//img.uscri.be/pth/2bab64e53c2e9604fd091d8a34e5f4b6f5b5ad76
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,88 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La méritocratie française (Tome I)

De
245 pages
Dans ce premier tome d'une série de trois, consacrée à la crise des élites en France, l'auteur puise dans l'expérience d'une longue carrière les éléments d'une analyse approfondie. Les individus que notre société égalitaire sélectionne sont-ils choisis, formés, encadrés au mieux ? Pour tenter de répondre à ces questions difficiles, il faut d'abord analyser soigneusement comment ce système de méritocratie français s'est peu à peu constitué, très différent de celui des autres sociétés développées.
Voir plus Voir moins

Sommaire
Préface............................................................................. 11 Avant-propos .................................................................. 15 Bibliographie................................................................... 22 Remerciements................................................................ 23 Introduction générale ..................................................... 25 L’excellence, une exception ?.................................27 L’excellence, une nécessité de l’évolution..............27 La complexité des sociétés animales.......................29 L’éthologie des Primates ........................................33 Les élites de la Préhistoire......................................36 L’Élite chez les Anciens.........................................40 Des problématiques diverses ..................................41 Bibliographie................................................................... 44 Introduction .................................................................... 47 Chapitre 1 École polytechnique, matrice de la méritocratie française..................................................... 51 Enfant des Lumières et du Comité de Salut public..52 Un enfantement sous la Terreur..............................53 Les premiers recrutements......................................55 Le concours d’entrée ..............................................57 L’École polytechnique et l’Éducation nationale......58 Les Polytechniciens dans la Nation ........................60 L’École polytechnique et l’État ..............................63 Les élèves étrangers ...............................................65
5

L’École aujourd’hui ...............................................67 La réforme de Pierre Faurre....................................70 L’École polytechnique et la recherche scientifique .71 L’École polytechnique et la Défense nationale .......73 Des structures archaïques .......................................74 Le temps d’un sursaut ............................................76 Bibliographie................................................................... 77 Chapitre 2 L’École normale supérieure....................... 79 Une école fille des Lumières ..................................80 L’École normale et l’enseignement ........................84 L’École normale supérieure, section lettres ............86 L’École normale supérieure, section sciences .........89 Hypokhâgnes et Khâgnes .......................................91 L’École normale supérieure et les élites..................94 La famille normalienne aujourd’hui........................96 Bibliographie................................................................... 98 Chapitre 3 De l’administration de l’État à la gestion de l’entreprise : l’ENA, Sciences Po, HEC, ESSEC .........101 L’École nationale d’administration, née d’un désastre .............................................................................102 De Condorcet à Michel Debré ..............................103 L’ENA aujourd’hui ..............................................108 Des critiques récurrentes ......................................110 L’École libre des sciences politiques de Paris.......114 Une démarche volontariste ...................................116

6

Sciences Po et le journalisme ...............................117 L’École des hautes études commerciales : des débuts difficiles...............................................................118 HEC, une grande école.........................................120 L’École supérieure des sciences économiques et commerciales .......................................................121 D’autres écoles de commerce et de gestion...........123 Le MBA et la tentation du modèle américain........123 Les leçons de l’Histoire........................................124 Bibliographie..................................................................126 Chapitre 4 Écoles scientifiques, écoles d’ingénieurs...127 Entre écoles et universités, un fossé ancien et profond .............................................................................127 Les écoles scientifiques et les écoles d’ingénieurs 128 L’École des ponts et chaussées .............................129 L’École nationale supérieure des Mines de Paris ..132 L’École centrale des Arts et Manufactures............133 Les Écoles de Télécommunications......................136 Sciences de la vie .................................................140 D’autres grandes écoles........................................141 Bibliographie..................................................................143 Chapitre 5 Classes préparatoires et concours d’admission ....................................................................145 La naissance des classes préparatoires ..................145 Le concours d’entrée à l’École polytechnique.......146

