de voir l’économie de
chaque nation prendre la place de l’ouvrier dans le partage des tâches pour
aboutir à la spécialisation internationale du travail en vue d’un
développement durable et aisé de notre monde. C’est dans cette perspective
que j’entends définir la mondialisation comme le lieu de rencontre de toutes
les nations en vue d’un dialogue transculturel visant l’harmonisation de leurs
points de vues et de leurs relations dans le but de leur Co-développement
sans discrimination aucune. C’est seulement dans ces conditions que le
3prolongement d’Adam Smith par Ricardo démontrant l’efficacité de
l’ouverture des économies ou de l’échange international peut produire la
croissance économique, l’investissement productif et l’accumulation du
capitalprofitablesàtouteslesnationsdumondeetàtousleshommes.
1 Ibidem:18-19.
2 Voir A. Smith (1776), Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations,
Paris,Gallimard,1976.
3 Voir D. Ricardo (1817), Des principes de l’économie politique et de l’impôt, Paris,
Flammarion,1977.
41CHAPITRE2.UNEAPPROCHENOUVELLEDELA
MONDIALISATION
2.0.Introduction
La nouvelle approche de la mondialisation se donne comme but la
rectification par rapport à ses différentes définitions du cours actuel de la
mondialisation. Si pour le géographe français Olivier Dollfus la
moon actuelle se définit par la mise en place des sociétés
informationnelles fondées sur le développement des réseaux sans cesse plus
performants au sein desquels la distance kilométrique joue moins, mais où
interviennent alors des barrières culturelles, où la différence se fait entre
ceux qui sont branchés et ceux qui ne le sont pas, et où l’exclusion
accompagne l’intégration, force nous est de nous référer à la philosophie
pragmatique du dialogue transculturel prônée par le professeur Jacques
Poulain considérant avec Hans Jörg Sandkühler et Fathi Triki que «la
réduction de la mondialisation à la globalisation économique ne fait pas
1justice au développement des diverses cultures du monde» . Ce
développement ne saurait par ailleurs se réduire en une affaire négociable en
termes purement économiques comme le désire le Fonds monétaire
international. Au contraire, le développement culturel exige un véritable
dialogue transculturel qui ne se contente pas de laisser cohabiter les cultures
comme des traditions fermées qui ne désirent s’affirmer qu’aux dépens des
autres. Ce dialogue doit pouvoir faire appel aux formes les plus évoluées et
les plus réfléchies des diverses cultures qui constituent le patrimoine
mondial.
2.1.Mondialisationoumonopolisation?
2Jacques Poulain estime que la mondialisation est très mal dénommée
parce qu’elle constitue en réalité un processus de monopolisation qui
supplante la concurrence néo-darwinienne entre les entreprises. Il insère ce
processus de monopolisation du monde dans le développement du
capitalisme, du libéralisme au néolibéralisme, qui engendre la
mondialisation conçue comme construction d’un monde et traitement des
solutions à partir d’une option du monde. Pour lui, la monopolisation d’un
domaine mondial est une privatisation du monde qui se multiplie selon les
spécialités des multinationales. Cette dynamique est à retracer à partir de la
1 Jacques Poulain, Hans Jörg Sandkühler et Fathi Triki(Ed.) (2006), L’agir philosophique
dans le dialogue transculturel,coll.Perspectivestransculturelles,Paris,L’Harmattan:4.
2 Voir Jacques Poulain, professeur et Directeur du Département de philosophie de l’université
Paris 8, lors du séminaire sur la mondialisation et la pragmatique de la transculturalité aux
doctorantset étudiants demaster2rechercheen2009àl’universitéParis 8enFrance.
43revue Democracy, revue américaine pour le bien public, lieu de
rassemblement des intellectuels démocrates (1980-1983) qui ont mis en
place le processus actuel de mondialisation. Cette revue a montré comment
le processus de mondialisation s’est ancré dans le libéralisme. Elle favorise
une démocratie qui impose à toutes les factions de s’exprimer dans leurs
luttes d’intérêts, en l’occurrence, le communautarisme défendant une théorie
de la société pour établir une justice qui se mesure en fonction d’un bien
commun effectivement réalisé. Ce mouvement impose au libéralisme de se
juger lui-même, du fait qu’il prétend travailler pour le monde entier. Et la
théorie communautarienne de Taylor (Montréal) présentée comme théorie
alternativedulibéralismeseposeen mesuredel’incohérence libérale forçant
le libéralisme à voir qu’il n’a pas la volonté de faire ce qu’il dit. Pour
Jacques Poulain, le libéralisme politique n’a pas pu se soumettre au texte de
1son fondateur James Madison pour qui la liberté implique que personne ne
soit empêché dans son développement économique. Cette liberté devrait être
au-dessus des luttes économiques, capitalistes et politiques, et les entreprises
devraient fonctionner en en faisant une sorte de donnant-donnant offrant
comme lieu de vie sociale la lutte non seulement des intérêts mais aussi des
opinions. Néanmoins, la focalisation de la production nécessaire est liée à la
sécularisation ou à l’immanence du salut qui accroît la certitude d’être sauvé
socialement à condition de remettre le bénéfice dans l’entreprise et donc de
le réinvestir à l’instar du calviniste ne pouvant jouir du fruit de sa vie. La
2critique du capitalisme par Max Weber consiste ici dans la remise en
question de ce mouvement de maximisation des désirs à travers la remise de
tout bénéfice à l’entreprise, abstraction faite aux désirs des hommes. Pour
Max Weber, la consciencemorale animant le capitalisme est une perversion
cognitive qui, dans un mouvement d’ascèse, réinvestit les bénéfices dans
l’entreprise sans pour autant les redistribuer. Cela crée l’accroissement de la
paupérisation par la croissance du PIB pour l’Etat et du bénéfice pour les
entreprises. Ce processus de croissance absolue viole ainsi la liberté au sens
de Madison et accroît la paupérisation de la population. Ce mouvement de
compensation et de sublimation politique de cet échec interne des Etats-Unis
est ainsi à la base de la mondialisation actuelle traduite comme l’expansion
danstousleslieuxdumondeducapitalismeaméricain.
