Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 39,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

La sociologie historique

De
480 pages
Cette introduction à la sociologie historique constitue une somme unique en langue française sur les traditions, trajectoires et débats au cœur des développements de ce champ d’études. De façon claire et cohérente, l’auteur aborde la sociologie historique à la fois comme un carrefour disciplinaire, un ensemble de convictions méthodologiques ainsi que comme un espace de débats traversé par différentes traditions théoriques et un certain nombre d’objets. En faisant dialoguer les classiques et la recherche contemporaine, il met l’accent sur des contributions qui permettent de problématiser l’historicité du social et du politique. Il adopte une conception ouverte de la sociologie historique qui met en relation les intuitions théoriques de Karl Marx et de Max Weber en les situant par rapport à l’héritage d’Adam Smith. Il tisse également des liens avec des disciplines voisines, notamment la science politique et l’histoire sociale et globale. Si l’ouvrage peut aider à combattre, d’une part, un traitement positiviste et anhistorique du monde social et, d’autre part, les écueils d’un relativisme faussement sophistiqué, il aura atteint ses objectifs.
L’ouvrage de Dufour fait un travail inestimable en démontrant la portée explicative de la sociologie historique. Il offre une introduction compréhensive et systématique à ce champ. Il n’y a présentement aucun ouvrage similaire en français, ce qui est à la fois frappant et dommage.
– Bruce Curtis, professeur de sociologie à l’Université Carleton
L’ouvrage m’apparaît non seulement unique en langue française, mais il constitue un véritable tour de force. Très peu d’ouvrages couvrent autant d’auteurs américains, européens et canadiens dans un style aussi clair et avec un tel souci de documenter les développements du champ. Je suis certain que l’ouvrage va constituer le texte de référence dans le monde francophone pour les années à venir.
– Benno Teschke, professeur de relations internationales à la Sussex University
Cet ouvrage, extrêmement complet et fouillé, nous propose de revenir aux origines de la sociologie historique, d’en discuter les frontières mouvantes et les développements récents. Il a surtout le mérite d’insister sur les généalogies des concepts et des approches, ce qui permet de mettre en perspective les débats contemporains qui apparaissent trop souvent fragmentés et où les liens avec le développement et les évolutions des disciplines mères, comme la sociologie et l’histoire, se perdent.
– Pascale Dufour, professeure de science politique à l’Université de Montréal
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Lire Weber et Troeltsch ; n°1 ; vol.74, pg 187-202

de Archives-des-sciences-sociales-des-religions

SOCIOLOGIE DE CLASSE

de harmattan

image

LA SOCIOLOGIE
HISTORIQUE

image

Directeur de collection
Alain-G. Gagnon

Les recherches portant sur le Québec et le Canada ont pris un nouvel élan ces dernières années grâce au gain en popularité des études comparées et au rayonnement qu’elles ont connu sur la scène internationale. Le Québec est devenu une véritable inspiration pour les nations en quête de reconnaissance alors que, de son côté, le Canada est fréquemment présenté comme un modèle pour les sociétés traversées par la diversité nationale et le pluralisme identitaire.

La collection Politeia se concentre sur l’analyse des phénomènes politiques et sociaux, et cherche plus particulièrement à mieux comprendre les transformations de la vie politique au Québec et au Canada. Ses auteurs jettent un regard affûté sur l’évolution du régime politique, des systèmes partisans et de l’économie politique au pays, en plus de s’intéresser aux mutations économiques, idéologiques et politiques ayant marqué le Québec et le Canada.

La collection Politeia accueille les travaux de pointe portant sur les nations sans État et celles en voie d’habilitation, dans la mesure où ils feront avancer la réflexion sur le fédéralisme et le phénomène national et permettront de mettre en valeur la production scientifique des québécistes et des canadianistes.

Comité scientifique

James P. Bickerton

St. Francis-Xavier University

Gérard Bouchard

Université du Québec à Chicoutimi

Stephen Brooks

University of Windsor

Eugénie Brouillet

Université Laval

Claude Corbo

Université du Québec à Montréal

Bernard Gagnon

Université du Québec à Rimouski

Nicolas Houde

Université du Québec à Montréal

Jane Jenson

Université de Montréal

Michael Keating

University of Aberdeen

Guy Laforest

Université Laval

Ramon Maiz

Université Saint-Jacques de Compostelle

Alain Noël

Université de Montréal

Johanne Poirier

Université Libre de Bruxelles

Daniel Salée

Université Concordia

A. Brian Tanguay

Wilfrid Laurier University

Luc Turgeon

Université d’Ottawa

Jean-Philippe Warren

Université Concordia

José Woehrling

Université de Montréal

image

Presses de l’Université du Québec

Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2

Téléphone: 418 657-4399

Courriel:puq@puq.ca

Télécopieur: 418 657-2096

Internet:www.puq.ca

Diffusion/Distribution:

