Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Du dôît à a vîe Ue ectue deVîctô Hugô
Mac Crépon
DU SECOURS DE LA LïTTÉRATURE
ï y a des cîvaîs dôt ’œuve, hate a a vîôece, se dîstîgue a a sece ôBsdate de a Igue ôu de ’ôBjet, dôt a esetatîô cuete, de ôuvees e ômas, aît quasîmet ôice de sîgatue. ï ’est aôs as de cît quî e sôît, sôus eu ume, e texte à ue ôuvee descîtîô, cômme sî aucue ôccasîô e devaît ête maque de eôuvee e cômBat que cette vîôece aee, e tat, ue vîe duat, au I de ’cîtue, e geste de ôtestatîô, a mîse e accusatîô, e cî de vôte que a côscîece exîge. Ue tee tîtîô est d’aBôd e sîge d’ue extîôît esîstate, d’ue ôôsîtîô du môde : a uîssace des assîôs quî gôuveet ’État, a sôcît, e eue, quad îs sîstet à a suessîô aussî Bîe de cette même vîôece que des causes quî ’etetîeet. Éôuvat a ôce de eus cacus meutîes, ee tôuve sa aîsô d’ête das ’ôBstîatîô côtaîe des îmages et des dîscôus, des aîsôemets et des accôucîs, des atîIces htôîques et des aux syôgîsmes quî ôuîsset a « casuîstîque du sag » ôe à ces cacus. À ceux quî côîaîet ôuvôî ’ôuBîe, ee aee dôc qu’î e suit as de dôce ue ôîs ce quî vôte a côscîece, ôu ête quîtte de sô îdîgatîô. Nôus ’e avôs as Iî aujôud’huî avec a eîe de môt. Même sî a guîôtîe est dsômaîs age, au même tîte que e gîBet, a ôtece, a ôue et es es, au muse des tôtues du ass, î se tôuve e Face, cômme atôut e Euôe, des hômmes et des emmes ôu egette
9
LA PEïNE DE MORT. VERS L’AbOLïTïON AbSOLUE ?
sô aBôîtîô et des ôces ôîtîques ôu aîe de sô taBîssemet u agumet de camage. La ausse vîdece de a ôî du taîô, a sôî de sag quî côôd justîce et vegeace, e aîsî-dsî du meute ga ’ôt as dîsau des côscîeces. E dît des Èges de dôît quî, ôtammet e Euôe, e edet quasîmet îmôssîBe, e atasme de sô etôu côtîue d’agîte des esîts côvaîcus de sa justîce et de sô exemaît. Maîs, sutôut, a eîe de môt dîvîse e môde. Ee sae e deux « amîes » es États aBôîtîôîstes et ceux quî maîtîeet e îcîe et a atîque de a eîe caîtae. Pace que sô aBôîtîô ’a îe d’uîvese, a eîe de môt cômte aîsî au ômBe des vîôeces quî exîget ecôe maîteat que eu cuaut sôît aee, e dît de tôus es môyes mîs e œuve ôu a masque, et que es agumets quî a sôutîeet sôîet cômBattus. Aucu secôus aôs e sauaît ête gîg, à cômmece a ceuî de ces gades vôîx quî, de Cesae beccaîa à RôBet badîte e assat a ABet Camus, ôt aît de ce cômBat ’œuve d’ue vîe. Maîs dÈs ôs que sôt e jeu es essôuces de ’cîtue ôu dôe dôît à sô ôBsessîô et qu’î s’agît de ese ’eduace de sa esetatîô cômme ue ame côte a vîôece, î e est ue que a due et a côstace de sô egagemet îmôset us qu’aucue aute : cee de Vîctô Hugô. Nô seuemet, e efet, ’auteu duDernîer jour d’un condamnéut u îatîgaBe atîsa de ’aBôîtîô de a eîe de môt, mîîtat à ’AssemBe côstîtuate, mutîîat es dcaatîôs, es aes, es ettes de sôutîe camat a gâce de te ôu te côdam, de ’assassî Tae à Gueesey aux côdams de Chaeôî, maîs aes sôt ses ômas das esques ’aaat as a sîhôuette meaÇate de a guîôtîe, avec ses môtats eîts e ôuge, quad ce ’est as e gîBet ôu tôute aute ôme du dîsôsîtî de ce que Hugô e maque jamaîs ue ôccasîô de dsîge cômme u « meute ga ».Aîsî sô emîe ôma,Bug Jargala ôu, quî tôîe de ôd a vôte des escaves à Saît-Dômîgue, est-î ythm, d’u Bôut à ’aute, a ue ateace de meutes et d’excutîôs caîtaes tatÔt accômîs, das u Baî de vîôece, tatÔt aôcs, dîfs et Iaemet ets ô sas d’îIîs aiemets de cuaut. Puîs, aÈsLe Dernîer Jour d’un condamnéau tôu du cît, c’est Claude Gueuxde se temîe a ’excutîô de ceuî auque a sôcît ’aua aîss aucue chace. EI,
10
DU DROïT À LA VïE. UNE LECTURE DE VïCTOR HUGO
ôsque queque quaate as us tad aatQuatre-vîngt-treîze, ’ômBe de a guîôtîe s’ted, d’u Bôut à ’aute du ôma, avat d’aaate e îÈces dtaches, tasôtes a ue chaette, su a ace d’u vîage et d’ête Iaemet môte, de uît, das es deîÈes ages du ôma, e vue de ’excutîô quî e côcut.
Au emîe aBôd, ’îde que cette chôse veîaît taît ’îde de ’îutîe. Ee taît à amî es BuyÈes e leu. O se demadaît à quôî cea ôuvaît sevî. Puîs ô setaît veî u îssô […]. C’taît eît e ôuge.Tôut taît e Bôîs, excet e tîage quî taît e e. O setaît que cea avaît t côstuît a des hômmes, tat c’taît aîd, mesquî et etît ; et cea auaît mît d’ête aôt à a des gîes, tat c’taît ômîdaBe. Cette Bâtîsse dîfôme, c’taît 1 a guîôtîe .
TOUTE VïE SïNGULïèRE EST ïRREMPLAçAbLE
Cômmet utte côte es agumets quî setet a eîe de môt cômme ue cessît sôcîae ? Cômmet aîe vôî et aîe cômede ce que sîgîIe d’aBôd et avat tôut ue excutîô caîtae ? Cômmet môte ce qu’exîme e aît d’ue at d’ôdôe, d’aute at d’assîste et d’aaudî à a suessîô gae d’ue vîe ? ï y aua tôujôus queque suecheîe, queque tôu de asse-asse meutîe à taîte cette questîô sas se dôe a eîe de aee ce quî aît a sîguaît d’ue vîe – de tôute vîe, quee qu’ee sôît et ques que sôîet es cîmes dôt ee est cômtaBe. La ôce de a îttatue qu’aucu taît, qu’aucu agumetaîe thôîque et juîdîque e sauaît eface est de ede ôssîBe u te ae. Lôsque Hugô, Bôueves a e sectace d’u côdam e mache ôu ’chaaud, eteed e cômBat côte a eîe de môt qu’î e devaît jamaîs aBadôe, c’est cette
1. V. Hugô,Quatre-vîngt-treîze, . 374. La ôgue descîtîô de a guîôtîe que Hugô ôôse das ces ages eut ête aôche de cee qu’î aît de ’aîve de a guîôtîe à Age dasChoses vues, e 1842 : « O dîstîguaît des ôBjets tages, deux ôgues sôîves eîtes e ôuge, u aîe eît e ôuge, ue ôude tavese eîte e ôuge das aquee semBaît emBôte a u de ses cÔts ue ame aîsse et ôme de ôme tîaguaîe. Sectace autemet attîat, e efet, que e amîe, ’aôÈs, e Iguîe et e etîsque, que e sôeî et que es côîes, que a me et que e cîe : c’taît a cîvîîsatîô quî aîvaît à Age sôus a ôme d’ue guîôtîe.» V. Hugô,Choses vues, das Écrîts sur la peîne de mort, . 61-63.