Dans cette optique, l’Etat étant débordé par les lobbies constituant le lieu
de passage de toutes les politiques, doit en même temps se mettre à leur
service et démontrer de ce fait la sublimation du capitalisme dans d’autres
pays pour montrer que puisqu’on est maître du monde, on est maître de soi.
1 Voir James Madison, «La théorie et la pratique du gouvernement républicain», Book
Revue, Quartely Studies présidentiel. Quatrième président des Etats-Unis, successeur de
ThomasJeffersonetpère delaconstitutionaméricaine.
2 Voir Max Weber (1904-1905), L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme, trad. J.-P.
Grossein,Paris,Gallimard,2003.
44C’est ainsi que le Bismarck américain, Henry Kissinger, a créé des crises au
Chili et partout en Amérique latine pour relancer des dictatures. Dans les
années 60, l’idée était de convertir. Pour être sûr qu’il n’ya pas d’échec
interne, on redistribue au nom de l’Etat américain. L’Etat s’est fait Etat
providence en inventant des droits économiques (le droit à la formation, à la
sécurité sociale, au logement, à la retraite) pour compenser l’apparence de
justice.
L’invention de l’Etat néolibéral dès le début des années 80 est due à la
crise de la production pétrolière des années 70 qui n’arrivait pas à tout faire
payer. La crise pétrolière est une sorte de négociation du paiement d’une
dette par une grande puissance, à travers l’exploitation, par la realpolitik, des
pauvres qui ne l’ont pourtant pas contractée. C’est à la suite de la
constatation de telles dérives que Kant pose l’évitement d’un gouvernement
du mondelié àunEtat-nation,et opposelapromotiond’uneactionconcertée
de toutes les nations du monde dans le gouvernement mondial. Pour Jacques
Poulain, la mondialisation signifie la délocalisation. Elle signifie la
possibilité de maximiser des richesses sans en bénéficier soi-même. Le piège
de la globalisation dans la programmation du monde des années 2010 à 2020
est que depuis 1995, les multinationales informatiques dégraissent leurs
entreprises de leurs personnels. Le succès complet du libéralisme n’est pas
qu’ily ait 20% qui travaillent et 80% quitraitent de laculture, mais qu’iln’y
ait plus personne qui travaille. De la paupérisation, on passe à l’exclusion.
Le processus de globalisation supplante le néolibéralisme s’écroulant,
produisantdespauvressansconditionsminimalespourpouvoirnefut-ceque
voter. La liberté de participer à la vie politique était de ce fait balayée, le
néolibéralisme, l’Etat minimal ne donnant pas le minimum de liberté pour
réaliser lesdroits absolus. Pour Jacques Poulain, le libéralisme est une
politique des intérêts, contraire à la politique tout court, parce qu’empêchant
l’Etat decorrigersesdérives.Lasociété nord-américaineavec la constitution
qu’elle s’est donnée absolutise le consensus dans le libéralisme et fait naître
defaçonconsubstantielleaudéveloppementl’idéepragmatiquedel’homme.
1Ainsi, pour Charles Sanders Peirce , avant d’être perception, l’homme est
langage. Le rapport de construction du monde est lié à la possibilité de
concevoir le rapport au monde comme un dialogue. Avant d’être pensée,
l’hypothèse a jailli d’un choc avec le monde et l’héliocentrisme oblige de
sortir de la géométrie pour entrer en physique. C’est cela le dialogue avec le
monde. En pragmatique, la vérité des concepts utilisés se traduit par des
différences de comportement. C’est le fondement même de la possibilité
créative d’inventer l’expérimentation des désirs, l’expérimentation d’autrui
dans la parole quotidienne, l’expérimentation du monde social à travers le
consensus. Dans l’expérimentation du monde, on a affaire à une instance qui
1VoirC.S.Peirce(1931-1935),CollectedPapers,Cambridge,HarvardUniversity Press.
45n’a pas affaire avec l’expérimentateur. Tout ce qui fonctionne bien va être le
pragmatisme, une sorte de morale expérimentatrice. Le libéralisme apparaît
ici comme une expérimentation émancipatrice: lieu du jugement du
consensus, une sorte de développement des valeurs qui arrive au niveau où
l’on repasse au consensus toutes les vérités constituant le fond de la
démocratie moderne. La mentalité libérale développe un concept de
l’homme analogue à celui qui se développe par le consensus avec la société,
laparoleavecautruietl’accordavecsoi-même.
Profondément, la pragmatique découvre que dans la fixation du langage,
il peut y avoir la fixation de la croyance. La transmission des désirs (faire
désirer des choses) implique qu’on se fasse comprendre dans ces désirs et
qu’autrui désire ces désirs. Cela paraît être un élément transcendant la
volonté de produire. L’homme qui se découvre comme être expérimental se
découvre de ce fait comme être démocratique de production d’accords,
déclenchant ainsi l’événement d’acceptation, reflexe des croyances, des
désirs, des devoirs, des réalisations, d’intentions d’agir ou d’agir. La liberté
ici est mesurée par la nature interne de l’homme comme la nature extérieure
1mesurelalibertéduscientifique .
Dans les années 70, tant que la mondialisation faisait vivre une sorte de
multiculturalisme par la tolérance de toutes sortes de cultures, elle exigeait
de ne pas toucher à la culture du libéralisme lui-même et ainsi permettait une
vie culturellement paisible. Les cultures étaient respectées comme des
personnes à condition qu’elles n’interviennent pas dans la déstabilisation du
capitalisme économique. C’est cela le consensus par recoupement de John
Rawls au niveau politique. Le capitalisme donne à la culture une fonction
subordonnée, alors que la culture est le lieu où chacun retrouve son identité
ets’identifiecommetel.Decefait,lesculturesreligieuses renaissentcomme
politiques religieuses pour contrer la politique capitaliste. Cela se produit
comme une guerre du vrai s’opposant à la guerre des civilisations de
Huntington, n’ayant comme possibilité d’auto-expérimentation que
l’expérimentation de leur propagation au niveau le plus large possible. Les
cultures miment ainsi les mouvements de volonté hégémonique du
capitalisme, posant une autre limite interne à l’expérimentation capitaliste. Il
y a ainsi le consensus qui fait parler l’homme comme reflexe de croyances,
reflexe de désirs et reflexe d’intentions d’agir comme dans l’animisme
pragmatique de la science où le scientifique fait parler le monde à sa place.
