La peine de mort

De
Publié par

Depuis trois décennies, la peine de mort recule incontestablement dans le monde. Le noyau dur des États rétentionnistes procédant à des exécutions se réduit désormais à une trentaine de pays. Pourtant, en Amérique du Nord, en Asie, en Afrique, il est des États qui paraissent peu affectés par le mouvement international en faveur de l’abolition : des exécutions ont eu lieu en 2015 en Inde et au Japon, tandis qu’elles continuent en Iran, en Irak, en Arabie Saoudite, en Indonésie ou dans certains États des États-Unis.
Cet ouvrage réunit philosophes, juristes et cartographes pour s’interroger sur les progrès et les limites de cette ambition d’une abolition universelle, qui deviendrait absolue, de la peine de mort. De Victor Hugo à Derrida, quels sont les impératifs philosophiques de l’abolition ? Quelle est l’influence des conventions internationales, quels sont les facteurs propices à l’abolition ? Et, approche originale utilisée ici, comment est-il possible de mesurer le phénomène abolitionniste à travers des cartes ?

Sous la direction de Marc Crépon, Jean-Louis Halpérin et Stefano Manacorda

Postface de Robert Badinter

Cartes de Julien Cavero : • carte interactive
Publié le : vendredi 1 janvier 2016
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728828142
Nombre de pages : 136
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du dôît à a vîe Ue ectue deVîctô Hugô
Mac Crépon
DU SECOURS DE LA LïTTÉRATURE
ï y a des cîvaîs dôt ’œuve, hate a a vîôece, se dîstîgue a a sece ôBsdate de a Igue ôu de ’ôBjet, dôt a esetatîô cuete, de ôuvees e ômas, aît quasîmet ôice de sîgatue. ï ’est aôs as de cît quî e sôît, sôus eu ume, e texte à ue ôuvee descîtîô, cômme sî aucue ôccasîô e devaît ête maque de eôuvee e cômBat que cette vîôece aee, e tat, ue vîe duat, au I de ’cîtue, e geste de ôtestatîô, a mîse e accusatîô, e cî de vôte que a côscîece exîge. Ue tee tîtîô est d’aBôd e sîge d’ue extîôît esîstate, d’ue ôôsîtîô du môde : a uîssace des assîôs quî gôuveet ’État, a sôcît, e eue, quad îs sîstet à a suessîô aussî Bîe de cette même vîôece que des causes quî ’etetîeet. Éôuvat a ôce de eus cacus meutîes, ee tôuve sa aîsô d’ête das ’ôBstîatîô côtaîe des îmages et des dîscôus, des aîsôemets et des accôucîs, des atîIces htôîques et des aux syôgîsmes quî ôuîsset a « casuîstîque du sag » ôe à ces cacus. À ceux quî côîaîet ôuvôî ’ôuBîe, ee aee dôc qu’î e suit as de dôce ue ôîs ce quî vôte a côscîece, ôu ête quîtte de sô îdîgatîô. Nôus ’e avôs as Iî aujôud’huî avec a eîe de môt. Même sî a guîôtîe est dsômaîs age, au même tîte que e gîBet, a ôtece, a ôue et es es, au muse des tôtues du ass, î se tôuve e Face, cômme atôut e Euôe, des hômmes et des emmes ôu egette
9
LA PEïNE DE MORT. VERS L’AbOLïTïON AbSOLUE ?
