Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

La Seine et ses bords

De
236 pages

PRÈS le village de Saint-Germain-la-Feuille et non loin du bourg de Chanceaux, il existe un étroit vallon, espèce de gorge resserrée entre deux cotes qui font partie de la chaîne des monts de la Côte-d’Or. Là sur le revers septentrional d’une hauteur couverte de bois, on voit jaillir un faible ruisseau qui descend rapidement la pente de la colline. Plus bas une espèce de mare ou de petit etang l’arrête dans sa course et l’emprisonne un moment.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIXest éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.
Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF,Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes class iques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse… Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Charles Nodier
La Seine et ses bords
INTRODUCTION
L’imaginerait au premier abord,’HISTOIRE de la SEINE est, beaucoup plus qu’on ne l l’histoire de la France elle-même. Il en est des fleuves comme des nations. Inconnus à leur origine, rien ne révèle, dans la source obscur e d’où ils s’échappent, la portée de l’espace qu’ils vont parcourir, et les différentes vicissitudes de leurs cours. Faibles à leurs commencements, ils coulent cependant au gré de la p ente qui les entraîne, approfondissant peu a peu leur lit, reculant peu à peu leurs rivages, portant avec eux des désastres ou des bienfaits, la fertilité ou la terreur, jusqu’à ce que, parvenus au plus haut degré d’étendue, de richesse et de splendeur qu’il leur soit permis d’atteindre, et poussés à son terme par leur propre violence, ils se précipitent et disparaissent pour toujours dans l’abîme des mers. Ainsi apparaissent et s’accroissent et finissent les empires. L’histoire de l’homme est tracée partout dans le tableau magique de la nature. Ajoutons quelque chose à cette comparaison ; c’est qu’il serait également téméraire de mesurer la grandeur des peuples a la durée de leur prospérité politique, et de mesurer l’illustration des fleuves à la longueur de leur trajet. Les cent cinquante années d’Athènes laisseront plus de glorieux souvenirs à l’histoire que les siècles innombrables de la Chine ; et la SEINE, dont le voyageur peut parcourir les bords en peu de jours, réveille plus d’idées imposantes et rappelle plus de grands événements à la mémoire des âges, que ce fleuve immense de l’Amérique septentrionale dont le cours embrasse la moitié d’un monde. La SEINE ! le fleuve roi de la reine de s cités, le fleuve français qui n’a pas appuyé son urne sur une terre étrangère, comme le Rhône et comme le Rhin ; qui ne va pas en transfuge enrichir nos voisins du trésor de ses eaux, comme l’Escaut et comme la Meuse ; qui descend de nos montagnes et se perd dan s notre Océan, sans avoir fécondé d’autres plaines, sans avoir baigné d’autres villes, sans avoir miré d’autre ciel ! Que manque-t-il à sa beauté ? La nature végétale a prodigué sur ses rives fleuries toutes les richesses de sa corbeille ; il a visité en passant les plaines riantes de la Bourgogne ; il a bercé sur son cristal fidèle le fr ont doré de ses coteaux chargés de pampres ; il s’est enorgueilli sous la pompe royale des vieux marronniers des Tuileries. Vous le verrez, plus loin, suspendre comme à dessei n la rapidité de ses flots pour rafraîchir de vapeurs salutaires les magnifiques om brages qui séparent le berceau de Louis XIV de celui de saint Louis. Le voilà bientôt qui enveloppe Mantes comme une ceinture ; ou qui se déroule comme un ruban sous les agrestes collines de Vernon. Cette ville aux flancs boisés, aux frais boulevarts, au vaste port, c’est Rouen, le Paris du vieux Rollon. La SEINE fléchit pour la première fois sous le poids des vaisseaux. Elle s’enfle d’orgueil, elle accélère sa course, elle est impati ente de sentir les eaux de la mer se confondre avec les siennes. Rien ne peut la retenir , ni les jardins délicieux de la Meilleraie, ni les ruines pittoresques de Tanearville, ni les doux paysages aux frondes verdoyantes qui se pressent sur ses bords. Elle a e ntendu la grande voix du flux qui