C’est la chromodynamique quantique (l’interaction forte). L’homme
pragmatique, s’il ne fait parler que le monde, se pose comme l’enfant
autistique qui refuse de parler. Le rejet de la parole reproduit l’agnosie
comme perception indifférenciée de l’espace qui ne peut être lié au
développement de l’homme qui doit s’articuler à cette connaissance. Comme
1VoirJacquesPoulain(2009),Séminaire.
46le scientifique, l’hommepragmatique fait parler la nature interne. Le
consensus ici est ventriloque. Il fait parler les désirs, les croyances et les
intentions d’agir sans avoir à réfléchir. Il est donc un consensus aveugle. Le
capitalisme fait découvrir que l’homme a besoin de la parole. L’homme est
un avorton chronique qui a besoin du langage pour pouvoir voir les choses,
parce qu’il n’a pas les instincts extra-espèces. Il est né un an trop tôt selon
Humboldt, naturaliste, géographe et explorateur allemand, à comparer son
fœtus à celui du cheval et d’autres animaux. L’homme fait parler le monde
sous l’aspect du sacré-souverain en le dédivinisant à travers le monothéisme,
etsedécouvreparoleparDieuinterposé.
Le totémisme ici est perçu comme le lieu d’articulation de l’action par la
parole à la fois à la perception et au savoir au sein du monde. La vie mentale
est ici créée par l’identification de l’homme comme celui qui écoute. C’est
cetteforced’orientationdulangagequiseperdauprofitdel’action.C’estun
dialogue avec soi qui dépend de cette fixation de l’homme à la parole pour
pouvoir se découvrir. Le langage c’est ce qui nous gratifie en nous orientant
par l’action au monde pour le transformer. La désharmonisation capitaliste
par réaction produit un consensus aussi aveugle que le consensus qui la
meut. Toutes les théories du consensus, seules habilitées à expérimenter la
culture et la vie font partie de la dynamique libérale, la dynamique
capitaliste. C’est ainsi que Fukuyama voit le monde se produire comme un
marché universel qui est là pour le bonheur de tous. La dérégulation de
l’économie y opère comme la spéculation par rapport au processus qui la
porte, en l’occurrence, la multinationalisation et la monopolisation du
monde. Elle est ainsi conçue comme la programmation de l’humanitaire à
travers une organisation portant en son sein 20% des travailleurs et 80% des
chômeurs. Les rapports de production passent par la transformation du
monde, et la spécialisation mondiale devient la recherche du salut social
aussi bien que la promotion du capitalisme. Mais le jeu de la demande et de
l’offre de la valeur n’a qu’une seule fonction, obtenir plus à partir de moins.
«Le travail, l’esclavage c’est terminé. On remplace l’homme par la machine
et on le nourrit aux mamelons de la culture. Le processus ici est basé sur la
même méthode de maximisation du profit avec les mêmes méthodes
1perverses d’ascèse du capitalisme » . Mais comment s’insérer dans ce
processus lorsqu’on voit que la guerre des cultures empêche tout dialogue et
toute insertion ? Il faut ménager un dialogue entre les cultures. D’où la
nécessitéd’unemondialisationculturelle.
1 Ibidem.
472.2.Lamondialisationculturelle
Le dialogue culturel est d’ores et déjà l’objet d’étude des intellectuels. La
culture c’est la possibilité de faire reconnaître un jugement sur les conditions
d’existence et le niveau de l’invention des conditions de vie. La guerre des
cultures oblige chacun à utiliser toutes les connaissances qu’il a pour
stabiliser sa vie et nous fait découvrir que la raison pratique n’a jamais été
raison, mais simplement une appropriation des religions et de la morale. De
ce fait, la culture se réduit à cet état d’ordre pragmatique de dressage des
civilisations. En se découvrant être d’expérimentation, l’homme découvre la
morale, le droit et la religion, et ainsi se voit obligé de changer de modèle. Il
devient chez Platon cet esprit ennemi du corps qui devait, selon le temps
moderne, utiliser son esprit pour juguler le mal, le corps qui est en lui.
L’échec interne de la mondialisation capitaliste fait éclater la folie de
l’individu qui se voit doté d’une seule arme, en l’occurrence, se transformer
soi-même dans sa vérité par le jugement. Et la raison pratique ne considère
cette transformation comme valide que si elle s’applique à cet exercice du
jugement. De ce fait, le consensus juge l’image de l’homme sur laquelle il
s’appuie en se jugeant lui-même, alors que le jugement d’objectivité produit
ainsi une révolution copernicienne sur le mode d’être de celui-ci. La
mondialisation culturelle se pose ainsi comme une révolution copernicienne
faceàlamondialisation économiqueprédatriceetpaupérisante.
Elle se donne comme premier objectif la transformation dans les cultures
oùle modèle del’homme comme esprit privédoit materledésir.Lafonction
du jugement dans la société se matérialise en s’appuyant sur ce qui, jusque
là, n’a été qu’un lieu d’application des connaissances sur soi, en
l’occurrence, l’université. La situation de l’université subit une mutation. La
guerre des cultures est évidente. La vie n’est pas un contrat, mais l’homme
1est lié à la production de cette idolâtrie d’un consensus aveugle . L’homme,
comme avorton chronique, a eu besoin du langage pour construire son
environnement en posant son jugement au niveau de son analyse
anthropologique. La mondialisation culturelle est ainsi pour Jacques Poulain
le lieu où l’université en tant que dépositaire du jugement critique dont
chacun a besoin pour vivre aujourd’hui s’insère dans le dialogue
transculturel. Lieu de description critique, l’université lie les jugements
philosophiques que chacun porte sur tous ses faits et sur toutes ses paroles.
De la même façon, chacun est nécessairement philosophe parce que chaque
fois, il doit voir si sa pensée est nécessairement vraie ou nécessairement
fausse. Jacques Poulain sort ainsi du modèle républicain et du modèle
démocratique libéral d’Apel et d’Habermas parce que pour lui le modèle
politique ne peut plus servir autant qu’il était absolutisé. La seule liberté
1Voir Ibidem.