11
LA PEïNE DE MORT. VERS L’AbOLïTïON AbSOLUE ?
statgîe qu’î adôte. Ce qu’î chôîsît de aee, ce ’est as e îx aBstaît de tôute vîe, maîs sa sîguaît, îemaÇaBe, îsuBstîtuaBe. Et avec ee, e aît que chacue de ces vîes est us mystîeuse, us îsôdaBe qu’aucu jugemet e sauaît e ecôate. Dcîvat de aÇô îîtîae – cômme e côu d’evôî d’ue œuve à veî – e deîe jôu d’u côdam das u ôma ôyme, es deîÈes heues d’u hômme sîguîe dôt ô e saua jamaîs î e ôm î e cîme (cômme sî tôut cea taît das e ôd secôdaîe ace au caactÈe uîvese de a cause), î aît ce que î e dôît î a hîôsôhîe î a sôcîôôgîe e euvet aîe das a même mesue ; î môte ce que a eîe de môt s’autôîse à suîme : u ête au môde, ue sesîBîît, u tôuche, ue vîsîô, u gôût aBsôumet uîques. Le chôîx même de ’auteu quî aît du côdam e aateu a ôu efet emîe d’ôuvî e môde quî uî est ôe, au mômet cîs ôù ceuî-à même quî tete de e dcîe à a emîÈe esôe a a cetîtude îsuôtaBe, a cetîtude atîcîe de sa dîsaîtîô. Aîsî du mômet ôù e côdam aed a setece quî e uî aîsse us d’esôî :
Ue vôutîô veaît de se aîe e môî. Jusqu’à ’aêt de môt, je m’taîs setî esîe, aîte, vîve das e même mîîeu que es autes hômmes ; maîteat je dîstîguaîs caîemet cômme ue cÔtue ete e môde et môî. Rîe e m’aaaîssaît us sôus e même asect qu’auaavat. Ces ages eêtes umîeuses, ce Beau sôeî, ce cîe u, cette jôîe leu, tôut cea taît Bac et âe, de a côueu d’u îceu. Ces hômmes, ces emmes, ces eats quî se 1 essaîet su mô assage, je eu tôuvaîs des aîs de atÔmes .
U eu us tad vîet e tems d’u setîmet de vôte côte ’amu-tatîô de a vîe : « Quôî ! e sôeî, e îtems, es chams eîs de leus, es ôîseaux quî s’veîet e matî, es uages, es aBes, a atue, a îBet, 2 a vîe, tôut cea ’est us ôu môî Nôus evîedôs su a aÇô dôt e « tems de a eîe de môt » est u tems îdIîmet aêt.Attadôs-ôus, e attedat, su ce que aee îcî Hugô : î y a das tôute vîe u « ête au môde », c’est-à-dîe ue eatîô à a atue, au cîe, aux tôîes, aux aBes, aux mus de a vîe, à eu côtÈge