sô aBôîtîô et des ôces ôîtîques ôu aîe de sô taBîssemet u agumet de camage. La ausse vîdece de a ôî du taîô, a sôî de sag quî côôd justîce et vegeace, e aîsî-dsî du meute ga ’ôt as dîsau des côscîeces. E dît des Èges de dôît quî, ôtammet e Euôe, e edet quasîmet îmôssîBe, e atasme de sô etôu côtîue d’agîte des esîts côvaîcus de sa justîce et de sô exemaît. Maîs, sutôut, a eîe de môt dîvîse e môde. Ee sae e deux « amîes » es États aBôîtîôîstes et ceux quî maîtîeet e îcîe et a atîque de a eîe caîtae. Pace que sô aBôîtîô ’a îe d’uîvese, a eîe de môt cômte aîsî au ômBe des vîôeces quî exîget ecôe maîteat que eu cuaut sôît aee, e dît de tôus es môyes mîs e œuve ôu a masque, et que es agumets quî a sôutîeet sôîet cômBattus. Aucu secôus aôs e sauaît ête gîg, à cômmece a ceuî de ces gades vôîx quî, de Cesae beccaîa à RôBet badîte e assat a ABet Camus, ôt aît de ce cômBat ’œuve d’ue vîe. Maîs dÈs ôs que sôt e jeu es essôuces de ’cîtue ôu dôe dôît à sô ôBsessîô et qu’î s’agît de ese ’eduace de sa esetatîô cômme ue ame côte a vîôece, î e est ue que a due et a côstace de sô egagemet îmôset us qu’aucue aute : cee de Vîctô Hugô. Nô seuemet, e efet, ’auteu duDernîer jour d’un condamnéut u îatîgaBe atîsa de ’aBôîtîô de a eîe de môt, mîîtat à ’AssemBe côstîtuate, mutîîat es dcaatîôs, es aes, es ettes de sôutîe camat a gâce de te ôu te côdam, de ’assassî Tae à Gueesey aux côdams de Chaeôî, maîs aes sôt ses ômas das esques ’aaat as a sîhôuette meaÇate de a guîôtîe, avec ses môtats eîts e ôuge, quad ce ’est as e gîBet ôu tôute aute ôme du dîsôsîtî de ce que Hugô e maque jamaîs ue ôccasîô de dsîge cômme u « meute ga ».Aîsî sô emîe ôma,Bug Jargala ôu, quî tôîe de ôd a vôte des escaves à Saît-Dômîgue, est-î ythm, d’u Bôut à ’aute, a ue ateace de meutes et d’excutîôs caîtaes tatÔt accômîs, das u Baî de vîôece, tatÔt aôcs, dîfs et Iaemet ets ô sas d’îIîs aiemets de cuaut. Puîs, aÈsLe Dernîer Jour d’un condamnéau tôu du cît, c’est Claude Gueuxde se temîe a ’excutîô de ceuî auque a sôcît ’aua aîss aucue chace. EI,
10
DU DROïT À LA VïE. UNE LECTURE DE VïCTOR HUGO
ôsque queque quaate as us tad aatQuatre-vîngt-treîze, ’ômBe de a guîôtîe s’ted, d’u Bôut à ’aute du ôma, avat d’aaate e îÈces dtaches, tasôtes a ue chaette, su a ace d’u vîage et d’ête Iaemet môte, de uît, das es deîÈes ages du ôma, e vue de ’excutîô quî e côcut.
Au emîe aBôd, ’îde que cette chôse veîaît taît ’îde de ’îutîe. Ee taît à amî es BuyÈes e leu. O se demadaît à quôî cea ôuvaît sevî. Puîs ô setaît veî u îssô […]. C’taît eît e ôuge.Tôut taît e Bôîs, excet e tîage quî taît e e. O setaît que cea avaît t côstuît a des hômmes, tat c’taît aîd, mesquî et etît ; et cea auaît mît d’ête aôt à a des gîes, tat c’taît ômîdaBe. Cette Bâtîsse dîfôme, c’taît 1 a guîôtîe .
TOUTE VïE SïNGULïèRE EST ïRREMPLAçAbLE
Cômmet utte côte es agumets quî setet a eîe de môt cômme ue cessît sôcîae ? Cômmet aîe vôî et aîe cômede ce que sîgîIe d’aBôd et avat tôut ue excutîô caîtae ? Cômmet môte ce qu’exîme e aît d’ue at d’ôdôe, d’aute at d’assîste et d’aaudî à a suessîô gae d’ue vîe ? ï y aua tôujôus queque suecheîe, queque tôu de asse-asse meutîe à taîte cette questîô sas se dôe a eîe de aee ce quî aît a sîguaît d’ue vîe – de tôute vîe, quee qu’ee sôît et ques que sôîet es cîmes dôt ee est cômtaBe. La ôce de a îttatue qu’aucu taît, qu’aucu agumetaîe thôîque et juîdîque e sauaît eface est de ede ôssîBe u te ae. Lôsque Hugô, Bôueves a e sectace d’u côdam e mache ôu ’chaaud, eteed e cômBat côte a eîe de môt qu’î e devaît jamaîs aBadôe, c’est cette
1. V. Hugô,Quatre-vîngt-treîze, . 374. La ôgue descîtîô de a guîôtîe que Hugô ôôse das ces ages eut ête aôche de cee qu’î aît de ’aîve de a guîôtîe à Age dasChoses vues, e 1842 : « O dîstîguaît des ôBjets tages, deux ôgues sôîves eîtes e ôuge, u aîe eît e ôuge, ue ôude tavese eîte e ôuge das aquee semBaît emBôte a u de ses cÔts ue ame aîsse et ôme de ôme tîaguaîe. Sectace autemet attîat, e efet, que e amîe, ’aôÈs, e Iguîe et e etîsque, que e sôeî et que es côîes, que a me et que e cîe : c’taît a cîvîîsatîô quî aîvaît à Age sôus a ôme d’ue guîôtîe.» V. Hugô,Choses vues, das Écrîts sur la peîne de mort, . 61-63.