48qu’on puisse avoir démocratiquement c’est de faire partager ce modèle de
façon démocratique. Il considère que nous n’avons plus besoin de régimes,
et que nous avons plutôt besoin du dialogue transculturel qui se pose sur le
modèle de l’université caribéenne ou de l’université européenne constituant
des lieux de rencontre et de transversalité culturelles. L’hégémonie, la
privatisation du monde et la monopolisation sont ainsi relégués au rang de
pis-aller.
Pour Jacques Poulain, le dialogue transculturel se déploie dans l’espace
des guerres des cultures pour les surmonter. La guerre des cultures intervient
dans la mesure où la mondialisation s’impose dans l’espace où les Etats-
nations voient leur intervention limitée. Elle succède ainsi au
multiculturalisme défini comme respect légal, moral et éthique de la liberté
de vivre sa culture. Si à la guerre des cultures s’oppose, par la
mondialisation, la coexistence régentée par la seule culture qui est la culture
économique, le multiculturalisme devient la manifestation du libéralisme. La
monopolisation devient ainsi l’engrenage des négociations secrètes pour
l’achat des entreprises qui puissent s’imposer au monde. Les bénéfices étant
réinvestis, on augmente la puissance du monopole, et la guerre des cultures
seproduitcommeunefaçond’organiserundialogueculturelquin’enestpas
un et déculturalise toutes les cultures soumises à la culture économique et
commerciale. La déculturation des culturalismes culmine ainsi dans des
politiques fondamentalistes recourant aux religions. De ce fait, l’affirmation
du pouvoir politique aux Etats-Unis dans des années 1990 devient une
nécessité. A partir du moment où le libéralisme amène les hommes dans
l’impasse, les Etats-Unis réintègrent l’UNESCO (en 1998) et engagent une
ordalie technologique à travers les guerres du golfe, faisait passer les
relations entre les Etats-Unis et l’Irak au feu des armes. Le libéralisme est de
cefaitcondamnéparlePapeBenoîtXVIcommeuneaberrationmorale.
La crise des subprimes montre l’impuissance de l’Etat face à
l’économique et de ce fait, l’échec de l’Etat. Face à cette crise, l’Etat veut
réinstaurer par la politique une sorte de régulation du libéralisme et de ce
fait, restaurer sa propre autorité face à l’économique. Le dialogue des
cultures est ainsi forcé. Les morales des cultures sont elles mêmes en guerre.
Car le dialogue des cultures nous impose de considérer les cultures comme
des personnes morales. De ce fait, la justice est mesurée par la capacité
politique de faire valoir la proportionnalité des droits et des biens, des
rapports sociaux et des devoirs entre les hommes qui sont pour Platon, des
ensemblesdedésirsàl’instardupolythéisme oùchaquedieuestundésir.De
ce fait, l’homme est dans un chaos de tous les dieux, alors que pour Max
Weber, le capitalisme c’est le polythéisme des valeurs. La théorie d’Aristote
incarne cette théorie de la justice abstraite de Platon dans la politique, en
l’occurrence, la justice politique. Le dialogue transculturel est bien plus
qu’un dialogue interculturel. Il produit un monde au sein duquel les cultures
49communiquent, alors que le dialogue interculturel est celui de l’entente, de
l’écoute, de la charité vis-à-vis des autres cultures. Le dialogue transculturel
c’est le dialogue communautaire comme le dialogue universitaire qui aboutit
à la philosophie pragmatique du dialogue transculturel, pensant ainsi le
mondecommeunensembleàlafoishomogèneetdiversifié.
2.3.Laphilosophiepragmatiquedudialoguetransculturel
Jacques Poulain, Hans Jörg Sandkühler et Fathi Triki considèrent que«la
réduction de la mondialisation à la globalisation économique ne fait pas
1justice au développement des diverses cultures du monde» . Ce
développement ne saurait par ailleurs se réduire à ce que désire en faire le
Fonds monétaire international en l’occurrence, «une affaire négociable en
termes purement économiques». Pour eux, au contraire, le développement
culturel exige un véritable dialogue interculturel qui ne se contente pas de
laisser cohabiter les cultures comme des traditions fermées, qui ne désirent
s’affirmer qu’aux dépens des autres. Ce dialogue doit pouvoir faire appel
aux formes les plus évoluées et les plus réfléchies des diverses cultures qui
constituentlepatrimoine mondial.
Adjectif combinant le préfixe latin «trans» et la notion de culture, la
transculturalité provenant du concept de transculturación élaboré par
l'anthropologue et ethnologue cubain Fernando Ortiz Fernández, désigne des
contacts entre plusieurs cultures. Contrairement à l’interculturel et au
multiculturel décrivant des phénomènes issus du contact entre plusieurs
systèmes culturels relativement autonomes, le transculturel ou la
transculturalité s'applique à des identités culturelles plurielles, qui remettent
en question la représentation de cette autonomie. Comme le suggère le
préfixe«trans», l'approche transculturelle se situe au-delà des cultures. Elle
permet d'accéder à un «métaniveau», propice à une plus-value
interculturelle. Elle traverse les cultures et recherche selon Jacques Poulain,
Hans Jörg Sandkühler et Fathi Triki, ce qu’il ya de véritablement universel
en leur sein, pour mettre en lumière ce qui en elles, résiste à la critique
mutuelle qu’elles se font les unes les autres afin de valider ce que produit
l’expérimentation mutuelle inédite se propageant ainsi. L’universalité
effective que se forgent ainsi différentes cultures construit un être humain
capable d’intégrer en lui leurs multiples richesses en laissant advenir à la
parole l’autocritique transculturelle par laquelle advient à l’existence le
2monde commun auquel elles aspirent . Le transculturel est ainsi relatif à la
communication entre des cultures différentes, mieux, à la transversalité de
1 Jacques Poulain, Hans Jörg Sandkühler et Fathi Triki(Ed.) (2006), L’agir philosophique
dans le dialogue transculturel,coll.Perspectivestransculturelles,Paris,L’Harmattan:4.
2Voir Ibidem:4.
50ces cultures, soient-elles économistes (libérales), culturalistes, socialistes ou
communautaires,puisqu’ellesexistent.
