//img.uscri.be/pth/7f40b9e708cadd6e9c28db897bc0a297510f0b64
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La méga-économie

De
148 pages
L'Afrique Noire se trouve sur la voie du sous-développement durable et perpétuel. Ce livre fait une critique rigoureuse du modèle néoclassique et aboutit à la découverte du chaînon manquant des économies africaines : le secteur de production des biens d'équipement et des machines. L'auteur propose un nouveau modèle universel de développement : la méga-économie où des contrats de partenariats industriels avec les pays pauvres remplaceraient l'aide publique internationale destructrice des économies sous développées et qui retourne toujours dans les poches des pays donateurs.
Voir plus Voir moins

<QL'Harmattan, 2004 ISBN: 2-7475-7777-5 E~:9782747577779

LA MÉGA-ÉCONOMIE
Revoir le Développement

Collection « L'esprit

économique

»

fondée par Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis en 1996 dirigée par Sophie Boutillier, Blandine Laperche, Dimitri Uzunidis Si l'apparence des choses se confondait avec leur réalité, toute réflexion, toute Science, toute recherche serait superflue. La collection « L'esprit économique» soulève le débat, textes et images à l'appui, sur la face cachée économique des faits sociaux: rapports de pouvoir, de production et d'échange, innovations organisationnelles, technologiques et financières, espaces globaux et microéconomiques de valorisation et de profit, pensées critiques et novatrices sur le monde en mouvement... Ces ouvrages s'adressent aux étudiants, aux enseignants, aux chercheurs en sciences économiques, politiques, sociales, juridiques et de gestion, ainsi qu'aux experts d'entreprise et d'administration des institutions.

La collection est divisée en cinq séries: Economie et Innovation, Monde en Questions, Krisis, Clichés et Cours Principaux.

Le

Dans la série Economie et Innovation sont publiés des ouvrages d'économie industrielle, financière et du travail et de sociologie économique qui mettent l'accent sur les transformations économiques et sociales suite à l'introduction de nouvelles techniques et méthodes de production. L'innovation se confond avec la nouveauté marchande et touche le cœur même des rapports sociaux et de leurs représentations institutionnelles. Dans la série Le Monde en Questions sont publiés des ouvrages d'économie politique traitant des problèmes internationaux. Les économies nationales, le développement, les espaces élargis, ainsi que l'étude des ressorts fondamentaux de l'économie mondiale sont les sujets de prédilection dans le choix des publications.

La série Krisis a été créée pour faciliter la lecture historique des problèmes économiques et sociaux d'aujourd'hui liés aux métamorphoses de l'organisation industrielle et du travail. Elle comprend la réédition d'ouvrages anciens, de compilations de textes autour des mêmes questions et des ouvrages d'histoire de la pensée et des faits économ iques.
La série Clichés a été créée pour fixer les impressions du monde économique. Les ouvrages contiennent photos et texte pour faire ressortir les caractéristiques d'une situation donnée. Le premier thème directeur est: mémoire et actualité du travail et de l'industrie; le second: histoire et impacts économiques et sociaux des innovations. La série Cours Principaux comprend des ouvrages simples, fondamentaux eUou spécialisés qui s'adressent aux étudiants en licence et en master en économie, sociologie, droit, et gestion. Son principe de base est l'application du vieil adage chinois: « le plus long voyage commence par le premier pas».

Daniel ANIKPO

LA MÉGA-ÉCONOMIE
Revoir le Développement

INNOV AL
21, Quai 59140 L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE de la Citadelle
L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino IT ALlE

Dunkerque, France L'Harmattan Konyvesbolt 1053 Budapest Kossuth L. u. 14-16

HONGRIE

A Madame Emilienne Anikpo, mon épouse, A nos enfants Lorng, Meléi et Odomitchi, A ma grand-mère Marguerite AGNIME Et aux Amis de Congo-Brazzaville

INTRODUCTION

Contexte historique d'engouement Après les indépendances généralisées des anciennes colonies, dans les années 60, la nouvelle donne politique avait engendré, à juste raison, un engouement des économistes à trouver une théorie de développement appropriée aux nouvelles économies nationales sous-développées. Comme nous le montrons dans la suite de ce travail, beaucoup d'effort conceptuel a été fourni dans ce sens, mais en vain. L'euphorie intellectuelle était tombée en même temps que l'euphorie des indépendances. Contexte contemporain d'occultation Après cette période d'engouement, d'acharnement, la période actuelle est sans doute, celle de l'occultation. Comme l'a confirmé l'équipe de professeurs d'économie de l'université de Brazzaville qui a fait la critique de la première partie de cet ouvrage,« l'Auteur a le mérite et le courage d'aborder un sujet occulté depuis 20 ans par le consensus de Washington. En effet, depuis la fm des années 70, les théories et stratégies de développement économique (import-substitution, promotion des exportations, industrie industrialisante, développement autocentré et auto-dynamique, échange inégal et développement inégal), ont été oubliées dans les tiroirs; laissant ainsi la place aux politiques d'ajustement structurel, politiques inspirées de la théorie néo-classique basée sur l' offte» Cependant, le double mouvement d'occultation du sujet et de domination du modèle néoclassique a vu apparaître une pauvreté vertigineuse dans les pays sous-développés d'Afrique, d'Asie et d'Amérique Latine. Un grand écart entre nations riches et nations pauvres. Et aussi

