La trace

De
Publié par

Ce livre dit l'histoire racontée par elle-même de Claudette Plumey, née hermaphrodite, et de sa vie de femme libre. Née dans une ambiguïté de sexe, elle sent très vite quel est son genre et elle le construit avec sensibilité et justesse, en gardant dans toutes ses épreuves la confiance d'une femme heureuse. Passionnée dans ses amours, ses amitiés, ses engagements, Claudette est avant tout une femme dans la vie, une femme en vie. La trace, une trace. Claudette, résolument humaine.
Publié le : vendredi 15 avril 2016
Lecture(s) : 26
EAN13 : 9782140007507
Nombre de pages : 180
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Claudette Plumey & Christine Delory-Momberger
L’écriture de la vie
Claudette Plumey & Christine Delory-Momberger
La trace Dits et récits d’une hermaphrodite, travailleuse du sexe
Postface de Marie-Élisabeth Handman
19ISBN :
9782360850761
LA TRACE Dits et récits d’une hermaphrodite, travailleuse du sexe
ÉDITIONS TÉRAÈDRE COLLECTION «L’ÉCRITURE DE LA VIE» sous la direction de Christine Delory-Momberger Au cœur de l’intérêt contemporain pour les «histoires de vie », qu’alimentent une tradition ancienne et un courant théorique qui ont trouvé à s’exprimer tant en littérature qu’en sciences humaines, il y a la dimension créative d’une «écriture de la vie ». «L’écriture de la vie» à laquelle renvoient l’étymologie et le sens commun du mot biographie est ici entendue comme une attitude première du fait humain: dès qu’il veut se saisir de lui-même, l’homme écrit sa vie. Il n’a pas d’autre moyen d’accéder à son existence que de figurer ce qu’il vit à travers le langage des histoires. Les hommes ne font pas le récit de leur vie parce qu’ils ont une histoire: ils ont une histoire parce qu’ils font les récits de leur vie.
La collection «L’écriture de la vie» propose des ouvrages à dimension théorique et historique ainsi que des récits biographiquesrécits de formation ou d’itinéraires professionnels, biographies intellectuelles, expériences collectives, histoires généalogiquesjournaux et des des correspondances, qui s’éclairent les uns les autres.
La collection s’adresse à la fois àun public de spécialistes de sciences humaines tant universitaires que professionnels (sociologues, anthropologues, ethnologues, historiens, psychologues), de spécialistes de l’éducation (enseignants, éducateurs, formateurs, praticiens des histoires de vie), et à un grand public intéressé par les récits et témoignages biographiques.
Claudette Plumey & Christine Delory-Momberger
LA TRACE Dits et récits d’une hermaphrodite, travailleuse du sexe
Postface de Marie-Elisabeth Handman
ISBN 978236085076-1
©Téraèdre 2016 www.teraedre.fr
À Andrée, Laura et Carmen
Claudette, une volonté d’êtreCe livre a mis quatre ans. Pour se faire, gagner en maturité. Que les mots trouvent leur musique, qu’ils se posent doucement. Qu’ils forment un récit qui dit l’histoire. Celle d’une femme, née hermaphrodite, qui a vécu et vit une vie au-delà de toute imagination. Une vie de femme libre, assumée dans ses choix. Claudette, c’est un combat, une volonté d’être.Ces entretiens se sont tissés au fil de nos rencontres, lorsque Claudette venait à Paris pour participer à des actions militantes pour la défense des droits des travailleuses et travailleurs du sexe. La brasserie L’Européen, en face de la gare de Lyon, a offert au fond de sa salle un abri tranquille à nos voix mêlées. Ces moments de plongée dans un passé souvent lointain, parfois plus proche, lui ont fait vivre et revivre des émotions, des souvenirs, remuant toutes choses d’une existence où il a toujours été question d’aller au bout extrême de ses expériences. Engagée, Claudette l’est, l’a toujourspour les été, causes qu’elle défend, le travail du sexe, la diversité des genres. Militante dans l’âme et dans le cœur. Impliquée dans ses combats en tant que travailleuse du sexe et hermaphrodite, elle a su porter haut et fort sa parole et l’accompagner d’actions. Contre toutes les injustices, les abus, l’oppression des libertés. Passionnée dans ses amours, ses amitiés, présente dans ses rencontres,
7
Claudette est avant tout une femmedans la vie, une femmeen vie. Née au Maroc, un pays de l’autre côté dela mer, dans une ambiguïté de sexe, elle a su très vite sentir quel était son genre et elle l’a construit avec sensibilité et justesse, en gardant dans toutes ses épreuves la confiance d’une femme heureuse. Ce livre qu’il nous importait de faire est devenu une entreprise de longue haleine. Le temps passait, d’autres occupations nous absorbaient et nous éloignaient du projet. Mais reprenant il y a quelques mois les enregistrements effectués, nous en avons vu et lu toute la force et l’actualité. Parce que lorsque Claudette parle des événements de sa vie, cela dépasse vite les simples affaires privées d’une personne en train de se dire. Il y est question du travail d’exister de la simple condition humaine. Nos échanges se terminent sur l’évocation que fait Claudette de ses trois cancers et de ses quatre opérationsqui l’attendent. Et là aussi, elle reste une combattante en se lançant un immense défi qu’elle veut réaliser dans quelques mois, un record à battre pour la cycliste de compétition qu’elle est, un record à la mesure, à ladémesurede ce qu’elle est.Claudette a maintenant traversé ses cancers, avec force et courage, et elles’est ajouté un nouveau combat, aider ceux qui sont atteints de cette maladie à lutter, à ne pas renoncer. La trace, une trace. Claudette, résolument humaine. Christine Delory-Momberger 8
« Je suis Claudette »
Christine Delory-Momberger :Au seuil de ces entretiens que nous allons mener ensemble, j’ai envie dete poser cette première question : quelle personne es-tuaujourd’hui?
Claudette Plumey : Moi je suis Claudette. Un prénom assez courant. Mais il n’y en a qu’une qui est moi.Pour me présenter, je peux dire que je ne suis ni travestie ni transsexuelle. Je suis qui alors ? Homme ou femme ? Je suis hermaphrodite. Peut-être le sexe des anges.C’esten tout cas pour moi du pain béni d’être ce que je suis. Dans les années où je suis née, en 1937dans le nordà Meknès duMaroc,il ne se pratiquait pas d’opération commeon le fait maintenant. Je possédais les deux sexes et on m’a reconnueen tant qu’hermaphrodite. Maman me racontait : « Quand tu étais un bébé, personne ne pouvait savoir qui tu étais, qui tu allais devenir ».J’ai été enregistrée à l’état-civil comme étant de sexe masculin sous le prénom de Claude qui convenait aux deux sexes et mes parentsm’ont laissée gentiment grandir dans mon genreen m’apportant tout leur amour. Si je suis bien aujourd’hui dans ma tête, c’est que j’ai eu un bon départ.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.