//img.uscri.be/pth/b4789f5770ec3ded03a46b9a33d427f55c6c9ae9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La transmission de l'interdit

De
129 pages
A un moment où l'on redécouvre les vertus de l'autorité, il n'est pas superflu de s'interroger sur son fondement qui est la transmission de l'interdit. Bien qu'il soit spontanément admis que l'interdit est inhérent à l'acte éducatif, il est encore mal identifié. Il s'agit donc de puiser dans la théorie psychanalytique pour répondre à certaines questions: qu'est-ce que l'interdit, pourquoi l'introduire dans l'éducation et comment l'adulte peut-il le transmettre aux enfants?
Voir plus Voir moins

LA TRANSMISSION DE L'INTERDIT

Frédéric Caumont

LA TRANSMISSION DE L'INTERDIT
Une éducation à l'éthique

L'Harmattan 5-7, roe de l'École-Polytechnique; 75005 Paris FRANCE
L'Hannattan Hongrie Konyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest
Espace Fac..des L'Harmattan Sc. Sociales, BP243, Université Kinshasa Pol. et Adm. ;

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALlE

KIN XI

de Kinshasa

- RDC

L'Harmattan Burkina Faso 1200 logements villa 96 12B2260 Ouagadougou 12

http://www.1ibrairieharmattan.com diffusion.harmattan @wanadoo.fr harmattan! @wanadoo.fr
@ L'Harmattan, 2006

ISBN: 2-296-00768-6 E~:9782296007680

À la mémoire de mon père

SOMMAIRE

INTRODUCTION.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. Il

PREMIÈRE PARTIE: LE SENS DE L'INTERDIT

I. La signification de l'Interdit L'Interdit et l'interdiction Les enjeux de l'Interdit

...

...

17 17 20
23 23

II. L'interdit de la jouissance Le concept de jouissance dans la théorie psychanalytique La question de la jouissance dans le cas Schre ber ill. L'interdit de la complétude Narcisse et la problématique de l'image L'expérience spéculaire infantile L'avènement de la subjectivation

..

... 2 7
33 33 37 39 43 43 47

IV. La fonction de l'Interdit La castration dans son registre symbolique Le développement de la croissance psychique

DEUXIÈME PARTIE: LA TRANSMISSION DE L'INTERDIT EN MILIEU ÉDUCATIF V. Vers un lieu de la transmission de l'Interdit: le Conseil La réunion de coopérative de C. Freinet Le Conseil de F. Oury L'Assemblée Générale à l'école de la Neuville L'écriture du "râlage". Le statut de la plainte ...... ...... ...... ... Le soutien de la demande VI. Le processus de transmission groupale de l'Interdit Premier temps: l'énonciation de l'Interdit
dan sIe

59 60 64 69 73 ... 75 78 83

gro u pe. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8 5

Première période: les manifestations de régression groupale Seconde période: la fonction métadéfensive de l'Interdit.. Troisième période: entre intériorisation et déni de l'Interdit VII. L'incidence du rapport à l'Interdit chez l'adulte L'épreuve de la castration Identification et intériorisation de l'Interdit La transmission de l'Interdit: éducation ou psychothérapie ? CONCLUSION BffiLIOGRAPHIE Rem e rci em e n ts

87 90 93 ! 05 ! 05 ll1 118 123 127 .13 1

INTRODUCIION

« Ils ne respectent plus l'autorité! « Ils n'ont plus de repères! » « Ils sont sans limites! »

»

Ces propos d'adultes, à l'adresse de bon nombre d'enfants, sont devenus un lieu commun. Ils sont cependant révélateurs d'un malaise qui, paradoxalement, ne paraît pas véritablement identifié. Expliquons-nous: ces attitudes insociables sont généralement considérées comme les conséquences d'une démission parentale, un jugement moral qui n'est certes pas infondé mais qui demeure disqualifiant à ]' égard de familles elles-mêmes désemparées. Pour notre part, nous considérons qu'il importe davantage d'apporter un diagnostic clinique car ces troubles doivent être considérés comme le symptôme d'une carence psychique de l'Interdit et traités en tant que tel. L'originalité du concept d'Interdit provient du fait qu'il est situé à ]a fois dans le champ des faits psychiques et dans celui des faits sociaux, précisément à la jonction de la subjectivation et de la socialisation. Ces deux champs ne sont généralement pas distingués l'un de l'autre, et l'Interdit se trouve trop souvent réduit à sa dimension sociale (l'interdiction), au détriment de son registre psychique, ce qui ne manque pas d'affecter le processus de transmission. Or si l'on vise véritablement à favoriser l'autonomie de la personne, c'est moins l' inculcation des interdictions que l' intériorisation de l'Interdit qu'il faudrait promouvoir, d'où la nécessité d'appréhender avec justesse ce processus psychique.