l’appelle et qui la repousse. Elle s’élance, elle bondit, elle lutte, elle triomphe, elle se perd dans le reflux qui l’emporte. Tel est l’aspect sous lequel la SEINE se présente a la poésie, spectacle toujours nouveau, toujours divers, qui se modifie pour s’embellir à tous les détours du fleuve, et qui réunit toutes les grâces a toutes les magnifice nces, comme ce tableau qu’Apelles suspendit aux rivages de Neptune. Il ne serait pas besoin d’un autre charme pour la rendre chère aux Muses de la patrie ; mais c’est peu de tant de merveilles qui enchantent les yeux, si elle ne manifeste son passage par des bienfaits plus sensibles à tous les hommes. Féconde auxiliaire de l’agriculture, véhicu le obéissant du commerce, elle multiplie les récoltes des champs qu’elle arrose, elle les reçoit, elle les transporte, elle les distribue aux populations dont elle a de toutes parts appelé le concours sur ses grèves hospitalières et favorables ; nourrice de nos provinces les plus opulentes, elle en répartit les produits entre elles avec la prudente libéralité d’une bonne mère ; elle les améliore ou les varie par l’échange, et en livre enfin les trés ors à cette glorieuse capitale de la civilisation, qui n’a pas cru trop honorer la navigation de la SEINE en prenant un vaisseau pour son insigne. Ce n’est pas tout cependant, car elle n’a donné jusqu’ici a sa ville suzeraine que les richesses naturelles qui relèvent de son territoire ; elle va, tout en continuant ses distributions accoutumées parmi ses heureux riverains, demander d’autres richesses a la mer, où le Havre et Honfleur s’étendent en avant comme les deux mains du fleuve pour recevoir les tributs du monde. Elle enlève le superflu de l’utile pour ramener celui du luxe ; elle abandonne aux besoins des nations éloignées les productions surabondantes et sans cesse renouvelées de notre sol et de notre industrie, pour se charger de biens plus rares que notre soleil n’a point mûris ou que nos artisans n’ont point élaborés ; et, semblable a un conquérant qui traîne après lui les dépouilles de l’univers, vous la verrez arrêter sous vos murs son convoi triomphal, et contribuer de ces dons précieux à la décoration de vos fêtes et à l’illustration de vos monuments. Les délices pastorales des belles vallées de la SEINE ont-elles assez longtemps flatté vos regards ? êtes-vous las (et qui pourrait s’en lasser jamais !) de vous égarer sur ses tapis de pelouse et dans la fraîcheur de ses bocages ? Ne seriez-vous sensibles, ni aux hasards d’une navigation pacifique, sans aventures, sans combats et presque sans tempêtes, ni aux ambitions innocentes de l’industri e et du commerce, ni à leurs conquêtes faciles qui n’ont pas coûté de larmes et que le sang n’a pas souillées ? Hélas ! puisse l’histoire des nations, pour leur repos et p our leur bonheur, ne point présenter d’autres images et ne point rappeler d’autres souve nirs ! Mais la SEINE est un fleuve français, et par conséquent aguerri au bruit des armes. Aucune des rivières qui baignent les contrées les plus célèbres par leurs fastes militaires, n’a mêlé plus souvent la rumeur de ses ondes à celle des combattants ; aucune n’a v u arborer dans ses plaines dévastées plus de trophées de batailles ; aucune n’ a fourni plus d’eau lustrale aux sacrifices sanglants de la guerre ! Devant elle ont campé tour a tour Jules-César, Constantin, Julien, Attila, Clovis, Charlemagne, Ro llon. Sur une de ses rives, l’Europe s’est arrêtée presque effrayée de ses victoires ; s ur l’autre était Napoléon. Si ces campagnes, aujourd’hui chargées de moissons, venaie nt à s’ouvrir à l’appel de la trompette du jugement, elles ne suffiraient plus à porter les guerriers qui ont trouvé de siècle en siècle un tombeau dans leurs sillons, tan t seraient épais les rangs accumulés de cette armée de cadavres. On y distinguerait à leurs vêtements, a leurs armes, au type étrangement varié de leur physionomie nationale, le Gaulois, le Romain, le Franc, le Normand, le Bourguignon, l’Anglais, le Germain des bords du Rhin, du Danube et du Weser, le Croate de la Saxe, le Cosaque du Nieper, le Baskir des déserts d’Ufa, et surtout le Français ; car le poignard de la guerre civile a creusé ici plus de fosses que
