Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La philosophie négro-africaine de l'existence

De
266 pages
L'oeuvre, pensée comme une tentative de détermination d'un "fonds de sens" susceptible de réappropriations différentes, est le fruit d'une recherche approfondie des traditions orales africaines. Dans sa démarche, l'auteur traverse remarquablement le triple brouillage des codes culturels eux-mêmes, de l'acculturation coloniale, ainsi que du particularisme des études ethnologiques et philosophiques alors disponibles.
Voir plus Voir moins
Cge est let ouvranuder erf e tiupraponoferche chhcmal  eadsnid etiqusthé lep denémrehl ed te eadtrs dee qutieucirfeniaI .sse ltii-s onalor aes rass niugalr-tit remarquable parobalédhp noitaon seté u eaiv nafllru avare urtophiilosIl aque.es dod cilougelalpirrb e rest elde lacc-mêmes, ersle xusec luute,alnio-ol cntmematon noitarutluudess éte derismucalraitudp e  t drslo ablnipoisa lI .sellaf arunolo ethes egiquliso thpuqsepoihém dcharde alan esrgérissep evu, en outre, metrt eneœ vueru ened ne ,iuq seiroets meor nes dçà eédtnd teatrem-atéges cer lclinpér esnoemètsed t onnite ls, fesécéd socd sep ort le ssnstituansaésilp d  esietite  inv repà untsen erenu sap mbseenr uvœ.le t ovrip ulôt tlle-même. Il faurfa-iacis ene ru clatuul nreroégptibs-ce» suens eds dn s «ofu n dontinamierét ded evitatnet enu après st Fouda,elJ-luaé.s  aBisériteenioat dnsrppairpod elér etres let desultécnsecseied se  til Ldes neaium htnitbo li ùo ,elion au ga formatniiaerd ardns mémeCaunrotéO (léal àcaf p ,) siuf no ,al nedtcoif de chearte dép ed tnemosolihp l àieph nlecoÉs nod cootar tne philosophie, a rexe ,écdnep tnausplurieans esnéFa-orgén eihposoiLpha LA-RFSNEEecEPsneexide Line ricaédnu72ed eoa érupuriemaor sle5-60039-1978-2-33ISBN:
La phiLosophie négro-aFricaine  de L’exisence
Avant-propos de Jacques Chatué
Bl-Jult Fu
hutu  tt l 
  31/10/
pensée aFricaine
11:22 ILPHOPOSE-HIGRNEIACIG_ENOF_F_ADUTENCE.indd   123-OFAIRACNI-EXESI
 
  
             
      
    
La philosophie négro-africaine
de lexistence
 
 
 
Collection « Pensée africaine » dirigée par François Manga-Akoa
  En ce début du XXI e  siècle, les sociétés africaines sont secouées par une crise des fondements. Elle met en cause tous les secteurs de la vie. Les structures économiques, les institutions politiques tels que les Etats et les partis politiques, la cellule fondamentale de la société quest la famille, les valeurs et les normes socioculturelles seffondrent. La crise qui les traverse les met en cause et au défi de rendre compte de leur raison dêtre aujourdhui. Lhistoire des civilisations nous fait constater que cest en période de crise que les peuples donnent et expriment le meilleur deux-mêmes afin de contrer la disparition, la mort et le néant qui les menacent. Pour relever ce défi dont lenjeu est la vie et la nécessité douvrir de nouveaux horizons aux peuples africains, la collection « Pensée africaine » participe à la quête et à la création du sens pour fonder de nouveaux espaces institutionnels de vie africaine.   Dernières parutions  Claver BIBANG, Approches naïves du Noir dans le médias français , 2012.  Augustin RAMAZANI BISHWENDE, Dieu dans la modernité. Supprimer la religion, nest-ce pas supprimer lhomme ?, 2012. Dieudonné EKOUMA ASSEKO, Essai dinitiation à la philosophie , 2012 Philippe VERDOL, Déshumanisation et surexploitation coloniale. Démounaj et Pwofitasyon dans la Guadeloupe contemporaine , 2012. Emmanuel OKAMBA,  Léthique du Kébé-kébé et la promotion du leadership chez les Mbosi du Congo.  Le réveil dOdi , 2012. Joseph WOUAKO TCHALEU, François Hollande et la Françafrique : le défi de la rupture , 2012. Souka SOUKA, Congo, du Royaume à la République. Lhistoire dun échec permanent , 2012. Charles Jean Marie MINYEM, Rationalités et problématique du développement en Afrique , 2012. Yaovi AKAKPO, La recherche en philosophie, De lintuition du thème à la soutenance de thèse , 2012. Berthe LOLO, Concepts de base en anthropologie psychanalytique. Pour une pluralité culturelle. Fascicule 4 , 2012. Donatien BANONA NSEKA, A quoi sert la philosophie pour la jeunesse en Afrique ? , 2012. Lawrence THIEBERT, La Science, symptôme de lOccident , 2012. Joseph WOUAKO TCHALEU, La nouvelle répression, Une critique marcusienne du totalitarisme à visage libéral, 2012.
 