7

L’éventail des concours d’accès aux grandes écoles .............................................................................150 Les classes préparatoires, un cycle d’excellence ...152 Les passerelles .....................................................155 Des critiques récurrentes ......................................156 Une excellence contestable...................................159 Bibliographie..................................................................161 Chapitre 6 L’Université française...............................163 La naissance des universités en Europe occidentale .............................................................................163 Les universités françaises sous l’Ancien Régime..164 De l’Université impériale au désastre de Sedan ....166 L’embellie sous la IIIe République........................168 L’explosion de la demande d’enseignement secondaire puis supérieur.......................................................170 L’Université française au début du XXIe siècle.....172 L’absence de sélection, handicaps et contournements ...................................................................... 175 Les différentes filières universitaires ....................176 La formation des enseignants ...............................178 Une antiuniversité, le Collège de France...............180 Bibliographie..................................................................182 Chapitre 7 Santé et médecine ......................................183 Médecin ou sorcier ? ............................................183 La médecine et la Révolution ...............................185 De Louis Pasteur à la double hélice de l’ADN......186
8

La formation de l’élite médicale...........................188 Le médecin dans la société ...................................192 Médecins et élites dirigeantes ...............................194 Bibliographie..................................................................195 Chapitre 8 Le Droit et les Humanités .........................197 L’enseignement du droit.......................................198 Le juge.................................................................200 La Justice en accusation .......................................201 L’avocat...............................................................202 L’internationalisation du Droit .............................204 La parole antique..................................................205 Les Humanités aujourd’hui ..................................207 Sciences humaines ...............................................210 Bibliographie..................................................................211 Chapitre 9 Spectacles, arts, sports et médias..............213 La représentation..................................................213 De l’acteur à la star ..............................................215 Les autres métiers du Cinéma...............................217 Les musiciens.......................................................218 Les arts plastiques ................................................219 L’élite sportive française ......................................220 Élites et médias ....................................................221 Bibliographie..................................................................224 Chapitre 10 Les Autodidactes et l’élite .......................225 L’autodidacte, une catégorie mal définie ..............225
9

L’autodidacte autrefois.........................................227 L’autodidacte aujourd’hui ....................................228 Rebelle, ambitieux ou passionné ?........................230 Les autodidactes et l’intégration ...........................232 Vers des formes nouvelles d’apprentissage...........233 Bibliographie..................................................................235 Conclusion......................................................................237 Index des noms propres.................................................239

10

Préface
Le volume que voici est le premier d’une trilogie consacrée au système des élites françaises et à ses conséquences sur la société dans son ensemble. L’auteur prend soin de préciser son vocabulaire au départ. Il appelle élite (au singulier) les meilleurs d’un groupe d’activité bien défini (l’élite des historiens par exemple) et élites (au pluriel) les réseaux de pouvoir qui gouvernent le pays. Pour accomplir son programme, il commence par décrire soigneusement l’organisation de l’enseignement supérieur dans notre pays, caractérisée par la dualité entre une université (au singulier) archaïque et un ensemble de « grandes écoles » hautement stratifié et tellement hiérarchisé qu’on peut immédiatement dire d’un centralien, par exemple, qu’il a été « collé » à l’X. Cette description fait l’objet du tome I, que le lecteur a entre les mains. L’œuvre se poursuit dans un second volume par l’analyse des voies à travers lesquelles les élites (premier sens du terme) pénètrent les arcanes du pouvoir et accèdent ainsi au petit monde des élites (deuxième sens), un cheminement qui passe le plus souvent par les corps de l’État. Ce volume est préfacé par Raymond Boudon, l’un des plus grands sociologues de sa génération. Enfin, dans le dernier tome (préfacé par l’éminent économiste Jacques Lesourne), l’auteur met le doigt sur certains aspects du déclin français, directement liés au système précédemment décrit, notamment dans ce qui a trait aux relations entre la recherche « pure » ou « appliquée » et l’activité économique. Il s’agit donc d’une œuvre très ambitieuse, qui pourtant se veut modeste. Maurice Bernard s’interdit en particulier de formuler des recommandations, quoique beaucoup soient implicites dans ses raisonnements. Le résultat est un livre riche, fort bien documenté, dont l’originalité tient en partie à la trajectoire de l’auteur, polytechnicien et physicien, pourvu d’une vaste expérience dans l’enseignement (il fut notamment directeur de l’enseignement et de la recherche à l’X) et qui a exercé par ailleurs d’importantes responsabilités en posant toujours un regard lucide sur son environnement. Son ouvrage est une contribution majeure à la