La philosophie du dialogue transculturel prônée par Jacques Poulain est
une philosophie du vivre ensemble dans le monde où les cultures se
traversent mutuellement, sans se renfermer dans un carcan d’autonomie.
C’est une pensée théorique ouverte sur le savoir fourni par d’autres
disciplines, permettant une mise en question des visions du monde pour
mieux maîtriser notre monde. Elle fait l’examen attentif des modes de
culture, introduit un nouvel universalisme prenant au sérieux les différences
et les diversités, participant à l’édification d’une identité plurielle, ouverte à
1l’hommecontemporain .
Le philosophe de la transculturalité, le professeur Jacques Poulain, dans
son «expérimentation philosophique des mondialisations» réévalue les
rapports du savoir et du pouvoir. Evoquant la globalisation économique, les
mondialisations culturelles et l’expérimentation philosophique, il considère
que la mondialisation économique semble non seulement s’imposer dans les
faits comme «globalisation», imposant la loi du marché ainsi que sa
dérégulation à la vie sociale de tous les pays, mais qu’elle semble également
faire la loi aux diverses mondialisations qui l’accompagnent ou la
constituent, en l’occurrence, la mondialisation du libéralisme politique, la
mondialisation des cultures occidentales, orientales, religieuses ou
sécularisées, la mondialisation des systèmes d’ONG de solidarité et de
protection,lamoondesarts,dessciencesetdestechniques.
Aussi a-t-elle beau produire le système de paupérisation et d’exclusion le
plus efficace qu’on puisse penser, la mondialisation semble faire surgir par
contraste un monde culturel dont elle dicte également la loi de formation:
elle fait jaillir une opinion publique internationale inédite, nourrie par un
processus universalisé d’échanges, où la délocalisation culturelle de tous à
l’égard des Etats provoque des processus associatifs de créativité et
d'émancipation critique. L’indépendance conquise à l’égard des Etats-
nations par les mondialisations culturelles qui se proposent en antidotes à la
globalisation offrirait ainsi pour la première fois une source d’émancipation
intellectuelle et critique inédite.«Là où croît le danger, croît aussi le salut »
semble-t-il. «La diversité culturelle semble ainsi s’instaurer comme espace
spécifique sur la base d’un «non» critique émis à l’égard des effets de
2l’injustice sociale de la globalisation» . Tablant sur la genèse néolibérale du
monde interculturel et de la déconstruction du monde politique moderne,
Jacques Poulain constate l’échec de l’Etat libéral et la perte progressive des
droits civiques attribués aux partenaires sociaux entraînant ainsi le refuge
des peuples et des individus dans des communautés culturelles qu’ils
finissentparsacraliserànouveauxfrais.
1Voir Ibidem:9.
2 Ibidem:198.
512.4.Conclusiondudeuxièmechapitre
La mondialisation culturelle engendrée par la globalisation néolibérale,
dans son rejet de l’injustice néolibérale, suite à l’échec des Etats-Unis, a
suscité la construction d’une alternative européenne à la fois politique et
intellectuelle basée sur le retour à l’Etat social prôné par J. Delors, D.
Strauss Kahn, M. Rocard et J. Habermas, «assez fort pour régler comme
instance critique de sa propre dynamique, l’expérimentation totale libérale
dans laquelle il se trouve engagé en s’appuyant sur un dialogue avec ses
opinions publiques à travers ses organes délibératifs, exécutifs et
1judiciaires» . Baptisée par Jürgen Habermas, cette «démocratie
délibérative», fait valoir l’idée républicaine de la démocratie comme
alternative «basée non pas sur la liberté négative de tous à l’égard de tous,
mais sur une liberté positive reconnue en droit à tous d’assumer par
consensus législatif les lois garantissant une redistribution juste des droits,
des devoirs et des biens, et de juger des résultats de justice sociale obtenus
2parlà» .Cettedémocratie délibérativeprêteainsi àl’Etatfédéral ounational
«la compétence politique de représenter en acte cette communauté
d’allocutaires virtuellement illimitée à laquelle chacun s’identifie comme
sujet éthique et politique qui doit juger au nom de tous de ce qu’il a à dire, à
3connaître et à faire» . Et la perspective économique exacerbée par la
globalisationnéolibéraledevientainsilacibledelacritiquephilosophique.
1 Ibidem:201.
2 Ibidem:202.
3.
52CHAPITRE3.LAMONDIALISATIONECONOMIQUE
3.0.Introduction
De la mondialisation culturelle, l’accès à la mondialisation économique
se révèle balisé du fait de la réappropriation culturelle de cet outil
d’intégrationqu’estla mondialisation,etdontlamultidimensionnalités’offre
à l’appréhension conceptuelle du philosophe. Cette appréhension permet la
pénétration de la pensée économique dans une perspective pluridisciplinaire
permettant une plongée dans la sphère économique pour en découvrir les
maillesetencorrigerlesfailles.
3.1.Lamultidimensionnalitéduphénomènedemondialisation
Dans une perspective économique, la mondialisation englobe à la fois la
dimension des échanges des biens et services, la dimension des
investissements directs à l’étranger et la dimension de la circulation des
capitaux financiers. Cette proposition fonde l’approche de Michalet qui
aborde la mondialisation dans sa dimension purement économique et
libérale. Pour lui, la dimension des échanges est celle des flux d’exportations
et d’importations entre les pays, enregistrés dans les transactions courantes
des balances de paiements. La dimension productive, elle, repose sur les
investissements directs à l’étranger (IDE) se traduisant par l’acquisition
d’une partie du capital social d’une entreprise locale (nouvelle ou existante)
qui permet à l’investisseur d’avoir un pouvoir de contrôle sur la gestion de
cette dernière. Ces investissements sont effectués par les firmes et sont les
vecteurs de l’expansion multinationale de leurs activités entraînant la
mobilité des activités de production des biens et des services ou mieux, la
délocalisation de la production. Les IDE sont enregistrés dans la balance des
capitaux, à côté des mouvements de capitaux longs correspondant à des
investissements financiers. La mobilité des capitaux financiers constitue la
troisième dimension de la mondialisation. Il s’agit des investissements
financiers correspondant à des placements effectués par des institutions
financières bancaires ou non bancaires ou par des particuliers, dans des
sociétés cotées en bourse. Leur finalité est la rentabilité et non la gestion
directe des sociétés dans lesquelles sont prises des participations, bien que
les gros investisseurs institutionnels puissent influencer indirectement la
gestion des groupes. Ils sont volatils, leurs déplacements obéissant aux
variations anticipées des rendements sur les différentes places boursières. Et
c’est «cette interdépendance multidimensionnelle qui permet de comprendre
53l’originalité de l’intégration actuelle des économies nationales dans
1l’économie mondiale» .
