Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La place du roi et de la noblesse des Kam en pays bamileke

De
224 pages
En dépit du statut d'un Etat unitaire, le Cameroun demeure un puzzle de plusieurs tribus. Cette étude porte sur l'une d'entre elles, celle des Bamileke de l'ouest du pays, groupés en une multitude de petits royaumes. Les Rois et les Notables (Kam) sont vus sous l'angle de la tradition bamiléké. Les opinions divergent sur le statut actuel de ces unités politiques: village, chefferie ou royaume ? Le Roi est-il encore souverain selon les normes universelles ?
Voir plus Voir moins
Gabriel Hamani
La place du roi et de la noblesse des Kam en pays bamileke
La place du roi et de la noblesse des Kam en pays bamileke
Études africaines Collection dirigée par Denis Pryen Dernières parutions Togba ZOGBELEMOU,Droit des organisations d’intégration économique en Afrique, 2014. Gaston SAMBA,Le Congo-Brazzaville, Climat et environnement, 2014. Déo NAMUJIMBO,Je reviens de l’enfer, Reportage de guerre à l’est de la RD Congo (août-septembre 1998), 2014. Nuah M. MAKUNGU MASUDI,Economie mondialisée, coopératives délaissées, 2014. Patrice MUKATA BAYONGWA,Remédier à l'échec scolaire dans les écoles catholiques de Bukavu (R. D. Congo),Volume 1 et 2,2014. Olivier NKULU KABAMBA,Les médecins en Afrique et la sorcellerie, 2014. Alexis TOBANGUI,Défense deuxième chance et la socialisation des jeunes en difficulté, 2014. Hermine MATARI,Les instituteurs dans la société gabonaise, 2014. Noël Christian-Bernard OBIANG NNANG,Les empereurs romains en Afrique du e e Nord. Les grandes réformes du II au III siècle ap. J.-C.,2014.Pierre KIPRÉ,Cultures et identités nationales en Afrique de l’Ouest.LeDaàdans la société béninoise d’hier à demain, 2014. Edouard Epiphane YOGO,Etat fragile et sécurité humaine au sud du Sahara, 2014. Wendpanga Jacob YOUGBARÉ,Méthodes d’aide à la décision appliquées pour le développement au Burkina Faso. La méthodologie Data Envelopment Analysis (DEA), 2014.Pierre KOULODJI, Vatican II et la parenté responsable. Histoire et analyse deGaudium et spes50,2, 2014. Lucien PAMBOU,La mondialisation, une chance pour l’Afrique ? Les Afriques noires francophones de l’ouest et du centre : sujets d’hier, acteurs de demain, 2014. Daniel Isaac ITOUA,Instruments de musique traditionnelle des Mbôsi du Congo, 2014. Pascasie Minani PASSY,Femmes en politique au Burundi. Leur nombre, leur influence ?,2014. Elisabeth SHERIF,Élection et participation politique au Niger : le cas de Maradi. Contribution à l’analyse électorale en Afrique, 2014. Roger KAFFO FOKOU,Les Mbäfeung, peuple des hautes terres de l’ouest du Cameroun. Croyances et pratiques traditionnelles et culturelles, 2014.
Gabriel HAMANILA PLACE DU ROI ET DE LA NOBLESSEDESKAM EN PAYSBAMILEKE
Illustration de couverture : Gabriel Hamani
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00240-8 EAN : 9782343002408
Avant-propos
Encore un livre sur les traditions Bamileke, auraient réagi ceux qui, se passant pour des ‘’modernes’’, ne s’intéressent pas du tout au passé du peuple Bamileke, alors que le comportement actuel de cette 1 population est en partie tourné vers la tradition . Le chantier est à peine exploré en ce qui concerne les traditions Bamileke. Pour comprendre ce peuple, il faudrait revoir le fonctionnement de leur civilisation, qui dure depuis des siècles. Notre travail est une œuvre de vulgarisation et non des spécialistes et s’adresse au grand public. Ce n’est pas une étude générale de la société Bamileke, loin s’en faut. Elle porte essentiellement sur quelques aspects de cette société. Depuis la colonisation européenne, les royaumes Bamileke ont reçu de l’opinion publique l’étiquette de ‘’Chefferie’’ ou de ‘’ village’ alors que si on en juge par leurs structures, ils appartiennent plutôt à ces unités politiques qualifiées par certaines personnes de royaumes. Nom que nous adoptons dans ce livre. Les institutions de ces royaumes subsistent à côté des lois et règlements qui ont organisé la société camerounaise d’aujourd’hui. Les institutions Bamileke relèvent plutôt d’une tradition ayant de moins en moins de prise sur la population. Le comportement de l’homme Bamileke ne peut pas se comprendre sans une connaissance des structures monarchiques de leur société où la notion de l’Etat (ou de la chose publique) a toujours été assez forte. Un royaume Bamileke n’est pas une simple communauté villageoise, où l’intérêt personnel primait sur l’intérêt général (à cause de l’absence d’un élément centralisateur du pouvoir). Les institutions traditionnelles sont celles d’une monarchie. L’Etat ; symbolisé par la personne du Roi, a besoin des moyens matériels et financiers pour fonctionner convenablement. Le Roi, c’est le Fô ou Fon son nom traditionnel chez les 2 Grassfields . Le Kam (le notable) est la création du Roi ; c’est son pur
1 Nous sommes en droit de leur dire qu’on a déjà produit plus de trois cents ouvrages er sur la seule personne de Napoléon 1 . 1 Comme le mwami du Rwanda-Burundi ainsi que le Kabaka du Bouganda 2 Un Roi ne peut régner sur un village ni sur une simple Chefferie. 7
produit. Avant la colonisation européenne, il était un Roi authentique. Il est actuellement dépouillé de ses attributs royaux et de souveraineté. 3 Il garde une certaine autonomie. Beaucoup d’auteurs ont écrit sur la société Bamileke de l’ouest Cameroun. Nous avons tenté d’aborder le sujet à travers des enquêtes faites auprès de certains connaisseurs du milieu Bamileke. Le choix de quelques tableauxêtre discutable ou même peut arbitraire. Nous nous sommes bornés à n’exploiter que les domaines intéressant surtout les Rois et les Kam. Nous avons repris à peu près les mêmes découpages que dans le livre que nous avions publié sur ‘’Les notables de l’ouest Cameroun’’, mais avec un contenu beaucoup plus fouillé et plus spacieux. C’est un autre livre d’une nouvelle conception. Issu de ce milieu (Bamileke) et plus qu’un observateur extérieur, nous nous sommes intéressés à quelques aspects de cette société pour répondre à des questions soulevées par l’homme ordinaire. C’est aussi à dessein que nous n’avons pas voulu parler d’un sujet délicat que sont les rites initiatiques des ordres de la notabilité, ni descendre dans les profondeurs secrètes (souvent interdites) des résidences royales et des chambres secrètes. C’est également de façon délibérée que nous avons évité de nous appesantir sur un répertoire détaillé des titres de noblesse, de nombreux auteurs ayant déjà publié des livres sur l’organisation de la société Bamileke. Cependant sans renoncer complètement à certains sentiers battus, nous avons de temps en temps jeté un autre regard sur cette société en butte actuellement à toutes sortes d’aléas. Nous avons sacrifié quelques descriptions pour nous poser plutôt des questions là où elles existent actuellement. L’organisation sociopolitique des royaumes Bamileke étant calquée sur le même canevas, on aurait pu s’attendre à voir dans cette région un seul ensemble politique, c’est-à-dire un seul royaume, au lieu d’une myriade d’unités politiques qu’offre la localité actuellement. Les raisons de cette balkanisation à outrance ne peuvent pas trouver de réponse dans le présent livre. Mais l’ambition et l’individualisme de certains princes (fondateurs des dynasties) pourraient être avancés comme des hypothèses possibles. Parfois à la suite d’une querelle de succession, le prince perdant allait créer quelque part son Fondom indépendant du premier. Il fait tout pour
8
concevoir « quelque chose » différent de l’ancien, surtout sur le plan linguistique. Les quelques particularismes relevés ça et là d’un royaume ou groupe de royaumes et qui sont dus aux problèmes linguistiques ou à des liens de parenté, ne sauraient remettre en cause l’unicité des fondements de la société Bamileke. C’est pourquoi nous demandons au lecteur (Bamileke) de tolérer sans sourciller l’omission de certains détails qui pourraient intéresser particulièrement quelques personnes. La terminologie utilisée dans ce livre suit les différences linguistiques Bamileke parmi lesquelles le fée- fée du Haut- Nkam et le Ngonhala (Ngompô) de la grande Mifi. La liste serait longue de ceux qui ont fait des remarques pertinentes sur quelques passages du livre que nous avions publié sur les notables Bamileke. Nous en avons tenu compte. Ce qui nous a permis de corriger certaines imperfections et d’aller plus loin dans le présent ouvrage. Nous avions eu particulièrement des fructueux entretiens avec les regrettés Za’ Tchokokam (un des 9notablesbana) et Samuel KOUEKE, personnalités de référence pour la connaissance des institutions traditionnelles bamileke. Nous ne pouvons pas omettre le nom du Pr MOHAMADOU Eldrige, ancien Directeur général du Centre d’Etudes Historiques (1989) de Garoua qui avait été le premier à nous encourager à concrétiser notre projet. Nos remerciements vont également à MEUKAM Jean-Faustin FOKAM, ancien cadre de la BEAC en retraite et grand notable Bandjoun qui par ses suggestions nous a aidés 4 à élargir l’horizon de ce livre et à Monsieur KAPTCHE FOTSO Pour avoir participé (en partie) à l’illustration du livre. Enfin nous remercions particulièrement Mr Romain DJOMO YEBCHUE Directeur Général de E.G.C GRAPHICS SARL, qui a bien voulu mettre à notre disposition un secrétariat pour le travail de correction de cet ouvrage.
4 KAPTCHE FOTSO.EMAIL intexwiller@yahoo.fr 9
L’auteur