11
LA PEïNE DE MORT. VERS L’AbOLïTïON AbSOLUE ?
statgîe qu’î adôte. Ce qu’î chôîsît de aee, ce ’est as e îx aBstaît de tôute vîe, maîs sa sîguaît, îemaÇaBe, îsuBstîtuaBe. Et avec ee, e aît que chacue de ces vîes est us mystîeuse, us îsôdaBe qu’aucu jugemet e sauaît e ecôate. Dcîvat de aÇô îîtîae – cômme e côu d’evôî d’ue œuve à veî – e deîe jôu d’u côdam das u ôma ôyme, es deîÈes heues d’u hômme sîguîe dôt ô e saua jamaîs î e ôm î e cîme (cômme sî tôut cea taît das e ôd secôdaîe ace au caactÈe uîvese de a cause), î aît ce que î e dôît î a hîôsôhîe î a sôcîôôgîe e euvet aîe das a même mesue ; î môte ce que a eîe de môt s’autôîse à suîme : u ête au môde, ue sesîBîît, u tôuche, ue vîsîô, u gôût aBsôumet uîques. Le chôîx même de ’auteu quî aît du côdam e aateu a ôu efet emîe d’ôuvî e môde quî uî est ôe, au mômet cîs ôù ceuî-à même quî tete de e dcîe à a emîÈe esôe a a cetîtude îsuôtaBe, a cetîtude atîcîe de sa dîsaîtîô. Aîsî du mômet ôù e côdam aed a setece quî e uî aîsse us d’esôî :
Ue vôutîô veaît de se aîe e môî. Jusqu’à ’aêt de môt, je m’taîs setî esîe, aîte, vîve das e même mîîeu que es autes hômmes ; maîteat je dîstîguaîs caîemet cômme ue cÔtue ete e môde et môî. Rîe e m’aaaîssaît us sôus e même asect qu’auaavat. Ces ages eêtes umîeuses, ce Beau sôeî, ce cîe u, cette jôîe leu, tôut cea taît Bac et âe, de a côueu d’u îceu. Ces hômmes, ces emmes, ces eats quî se 1 essaîet su mô assage, je eu tôuvaîs des aîs de atÔmes .
U eu us tad vîet e tems d’u setîmet de vôte côte ’amu-tatîô de a vîe : « Quôî ! e sôeî, e îtems, es chams eîs de leus, es ôîseaux quî s’veîet e matî, es uages, es aBes, a atue, a îBet, 2 a vîe, tôut cea ’est us ôu môî Nôus evîedôs su a aÇô dôt e « tems de a eîe de môt » est u tems îdIîmet aêt.Attadôs-ôus, e attedat, su ce que aee îcî Hugô : î y a das tôute vîe u « ête au môde », c’est-à-dîe ue eatîô à a atue, au cîe, aux tôîes, aux aBes, aux mus de a vîe, à eu côtÈge