11

littérature sur le thème de la « France qui tombe », selon le titre du best-seller polémique de Nicolas Baverez, mais l’auteur a la sagesse de reprendre à son compte l’importante distinction entre déclin et décadence : le déclin est réversible, la décadence ne l’est pas. À un moment où l’on parle beaucoup du retour de l’État, il est essentiel de noter qu’une unité politique comme la France a plus que jamais besoin d’un État fort, mais d’un État réformé et orienté vers le XXIe siècle - alors que le nôtre est encore trop marqué par les circonstances des lendemains de la Seconde Guerre mondiale – et donc configuré pour renforcer la compétitivité globale du pays. Et cela passe d’abord par une restructuration profonde du « mammouth » universitaire, pour reprendre l’expression célèbre de Claude Allègre, mais aussi par une refonte de la gouvernance de nos grandes Écoles. Autonomie, sélection ; enseignants, chercheurs et dirigeants d’établissements, choisis et rémunérés en fonction de leurs mérites ; agences de moyens adaptées : voilà quelques-uns des mots qui fâchent, mais derrière lesquels se trouvent les clefs du succès et donc du renouveau. Ces remarques conduisent à formuler un point essentiel : dans le monde de l’enseignement et de la recherche comme ailleurs, les initiatives les plus prometteuses viennent le plus souvent de la base, alors que dans la tradition française, on continue d’attendre tout du sommet. Ainsi, les fonctionnaires des agences de moyens devraient-ils s’appliquer à repérer et à encourager les initiatives porteuses d’avenir plutôt qu’à décréter bureaucratiquement et à travers des préjugés politiques, ou pire, des relations de copinage, ce qui doit être soutenu. Dans cet ordre d’idées, Maurice Bernard insiste à juste titre sur l’importance des valeurs. En France, l’entreprise et les entrepreneurs restent mal valorisés. Force est de constater que, dans tous les domaines, les créateurs d’entreprise sont rarement issus de l’École Normale Supérieure, de l’ENA, ou le l’X, et que les meilleurs de nos établissements produisent davantage de managers que d’entrepreneurs schumpetériens. Sans doute faut-il établir un lien entre cette constatation et la préférence très française pour l’intelligence « pure » aux dépens de l’action. Maurice Bernard fait d’ailleurs, au sujet du concept de l’intelligence, des remarques fort pertinentes. Ce qui est en cause, 12

en définitive, est le modèle français de « l’intellectuel ». Quoi qu’il en soit, le fait est que la relation entre entrepreneurs et élites est difficile en France. Il n’est pas sans intérêt de relever que ce livre paraît à un moment où le pays s’est doté d’un président qui ne cache pas sa fascination pour les vrais entrepreneurs et manifeste une distance critique inhabituelle vis-à-vis des élites traditionnelles. Le présent ouvrage conduit donc à toutes sortes de réflexions constructives qu’il appartiendra à chaque lecteur de développer. L’auteur se demande, au début : pourquoi écrire ? À cette question encore plus fondamentale à une époque où les écrits s’envolent aussi vite que les paroles, il répond qu’on prend la plume d’abord pour son propre plaisir. Sans doute. Mais il me plaît de penser que Maurice Bernard a aussi écrit pour le nôtre, et plus encore pour nous aider à mieux exploiter les magnifiques ressources humaines de notre pays. Thierry de Montbrial Fondateur et Directeur général de l’Ifri Membre de l’Institut