3.2.L’interdépendancedestroisdimensionsdelamondialisation
Michalet estime que dans la mesure où la multidimensionnalité ne doit
pas être comprise comme une simple addition des sphères différentes de
l’activité économique – les échanges de biens+les mouvements de
capitaux+les flux d’investissements directs –, les formes de la
mondialisationnedoiventpasnonplusêtreconsidéréescomme substituables
les unes aux autres, tel que le fait Mundell, qui a démontré formellement
qu’en posant la mobilité des capitaux on aboutissait à l’immobilité des biens
etàladisparitionducommerce.Celarevenaità montrerqueles mouvements
des biens et ceux des capitaux étaient substituables, ce que récuse Michalet
qui admet par ailleurs dans la mondialisation l’interférence des différentes
activités les unes sur les autres. Il considère que la capacité à organiser et à
renforcer les synergies entre les différentes dimensions est une composante
importante de la compétitivité des firmes et des Etats, dans la gestion des
firmes ou dans la politique économique. Il estime que le fait de la
susceptibilité de l’une ou l’autre des trois dimensions de la mondialisation à
être considérée comme point de départ permet de comprendre le jeu des
complémentarités qu’elles entretiennent. Il illustre son point de vue par
l’effet d’entraînement de la croissance des exportations sur les flux
d’investissements directs et sur les mouvements de capitaux. De même, pour
lui, l’implantation va être à l’origine des flux commerciaux par l’importation
ou la modernisation des unités de production, alors que l’entrée des capitaux
étrangers favorise le développement des marchés financiers émergents, et
finance la croissance de l’économie locale. Cela se traduira à son tour par
une meilleure compétitivité, par plus d’exportations et par plus d’entrées de
2capitaux .
Le point de vue de Michalet est que la problématique de
l’interdépendance desdimensions delamondialisationpermet d’anticiperles
effets négatifs de la fuite des capitaux sur les exportations et sur la
production. Car une crise financière peut dégénérer en crise économique
comme il en a été le cas dans des années 2007, 2008 et 2009. Les
investissements directs ne bougent pas aussi rapidement que les
investissements financiers étant donné qu’ils ne sont pas aussi liquides. Les
mouvements de capitaux financiers sont commandés par des anticipations
sur les écarts de taux de change ou d’intérêt. Ils sont plus faiblement
connectés aux variables réelles de la mondialisation que les échanges et les
1Charles-AlbertMichalet(2004:20).
2Voir Ibidem:20-21.
54investissements directs. Mais le point de vue de Michalet n’étant
qu’économique, il nécessite dans une approche nouvelle de la
mondialisation, d’être complété par la pragmatique philosophique de la
transculturalité qui implique dans la mondialisation en plus de l’aspect
économique et libéral, l’aspect totalement universel ou universalisant
atteignant toutes les cultures et tous les modes de production tant
économique, sociale, technologique que philosophique. D’où la nécessité de
larégulationdela mondialisationpourpermettred’atteindrecetidéal.
3.3.Larégulationdelamondialisation
L’analyse économique de Michalet débouche sur la conclusion selon
laquelle historiquement il ya trois configurations de la mondialisation au
cours de chaque période, et que chaque configuration de la mondialisation
est caractérisée par une logique économique dominante, produit de la
hiérarchie des trois dimensions de la mondialisation.Cette séquence des
configurationsest pourluilerésultatdela transformationdansle tempsdela
hiérarchie des interdépendances entre les trois dimensions. Il en résulte que
ce qui fonde le mouvement sans cesse renouvelé de la mondialisation, c’est
une dialectique entre l’existence des différenciations territoriales et le
processus d’homogénéisation lié à l’accumulation du capital. La recherche
de la rentabilité maximale ou «satisfaisante» repose simultanément sur
l’exploitation et la négation des disparités par le jeu de combinaisons du
local et du global que les acteurs spécifiques à chaque dimension de la
mondialisation, selon les époques, mettent en œuvre avec plus ou moins
1d’efficacité .
Son hypothèse est le rejet de l’utopie du discours mondialiste qui pose
l’unification du monde avec l’achèvement d’un marché planétaire unique et
optimal (qui de ce fait arrête l’histoire par la Raison économique) en même
temps que celui de l’utopie antimondialiste qui pose le retour en arrière de
l’histoire au point de retrouver les cadres de l’Etat-nation et d’uncapitalisme
régulé sur une base nationale par un modèle social-démocratearticulant
fordisme et économie du bien-être. Par ce fait, il considère que la dynamique
de la mondialisation déborde ces deux approches et que «la mondialisation
ne peut pas être réduite à une mécanique du retour à l’équilibre alors qu’elle
2est une fuite en avant dans une course éperdue et sans cesse renouvelée» à
travers les trois configurations qu’elle se forge à chaque période de son
déploiement.
1VoirCharles-AlbertMichalet(2004:25).
2 Ibidem.
553.4.Lestroisconfigurationsdelamondialisation
3.4.0.Introduction
Sur la base de l’interdépendance hiérarchisée des trois dimensions de la
mondialisation, Michalet distingue trois configurations qu’il qualifie
d’idéales, en l’occurrence, la configuration inter-nationale, la configuration
multi-nationale et la configuration globale. Cette démarche de Michalet
ressemble à celle procédurale de John Rawls qui, pour étayer une théorie de
la justice recourt à une situation idéale, la position originelle, partant d’une
construction idéale pour proposer des remèdes aux problèmes qui se posent
dans la société. Elle reflète ainsi la dialectique platonicienne se référant aux
idées réelles en vue de leur application sur ce monde corrompu dans le but
de le corriger et de corriger ainsi la marche de l’histoire actuelle du monde.
