Cette publication est uniquement disponible à l'achat
001.La phrase littéraire.indd 1
La ra lttrar
        ===        
 aL.arhp100WMMWTN==
A cœr  tt Collection dirige par Claire S TOLZ (Universit Paris-Sorbonne) 1. Alia BACCAR-BOURNAZ, Essais sur la littrature tunisienne d’expression française , 2005. 2. Alya CHELLY-ZEMNI, Le sauveur dans Baaille  dan la monane de Jean Giono , 2005. 3. Noureddine LAMOUCHI, Jean-Paul Sartre, critique littraire , 2006. 4. Caherine VIOLLEt e Marie-Françoie LEMONNIER-DELpY (dir.), Mtamorphoses du journal personnel. De Rtif de la Bretonne à Sophie Calle, 2006. 5. Lia KURts-WöstE, Marie-Albane RIOUx-WAtINE e Mahilde VALLEspIR , éthique et significations , 2007. 6. Jean-Loui JEANNELLE e Caherine VIOLLEt (dir.), Genèse et autofiction , 2007. 7. Irène FENOgLIO (dir.), L’criture et le souci de la langue. écrivains, linguistes : tmoignages et traces manuscrites , 2007. 8. Irène FENOgLIO, Une auto-graphie du tragique. Les manuscrits de Le  Fai et de L’avenir dure lonem de Louis Althusser , 2007. 9. Delhine DENIs (dir.), L’obscurit. Langage et hermneutique sous l’Ancien Rgime , 2007. 10. Aurèle CRAssON (dir.), L’dition du manuscrit. De l’archive de cration au scriptorium lectronique , 2008. 11. Lucile gAUDIN e geneviève sALVAN (dir.), Les registres. Enjeux stylistiques et vises pragmatiques , 2008. 12. Françoie RULLIER-tHEUREt, Faut pas pisser sur les vieilles recettes. San-Antonio ou la fascination pour le genre romanesque , 2008. 13. Valenina CHEpIgA, émile et un romain , 2008. 14. Caherine VIOLLEt e Vronique MONtéMONt , Genèse et transtextualits , 2008. 15. Ridha BOURKHIs e Mohammed BENJELLOUN (dir.), La phrase littraire , 2008.
TQtietesl eri.ŕia  2Pndd LMU=MLMT
sa eiltt́earri.e001.La phrN===MMWTUQW
N° 15
A C A D E M I A A B B R U Y L A N T =
Ra bouRkhis t Mamm beNjeLLouN (r.)
La phras littrair
ddin 3  LMPMMUTL
 ahpares010L.aire.ind littér===UMLTMLMP4   d
.aadema-brulant.be
ISBN 13 : 978-2-87209-914-6
© Brulant-Aadema .a. Grand’Place, 29 B-1348 L OUVAIN -LA -N EUVE
D/2008/4910/27
T rt  rrctn, ’aatatn   tractn, ar l rc  c t, rrv r t ay an l’atratn  l’tr    ayant rt. imrm n blg.
QUMWWMNT
PMLM   5===NTLMUQWUWTMM
Rr
Nos remerciements les plus vifs et sincères vont  chacun de nos contributeurs dont nous saluons  la fois le savoir, la comptence et l’humilit. Qu’ils soient tous rassurs de notre estime et de notre profonde gratitude.
La1.00e ashr paŕettilddni.eri
001.La phrase littéraire.indd 6
        ===        
 
001.La phrase littéraire.indd 7
à Joëlle Gardes Tamine
        ===        
001.La phrase littéraire.indd 8
        ===        
sa ep rh.1aL00UMLTN===9   MLMPe.irddinttliraé
C le grand crivain (« Le grand crivain est dans la phrase », observait Albert Henry parlant de Saint-John Perse 1 ) et dont dpend, comme on le sait, une grande part de la cohsion discursive. Il tente de saisir ce qui signale aussi l’individuation stylistique et correspond au niveau textuel où la crativit langagière est plus visible et plus fructueuse. Car « C’est dans la phrase que tout est » , crivait   juste raison Jean Giono 2 . Mais, il peut sembler aventureux de consacrer un ouvrage entier  un sujet qui a l’inconvnient de poser des questions de nature  sparer les thoriciens. D’aucuns ne manqueraient pas de voir d’un mauvais œil le choix d’un thème dont l’objet est dcidment difficile, sinon impossible  circonscrire, la phrase , et de surcroît, comme par provocation, la phrase littéraire . Certains auraient même envie de contester cette alliance, la phrase devant, selon eux, n’être prise en charge que par la linguistique. Sur la base de quels critères aurait-on promu au rang de littraires certaines phrases, refusant ce titre  d’autres ? Au moment où les frontières ont tendance  reculer entre ce qui est littraire et ce qui ne l’est pas, ou l’est un peu moins ou bien diffremment, quel profit pourrait-on tirer du fait de reposer la strile question de l’autonomie des territoires propres aux deux groupes de disciplines ? Et puis,  supposer qu’un tel rapport soit possible, lgitime ou même obligatoire, quelle discipline est habilite  lgifrer : la linguistique ou la littrature ? Et quand on se rsigne
1 Amers de Saint-John Perse, une poésie du mot , Gallimard, NRF, 1981, 98-102. 2 Œuvres romanesques complètes Pliade, IV, 1557. ,
Rih BOURKHIS et Mohmme BENJELLOUN
AvAnt-PRoPos
TWMMWQUtte r cemiqudynar  ral nusxeoixitaynos lete quneuqs ehprom ec littéraire et suo redl  ahparestiecdef el rceanod e ennruopjbo tua tiurtsnoc esf tiecllcoe foe amndtitirraqal lleuatne elonnaît e on rec