13

Avant-propos
Pourquoi encore un livre sur le sujet des élites en France ? Certes, la question est de façon récurrente au cœur des débats sur la société française. Elle a toujours occupé une place importante dans les controverses politiques. Le thème de la crise des élites est donc populaire, mais il fait davantage l’objet de reportages que d’analyse, de polémiques plus que de réflexions approfondies1. Au cours d’une carrière longue et diversifiée, j’ai constamment côtoyé des scientifiques, des ingénieurs, des industriels, des hauts fonctionnaires dont j’ai observé l’action, succès ou échecs dans des institutions et des environnements variés. À partir de mon expérience personnelle j’ai, avant tout, cherché à m’expliquer le fonctionnement d’un système compliqué et à comprendre pourquoi les élites françaises sont si différentes des élites des autres nations développées. Choisir le thème des élites, n’est-ce pas déjà avoir établi une distinction entre les hommes, entre ceux qui en font partie et les autres ? Admettre une inégalité entre les citoyens ? Telle n’est pas ma démarche. Dans tout groupe humain, sans exception, on constate que certains individus jouent un rôle prééminent qui les distingue clairement des autres. Même les sociétés animales sont nombreuses à montrer des différenciations sociales qui rappellent le phénomène des élites. Si l’on veut comprendre une société, donc ses élites, mieux vaut en connaître les principales caractéristiques. Dans toute civilisation, les élites constituent un phénomène social chargé de signification. La qualité des élites d’une nation, la façon dont elles sont choisies et formées, leur renouvellement, leurs liens avec les différents groupes qui composent la société, sont étroitement liés aux structures sociales et culturelles les plus essentielles de la nation et ainsi commandent, au moins en partie, son destin. Porter attentivement et de façon critique son regard sur
1

Quelques exemples récents, Le divorce français… Les élites contre le peuple, le peuple contre les élites par François de Closets ; La fabrique des Meilleurs par Patrick Faucounneau.

15

les élites de notre pays m’est apparu, non une préoccupation superficielle et futile, mais une manière transversale et pertinente de s’interroger sur les problèmes importants de notre société, notamment sur sa capacité à s’adapter au monde rapidement changeant dans lequel on s’accorde à penser que nous sommes entrés. Les quelques lignes qui précèdent, première réponse à la question posée initialement, soulèvent immédiatement une interrogation sémantique : qu’entend-on au juste par le mot élite ? Dans leur Dictionnaire critique de sociologie, Raymond Boudon et François Bourricaud [1] donnent à l’article en question un titre ambigu : Élite(s). Et ils commencent ainsi : « Faut-il écrire le mot au singulier ou au pluriel ? » Il me paraît tellement important que le lecteur et l’auteur soient d’accord, de manière précise, sur le sens du mot que j’ai adopté la convention suivante : — Chaque fois que le texte se réfère aux individus considérés comme les meilleurs dans leur domaine, on utilise le singulier. Si on évoque les meilleurs mathématiciens français ou les meilleurs violonistes russes, on dira l’élite des mathématiciens français ou l’élite des violonistes russes. Le pluriel sera réservé systématiquement au sens des « élites dirigeantes » ou des « classes dirigeantes ». — Enfin dans quelques rares cas où l’on se réfère simultanément aux deux sens on utilisera par convention le mot « Élite » avec une majuscule. Limiter le propos à la France va de soi. Le problème abordé à l’échelle française est déjà par lui-même immense, une étude comparative internationale serait d’une difficulté démesurée. Bien sûr, le cas français appelle un minimum de comparaisons internationales, d’autant que le phénomène élitaire apparaît, en France, bien différent de ce qu’il est dans les autres nations développées. Parce que les questions relatives aux élites touchent à pratiquement tous les aspects de la société, parce que cette transversalité en recouvre toutes les problématiques et toute l’évolution, l’ambition de cette approche peut sembler démesurée, 16