Il

Il nous semble que l'école est tout particulièrement concernée par ce questionnement, dans la mesure où la crise de l'autorité que traverse cette institution est imputable, d'après nous, à la relégation d'une partie des missions qui lui sont confiées. On peut en effet observer que l'école se consacre presque exclusivement à sa tâche d'enseignement, au risque de se réduire à n'être qu'un lieu de transmission des savoirs, et ainsi de négliger sa fonction éducative. Dans ce contexte, on ne peut qu'attribuer la montée de la violence scolaire à la défaillance de la transmission de l'Interdit, entraînant la désinscription des différences intergénérationnelles, la confusion des statuts d'adulte et d'enfant et la manifestation de réactions d'agressivité mutuelle entre enseignants et élèves. C'est pourquoi la problématique de la transmission de l'Interdit nous paraît essentielle, car son déficit aurait une incidence directe quant à la dégradation du c]imat scolaire et la perplexité grandissante du monde enseignant face à cette situation. Il s'avère que ]a problématique de la transmission groupale de l'Interdit nous paraît également renouveler l'approche de la classe en tant que groupe. L'étude du groupeclasse, dans une perspective psychosociologique (G. Ferry, M.A. Bany et L.V. Johnson), date d'une trentaine d'années et encore ne prend-elle pas véritablement en compte la dimension du groupe en tant que telle, dans la mesure où elle reste centrée sur la conduite de la classe, dans une visée essentiellement opératoire. Cette orientation n'a pas connu de développement ultérieur et la classe est, encore de nos jours, uniquement appréhendée comme une entité institutionnelle, c'est-à-dire une somme d'élèves, dans une négation de sa réalité spécifiquement groupale. J. P. Vidal va jusqu'à dire qu'il y a dans l'institution scolaire un « impensé de la groupalité » rendant impossible la compréhension des phénomènes de groupe, entre autres celui du chahut qui demeure l'épreuve tant redoutée des enseignants. Cet auteur se demande même si le succès de la notion de différenciation pédagogique, centrée sur l'indivi12

dualité de l'élève, ne constitue pas le « symptôme d'une résistance épistémologique à penser le groupeJ ». L'approche groupale ne nie pas la singularité de chacun, du moins dans une perspective psychanalytique. Elle tente au contraire de lui donner une juste place, c'est-à-dire en accordant la prépondérance à sa composante intersubjective, comme constitutive de la psyché individuelle. La théorie psychanalytique du groupe nous apparaît donc féconde dans le champ de l'éducation: dans la continuité de S. Freud, elle avance l'idée que si l'individu est à lui-même sa propre fin, il est également un élément de l'ensemble qui le détermine. Autrement dit, « le sujet est le sujet du groupe », selon R. Kaës, ce qui signifie qu'on ne peut appréhender le sujet dans sa globalité qu'en le re-situant au sein du groupe auquel il est affilié. Cette perspective nous invite à penser le groupe d'enfants avec l'hypothèse de l'inconscient, en prenant en compte ce qui se passe dans le groupe et qui demeure cependant voilé. Toutefois, cet éclairage ne propose pas seulement un décryptage du fonctionnement psychique groupaI. Nous souhaitons également confirmer la pertinence de l'influence de la psychanalyse dans le champ éducatif. II nous semble en effet possible de parler d'une éducation inspirée par la psychanalyse, non pas dans le sens d'une pratique psychanalytique groupale en milieu éducatif, mais d'une éducation pensée à partir des concepts d'Interdit, de castration et de sujet. Il ne s'agit pas pour autant de considérer l'éducation comme une application de la théorie psychanalytique, mais de repenser la question de l'éthique en éducation, par le truchement de la psychanalyse. L'objectif de cette approche éthico-psychanalytique de l'éducation, à partir des apports de S. Freud, de J. Lacan et de F. Dolto principalement, est de mettre en évidence le travail de l'Interdit au sein du groupe d'enfants. Dire que l'Interdit travaille dans le groupe, c'est considérer qu'il travaille
1

VIDAL J.-P. Malaise dans la relation pédagogique: l'agressivité dans le

"groupe-classe", in VIDAL J.-P. et al. - Malaise dans l'institution scolaire. Problématique de la relation éducative, Perpignan: Presses Universitaires de Perpignan, 1997 13

essentiellement le groupe ou, pour le dire autrement, qu'il met le groupe au travail. Le sens du mot travail n'est pas ici employé dans son acception courante, comme une tâche productive, mais envisagé comme une activité mentale - S. Freud parle du travail du rêve, du travail de deuil - qui est, elle aussi, une opération de transformation. Le travail psychique, aussi discret soit-il, n'entraîne pas moins une modification en profondeur de l'organisation de la psyché. Le travail de l'Interdit est donc un processus de gestation et on pourrait évoquer à ce propos le sens ancien qui lui était attribué quand on parlait d'une femme en travail, au moment de l'accouchement. L'Interdit permet au groupe de donner naissance aux sujets qu'il porte en son sein, de faire advenir l'infans à la parole. Mais ce travail ne s'effectue pas, lui aussi, sans douleur - rappelons l'origine du mot travail: le tripalium, machine qui permettait de maîtriser les chevaux difficiles pour les ferrer, assimilé plus tardivement à un instrument de torture - et nous verrons, de fait, combien l'Interdit peut éprouver le groupe. II ressort de ces épreuves qu'elles s'avèrent être des crises de croissance du groupe d'enfants, des étapes décisives lui permettant d'accéder à une nouvelle phase de maturité. En définitive, l'Interdit pose la question de la croissance psychique du groupe et des membres qui le constituent et c'est pourquoi il nous est apparu comme une question clé de l'éducation.

14