un grand écart entre citoyens riches et citoyens pauvres d'un même pays. Contexte prospectif defatalité La Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International notamment, prédisent, pour les vingt prochaines années, une hausse relative du niveau de vie sur tous les Continents, à l'exception du Continent africain. Cela signifie que la continuation de ce double mouvement d'occultation de la recherche de nouveau modèle de développement et de domination du modèle néoclassique constituerait une fatalité de la pauvreté pour l'Afrique. Vu l'aggravation de la corruption et des destructions causées par les guerres en cours sur ce Continent, nous ne pouvions accepter ce régime de fatalité. Nous étions déterminé à rechercher et à identifier la cause première du sous-développement afm d'apporter une solution théorique de sortie du sousdéveloppement de l'Afrique. Car ces guerres sont elles-mêmes, le produit de cette pauvreté. Ce sont des guerres d'ignorance et de pauvreté.
Les raisons motrices et les objectifs poursuivis

L'objectif central que nous poursuivons dans cette étude, c'est de trouver une porte de sortie du sous développement durable perpétuel que connaissent l'Afrique et les autres économies sous-développées du monde. Nous voulons mettre au point un modèle de développement du genre humain, garantissant le bonheur auquel chaque être vivant a droit. En d'autres termes, nous rejetons le régime de fatalité de la pauvreté. Car pour nous, si l'économie sous-développée et le sousdéveloppement existent en tant que problème, c'est qu'il existe aussi une solution, un modèle théorique économique capable de les vaincre: «la société ne se pose que des problèmes qu'elle peut résoudre» ( K. Marx ). L'autre raison motrice qui nous a poussé à faire cette recherche et à persévérer, avec obstination est d'ordre psychologique. A la veille de notre départ à Montpellier, en France, en 1972 pour la poursuite de nos études universitaires d'économie, notre grand-mère maternelle, Madame AGNIME Marguerite nous avait fait deux recommandations. La deuxième de ces recommandations, nous suppliait de tout faire pour trouver «le secret qui a permis aux blancs d'Occident de se développer, afin que l'Afrique sorte de sa pauvreté. Car nous souffrons trop ici ».

8

Le serment que j'ai fait à ma Grand-Mère, AGNIME Marguerite, cette nuit là, a constitué une force motrice et psychologique au dessus de tout autre. Constats et Problématique de l'étude Nous avons constaté l'existence d'une incompatibilité maj eure entre: D'une part, les performances vantées du modèle néoclassique de développement, notamment a) le double effet, l'effet revenu et l'effet capacité que produit l'investissement additionnel sur chaque économie nationale et b) l'égalité comptable, pour tous pays, de réaliser un revenu national Y = C + I + X-M. Et d'autre part, le maintien durable du sous-développement perpétuel dans le monde, après deux siècles d'application de ce modèle par les anciennes économies nationales sous-développées comme Haïti (indépendant en 1804), Libéria (indépendant en 1847) et Sierra-Leone. Et ensuite par les nouvelles Nations indépendantes en 1960. Celles-ci suivent la voie du sous-développement durable perpétuel tracée par le groupe de trois: Haïti, Libéria et Sierra-Leone. La voie de la pauvreté, du désordre, de la guerre civile et de la marginalisation Nous avons alors accusé et mis le modèle néoclassique à l'épreuve de la réalité économique sous-développée. Aussi, après avoir découvert le chaînon manquant à l'origine du sousdéveloppement et testé le modèle néoclassique sous le prisme de la réalité économique sous-développée, nous avons conclu à son inadaptation et à son inefficacité. TI est incapable de sortir les pays sous-développés de leur sous-développement. Les hypothèses de l'étude Le travail part de l'hypothèse selon laquelle l'application du modèle néoclassique est la cause du sous-développement durable qui devient perpétuel. TI s'agit donc, non seulement de vérifier cette hypothèse, mais mieux, de proposer une solution théorique alternative de sortie du sous-développement. TIfallait découvrir la cause première du sous-développement, au plan de la théorie économique. La découverte de la cause du sousdéveloppement, d'une part, et la découverte d'un nouveau modèle de développement, d'autre part, signifierait pour nous, l'annonce du début de la fm du sous-développement. 9