tant par l’étendue du champ couvert que par la diversité des disciplines impliquées. Délimiter un champ trop vaste c’est courir le risque de ne pouvoir le parcourir de manière efficace, c’est se condamner à produire un tissu trop lâche. En s’étendant sur des exemples nombreux, on risque de lasser le lecteur sans dégager, comme il conviendrait, les idées essentielles. Au contraire, ne retenir qu’un nombre limité de situations peut conduire à des généralisations illégitimes. Un compromis a été nécessaire qui n’évite pas un déséquilibre certain entre les domaines qui me sont les plus familiers, sciences de la nature, techniques, et ceux qui me le sont moins, médecine, droit, etc. Cette démarche en outre amène à pénétrer simultanément sur les terres respectives des sociologues et des historiens. Les problèmes liés aux élites sont revendiqués naturellement par les premiers, qu’ils considèrent comme situés pour l’essentiel sur leurs terrains de chasse. Retranchés derrière leur expertise professionnelle, leur tendance naturelle est de contester la légitimité des réflexions menées hors de leur cénacle. Les seconds s’attachent à l’évolution des sociétés : étudier les élites d’un peuple ou d’une nation, comprendre comment elles sont choisies, formées, renouvelées de génération en génération, comment elles ont assumé leurs responsabilités, n’est-ce pas en définitive écrire l’Histoire ou tout au moins une grande partie de l’Histoire ? De ces deux corporations, laquelle sera la plus tolérante ? Chaque communauté intellectuelle projette les réalités qu’elle étudie, c’està-dire l’objet même de la science sociale, sur l’espace de sa propre spécialisation professionnelle. Le partage du champ des connaissances entre les diverses disciplines fait aujourd’hui apparaître entre elles des fossés si profonds que les spécialistes en viennent à contester la légitimité de tout enjambement, de toute tentative de synthèse. La légitimité de l’auteur lui-même ? Plutôt que revendiquer, ou nier, mon appartenance à telle ou telle élite, je remarque simplement qu’une carrière longue et variée m’a donné l’opportunité de fréquenter de nombreuses personnes appartenant à l’Élite de la société française, voire étrangère, de les observer à

17

loisir, parfois avec innocence. De plus, n’être ni sociologue, ni historien confère l’avantage d’être plus libre, plus indépendant, de pouvoir se tenir à distance des clivages et des cloisonnements que la spécialisation et l’émiettement des disciplines produisent. S’est aussi posée à moi la question de la nature et de l’ampleur du propos envisagé. Pour traiter un tel sujet de manière assez complète, en comparant notamment la société française à d’autres sociétés et en observant son évolution historique, ne faut-il pas envisager une œuvre très savante, tenant compte de toutes les théories existantes, des innombrables ouvrages professionnels déjà publiés et donc avoir assimilé une somme énorme de connaissances ? À l’opposé, on aurait pu envisager un essai bref, accrocheur si possible, capable d’attirer un public plus large, moins spécialisé ; le risque était alors d’être plus polémique qu’analyste, plus léger que solide. Il restait la voie moyenne d’une réflexion personnelle, limitée pour l’essentiel au cas des élites françaises, à laquelle cependant mon expérience personnelle ajoute, c’est mon espoir, quelque valeur. Ainsi délimité, le sujet reste encore si vaste que les travaux antérieurs à prendre en compte sont innombrables. Viser une certaine exhaustivité bibliographique serait illusoire sans même éviter le risque de passer à côté d’un ouvrage important. J’en appelle à l’indulgence du lecteur, le seul juge qui vaille. Les nombreux textes dont j’ai pris connaissance relèvent, en première approximation de trois catégories distinctes : — La première regroupe des ouvrages, livres, conférences, discours, articles, dus à des professionnels dont l’activité se déroule, en général, mais pas toujours, dans le cadre d’une institution à vocation intellectuelle, université ou centre de recherche, par exemple. Ces textes souvent « savants », sont spécialisés, c’est-à-dire limités à un champ assez réduit pour que les résultats établis approchent d’une certaine exhaustivité. Accompagnés d’une bibliographie abondante et souvent d’un appareil critique considérable, chacun apporte sa contribution au corpus du domaine étudié. Les textes de cette catégorie, même s’ils n’en ont pas toujours la forme exacte, ont en général valeur de publication scientifique. Leurs auteurs qui engagent leur réputation professionnelle sont amenés à argumenter leurs affirmations et à 18