Michalet pose ainsi quatre critères de qualification pour construire ces
«types idéaux» lui servant de référence pour cerner les caractéristiques des
différentes phases historiques de la mondialisation. Il s’agit de la dimension
dominante, du principe de régulation de la configuration ou sa logique
économique dominante, des interdépendances entre les dimensions qui en
résultent, et des acteurs qui détiennent le pouvoir économique et le territoire
pertinent sur lequel ils l’exercent, c’est-à-dire de la gouvernance. Dans cette
perspective, il appert qu’il est nécessaire de cerner la première configuration
de la mondialisation qu’est la configuration inter-nationale pour comprendre
lecheminementlogiquedesdifférentes configurationsqueproposeMichalet.
3.4.1.Laconfigurationinter-nationale
La typologie de Michalet donne comme dimension dominantedans la
configuration inter-nationale de la mondialisation, les échanges des biens et
services entre les pays. La logique de régulation de cette configuration est
fondée sur le principe de spécialisation internationale reposant sur les
différences de productivité sectorielle entre différents territoires nationaux
déterminant ainsi la spécialisation des pays. La disparité des productivités
entre les différents pays existant ex ante en économie fermée, les avantages
de la spécialisation exigent, pour être mis en valeur, la généralisation du
libre-échange. Les autres dimensions n’étant pas importantes, les
investissements directs à l’étranger doivent servir au développement des
échanges et non pas à la délocalisation systématique de la production. Les
mouvements de capitaux étant déterminés par le règlement des transactions
commerciales, c’est l’état de la balance des paiements qui est ici le référent
principal de la régulation. La figure du marchand qui devrait être l’acteur
principal de cette configuration est occultée par la place quasi exclusive
réservée à l’Etat-nation, à la fois comme acteur de la politique commerciale
56et comme territoire économique pertinent puisque le stock des facteurs de
1production qui détermine les différentiels de productivité est immobile .
C’est après la seconde guerre mondiale, sur la base du consensus élaboré
entre les alliés durant la conférence de Brettons Wood en 1944 quesera mise
en place la régulation de la configuration internationale. Cette régulation
dont les mécanismes reposent sur un modèle volontariste de coopération
intergouvernementalesubstituant la gouvernance à la régulation se traduit
par la référence aux grands principes de la spécialisation internationale et du
libre échange.
3.4.1.1.Laspécialisationinternationalecommeprincipederégulationdela
mondialisation
Selon Michalet, «l’analyse de la mobilité des biens relève de la théorie
2des échanges internationaux» cherchant à savoir pourquoi certains pays
exportent certains biens et pas d’autres et pourquoi en importent-ils certains
et pas d’autres. L’hypothèse centraledes bienfaits de la spécialisation
internationale fondée sur les avantages comparatifs constitue quant à elle la
réponse à ces questions. Dès l’abord de cette question, Michalet pose
l’hypothèse qu’il trouve nécessaire pour définir une spécialisation stable des
Etats-nations dont les dotations factorielles constituent le socle invariant.
Selon cette hypothèse, dans le paradigme de l’économie internationale, les
facteurs de production sont immobiles, ils ne sortent pas des territoires
nationaux et ne franchissent pas les frontières nationales. Cette hypothèse
constitue néanmoins simultanément un handicap considérable pour saisir la
dynamique de la mondialisation dans sa multidimensionnalité qui repose,
elle, sur la reconnaissance de la mobilité de tous les facteurs de
production.D’où la nécessité de l’étude de l’interdépendance des
dimensionsdela mondialisation.
3.4.1.2.L’interdépendancedesdimensions
Michalet reconnaît que dans la configuration inter-nationale, les autres
dimensions de la mondialisation sont peu développées et ont une faible
autonomie par rapport aux échanges auxquels elles jouent un rôle
subsidiaire. En ce qui concerne l’interdépendance entre les échanges, les
investissements directs et les mouvements de capitaux, pour la période qui
va jusqu’à la seconde guerre mondiale, il existe un clivage marqué selon
qu’ils ont lieu entre Etats-nations (souverains) ou entre les métropoles
impérialesetlescolonies.
1Voir Ibidem:26.
2 Ibidem:32.
57Dans le cas des relations économiques entre économies en
développement, les investissements directs à l’étranger prennent la forme de
filiales commerciales ayant pour fonction la distribution des produits
importés. Ces implantations sont rarement accompagnées d’une réelle
délocalisation de la production. Dans la configuration inter-nationale, les
activités productives restent cantonnées dans les territoires nationaux
d’origineet lesraresimplantationsàl’étrangerontpourfinalité principale de
serviràfaciliterlesexportations.
Par ailleurs, il en va différemment dans le cas du commerce avec les
colonies, puis avec les économies moins développées après leur
indépendance. Dans ce cas, les échanges ont été accompagnés de
mouvements d’investissements directs, effectués dans un petit nombre de
secteursdont l’exploitation des minerais ou la production agricole de
plantation. Des investissements étaient nécessaires pour la mise en valeur
des richesses du sol et du sous-sol en vue de l’exportation vers la métropole.
Servant à satisfaire les besoins des métropoles et ne correspondant à aucune
délocalisation, cette situation d’injustice flagrante qui nécessite une
correction puisqu’elle ne concerne précisément que les biens que les pays en
développement ne produisent pas, ne correspond pas du tout aux principes
du paradigme de l’économie internationale. En effet, cette spécialisation
n’est pas fondée sur les dotations en facteurs ex ante des pays avec
l’ouverture spontanée des économies comme l’enseigne la théorie, car la
production des biens à exporter y est décidée dans une logique impérialiste
ou colonialiste, en fonction des besoins des métropoles. En outre, le libre-
échange n’est évidemment pas la règle. Le commerce colonial se fait à
l’intérieur des «chasses gardées» protégées de la concurrence par le
principe de la préférence impériale, principe défendu par les canons des
1navires de guerre de la flotte du Roi, de l’Empereur ou de leurs corsaires .