1. V. Hugô,Le Dernîer Jour d’un condamné, . 272. 2.Ibîd., . 279.
12
DU DROïT À LA VïE. UNE LECTURE DE VïCTOR HUGO
de sôs, d’ôdeus et de côueus quî e aît a sîguaît aBsôue. Chaque ôîs qu’î vôque – et î ’aua jamaîs cess de e aîe – e destî côIsqu d’u côdam, sa vîe îteômue, Hugô e maque as de e mette e avat. Qu’est-ce que a vîe ? Qu’est-ce que a vîe d’u vîvat sîguîe, aBsôumet sîguîe, e tat que te ? À daut ô as de ôse a questîô, maîs de e aîe aaate, a ’cîtue, das u ôtaît ôu das u cît, î est îmôssîBe de cômede et de se esete ce quî aua côstîtu, ôu Hugô, e e de ace de sô agumetatîô côte a eîe de môt (que ôus eedôs ôguemetîn ine’îvîôaBîît de a vîesavôî « ), à humaîe ».Vôîà e quôî côsîste e secôus emîe du cît quî e ed îdîsesaBe.Vôîà ôù sîde sa ôce îîtîae et – dÈs ôs qu’ô sôge à ’œuve de Hugô et à tôus es côdams qu’ee met e scÈe – îauguae. L’îvîôaBîît tôuve sô ôdemet das e caactÈe aBsôumet sîguîe de a vîe. Et ’ôuBî de a emîÈe, sa gîgece ôu sô dî est îdîssôcîaBe de ’îgôace du secôd ôu de sô mîs, cômme e aee tôute ôme de teeu, atôut ôù ee îmôse sa ôî, das e môde :
C’est môî quî vaîs môuî ! Môî, e même quî est îcî, quî vît, quî se meut, quî esîe, quî est assîs à cette taBe, aquee essemBe à ue aute taBe, et ôuaît aussî Bîe ête aîeus ; môî, eI, ce môî que je tôuche et que je ses, et dôt 1 e vêtemet aît es îs que vôîà !
Ce quî côstîtue dÈs ôs e ôît cômmu de tôus es agumetaîes, juîdîques, ôîtîques et sôcîaux e aveu de a eîe de môt – et avec eux, de tôutes es justîIcatîôs de a vîôece meutîÈe, sôus queque ôme qu’ee se maîeste – est eu dgatîô atage de cette sîguaît.Vôîà ce quî côjôît, das u même cômBat, e eus de a eîe de môt aîque aux dteus de dôît cômmu et ceuî de a teeu ôîtîque. Et c’est ôuquôî, au Bôut du cômte,Le Dernîer Jour d’un condamnéetQuatre-vîngt-treîzeeÈvet du même egagemet. Ete es deux, Hugô ’aua cess de dôye, sôus tôutes es ômes ôssîBes, sô agumetaîe côte a eîe caîtae. Et amî tôus ces textes, î e est u au môîs quî chôîsît de aee, das a même esectîve que es cîts que ’ô vîet d’vôque, e us sîmemet quî sôît, ce que es atîsas de a eîe de môt ôuBîet tôujôus de ede e
1.Ibîd., . 325.
13
LA PEïNE DE MORT. VERS L’AbOLïTïON AbSOLUE ?
côsîdatîô, sôuîge-t-î, quad îs e dedet e îcîe, cômme ceuî d’u châtîmet suême « îvesîBe », « îvôcaBe » et « îaaBe ». S’î est vaî qu’ô se demade îcî, au I côducteu d’ue ectue de Hugô, ce quî ôuaît ête ecôe dît, ce quî devaît ête ae ôu etae cette côvesîô du cœu et de ’esît quî côduîaît ceux et cees quî sîstet ecôe à ede aît et cause ôu ’aBôîtîô, ô tôuve cômme côdîtîô emîÈe a esetatîô îcîîee de ce qu’est « u hômme » – ô as te côdam e atîcuîe qu’îdetîIe sô cîme, sa côdîtîô sôcîae, sô hîstôîe ôe, maîs tôut hômme, c’est-à-dîe tôut côdam ôtetîe à a eîe caîtae, cômme ’est au demeuat e aateu duDernîer jour d’un condamné. Qu’est-ce ? Que saît a sôcît de ’hômme dôtqu’u hômme ee dcîde a môt, îsôucîate de a aÇô dôt cee-cî dtuît a vîe de ceux et cees quî uî sôt îs, à cômmece a sa amîe ? Que saît-ee de ce quî aît a sîguaît de sa vîe ôe, ô as seuemet de sô hîstôîe dôuîe a es tîBuaux, maîs de sô môde, du môde qu’à ee tôute seue cette vîe sîgîIe
14