La méthodologie

de l'étude

Nous avons utilisé une méthode comparative, analytique et dynamique. Nous avons comparé l'économie développée et l'économie sous-développée dans leurs structures et mécanismes afin de trouver leur différence principale fondamentale. Nous avons essayé de répondre à la question suivante: qu'est ce qui, au plan des structures économiques, existe dans une économie développée mais qui ferait défaut à l'économie sous-développée, au point d'être un obstacle à la réussite du modèle néoclassique? La méthode analytique consistait à examiner le fonctionnement des mécanismes du modèle néoclassique au regard de la réalité économique développée et de la réalité économique sous-développée. La méthode dynamique est celle des tiroirs. Chaque partie entrâme la suivante. Une fois trouvée la cause structurelle principale différentielle de l'économie développée et de l'économie sous-développée, nous avons cherché à savoir en quoi celle-ci constituait la raison fondamentale de l'échec du modèle néoclassique de développement? A partir de cette cause principale essentielle qui manque à l'économie sousdéveloppée, et au constat des obstacles rencontrés lors de la phase analytique (première partie), nous avons apporté les corrections idoines au modèle néoclassique. Nous avons révisé le modèle néoclassique. Et avons obtenu un autre modèle universel adapté, tant au développement des économies sousdéveloppées qu'à celui des économies développées (deuxième partie).

10

PREMIERE PARTIE
CRITIQUE DU MODELE NEOCLASSIQUE
LE CHAINON MANQUANT A L'ORIGINE DU SOUS-DEVELOPPEMENT ET DE L'IMPERIALISME

CHAPITRE

1

LES THEORIES ECONOMIQUES DE DEVELOPPEMENT AU 20EME

SIECLE

Les modèles de développement en usage au 20èmesiècle n'avaient pas pu donner une défmition scientifique du développement et du sous-développement acceptée par tous. TIs avaient ainsi instauré une confusion et une guerre économique sauvage entre nations riches et nations pauvres, d'une part, et entre citoyens riches et citoyens pauvres d'une même nation, d'autre part. Le modèle néoclassique qui était le modèle le plus en vue, n'avait pas pu définir une économie des ménages à l'instar de celles des autres agents de l'économie nationale. En quelque sorte, il n'avait pas achevé la mission de rationalisation intégrale de toute l'économie nationale. Et n'avait pas pu développer les économies sous-développées candidates au développement. TI avait au contraire créé un sous-développement durable perpétuel des économies sous-développées. Ce chapitre va exposer I'histoire de ces modèles de développement contemporains et les faiblesses constatées au cours du siècle passé.
LES GRANDS PROBLEMES DE L'ECONOMIE MONDIALE

L'économie mondiale connaît trois grandes crises qui sont la crise du sous-développement durable perpétuel, les crises monétaires et fmancières chroniques, et la crise de l'exclusion économique.

La problématique du sous-développement. L'impossible consensus dans la définition du sous-développement Quelle est la cause principale fondatrice du sous-développement? Toutes les défmitions du sous-développement nous semblent confondre les causes et les effets du phénomène. Nous allons illustrer ce fait par les définitions de deux économistes. TI s'agit de Paul A. Samuelson, prix Nobel d'économie 1970, adepte de la théorie Keynésienne pour la gestion à court terme, et du modèle classique pour la croissance économique à long terme des économies sous-développée, et de Michael Stewart, un keynésien. - A. Samuelson ou les libéraux et le sous-développement Dans la quatorzième édition de 1995, de son ouvrage intitulé «Macroéconomie» le prix Nobel d'économie Samuelson consacre les derniers chapitres à l'économie des pays en développement. Dans la partie relative aux caractéristiques d'un pays en développement, nous lisons la question et la définition suivantes: « Qu'entend-on par pays en développement, c'est-à-dire par pays en voie de développement (PVD) ? » La question est ici bien posée. Et voici la réponse de Samuelson : « Un pays en développement est celui dont le revenu réel par tête est faible par rapport à celui des pays développés tels que les Etats-Unis, le Japon et à ceux des pays d'Europe de l'ouest. Sur le plan humain, les pays en développement se caractérisent par un état de santé déplorable, des niveaux d'alphabétisation insuffisants, des habitations inadéquates et une alimentation réduite à la portion congrue ». Ce faisceau de critères sur le plan économique et humain, signifierait que le sous-développement a une cause plurielle. Nous considérons que ces indicateurs ne sont pas les causes du sous-développement mais bien les effets, les résultats du sous-développement. Etant donné qu'il Existe des bas revenus dans les économies développées comme dans les économies sous-développées, le niveau de revenu national ne peut être une cause du sous-développement. En effet, qu'est-ce qui produit le revenu national? Si le revenu national permet de classer les économies nationales, il convient de voir les tenants du revenu national, sa cause première pour identifier l'origine du sousdéveloppement. Et il n'est pas étonnant que Samuelson, qui n'avait pas songé à la cause première de ce phénomène, aboutisse au constat de ce qu'il appelle le cercle vicieux du sousdéveloppement: «faiblesse de l'épargne et de l'investissement14