Aujourd’hui, les relations entre pays en développement et pays sous-
développés persistent dans la logique colonialiste même si les modalités des
relations politiques entre les Etats-nations ont changé, d’autant plus que la
logique de l’IDEreste largement la même que celle de l’époque coloniale,
du fait que la spécialisation intersectorielle qui est caractéristique de la
spécialisation ricardienne (produits primaires contre produits manufacturés)
induit des investissements directs dont la finalité est de satisfaire uniquement
la demande des pays en développement. Car«la dimension de la circulation
des capitaux est restreinte. Jusqu’à la seconde guerre mondiale, elle est
limitée aux besoins de financement des exploitations minières et agricoles
ainsi qu’à la construction des infrastructures qui permettent d’évacuer la
2production vers les ports.» Ce développement engendre ainsi la question de
1VoirCharles-AlbertMichalet (2004:36).
2 Ibidem:37.
58savoir qui est finalement l’acteur de la mondialisation et quel en est le
territoire.
3.4.1.3.Acteursetterritoiresdanslaconfigurationinter-nationale
Bien que le marchand soit la cheville ouvrière, alors que l’industriel reste
enfermé dans les frontières de son pays d’origine et le banquier au service
des besoins de financement des commerçants et des princes, l’acteur central
de la configuration inter-nationale est l’Etat-nation. Alors que les
économistes, dans une conception beaucoup plus simpliste, définissent
l’Etat-nationcomme uneboîtenoirecontenantunstock diversifié defacteurs
de production, Michalet dans le prolongement de l’analyse d’Ernest Renan,
l’entend comme un ensemble cohérent constitué d’institutions politiques
(gouvernement, parlement, justice, armée, police) et d’un peuple (avec la
même langue, la même culture, la même histoire) sur la base d’un territoire
1défini par des frontières politiques reconnues internationalement (la patrie) .
Dans ce contexte, du fait que, par hypothèse, les activités industrielles, le
travail et les capitaux sont immobiles et ne traversent pas les frontières,
l’économie mondiale (ou le marché mondial) est compris comme étant
l’addition d’économies nationales (de marchés nationaux) reliées par les
échanges de biens et services.Il n’est pas étonnant dès lors, dans cette
mécanique newtonienne d’entités macroéconomiques, que les théoriciens
des échanges oublient le marchand comme acteur économique autonome.
Cette vision de la mondialisation permet d’assurer une parfaite cohérence
entre le cadre territorial politique et institutionnel de l’Etat et le cadre
territorial économique où se déterminent les différentiels de productivité des
2facteursdanslesdifférentssecteursd’activité .
La période s’étendant entre 1885 et la première guerre mondiale bien que
marquée par la poussée des mouvements de capitaux, n’a jamais permis à
ces mouvements d’être suffisamment autonomes par rapport aux autres
dimensions de la mondialisation pour servir de base à une autre
configuration. De ce fait pour Michalet, contrairement à certains auteurs,
cette configuration où la dimension des échanges est prédominante n’a
jamais été remise en cause à la fin du XIXe siècle par le mouvement
d’exportation des capitaux dont la majeure partie s’effectuait sous forme
d’or par seulement deux pays, en l’occurrence, l’Angleterre et le France, en
guise de prêts à des Etats. Cette remarque renvoie ainsi au protectionnisme
éducateur caractérisant les Etats durant cette configuration inter-nationale et
quidéterminetoujoursleurspolitiquesmêmeàl’heuredelaglobalisation.
Pour Michalet, le grand inspirateur de la politique commerciale
protectionniste, l’adversaire de Ricardo, celui dont les conceptions
1VoirErnestRenan(1882),Qu'est-ce qu'une nation ?,Paris,CalmannLévy:16.
2VoirCharles-AlbertMichalet(2004:38).
59influencent les choix des politiques économiques dans de nombreux pays,
c’est Friedrich List, économiste allemand, partisan et théoricien du
protectionnisme éducateur, porte-parole des industriels prussiens qui avaient
poussé Otto Von Bismarck (chancelier Prusse (1862-1890) puis chancelier
allemand (1871-1890)) à constituer en 1833 la Zollverein, une union
douanière qui abolissait les tarifs douaniers entre la Prusse et les autres
principautés allemandes mais qui avait, simultanément, établi un tarif
protecteur commun élevé vis-à-vis des produits du reste du monde. Selon
List, «plutôtque de jouer immédiatement les règles du libre-échange, il est
préférablepourunpaysquiafficheuncertainretarddanssondéveloppement
industriel de protéger son économie, et plus spécialement son industrie, de la
concurrence de ses partenaires les plus avancés, pendant une période de
1temps limitée» . C’est ce qu’ont fait la Chine et le Japon, afin de prendre
leur envol économique et de se faire respecter dans le monde. Cette analyse
de List s’appliquait évidemment en premier lieu à la situation de l’économie
prussienne face à la puissante économie anglaise. L’argument de la
protectiondes industries naissantes (infant industry)appelée protectionnisme
éducateur vise à donner de ce fait le temps à une industrie nationale encore
jeune et faible de renforcer sa compétitivité par le développement des
économies d’échelle et de la technologie sur son marché national qu’il
protégeradel’ingérencedesconcurrents étrangersbeaucoupplusforts.
3.4.1.4.Conclusion
SelonMichalet, «la mondialisation s’est inscrite dans une configuration
2inter-nationale durant une très longue période» que les historiens font
remonter au XVe siècle, et que les économistes ont rejoint à la fin du XVIIIe
siècle par l’élaboration de leurs théories. Définie par la prédominance de la
dimension des échanges commerciaux des biens sur les autres dimensions de
la mondialisation, la configuration inter-nationale a vu s’achever son règne
au milieu des années 1960, avec l’émergence de la configuration multi-
nationale. De là, les échanges internationaux ont perdu leur primauté au
profit de la délocalisation industrielle portée par les investissements directs
des firmes multinationales, alors que le paradigme de l’économie
internationale, l’ensemble d’analyses théoriques et des concepts forgés par
les économistes pour expliquer la régulation de la configuration inter-
nationale, demeure encore la référence de la très grande majorité des
économistes,deshommespolitiquesetdesfonctionnairesinternationaux.
1FriedrichList (1841),Le système national de l’économie politique,Paris,Gallimard,1998.
2Charles-AlbertMichalet(2004:31).
60