La réforme du collège

De
Publié par

La réforme du collège intervient dans un contexte social très âpre d'inégalité économique et patrimoniale. Or celle-ci, au prétexte de la « démocratie », pourrait bien se présenter comme un mirage, un leurre, un appât qui aurait pour fonction de faire accepter à l'ensemble du corps social, mais surtout à ceux de l'hémi-France d'en bas la part d'injustice nécessaire à la fiction égalitaire de la grande machine parlementaire sociale-libérale. L'inégalité scolaire n'est pas un problème susceptible d'être traité à part. C'est par l'inégalité fiscale (celle touchant le capital) qu'il s'agirait de commencer, alors que nul, quelle que soit sa couleur politique, ne souhaiterait même l'envisager.
Publié le : jeudi 1 octobre 2015
Lecture(s) : 28
EAN13 : 9782336391939
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
l’InégalIté est appelé par luI la « jusîce ». D’après le travaIl de LandaIs-PIkey-Saaz sur la « révoluîon iscale »
et ceux du bas (50 %) presque rIen (4 %).
patrImonIale qu’IntervIent la réforme du collège. Or celle-cI, au prétexte de la « démocraîe », pourraIt bIen se présenter comme une mysîicaîon en Image Inversée, un mIrage, un leurre, un appât quI auraIt pour foncîon de faIre accepter à l’ensemble du corps socIal, maIs surtout à ceux de l’hémI-France d’en bas la part d’Injusîce nécessaIre à la icîon égalItaIre de la grande machIne parlementaIre socIale-lIbérale.
n’est pas un problème suscepîble d’être traIté à part, car elle apparîent à un nœud gordIen surdétermIné d’InégalItés dIverses quI se renforcent. C’est par l’InégalIté iscale, celle notamment touchant le capItal (Thomas PIkey, 2010, 2013) qu’Il s’agIraIt de commencer, alors que nul, quel que soIt sa couleur polIîque, aujourd’huI ne souhaIte même l’envIsager.
27 livres personnels, 37 collecIfs, 20 volumes d’édiIons, 84 Itres en
En couverture : Georges-PhIlIbert MaronIez (1875-1933)
Emile Jalley
Laréforme ducollège
Sauver l’école, une question de vie ou de mort
La réforme du collège
Emile Jalley La réforme du collège Sauver l’école, Une question de vie ou de mort
Le sous-titre est dû à Jacques Julliard, reproduit ici page 163. Illustration de couverture : Georges-Philibert Maroniez (1875-1933) Bateaux abandonnés sur la grève
© L'HARMATTAN, 2015 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-07136-7 EAN : 9782343071367
Pour PIERRE JALLEY, notre fils BÉNÉDICTE JALLEY-MEURISSE, mon épouse Et GISÈLE PONCHARD-BONNARD, ma mère En hommage aussi à mes deux psychanalystes Madame le Docteur Anny Cordié Et Monsieur le Docteur Jean Gillibert « Bientôt seront tous morts ceux qui savaient de quoi il est question » Philippe Sollers, France-Culture du 1er août 2010
Sommaire La réforme du collège Sauver l’école Une question de vie ou de mort Introduction : L’inégalité scolaire dans le nœud gordien des autres inégalités 9 Chapitre 1 : Le Massacre des innocents 29 Chapitre 2 : Scoop : le cancer s’installe dès les années 50 55 Chapitre 3 : Les coulisses d’une réforme piège 73 Le sabotage de l’école élémentaire dans une municipalité d’opposition 102 Chapitre 4 : « US go home » pour que revive une Europe des Lumières 107 1. Pourquoi les socialistes (français) n’aiment pas les Lumières 107 2. Un article de Dominique Lecourt à propos de l’élitisme face à l’égalitarisme 113 3. Les remontrances de l’Académie Française 121 4. Les relations entre parents d’élèves et enseignants au lycée 127 5. Discussion sur certains problèmes de la vie universitaire 136 Chapitre 5 : Peut-on sauver l’école ? 145 Les 10 propositions de Jacques Julliard pour reconstruire l’école 156 On pense les profs acquis à la gauche 163 Lecture. Méthode globale. Erreur coupable 165 De beaux discours, pas de recherche 166 Doublons les classes de maternelle et de CP 171 Alfred-Nobel, le lycée qui déjoue les préjugés 174 Le bonheur d’enseigner loin de la France 174 Pisa, ce classement qui fait la loi 175
7
L’Institut Louis-Germain. Bienvenue à Normale Zup 175 Père Noël et autres mythes. Le « miracle finlandais » a des ratés 176 Sauvons les élèves pour sauver l’école 176 Ce qu’on doit au grec et au latin 178 Conclusion : données numériques et historiques 181 ANNEXE : Correspondance avec Michel Delord à propos du classement PISA 199 Profil de l’auteur 205 Bibliographie de l’auteur 207 Principales références des ouvrages de l’auteur 213
Introduction L’inégalité scolaire dans le nœud gordien des autres inégalités Le Plan Langevin-Wallon, que presque personne n’a jamais lu, et dont il a toujours été de bon ton de moquer le projet comme le contenu, partait au moins de l’idée qui paraissait raisonnable encore à cette époque que, face à un très grand bâtiment comme l’Instruction Publique, l’Éducation nationale, le « bon sens » (bona mens, Descartes) consistait à traiter les parties en fonction d’une idée du tout. Or de nos jours, rien de pareil. Et c’est là le résultat de l’aliénation de la mentalité culturelle dans le paradigme dominant de l’empirisme associationniste anglo-américain : l’analyse l’emportant sur la synthèse, l’intérêt pour les parties prévalant sur la vision du tout. Et personne n’y voit rien à redire. Démonter le moteur, le fusil, pour considérer les pièces à part, c’est « bien », c’est « concret », c’est pense-menu (minute philosopher, disait jadis Berkeley). Personne ne se doute qu’il puisse y avoir ruse, duplicité, « pensée de derrière » (Pascal), à ne montrer que des morceaux de la chose, dans le dessein d’empêcher le survol complet du paysage par l’esprit de synthèse. C’est pour cela que l’on met des œillères aux animaux de trait, chevaux, mulets, ânes, parce que la tâche servile qu’on leur demande exclut qu’on les laisse jouir de la vision totale de l’espace. Cela les distrairait, les rendrait même rebelles. Avec la « réforme du collège » dont l’actualité nous bassine, on est dans la même problématique. On a du mal à comprendre qu’une réforme du collège puisse s’envisager indépendamment de son articulation avec une réforme fantomatique du lycée, et toutes deux sans rapport avec une réforme globale de l’université, et enfin les trois sans lien avec une certaine idée de la culture nationale.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.