Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La projection

De
121 pages
Consciemment ou non, nous prêtons aux autres des sentiments et des intentions qu'ils n'ont pas. Nous avons l'impression d'être à leur place et de bien les connaître. Ce sont pourtant nos propres sentiments que nous projetons sur eux. Les enfants le disent simplement : "C'est celui qui le dit qui y est".


La projection est un concept psychanalytique dont nous faisons tous l'expérience au quotidien. Que signifie-t-elle ? À quoi sert-elle ? Par quels chemins détournés s'exprime-t-elle ? Honte, peur, jalousie, amertume ou tristesse... quels sentiments dissimule-t-elle ?


Ce petit guide vous invite à découvrir ce phénomène à la fois courant et extraordinaire qu'est la projection. En prime, il vous permettra de reconnaître, de comprendre et d'accepter vos propres projections.



  • Du comptoir au divan

  • Allons plus loin...

  • En pratique !

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

LES MOTS DE LA PSYCHANALYSE
À chacun
LA PROJECTION son film...
Virginie Megglé
Consciemment ou non, nous prêtons aux autres des sentiments et des intentions qu’ils n’ont pas. Nous avons l’impression d’être à leur place et de bien les connaître. Ce sont pourtant nos propres sentiments que nous projetons sur eux. Les enfants le disent simplement : « C’est celui qui le dit qui y est ».
La projection est un concept psychanalytique dont nous faisons tous l’expérience au quotidien. Que signifie-t-elle ? À quoi sert-elle ? Par quels chemins détournés s’exprime-t-elle ? Honte, peur, jalousie, amertume ou tristesse… quels sentiments dissimule-t-elle ?
Ce petit guide vous invite à découvrir ce phénomène à la fois courant et extraordinaire qu’est la projection. En prime, il vous permettra de reconnaître, de comprendre et d’accepter vos propres projections.
Virginie Meggléest psychanalyste, spécialiste des problèmes d’anorexie et de dépendances affectives. Elle est responsable du site Psychanalyse-en-mouvement.net
La projection
À chacun son film…
Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris cedex 05
www.editions-eyrolles.com
Du même auteur : Couper le cordon – Guérir de nos dépendances affectives, Eyrolles, 2005. Entre mère et fils – Une histoire d’amour et de désir, Eyrolles, 2008. Face à l’anorexie – Le visible et l’invisible, Eyrolles, 2008.
Avec Thalie Amossé : À chacun son poids – Se sentir bien quels que soient les kilos, Eyrolles, 2008.
er Le Code de la propriété intellectuelle du 1juillet 1992 interdit en effet expressément la photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée notamment dans l’enseignement provoquant une baisse brutale des achats de livres, au point que la possibi-lité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd’hui menacée. En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’Édi-teur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54315-5
LESMOTSDELAPSYCHANALYSE
Virginie Megglé
La projection
À chacun son film…
Merci à Juliet Mitchell, dont l’ombre bienveillante m’a accompagnée durant la rédaction de cet ouvrage et dont le travail remarquable de recherche et d’écriture en psychana-lyse m’encourage à m’adresser à un large public, afin qu’il bénéficie à son tour des avancées et des progrès qu’autorise la découverte de l’inconscient.
Sommaire
Introduction7 ...............................................................................................................................
Partie 1 Du comptoir au divan11 ............................................................................ La projection en psychologie15 ........................................................................... La projection en psychanalyse : quelques nuances d’importance19 ..........................................................................................................................Un mécanisme de défense inadapté25 ....................................................... On ne projette pas que sur les personnes29 .......................................
Partie 2 Allons un peu plus loin…33 .............................................................. Des limites bien confuses entre soi et l’autre35 ............................ Les sentiments tapis derrière la projection39 .................................. Honte de l’autre ou honte de soi41 ............................................................... Peur de la mort ou peur de sa mort43 ....................................................... Jalousie45 ...................................................................................................................................Amertume, sentiments d’exclusion et d’inexistence........47 .. Tristesse, sentiments de perdition et d’abandon48 ..................... Les ruses de l’inconscient51 ..................................................................................... L’inconscient se moque de la négation51 ............................................... L’inconscient se moque du féminin et du masculin53 ............ L’inconscient se moque de la propriété54 .............................................. L’inconscient se moque du temps qui passe55 ................................. Au sein de la famille57 .................................................................................................... Mère-enfant : l’infanticide imaginaire57 ................................................
6
LAPROJECTION
Les pères ne sont pas en reste…59 .................................................................. Entre frère et sœur61 ..................................................................................................... Le rêve, royaume de la projection..............65 ................................................ Moi, moi, moi et encore moi !65 ...................................................................... Des projections parfois très complexes68 ............................................... Le cas du transfert en psychanalyse75 ........................................................
Partie 3 En pratique !81 ................................................................................................................ Il ne faut pas voir des projections partout !83 ................................. Les méfaits de la projection87 ................................................................................ Elle conduit à la persécution...................................................................87 ....... Elle condamne à l’immobilisme.....................................89 ............................ Elle incite à l’esprit belliqueux90 .................................................................... Elle maintient dans l’illusion90 ........................................................................ Elle brouille les pistes et encourage à l’abus de pouvoir91 ... L’avantage de déceler ses projections93 ................................................... Repérer ses projections97 ............................................................................................ Quelques situations propices au repérage98 ........................................ Explorer l’inconnu en soi100 ................................................................................ Des effets de confusion révélateurs103 .................................................... Projection et éducation107 ........................................................................................ Limitons les éclaboussures !107 ........................................................................ C’est pas moi, c’est l’autre !109 ......................................................................... À l’école111 ..............................................................................................................................
Conclusion115 .............................................................................................................................
Bibliographie117 .....................................................................................................................
Introduction
Quiconque possède quelque chose de précieux et de fragile à la fois craint l’envie des autres, projetant sur ceux-ci celle qu’à leur place il aurait éprouvée. C’est par le regard qu’on trahit de tels émois, même lorsqu’on s’interdit de les exprimer en paroles, et quand quelqu’un se fait remarquer par quelque manifestation frappante, surtout de caractère déplaisant, on est prêt à supposer que son envie devra atteindre une force particulière, et que cette force sera capable de se transformer en actes. On suspecte là une sourde intention de nuire et on admet, d’après certains indices, qu’elle dispose en outre d’un pouvoir nocif.
S. Freud,L’inquiétante étrangeté
« Tuas vu comment elle nous regardait? C’est fou ce qu’elle a l’air de se méfier de nous… dit Zoé, à peine la porte refermée.
– Qu’est-ceque tu racontes? rétorque Norbert. Moi je l’ai trouvée super-sympa. Mais dire qu’elle fait tout à pied, ça me fait presque pitié ! Et pourtant, quel courage !
– Moi, je me demande comment elle peut vivre dans ce trou, intervient Lila. Ce qu’elle doit s’ennuyer, la pauvre…
– Tu dis n’importe quoi ! Tu ne te rends pas compte de la qualité du silence ici! Moi, j’adorerais être à sa place… Quelle paix ! » soupire Norbert.
8
LAPROJECTION
Zoé, Norbert et Lila parlent tous trois de Prune qui, visible-ment, n’inspire pas à chacun les mêmes sentiments. De son côté, la jeune femme ignore ce qu’ils disent à son sujet. Il est d’ailleurs fort probable qu’elle ne se reconnaîtrait pas dans leurs propos : certes, elle est un peu farouche, mais c’est par timidité et non par méfiance, comme le suppose Zoé, qu’elle ne se montre pas plus volubile ; elle serait étonnée que Norbert lui prête du courage, car elle adore la marche. Se dépenser physiquement est pour elle en effet une nécessité vitale : sans ses deux kilomè-tres quotidiens, elle dépérirait ; enfin, contrairement à ce que s’imagine Lila, elle est loin de s’ennuyer dans sa jolie chaumière ! Après un séjour de six mois dans la capitale, elle n’a eu qu’un seul désir : rentrer très vite dans sa campagne natale. La qualité du silence en effet, mais aussi celle de la lumière et la pureté de l’air lui sont indispensables. Prune n’est pour Lila, Norbert et Zoé que prétexte à expri-mer des impressions très personnelles. Ce qu’ils disent d’elle est étranger à ce qu’elle ressent, c’est une pure construction de leur imagination. En effet, tous trois projettent sur elle les sensations et les émotions qui se ravivent en eux à son contact. Il est ainsi probable que Lila s’ennuierait à la place de la jeune femme, que Norbert manquerait de courage pour aller chercher du beurre au supermarché d’à côté sans sa moto, et que le naturel méfiant de Zoé l’incite à penser que Prune les regarde bizarrement.