CANADA

Prologue inc., 1650, boulevard Lionel-Bertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7
Tél.: 450 434-0306 / 1 800 363-2864

FRANCE

AFPU-D – Association française des Presses d’université
Sodis, 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77 403 Lagny, France – Tél.: 01 60 07 82 99

BELGIQUE

Patrimoine SPRL, avenue Milcamps 119, 1030 Bruxelles, Belgique – Tél.: 02 7366847

SUISSE

Servidis SA, Chemin des Chalets 7, 1279 Chavannes-de-Bogis, Suisse – Tél.: 022 960.95.32

image

La Loi sur le droit d’auteur interdit la reproduction des œuvres sans autorisation des titulaires de droits. Or, la photocopie non autorisée – le «photocopillage» – s’est généralisée, provoquant une baisse des ventes de livres et compromettant la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des professionnels. L’objet du logo apparaissant ci-contre est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’avenir de l’écrit le développement massif du «photocopillage».

LA SOCIOLOGIE
HISTORIQUE

TRADITIONS,
TRAJECTOIRES
ET DÉBATS

Frédérick Guillaume Dufour

image

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

Dufour, Frédérick Guillaume

La sociologie historique: traditions, trajectoires et débats

(Collection Politeia)

Comprend des références bibliographiques.

ISBN 978-2-7605-4348-5

ISBN EPUB 978-2-7605-4350-8

1. Sociologie historique. I. Titre. II. Collection: Collection Politeia.

HM487.D83 2015    301.09    C2015-940979-9

image

Conception graphique

Vincent Hanrion

Mise en pages

Info 1000 Mots

Dépôt légal: 4e trimestre 2015

› Bibliothèque et Archives nationales du Québec

› Bibliothèque et Archives Canada

© 2015 – Presses de l’Université du Québec

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés

Imprimé au Canada

REMERCIEMENTS

L’une des plus grandes chances que me donne le métier d’enseignant est de rencontrer des étudiantes et des étudiants dont la curiosité intellectuelle n’a pas de frontières. En sociologie historique, de tels étudiantes et étudiants nous font voyager et nous forcent à constamment ressaisir et réexaminer les objets que la sociologie et la science politique tiennent pour acquis.

Je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui ont contribué d’une façon ou d’une autre à cet ouvrage. Certains en prenant part aux recherches qu’il a nécessitées; d’autres en relisant des ébauches de chapitres; d’autres, enfin, en menant des recherches sociohistoriques sous ma direction: Laurent Alarie, Alexis Brabant, Mathieu Brière-Provencher, Charles Carrier-Plante, Joël Casséus, Félix Deslauriers, Sophie Dorion, Marilou Favreau-Léger, Frantz Gheller, Mathieu Jean, Jonathan Lalande-Bernatchez, Gabriel L’Écuyer, Caroline Malette, Laurence Morin, Sabrina Paillé, Corynne Laurence-Ruel, Maxime Robert, Hubert Rioux-Ouimet, Louis-Philippe Lavallée, Fanny Theurillat-Cloutier et Jonathan Viger. Nancy Turgeon, Thierry Drapeau et Mathieu Forcier ont constamment alimenté ma réflexion sur la Chine, l’Atlantique et les théories contemporaines du nationalisme, alors que Michel-Philippe Robitaille m’a fourni une aide importante à plusieurs étapes de ce projet.

Un grand nombre de collègues des départements de sociologie et de science politique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ont également contribué à rendre cet ouvrage possible par leurs encouragements, leurs commentaires, leurs critiques et leurs travaux: Élisabeth Abergel, Victor Armony, Leila Celis, Julian Durazo-Herrmann, Paul Eid, Jean-François Filion, Elsa Galerand, Louis Jacob, Xavier Lafrance, Jonathan Martineau, Dan O’Meara, Jean-Guy Prévost, Shirley Roy et Valérie Vézina. En dehors de l’UQAM, je tiens à remercier plusieurs collègues et amis de la communauté des sociohistoriens au Québec et au Canada: John A. Hall, Georges C. Comninel, Bruce Curtis, Andrew Dawson, Hannes Lacher, Matthew Lange, Thierry Lapointe, Frédéric Mérand, Martin Petitclerc, Victor Piché, Sébastien Rioux, Stéphanie Rousseau, Susan Spronk et Ellen M. Wood. L’accueil des collègues du Centre for Social Theory and Comparative History à UCLA, Bob Brenner et Rogers Brubaker notamment, et des collègues du Département de relations internationales de l’Université Sussex, Samuel Knafo, Benno Teschke et Justin Rosenberg, fut déterminant pour l’orientation qu’allait prendre cet ouvrage. Alain-G. Gagnon, directeur de cette collection aux Presses de l’Université du Québec, a cru dans ce projet du début jusqu’à la fin. Je le remercie pour cet appui indéfectible. Enfin, je tiens à remercier l’équipe des Presses de l’Université du Québec pour son professionnalisme et son excellent travail d’édition.

