La société comme verdict

De
Publié par

Paru en octobre 2009, Retour a Reims a rencontré un écho considérable et suscité de très nombreux débats. C'est à partir de cet accueil et des questionnements qu'il a fait surgir que Didier Eribon entreprend aujourd'hui de reprendre et d'approfondir le récit et les réflexions qui s'entrecroisaient dans cet ouvrage. En ancrant toujours, bien sûr, sa démarche dans l'expérience vécue et dans l'exploration d'une mémoire personnelle et d'une histoire familiale dont il s'attache à restituer les significations sociologiques et politiques.

La société assigne des places. Elle énonce des verdicts, qui s'emparent de nous et marquent nos vies à tout jamais. Elle installe des frontières et hiérarchise les individus et les groupes. La tâche de la pensée est de porter au jour ces mécanismes d'infériorisation et la logique de la domination sociale. C'est à un véritable renouvellement de l'analyse des classes, des trajectoires, des identités (le genre, la race...) et du rôle central et ambivalent des institutions (notamment le système scolaire, le droit, la politique...) dans leur fabrication que nous convie Didier Eribon. Avec pour horizon l'idée fondamentale que seule une démarche qui place au centre de ses préoccupations le problème des déterminismes inconscients par lesquels nos vies sont régies peut nous permettre, par-delà les incantations lancées par les intellectuels populistes qui saturent l'espace de la gauche radicale, d'ouvrir la voie à une politique de l'émancipation.

Dans ce second volet, l'auteur de Retour a Reims nous donne un nouveau grand livre, appelé à vite devenir, comme le précédent, un classique des sciences sociales et de la théorie critique.

Publié le : mercredi 24 avril 2013
Lecture(s) : 175
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213669502
Nombre de pages : 280
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Paru en octobre 2009, Retour a Reims a rencontré un écho considérable et suscité de très nombreux débats. C'est à partir de cet accueil et des questionnements qu'il a fait surgir que Didier Eribon entreprend aujourd'hui de reprendre et d'approfondir le récit et les réflexions qui s'entrecroisaient dans cet ouvrage. En ancrant toujours, bien sûr, sa démarche dans l'expérience vécue et dans l'exploration d'une mémoire personnelle et d'une histoire familiale dont il s'attache à restituer les significations sociologiques et politiques.
La société assigne des places. Elle énonce des verdicts, qui s'emparent de nous et marquent nos vies à tout jamais. Elle installe des frontières et hiérarchise les individus et les groupes. La tâche de la pensée est de porter au jour ces mécanismes d'infériorisation et la logique de la domination sociale. C'est à un véritable renouvellement de l'analyse des classes, des trajectoires, des identités (le genre, la race...) et du rôle central et ambivalent des institutions (notamment le système scolaire, le droit, la politique...) dans leur fabrication que nous convie Didier Eribon. Avec pour horizon l'idée fondamentale que seule une démarche qui place au centre de ses préoccupations le problème des déterminismes inconscients par lesquels nos vies sont régies peut nous permettre, par-delà les incantations lancées par les intellectuels populistes qui saturent l'espace de la gauche radicale, d'ouvrir la voie à une politique de l'émancipation.
Dans ce second volet, l'auteur de
Retour a Reims nous donne un nouveau grand livre, appelé à vite devenir, comme le précédent, un classique des sciences sociales et de la théorie critique.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Sociologie du journalisme Erik NEVEU Dans un ouvrage collectif sur l'investissement de la subjectivité des journalistes dans leur travail Cyril Lemieux et ses coauteurs développent une approche particulièrement cohérente de leur métier et des satisfactions et contraintes qu'éprouvent ceux qui les exercent Erik Neveu s'interroge sur le maintien de frontières au sein de la sociologie française contemporaine Recensé Cyril Lemieux dir La subjectivité journalistique Onze leçons sur le rôle de l'individualité dans la production de l'information Editions de l'EHESS p Une des difficultés rendre compte de trop d'ouvrages collectifs est d'y trouver au delà d'un titre une cohérence autre que celle que Wright Mills associait ironiquement au travail des typographes et maquettistes L'ouvrage dirigé par Cyril Lemieux épargne cette difficulté Il rassemble onze contributions nées du dialogue d'un séminaire de recherche Elles se positionnent par rapport un même cahier des charges Il s'agit de penser l'activité journalistique en étant simultanément attentif aux contraintes et interdépendances dans lequel elle se déploie et la manière dont des individus socialement contraints parviennent déployer innovations et inventivité trouver dans le monde professionnel des espaces d'expression d'autonomie d'épanouissement Un autre facteur fort de cohérence tient en la ponctuation d'une leçon qui vient s'adjoindre chaque contribution On peut supposer que ces leçons ont été rédigées par Cyril Lemieux avec l'aval des auteurs elles viennent chaque fois expliciter une modalité un ressort de cette subjectivité en étant attentives ne jamais faire de celle ci un attribut ou une liberté qui s'exerce malgré le social mais tout au contraire appuyé sur celui ci

de profil-urra-2012

Bourdieu

de harmattan