//img.uscri.be/pth/fb4a844182a3354ef9fda809f4646a80e0cd58d8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 26,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La sécurité alimentaire mondiale

De
316 pages
La quête de la sécurité alimentaire est aussi vieille que l'humanité. Toutes les civilisations ont dû répondre au souci d'approvisionner les populations, au risque de conflits. Longtemps mesurée par la quantité, ce facteur a pris une dimension qualitative depuis les pandémies des années 1990, telle la crise de la vache folle. Ces 34 contributions s'efforcent de caractériser les paramètres politiques, institutionnels, économiques, sociaux et technologiques afin de poser un diagnostic à l'échelle mondiale par grandes filières agricoles et agroalimentaires.
Voir plus Voir moins
Sous la direction de JeanLouis Rastoin et Christian Ferault
LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE MONDIALE État des lieux et prospectives
La sécurité alimentaire mondiale
Sous la direction de Jean-Louis Rastoin et Christian Ferault
La sécurité alimentaire mondialeÉtat des lieux et prospectives Préface de Patrick Caron, Cirad, président du Groupe d’experts de haut niveau (HLPE) du Comité des Nations Unies sur la Sécurité alimentaire mondiale (CSA)
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12592-3 EAN : 9782343125923
AVERTISSEMENT
Les auteurs des chapitres de cet ouvrage s’expriment à titre personnel et leurs propos n’engagent ni leurs institutions, ni l’Académie d’agriculture de France.
PRÉFACE
Le bilan des Objectifs du Millénaire met en évidence une bonne nouvelle : la majorité des pays, 73 des 129 concernés, ont atteint les objectifs fixés pour combattre la sous-nutrition chronique, en réduisant sa prévalence par deux en 25 ans ou en la ramenant au-dessous du seuil de 5 %. De même, la prévalence au niveau mondial, qui frappait 30 % de la population mondiale en 1930, est passée de 18,6 % en 1990-92 à 10,0 % en 2014-2016 selon les évaluations de la FAO. Mais que ces chiffres ne nous réjouissent pas trop vite! Ces améliorations sont effectivement le fait des pays émergents qui ont connu une croissance exceptionnelle pendant la période. Dans le même temps, le nombre de personnes affectées est resté le même, environ 800 millions, et ce constat est d’autant plus désolant que l’humanité dispose aujourd’hui d’aliments en quantité suffisante pour satisfaire les besoins de tous. C’est intolérable : un enfant meurt toutes les 30 secondes des conséquences de la sous-nutrition. Et dans le même temps, les carences en micronutriments d’un côté, affectant aujourd’hui 2 milliards de personnes, le surpoids et l’obésité de l’autre, concernant 1,4 milliard, ont pris une importance considérable et leur expansion, extrêmement rapide et préoccupante, en font des problèmes majeurs de santé publique. Que la question de la sécurité alimentaire et nutritionnelle reste l’un des thèmes premiers de l’agenda international n’a donc rien de surprenant. Que l’un des 17 Objectifs du Développement durable soit consacré au triple fardeau imposé par cette question hautement prioritaire ne doit faire l’objet d’aucun doute. Cet ouvrage est donc bienvenu. Saluons à cet égard l’initiative prise par l’Académie d’agriculture de France. Parce que le problème reste entier, mais surtout parce qu’il se déplace et change de nature. À l’instar de l’Agenda 2030 adopté à New York en septembre 2015, il revêt aujourd’hui une nature globale et n’est plus uniquement une
9