La réalisation de ce projet avait pour principal rival mon temps passé avec Mélanie et nos deux fils, Émile et Édouard. J’avoue ne regretter aucun des moments passés avec eux au détriment de la rédaction.

Près d’un siècle après la publication de l’ouvrage Économie et société, un étudiant en sociologie qui entamerait une thèse de doctorat sur l’économie politique de l’Empire romain, les guildes médiévales ou le judaïsme antique rencontrerait plusieurs obstacles. Plusieurs sociologues estiment que ces thèmes sont à exclure de ce qu’il est méthodologiquement raisonnable d’aborder en sociologie. De fait, ces objets requièrent souvent des compétences linguistiques et des connaissances historiques qui incitent à sortir des sentiers battus de la sociologie contemporaine. Les méthodes d’enquête de terrain et de collecte de données qui se sont développées notamment dans le sillon de l’école de Chicago sont peu adaptées à de tels objets. Enfin, les retombées pratiques, voire pécuniaires, des recherches sur ces objets ne sont pas évidentes. Ces réserves sont pertinentes, mais elles ne justifient pas l’interdit en faveur duquel militent certains méthodologues. Elles montrent, d’une part, la nécessité d’explorer une collaboration plus soutenue entre les sciences sociales et l’histoire. C’est cette tâche que se sont donnée des revues comme Social Science History, Comparative Studies in History and Society, Journal of Historical Sociology, History andTheory et le Journal of World History pour ne nommer que les plus spécialisées. Ces réserves permettent, d’autre part, l’exploration des débats méthodologiques et épistémologiques entourant la relation des sciences sociales à la discipline historique. Cette exploration est en partie l’objet de cet ouvrage.

Weber (1991, 2001, 2010) ne considérait pas les objets énumérés précédemment comme des préoccupations byzantines. Les catégories idéales-typiques répertoriées dans Économie et société étaient engagées dans un dialogue avec l’histoire. L’engagement de Max Weber à l’endroit de l’histoire comparée du droit et de la religion était sans équivoque. Le «père» de la sociologie allemande estimait que cette discipline devait conserver un dialogue avec l’histoire afin de construire des catégories sociohistoriques s’inscrivant dans des modèles théoriques. Weber était animé par le souci de développer, clarifier, mettre à l’épreuve ou invalider les idéaux-types et les hypothèses théoriques en conservant une modestie à l’égard de leur portée heuristique.

Cette orientation historique de la discipline signifie-t-elle qu’il faille sans cesse mettre à l’épreuve et renouveler les idéaux-types en fonction des fondements de la discipline sociologique? Certainement pas. Cela suppose-t-il que toute problématique sociologique requiert une mise en contexte historique exhaustive? Non. Des volets importants de la recherche contemporaine en sociologie s’inscrivent dans le cadre d’une période de «science normale», pour reprendre l’expression de Thomas Kuhn. Le point important est plutôt que les programmes de recherche portant seulement sur la courte durée ne permettent pas d’enquêter sur un ensemble de questions sociologiques que les sciences humaines ont hérité de Karl Marx, Max Weber, W. E. B. Du Bois et Émile Durkheim. L’enfermement dans le temps présent entraîne des contraintes théoriques et politiques. Non seulement il appauvrit la portée de la réflexion sociologique, mais il limite l’imagination de ce qu’ont été d’autres mondes que le nôtre. Face à ces périls, la théorie sociale continue d’avoir besoin «d’une approche qui enquête sur la constitution historique des catégories théoriques de base» (Calhoun, 1997a, p. 328).

Cet ouvrage se penche sur les trajectoires, débats et concepts au cœur des développements de la sociologie historique comparative. La sociologie historique est un sujet modulaire qui ne fait pas l’objet d’une définition consensuelle. Nous reprenons et développons la définition qu’en propose l’institutionnaliste George Lawson qui l’a décrite comme

une tentative, datant d’au moins deux cents ans (quoique cela dépende à certains égards de quand et d’où l’on commence à compter), d’économistes, de philosophes de l’histoire et de sociologues de fournir une explication à la fois historique et généralisable de l’émergence du capitalisme, de l’industrialisation, du rationalisme, de la bureaucratisation, de l’urbanisation et d’autres aspects centraux du monde moderne (Lawson, 2007, p. 344).