Basile-Juléat F OUDA          La philosophie négro-africaine de lexistence
                         
 
Herméneutique des traditions orales africaines   
Avant-propos de Jacques Chatué
 
                                      © LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-00931-5 EAN : 9782336009315  
AVANT-PROPOS
Voici enfin publiée, quarante-cinq ans après, une thèse de philosophie négro-africaine soutenue à la faculté des lettres et des sciences humaines de Lille en 1967, dont la singularité mérite dêtre soulignée. Cet ouvrage est le fruit dune recherche déjà éprouvée dans le champ de lesthétique et de lherméneutique des traditions orales africaines.
Laxe de ce travail nest guère de prouver lexistence dune philosophie négro-africaine, question déjà réglée par ailleurs, ni, encore moins, de la magnifier. Plutôt sagit-il de repérer en Afrique noire et dériger en pôle de convergence la discrète et néanmoins constante problématique du sens de lexistence, des « raisons » de la vie et de la mort. À même les éléments culturels les plus obvies, lauteur effectue un travail interprétatif sur des faits qui, au regard de sa méthode, le « positivisme fonctionnel », sont toujours plus que des signes et toujours moins que des preuves. Il aura fallu, pour en esquisser le sens, traverser le triple brouillage des codes culturels eux-mêmes, indispensables pour leur transmission interne et locale, de linterférence de lacculturation notamment coloniale, et du particularisme des études ethnologiques et philosophiques alors disponibles. Il aura fallu, en outre, mettre en uvre une démarche danalyse régressive permettant de décliner les catégories qui, en deçà des normes et des procédés qui constituent le système des réponses, les font tenir ensemble. Ces catégories constituent probablement lélément le plus « résistant » dune civilisation dont on ne saisit toutes les nuances quà la lumière dune philosophie comparée des cultures, dune philosophie rendue à sa vocation « plurale ».
Luvre nest pas une invite au repli de la culture négro-africaine sur elle-même, mais une tentative pour rendre aux Africains précoloniaux, sur le mode assertorique, la vérité qui était « la leur ». Il faut donc y voir la détermination dun « fonds de sens » susceptible de réappropriations différentes.
Jacques Chatué Université de Dschang (Cameroun) Membre de la Société des africanistes de Paris
7
INTRODUCTION La philosophie négro-africaine : illusion ou réalité ?
Émergence mouvementée de lidée de philosophie africaine
Les approches historiques de la pensée négro-africaine se sont effectuées sous le signe de la contradiction. Certes, nous nen sommes plus aujourdhui à retenir linterprétation faussement originale de Lucien Lévy-Bruhl, depuis que Placide Tempels a écrit sa monographie La Philosophie bantoue. Les conclusions de Lévy-Bruhl aboutissaient au non-lieu de toute philosophie nègre. Tempels, au contraire, affirme lexistence dune philosophie authentiquement et qualitativement africaine. Il sagit dune mutation ; plus, dune révolution !
Le continent noir est connu dès lAntiquité. Parmi les récits des grands voyageurs, lhistoire mentionne le périple de lamiral carthaginois Hannon. Chargé par le Sénat, vers 500 avant J.-C., de fonder des comptoirs commerciaux sur les côtes occidentales de lAfrique, Hannon, parti de Malte, parvint au-delà du Sénégal et visita des populations noires. Lhistoriographe grec Hérodote, à son tour, voyage en Afrique et décrit les Nègres quil dénomme les « Éthiopiens 1 ». Au Moyen Âge, lArabe Ibn Batouta (1304-1378) parcourt le Soudan, puis revient à Tanger, sa ville natale, pour rédiger son livre Voyage au Soudan . Mais il faut attendre le XV e siècle, pour voir les explorateurs occidentaux sillonner le continent noir en tous sens. Les missionnaires, animés par le prosélytisme religieux, arrivent eux aussi. Et voilà lAfrique noire sortie de sa légendaire solitude, pour devenir le tarot de la réflexion de penseurs en tout genre.
1. Mot qui, en grec, signifie littéralement « au visage brûlé, noir ».
9