citer leurs sources. Mais un auteur adhère toujours plus ou moins à un système de pensée, à une philosophie politique déterminée et s’engage souvent dans des débats idéologiques, voire des polémiques. Je me suis souvent appuyé sur des ouvrages de ce type reprenant leurs données, parfois leurs arguments. — Une autre classe de documents utilisés est formée de livres, brochures, textes variés émanant d’une institution, service administratif, grande école, université, etc., qui se trouve partie prenante au problème posé. Dans ce cas, l’indépendance n’est pas la règle de base et les rédacteurs, en général, n’y prétendent pas. Ces textes, souvent hagiographiques, comportent des données parfois d’un grand intérêt, mais doivent être regardés d’un œil critique. — Une troisième catégorie regroupe les documents que secrète en permanence l’actualité : ouvrages grand public, articles de la presse, quotidienne ou non, libelles, discours, déclarations, interviews, etc. Ces documents visent en général à défendre un point de vue individuel, à soutenir des intérêts catégoriels ou à polémiquer dans un contexte en général hyper-médiatisé. Ces textes, même s’ils revendiquent une certaine objectivité, manquent en général de recul. Volontiers polémiques, ils sont souvent superficiels. Ils visent le plus souvent à susciter l’émotion et l’indignation du lecteur ou à le faire adhérer à un point de vue partisan. Des remarques pertinentes, des points de vue originaux peuvent y coexister avec des inexactitudes flagrantes et des points de vue biaisés. Ces textes pourtant précieux ne peuvent pas être négligés : ils présentent l’intérêt sociologique évident de témoigner, à un moment donné, des réactions de l’opinion publique. Il est naturellement impossible d’aborder des questions touchant à la société, en particulier les questions relatives à l’Élite, sans rencontrer à chaque pas l’existence de normes sociales et sans risquer, par conséquent, d’être entraîné malgré soi sur le terrain de la morale. Or la démarche qui est la mienne est avant tout d’analyser une situation, celle de l’élite et des élites de la société française. En comprendre les caractéristiques principales, les origines historiques et sociales, les rapports avec les structures de

19

la société, avec l’inconscient collectif de la nation, avec les passions françaises dont Théodore Zeldin avait écrit l’Histoire [2]. Quelle est la nature de ces invariants qui semblent condamner une partie de la société à l’immobilité ? Quels sont les ressorts des succès français ? Il serait illusoire de penser que nos analyses puissent faire totalement abstraction des contraintes de l’éthique. C’est pourtant en se tenant aussi éloigné que possible de tout système philosophique ou idéologique que les réflexions qui suivent ont été menées. C’est pourquoi je me suis interdit, tout au long de ces développements, même lorsque certains des dysfonctionnements analysés sont si évidents qu’un remède semblait s’imposer, de faire des recommandations. Même dans la Conclusion, on se contente d’envisager les dangers et les opportunités que l’avenir risque d’apporter plus que de savoir comment la société française pourra ou devra réagir. Envisager une action, c’est concevoir des objectifs souhaitables, décider ce qui est bien pour la société. C’est entrer dans une logique qui n’est pas la mienne. C’est aussi soulever des problèmes d’une tout autre nature et d’une très grande complexité. Les échecs répétés que l’on observe en France, mais aussi à l’étranger, de réformes visant à obtenir tel ou tel résultat, montrent la complexité de l’action. Les contraintes, sociales, politiques, qui pèsent sur les sociétés avancées sont telles que la science de l’action en reste à ses premiers balbutiements [3, 4]. Se poser la question de l’excellence française est-ce mettre d’abord en évidence les raisons des succès ou plutôt privilégier la recherche des causes profondes des échecs ? Équilibrer critiques et louanges m’est apparu aussi futile que produire de l’eau tiède. Approfondir les failles de nos institutions, tenter de découvrir les causes réelles des dysfonctionnements de notre société est rapidement devenu l’objectif sur lequel se concentrer. Parfois les ingrédients de certains succès seront soulignés, mais, dans l’ensemble l’essai critique annoncé s’attache surtout à comprendre les raisons des échecs. Je souhaite que le lecteur perçoive dans ce déséquilibre, non la marque d’un pessimisme délibéré, mais le résultat inévitable de la démarche adoptée. Il me semble que la véhémence même de la 20

critique montre que celui qui la formule garde résolument l’excellence comme sa seule ligne de mire. Une autre raison, très personnelle, de m’intéresser aux élites, notamment françaises, trouve son origine dans la fascination que j’éprouve depuis toujours pour l’idée même d’intelligence et pour ses rapports avec l’organisation de la société. Je me suis longtemps représenté l’intelligence comme une faculté mentale assez bien définie, un paramètre caractéristique de l’esprit de chacun de nous, une variable, sinon mesurable, du moins aisément repérable. Si j’ai longtemps adhéré à une vision aussi simpliste, c’est parce que cette représentation a très généralement cours en France. Théodore Zeldin avait remarqué, il y a déjà longtemps [4] que le concept d’intelligence exerce sur les Français une sorte de fascination. De sorte que je me sens, à cet égard, particulièrement français. On notera que le mot français « intelligence », comme l’adjectif intelligent, n’a pas d’équivalent en anglais. Pour des contextes différents, l’anglais utilise des mots distincts. De sorte qu’aujourd’hui j’en arrive à me demander si je sais réellement ce qu’est l’intelligence. En tout cas, la représentation que je m’en fais est bien différente de celle que nombre de mes compatriotes ont en général à l’esprit, qui continuent à utiliser ce mot en gardant au concept un caractère en quelque sorte unidimensionnel. Quelles formes d’intelligence sont utiles, voire nécessaires, aux citoyens appartenant à l’Élite ? Réciproquement, l’intelligence légitime-t-elle ou favorise-t-elle une telle appartenance ? Les différentes sociétés n’ont pas à cet égard les mêmes pratiques. Bien conscient de soulever plus de questions que je n’en résous, je demande simplement au lecteur son indulgence pour ce qu’il peut considérer comme un péché de vieillesse.

21

Bibliographie
[1] Raymond Boudon et François Bourricaud, Dictionnaire critique de sociologie, PUF, 1982 [2] Théodore Zeldin, Histoire des passions françaises, Payot, 1981 [3] Jacques Lesourne, Les systèmes du destin, Dalloz, 1976 [4] Thierry de Montbrial, L’action et le système du monde, PUF, Paris 2002.

22

Remerciements
Sans les encouragements de nombreux amis je n’aurais pas entrepris un travail aussi considérable. Alain Finkielkraut m’avait encouragé comme le firent aussi Thierry de Montbrial, Jacques Lesourne, Jean-Jacques Salomon, récemment et trop tôt disparu, Georges Tsoucaris et Dominique Rince. Mon frère Jean-Alphonse Bernard, mon épouse Françoise qui ont eu la patience de relire mes brouillons dans un esprit à la fois critique et amical m’ont apporté une aide précieuse. Ma gratitude va aussi à Thierry de Monbrial, à Raymond Boudon et à Jacques Lesourne qui ont accepté de préfacer respectivement les trois tomes de cet ouvrage. J’ai aussi été, d’une certaine façon, encouragé par les très nombreux éditeurs parisiens qui ayant reçu mon manuscrit m’ont dit leur admiration tout en renonçant à se lancer dans un projet aussi risqué. Merci également à Laurence Vitot et Patricia Kingué Édémé, qui ont effectué la mise en pages et la relecture de cet ouvrage.

23