Cet ouvrage aborde la sociologie historique à la fois comme un carrefour disciplinaire, un ensemble de convictions méthodologiques, un espace de débats traversé par différentes traditions théoriques et un certain nombre d’objets. Il met l’accent sur des contributions qui permettent de problématiser l’historicité du social et du politique.

LA SOCIOLOGIE HISTORIQUE COMME CARREFOUR (IN) DISCIPLINAIRE

Plutôt que comme une discipline ou une sous-discipline, nous abordons la sociologie historique comme un carrefour de trajectoires disciplinaires et antidisciplinaires en sciences sociales. Entendue dans son acception large, celle-ci est le lieu où convergent des chercheurs œuvrant en sociologie (politique et culturelle), en économie institutionnaliste, en politique comparée, en relations internationales, en anthropologie économique et dans différentes branches de l’histoire sociale, démographique, économique, politique et des idées politiques. Ce carrefour est le lieu où peuvent dialoguer un politologue qui reconstruit les transitions entre les différents systèmes internationaux ou les différents appareils statistiques; un comparativiste qui analyse les dynamiques patrimoniales de différents États; une sociologue qui s’intéresse aux développements des États et des nationalismes; un historien qui compare les processus de démocratisation, les stratégies matrimoniales ou les cycles de consommation; et une économiste qui s’intéresse aux conditions d’émergence du capitalisme. Ce carrefour est antidisciplinaire dans la mesure où celles et ceux qui s’y aventurent cherchent à sortir des contraintes de leurs disciplines respectives et remettent en question la division du travail entre les sciences sociales et l’histoire (Wallerstein, 2000).

Circonscrire le champ de la sociologie historique exige qu’on situe celle-ci par rapport à la politique comparée et à l’étude des relations internationales. Cet ouvrage soutient qu’il s’agit dans une large mesure de vases communicants. Avec Lawson, nous refusons la frontière disciplinaire entre l’étude des relations internationales et la sociologie: «both arenas share common dynamics of social action and social change made observable through the historical, comparative study of institutions» (Lawson, 2004, p. 45). Comme aimait à le répéter Charles Tilly, la sociologie et la science politique peuvent difficilement se passer d’une certaine forme d’analyse historique (Tilly, 2006b, p. 417-421)1. L’influence des Stein Rokkan, Charles Tilly, James Mahoney, Theda Skocpol, Barrington Moore, Ernst Gellner, John A. Hall, Michael Mann, Michael Hechter, Dietrich Ruschemeyer, Rogers Brubaker et Andreas Wimmers se fait sentir dans une discipline comme dans l’autre. Si la politique comparée met l’accent sur les propriétés formelles des organisations, institutions, processus et mécanismes politiques, la sociologie historique s’intéresse à leurs trajectoires historiques en fonction des changements sociaux et politiques (Buzan et Little, 1996; Hobden, 1998; Hobden et Hobson, 2002). La politique comparée, par exemple, permet de dégager une typologie des conflits susceptibles d’être engendrés par la répartition constitutionnelle des pouvoirs au sein d’un régime politique unitaire, fédéral ou confédéral; ou, encore, les dynamiques formelles associées aux différents modes de scrutin. Elle n’explique pas nécessairement pourquoi telle ou telle trajectoire constitutionnelle a été adoptée par un État, mais plutôt les dynamiques que la répartition des pouvoirs enchâssée dans une constitution engendre entre les différents niveaux de législation2. La sociologie historique, elle, s’intéresse également aux causes de la variation de ces trajectoires constitutionnelles.

DES CONVICTIONS MÉTHODOLOGIQUES

John M. Hobson propose de «définir la sociologie historique […] comme une approche critique qui refuse de traiter le présent comme une entité autonome en dehors de l’histoire, et qui insiste pour l’enchâsser dans des lieux sociotemporels particuliers» (Hobson, 2002, p. 13). Dans cette veine, les sociohistoriens sont animés par deux convictions. Selon la première, il y a une valeur ajoutée à étudier ou comparer les phénomènes sociaux sur la longue durée, soit dans des contextes délimités au moyen d’une périodisation contrôlée par la théorie3. Selon la seconde, un des piliers d’une démarche rigoureuse en sociologie politique est l’adoption d’une méthode comparative.