l’épée de l’étranger. Oh ! ne redoutez pas que cette célébrité funeste manque aux fastes de la SEINE ! Vous ferez à peine un pas sans rencontrer quelques vestiges tragiques de ces gloires farouches qui rendent un peuple redoutable et fameux parmi tous les autres. Partout où s’élève une cité, vit la mémoire d’un fa it de guerre. Bar-sur-Seine, forte et belliqueuse encore du temps de Froissart, vous rappellera sa lutte contre Troyes, si fière de la ceinture de ses fortifications et du triple château qui la rendaient Imprenable. Troyes a son tour, Châtillon, Melun, Corbeil, Pont-de-l’Arche, Harfleur, le Havre, vous parleront de leurs siéges et de leur généreuse résistance. Ro uen vous dira les assauts qu’elle a subis, et dont l’un coûta la vie à ce roi de Navarre qui fut le père d’Henri IV. Votre guide vous montrera l’embouchure de l’Epte, rivière aux b ords riants dont l’humble cours ne promettait rien d’illustre, mais qui s’enorgueillit d’avoir étédisputée par Philippe-Auguste et Richard Cœur-de-Lion. Sous les restes délabrés d’un château antique, il vous fera voir l’endroit d’où partit la petite embarcation de Guil laume-le-Conquérant, quand ce héros alla rejoindre la flotte qui lui soumit l’Angleterre ; et sur votre passage, vous aurez salué d’un regard la gracieuse solitude du Mesnil, où la tradition veut que les conseils d’Agnès Sorel aient animé, plus tard, le courage de Charles VII à la conquête de son propre royaume. Nous voyageons en France où les souvenirs de l’amour et de la volupté se mêlent toujours à ceux de la gloire. Avec ces hautes impressions de l’épopée, viendront se confondre partout sur votre route celles du dram e et de la romance. C’est au pont de Montereau que Jean-sans-Peur tomba sous la hache d’armes de Tanneguy du Châtel ; c’est au pont du Louvre que le maréchal d’Ancre tomba sous le pistolet de Vitry ; c’est sur le Pont-Neuf que ses membres sanglants furent dévor és par une populace d’anthropophages, à l’endroit même ou s’était allumé, trois siècles auparavant, le bucher de Jacques Molay. Plus loin s’élevait la tour de Ne sle, et vous croirez entendre encore sortir du sein des ondes, au milieu des rafales d’u ne nuit orageuse, ces paroles formidables qui privilégiaient l’assassinat :Laissez passer la justice du roi, à moins qu’elles ne soient couvertes par les gémissements d es victimes de la Saint-Barthélemi, égorgées à la même place. Au pied de cette colline charmante où la nature sourit avec tant de grâce, et qui avait cependant offert autrefois une retraite austère à saint Clodoald, Henri III fut frappé du poignard d’un fanatique. Le château de la Roche-Guyon vous rappellera le meurtre impuni d’un comte d’Enghien ; Rouen, le suplice impie de Jeanne d’Arc ; Jumiéges, l’exil desénervés. Mais ce n’est pas tout encore, et dans ces régions poétiques, les forêts, les rochers, les montagnes ont un langage. Celle-ci qui dessine a l’horizon son profil net et rapide, c’est lacôte des Deux-Amants.une chapelle Autrefois construite à son sommet, vous aurait montré le lieu où le fiancé s’arrêta pour mourir. Quant à la jeune châtelaine, elle redescendit jusqu’à l’Andelle, où elle vint ensevelir son deuil et ses douleurs, et la petite rivière qui se jette à vos pieds dans le grand fleuve avec un sourd gémissement, y apporta jadis ses rubans et son bouquet nuptial. Un intérêt plus vif, qui n’est peut-être pas moins doux, enchaînera votre attention a cette histoire encore vivante, dont les annales sont écrites sur les monuments du rivage. Vous les lirez sur ces pages de pierre qui ont défié tant de siècles pour porter à l’avenir le témoignage du passé, et dont les révolutions des âges qui altèrent et changent tout n’ont point altéré le caractère solennel. A peine éloignés de quelques lieues de votre point de départ, vous visiterez a Châtillon les restes de l’antique manoir des ducs de Bourgogne ; à Bar, l’enceinte ruinée, mais autrefois imposante, où florissaient les comtes de Barrois. Sur votre droite, vous laisserez a Vincennes, parmi les arbres sous lesquels le saint roi Louis IX rendait la justice à ses sujets, le vieux château où naquit le sage roi Charles V. A Paris toutes les époques et presque toutes les géné rations vous apparaîtront personnifiées dans des édifices contemporains. Vous ne passerez pas entre la tour