1. V. Hugô,Le Dernîer Jour d’un condamné, . 272. 2.Ibîd., . 279.
12
DU DROïT À LA VïE. UNE LECTURE DE VïCTOR HUGO
de sôs, d’ôdeus et de côueus quî e aît a sîguaît aBsôue. Chaque ôîs qu’î vôque – et î ’aua jamaîs cess de e aîe – e destî côIsqu d’u côdam, sa vîe îteômue, Hugô e maque as de e mette e avat. Qu’est-ce que a vîe ? Qu’est-ce que a vîe d’u vîvat sîguîe, aBsôumet sîguîe, e tat que te ? À daut ô as de ôse a questîô, maîs de e aîe aaate, a ’cîtue, das u ôtaît ôu das u cît, î est îmôssîBe de cômede et de se esete ce quî aua côstîtu, ôu Hugô, e e de ace de sô agumetatîô côte a eîe de môt (que ôus eedôs ôguemetîn ine’îvîôaBîît de a vîesavôî « ), à humaîe ».Vôîà e quôî côsîste e secôus emîe du cît quî e ed îdîsesaBe.Vôîà ôù sîde sa ôce îîtîae et – dÈs ôs qu’ô sôge à ’œuve de Hugô et à tôus es côdams qu’ee met e scÈe – îauguae. L’îvîôaBîît tôuve sô ôdemet das e caactÈe aBsôumet sîguîe de a vîe. Et ’ôuBî de a emîÈe, sa gîgece ôu sô dî est îdîssôcîaBe de ’îgôace du secôd ôu de sô mîs, cômme e aee tôute ôme de teeu, atôut ôù ee îmôse sa ôî, das e môde :
C’est môî quî vaîs môuî ! Môî, e même quî est îcî, quî vît, quî se meut, quî esîe, quî est assîs à cette taBe, aquee essemBe à ue aute taBe, et ôuaît aussî Bîe ête aîeus ; môî, eI, ce môî que je tôuche et que je ses, et dôt 1 e vêtemet aît es îs que vôîà !
Ce quî côstîtue dÈs ôs e ôît cômmu de tôus es agumetaîes, juîdîques, ôîtîques et sôcîaux e aveu de a eîe de môt – et avec eux, de tôutes es justîIcatîôs de a vîôece meutîÈe, sôus queque ôme qu’ee se maîeste – est eu dgatîô atage de cette sîguaît.Vôîà ce quî côjôît, das u même cômBat, e eus de a eîe de môt aîque aux dteus de dôît cômmu et ceuî de a teeu ôîtîque. Et c’est ôuquôî, au Bôut du cômte,Le Dernîer Jour d’un condamnéetQuatre-vîngt-treîzeeÈvet du même egagemet. Ete es deux, Hugô ’aua cess de dôye, sôus tôutes es ômes ôssîBes, sô agumetaîe côte a eîe caîtae. Et amî tôus ces textes, î e est u au môîs quî chôîsît de aee, das a même esectîve que es cîts que ’ô vîet d’vôque, e us sîmemet quî sôît, ce que es atîsas de a eîe de môt ôuBîet tôujôus de ede e
1.Ibîd., . 325.
13
LA PEïNE DE MORT. VERS L’AbOLïTïON AbSOLUE ?
côsîdatîô, sôuîge-t-î, quad îs e dedet e îcîe, cômme ceuî d’u châtîmet suême « îvesîBe », « îvôcaBe » et « îaaBe ». S’î est vaî qu’ô se demade îcî, au I côducteu d’ue ectue de Hugô, ce quî ôuaît ête ecôe dît, ce quî devaît ête ae ôu etae cette côvesîô du cœu et de ’esît quî côduîaît ceux et cees quî sîstet ecôe à ede aît et cause ôu ’aBôîtîô, ô tôuve cômme côdîtîô emîÈe a esetatîô îcîîee de ce qu’est « u hômme » – ô as te côdam e atîcuîe qu’îdetîIe sô cîme, sa côdîtîô sôcîae, sô hîstôîe ôe, maîs tôut hômme, c’est-à-dîe tôut côdam ôtetîe à a eîe caîtae, cômme ’est au demeuat e aateu duDernîer jour d’un condamné. Qu’est-ce ? Que saît a sôcît de ’hômme dôtqu’u hômme ee dcîde a môt, îsôucîate de a aÇô dôt cee-cî dtuît a vîe de ceux et cees quî uî sôt îs, à cômmece a sa amîe ? Que saît-ee de ce quî aît a sîguaît de sa vîe ôe, ô as seuemet de sô hîstôîe dôuîe a es tîBuaux, maîs de sô môde, du môde qu’à ee tôute seue cette vîe sîgîIe
14
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.