solitaire de Saint-Jacques et les tours jumelles de Notre-Dame sans rétrograder par la pensée sur les événements qui se sont accomplis dev ant ces colosses. Plus loin, c’est Saint-Germain-l’Auxer rois où gronda le tocsin de la Saint-Barthélemi. Voilà le Louvre de er François I . Voilà les Tuileries de Louis XIV. Votre cœur a pa lpité tout à l’heure dune tendre émotion a l’aspect de la statue d’Henri IV. Quelque soit le sentiment qui vous anime à la vue de la colonne de Napoléon, si l’amou r de la liberté vous a prémuni de bonne heure contre les illusions de la gloire, rendez hommage cependant au génie et a l’infortune. Ne dédaignez pas de jeter un regard su r les jardins qui couronnent cette colline, ils ont prêté leur ombrage a Molière et a Boileau. Ici, non loin de cette machine hydraulique qui rappelle les magnificences du grand siècle et du grand roi, vous auriez vu naguères l’élégante demeure de Gabrielle, mais elle a du céder l’espace aux buttes badigeonnées de la propriété nouvelle. Consolez-vous en reportant vos veux au sommet du mont voisin sur des murailles que la sape n’a pa s encore ébranlées. Forteresse ou palais, c’est le séjour royal de Louis XIII, où son fils passa une vie inquiète et menacée sous la tutelle d’un prêtre. Assez d’autres tableau x vous occuperont encore, avant que les pentes boisées de la côte sainte Catherine vous aient annoncé Rouen ; mais réservez un intérêt sans partage à cette noble ville, musée gothique de la patrie, Herculanum vivace et populeux du moyen âge, qui confond de loin les flèches de ses églises avec les mâts de ses vaisseaux. Nous vous dirons à quels tem ples appartiennent ces ogives transparentes qu’un ciseau délicat comme le burin e t sûr comme l’emporte-pièce a fouillées avec tant de grâce et d’esprit, ces tours dont la majesté n’exclut pas une certaine coquetterie d’ajustement, et qui portent j usque dans les cieux leurs fronts couronnés de dentelles et leurs campaniles brodés. Toutes ces merveilles de l’architecture chrétienne ne vous abandonneront plu s qu’au moment où la terre manquera elle-même sous vos pas, vers ces grèves de la Manche où la SEINE va perdre son nom. Elles se déploieront à vos yeux dans l’imp osante basilique de Saint-Georges de Bocherville ; dans les restes magnifiques de l’a bbaye de Jumièges, sauvés de la destruction totale qui les menaçait par la sollicit ude presque royale d’un propriétaire instruit et sensible ; dans les ruines moins heureu ses de l’ancien monastère de Saint-Wandrille ; dans le beau clocher de Caudebec et l’é légant portail d’Harfleur. Il n’y a pas jusqu’à la petite église de Graville, ermitage déco ré par la piété des peuples, et qui se cache a moitié comme un nid d’oiseau dans les arbres de la colline, où l’on ne voie briller quelques reflets éclatants de l’art sublime de nos ancêtres, Michel-Anges sans renommée, obscurs Palladios, dont le génie longtemp s méconnu avait deviné le caractère auguste et mélancolique de la demeure du vrai Dieu. Est-il nécessaire d’ajouter après cela que la SEINE a eu son hagiologie ou son histoire sacrée, comme elle avait eu sa mythologie ou son hi stoire fabuleuse ? Elle reconnaît pour patron auprès du Dieu des chrétiens le véritab le abbé Saint-Seine, qui vécut au sixième siècle, et fonda non loin de la source du f leuve un monastère connu sous son nom, qu’un petit bourg voisin a conservé. Saint-Sei ne y fut longtemps invoqué aux époques de sécheresse ou d’inondation, car ces terr ibles accidents naturels étaient imputés, dans la croyance naïve des peuples, à la colère que lui causaient nos péchés. En pareille circonstance, on allait en foule entendre la messe au pied d’une croix plantée auprès de la source, et au dernier évangile on plon geait par trois fois dans ce faible ruisseau la statue du saint patron. La philosophie a passé sur tout cela. La croix même a disparu et les pieuses consolations avec elle ; je ne sais ce que le pays, éclairé du reflet de nos brillantes lumières, y a gagné en bonheur te mporel, mais il y a perdu le Ciel et l’espérance. De toute cette poésie merveilleuse du moyen âge, il ne reste que des traditions. Vous
trouverez partout sur les bords de la Seine, celles qui sont propres aux populations littorales, et surtout le souvenir vivant encore de cette création fantastique dont Cuvier a reconnu des traces irrécusables dans les débris du monde ancien. Telle est entre autres l’histoire de laGargouillede Rouen, dragon formidable comme laVouivredu Doubs et la Tarrasquedu Rhône, qui, poursuivi par saint Romain, se précipita dans laSeineoù il fut englouti. Les fictions mythologiques de cette histoire ont plus de grâce. On les croirait détachées d’un poëme inconnu d Hésiode ou d’Ovide, et cette i llusion s’expliquerait fort bien, puisqu’elle ont été recueillies par le premier des poëtes du dix-huitième siècle, Bernardin de Saint-Pierre ; mais je n’oublierai pas que c’est à lui seul qu’il appartient de les raconter.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin