La Turquie : croissance et inégalités

De
Publié par

La Turquie connaît un développement économique important. Pourtant, les inégalités restent fortes et questionnent son modèle de distribution des revenus, de protection sociale, d'éducation, d'emploi, de développement urbain et régional.

Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 89
EAN13 : 9782296484351
Nombre de pages : 223
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

RÉGION ET DÉVELOPPEMENT
n° 34-2011
La Turquie : croissance
et inégalités
L’HarmattanREVUE RÉGION ET DÉVELOPPEMENT
Revue fondée en 1995 par Gilbert Benhayoun et Maurice Catin
Directeur de la rédaction
Maurice CATIN
Laboratoire d’Économie Appliquée au Développement (LÉAD)
Université du Sud Toulon-Var. Mél : maurice.catin@univ-tln.fr
Comité de rédaction
Michel DIMOU (Université du Sud Toulon-Var)
Mél : dimou@univ-tln.fr
El Mouhoub MOUHOUD (Université de Paris Dauphine)
Mél : em.mouhoud@dauphine.fr
Comité scientifique
Graziella BERTOCCHI (University of Modena and Reggio Emilia, Italy), Jacques
CHARMES (Institut de Recherche pour le Développement), Juan R. CUADRADO ROURA
(University of Alcalà, Madrid, Spain), Gilles DURANTON (University of Toronto, Canada),
Patrick GUILLAUMONT (CERDI, Université d'Auvergne), Philippe HUGON (Université de
Paris X-Nanterre), Julie LE GALLO (Université de Franche-Comté), Jean-Yves LESUEUR
(GATE, Université de Lyon 2), Gianmarco OTTAVIANO (Bocconi University and University
of Bologna, Italy), John PARR (University of Glasgow, UK), Mark PARTRIDGE (Ohio
State University, USA), David A. PLANE (University of Arizona, USA), Henri REGNAULT
(CATT, Université de Pau), Sergio REY (Arizona State University, USA), Allen J. SCOTT
(University of California, Los Angeles, USA), Khalid SEKKAT (DULBEA, Université de
Bruxelles), Jean-Marc SIROEN (Université Paris IX Dauphine), Bernd SÜSSMUTH of Leipzig, Germany), Clem TISDELL (University of Queensland, Brisbane,
Australia), Heng-fu ZOU (Peking University, Beijing, China and the World Bank, USA).
Revue semestrielle référencée dans ECONLIT et dans IDEAS (REPEC)
Site web : www.regionetdeveloppement.org
________________________________________________________________________
© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’École polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-56833-4
EAN : 9782296568334
ISSN : 1267-5059 Région et Développement
n° 34 - 2011
La Turquie : croissance et inégalités
Coordonné par
Yusuf KOCOGLU et Jean-Claude VEREZ
Seyfettin GÜRSEL, Yusuf KOCOGLU, Jean-Claude VEREZ
Introduction - Croissance, emploi et inégalités en Turquie................................. 5
Articles
Burak GÜRBÜZ, Marc RAFFINOT
Croissance et répartition des revenus en Turquie (1994-2005) :
quel impact sur la pauvreté ?.............................................................................19
Ayça AKARÇAY-GÜRBÜZ, Mustafa ULUS
Labor force status and income disparity. Evidence from Turkey.......................39
Mélika BEN SALEM, Isabelle BENSIDOUN, Selin PELEK
Informal employment in Turkey: an overview...................................................57
Carlos SOTO IGUARÁN
The Turkish welfare regime under pressure: resilience or change?...................85
Jamel TRABELSI, Levent UNSALDI, Jean-Claude VEREZ
Les inégalités dans le domaine de l’éducation en Turquie...............................113
Maurice CATIN, Abdelhak KAMAL
Urbanisation, inégalités urbaines et développement en
Turquie (1950-2000)….....................................................................................141***
Maher GORDAH, Thomas LE TEXIER
Aide au développement et information asymétrique :
une analyse principal-agent ............................................................................163
Jean-François VERNE
L’amplitude du cycle économique et de l’écart de
production au Liban..........................................................................................181
***
Note et document
Michel DIMOU
Les nouvelles voies de recherche sur les districts industriels..........................203
Comptes rendus............................................................................................213
Natasha ISKANDER, Creative State - Forty Years of Migration and Development
Policy in Morocco and Mexico.
(par Choukri Hmed)
Marie-Claude BELIS-BERGOUIGNAN, Bernard JULLIEN, Yannick LUNG, Murat
YILDIZOGLU, Industries, Innovations, Institutions.
(par Michel Dimou)___________________ Région et Développement n° 34-2011 __________________

INTRODUCTION

CROISSANCE, EMPLOI ET INÉGALITÉS
EN TURQUIE


* **Seyfettin GÜRSEL , Yusuf KOCOGLU ,
**Jean-Claude VEREZ



L’insertion de l’économie turque dans le commerce international à partir
de 1980 et surtout son intégration dans le marché européen à la suite de l’Union
douanière (janvier 1996) a favorisé la croissance, encouragé l’entrée d’inves-
tissements directs étrangers et incité les entreprises à être plus compétitives,
1permettant à la Turquie de devenir une économie émergente (Vérez, 2008). La
croissance retrouvée, après la crise majeure qu’a connue le pays en 2001, ne
s’est pas démentie en dépit de la crise financière internationale de 2008. La
Turquie reste cependant confrontée à de grandes inégalités, concernant en pre-
mier lieu le marché du travail, le tout dans un contexte de faible redistribution.
Le chômage est un problème structurel en Turquie, auquel il convient d’associer
un poids important des emplois informels.

Du côté des demandeurs d’emploi, l’analphabétisme et un faible niveau de
formation limitent l’insertion professionnelle. C’est notamment le cas dans les
zones agricoles où l’on compte de nombreux emplois familiaux, dans les ré-
gions au sud et à l’est de l’Anatolie où vit la majorité des kurdes. Les disparités
dans l’éducation sont très fortes et posent la question récurrente de l’adéquation
formation-emploi.

Du côté des offres d’emploi, le rythme de la croissance pourtant élevé reste
insuffisant pour absorber les flux de population active, notamment les plus
jeunes. La croissance économique turque post-crise de 2001 a été particulière-
ment pauvre en création d’emplois, elle s’est surtout traduite par d’importants
gains de productivité (Blanc et al., 2007). La création nette d’emplois constitue
un enjeu de taille pour l’économie turque sur la prochaine décennie pour faire
face à l’arrivée sur le marché du travail d’une génération de jeunes très nom-
breuse, 30 % de la population ayant moins de 15 ans. En projetant la dynamique
de la population actuelle, Blanc et al. (2007) estiment que la Turquie aurait be-
soin de créer 6 millions de nouveaux emplois d’ici 2025, soit une moyenne de
400 000 par an, pour simplement maintenir les taux d’activité et le taux de

*
BETAM, Université de Bahçe şehir (Istanbul).
**
LEAD, Université du Sud Toulon-Var.
1 La Banque mondiale classe la Turquie dans les pays en développement à revenu
moyen supérieur (cf. l’article de Catin et Kamal dans ce numéro).
6 S. Gursel, Y. Kocoglu, J-C. Verez
chômage à leur niveau actuel. Or sur la période 2000-2005, l’économie turque a
créé seulement 94 000 emplois par an. De leur côté, Gürsel et Uysal (2010)
estiment qu’il faut une croissance du PIB de l’ordre de 5,5 % par an pour absor-
ber l’augmentation de la force de travail non agricole comprise entre 500 et 600
000 personnes par an. La question de l’emploi et du chômage, et conséquem-
ment les inégalités et les questions sociales qui en découlent, constituent donc
des enjeux cruciaux pour l’économie turque.

Nous décrivons dans ce qui suit les déterminants de la croissance turque
qui a suivi les années de crise 1999-2001 (section 1). Nous nous attachons en-
suite à évaluer l’impact de cette croissance sur l’emploi et le marché du travail
(section 2). Nous terminons par une présentation des articles qui composent ce
numéro, axés sur les principales inégalités socio-économiques auxquelles
l’économie turque est aujourd’hui confrontée (section 3).

1. L’ÉCONOMIE TURQUE : DU GOUFFRE AU
BOOM ÉCONOMIQUE

1.1. Les années de crise : 1999-2001

Il faut revenir à la crise de 2001 pour comprendre le renouveau de
l’économie turque (Vérez, 2003 ; Gürsel et Vérez, 2007). Les années 1990 ont
été marquées par une croissance très instable due, pour l’essentiel, à une infla-
tion élevée, chronique, elle-même source d’une très forte volatilité menant à des
taux d’intérêt réel très élevés. La crise de 2001 – majeure – a obligé les respon-
sables à tourner le dos à des pratiques discutables : financement des dépenses
par un recours excessif au système bancaire, envolée des déficits publics et de la
dette, recours à des fonds extra-budgétaires à faible lisibilité, intervention de
type clientéliste des pouvoirs publics dans la vie économique.

En 2001, à la suite de la crise financière et monétaire, le PIB s’est contracté
de près de 6 % et les faillites en cascade des banques bénéficiant d’une garantie
publique complète pour les dépôts ont fait exploser la dette publique. Le sur-
ajustement de la livre turque (une dépréciation de plus de 100 %) a également
contribué à cette explosion, une partie appréciable de la dette étant libellée en
devises. Ces nombreuses banqueroutes ont eu néanmoins le mérite d’assainir le
paysage bancaire turc, séparant le bon grain de l’ivraie et imposant de nouvelles
normes de transparence. À cette époque, notamment en raison du poids que
2représentait le service de la dette, « l’argentinisation » de la Turquie était sou-
vent évoquée. Cependant, la Turquie n’a pas suivi la voie de l’Argentine mais,
au contraire, celle de la stabilisation. De façon surprenante, la sortie de crise
s’est même révélée relativement rapide.

Plusieurs facteurs l’ont rendue possible : le premier réside dans
l’assainissement et la consolidation du système bancaire, le deuxième a trait à

2
Crise économique en Argentine de 1998 à 2002 qui a abouti, entre autres, à une décla-
ration d’insolvabilité du pays en 2002.
Région et Développement 7
l’indépendance de la Banque centrale et le troisième relève de l’appui massif du
FMI en contrepartie d’un plan de stabilisation et d’une forte discipline fiscale.
Le plan de stabilisation mis en vigueur après la crise de 2001 s’est appuyé sur
trois piliers fondamentaux.

Le premier pilier a reposé sur une discipline budgétaire stricte. Il s’agissait
d’éviter un dérapage incontrôlé du déficit public afin de maîtriser la dette pu-
blique et de réduire sa part dans le PIB de façon à la rendre soutenable. Dans
cette perspective, il était indispensable de dégager un excédent primaire, c’est-à-
dire un excédent budgétaire hors service de la dette. À cet égard, l’objectif du
plan était fixé à 6,5 % et la Turquie a réussi à dégager ce large excédent, enga-
geant un effort social important. Cette politique fiscale restrictive a été un outil
indispensable, appuyant l’action de la Banque centrale.

Le deuxième pilier a déjà été évoqué : il s’agit de l’indépendance de la
Banque centrale dont la stratégie de désinflation reposait sur « un ciblage
d’inflation ». La réussite de cette stratégie dépend d’un certain niveau de crédi-
bilité. Il a été acquis, avec l’appui du FMI, au fur et à mesure que la discipline
fiscale était respectée par le Gouvernement et par une politique monétaire res-
trictive.

Tableau 1 : Principaux indicateurs macroéconomiques de la Turquie
avant et après 2001

1999 2000 2001 2002 2003
Taux de croissance
-3,4 6,8 -5,7 6,2 5,3 du PIB (%)
Taux d’inflation
68,8 39,0 68,5 29,7 18,4
(prix à la consommation) (%)
Solde primaire
(secteur public consolidé, % 1,4 4,4 5,2 3,3 4,0
PNB)
Dette publique nette
- 47,3 74,1 69,2 62,2
(% PNB)
Solde courant
-0,4 -3,7 1,9 -0,3 -2,5
(% PNB)
Taux d’intérêt des 106,2 38,0 99,1 63,5 44,1
bons du Trésor
Source : Turkey Data Monitor.

Le troisième pilier de ce plan général a été le recours à un taux de change
flottant. Lors des chocs politiques, tels que l’annonce des élections anticipées en
juillet 2002 ou la guerre en Irak, la dépréciation rapide de la livre turque a cédé
la place à une appréciation aussi rapide une fois le choc disparu. Après la fin du
conflit irakien, la livre turque s’est appréciée de 30 % sans pour autant provo-
quer de baisse des exportations. Au contraire celles-ci ont continué à croître
sensiblement grâce aux gains de productivité. Il faut noter aussi que
2010(3)
2009(4)
2009(1)
2008(2)
2007(3)
2006(4)
2006(1)
2005(2)
2004(3)
2003(4)
2003(1)
8 S. Gursel, Y. Kocoglu, J-C. Verez
l’appréciation de la livre a contribué à la désinflation. La fin de la dépréciation
de la livre et de la baisse des taux d’intérêt réels ont mécaniquement rendu la
dette publique soutenable. Alors que la dette nette atteignait près de 75 % du
PIB au printemps 2001, elle a pu être ramenée à 62 % en 2003.

Sous la contrainte du FMI, la policy mix adoptée a permis in fine de stopper
les dérapages et de remettre l’économie sur la voie de la croissance dans un
cadre budgétaire et monétaire mieux contrôlé (cf. tableau 1).

1.2. Le retour de la croissance : 2002-2007

Après la crise de 2001, on peut discerner un régime de forte croissance (7 à
8 % de croissance par an) qui s’est poursuivi jusqu’au milieu de 2006.

La croissance a d’abord été soutenue par la demande intérieure. La con-
sommation privée ainsi que l’investissement privé en ont été les principaux
moteurs (graphique 1). Il est remarquable de constater qu’au début de la pé-
riode, la contribution du secteur public à la croissance a été négative et fut mo-
dérée durant le reste de la période. Ceci est conforme avec la politique fiscale
restrictive. La contribution du commerce extérieur a été négative, les importa-
tions augmentant plus vite que les exportations.

Graphique 1 : Évolution des composantes de la demande intérieure
en Turquie
6,500 20,000
6,000 19,000
5,500 18,000
5,000 17,000
4,500 16,000
4,000 15,000
3,500 14,000
3,000 13,000
2,500 12,000
2,000 11,000
1,500 10,000
Investissement privé (axe gauche) Dépenses publiques (axe gauche)
Consommation privée (axe droite)

Séries trimestrielles corrigées des variations saisonnières.
Source : Turkstat, Betam, 2010.

En mai 2006, la livre turque s’est dépréciée en une semaine de l’ordre de
30 %. Ce choc s’explique largement par le déficit du compte courant qui n’a
cessé de se dégrader durant la période, amplifié par la hausse du prix de

TL (en milliers)
TL (en milliers) Région et Développement 9
l’énergie. La dépréciation de la livre turque a déclenché une spirale inflation-
niste par les coûts, ce qui a obligé la Banque centrale turque à réagir brusque-
ment. Le taux directeur a augmenté en un mois de 450 points de base par étapes
successives.

À partir de ce choc, l’économie turque est entrée progressivement dans un
régime de croissance plus faible. Le taux moyen de croissance s’est établi dans
une fourchette de 4 à 5 %. En dépit du choc monétaire, il faut noter que la forte
hausse des investissements s’est modérée (effet accélérateur-décélérateur) au
même titre que l’endettement privé qui avait lui aussi connu précédemment une
hausse très rapide.

1.3. La crise mondiale (2008-2010) et ses effets

L’économie turque est entrée en récession à partir du printemps 2008, avec
la chute des investissements privés puis de la consommation. La récession s’est
approfondie à partir de l’automne avec la crise internationale. Dans ce contexte
de perte de confiance, les turbulences financières ont joué leur rôle, mais
l’appréciation systématique de la livre turque après le choc de mai 2006, du fait
de la hausse des taux d’intérêt, a aussi sa part de responsabilité.

En 2008, la croissance du PIB a été faible (0,7 %) ; en 2009, elle a été né-
gative (- 4,8%). Cette forte contraction a mis fin à l’aggravation du déficit du
compte courant. Cependant la très forte reprise en 2010 – le taux de croissance
a atteint 8,9 % – a conduit de nouveau à une très forte augmentation du déficit
du compte courant.

La dette publique, en % du PIB, n’avait cessé de diminuer régulièrement
depuis la crise de 2001 où elle dépassait les 70 %. Elle est tombée à 40 % en
2007 et 2008. Du fait de la contraction de 2009, elle est repartie à la hausse
atteignant 46,6 %. Grâce à la forte reprise et à une politique fiscale modérément
3restrictive, le ratio de la dette est revenu à 41,6 % en 2010 .

2. L’EMPLOI ET LE DÉSÉQUILIBRE DU MARCHÉ DU TRAVAIL

2.1. Les spécificités du marché du travail turc

En Turquie, il faut dissocier le nombre de chômeurs global du nombre de
chômeurs hors agriculture. L’agriculture turque est composée essentiellement
de fermes familiales dans le cadre desquelles tous les membres adultes capables
de travailler sont considérés comme des actifs. Le poids de l’emploi agricole a
pour conséquence de sous-estimer le taux de chômage et, du fait de la faible
productivité des exploitations agricoles familiales, suggère l’existence d’un
« chômage déguisé ». Dans les années 1980, la part de l’emploi agricole tour-
nait autour de 50 % de l’emploi total, elle se situe encore aujourd’hui autour de
25 %.

3
Macroeconomic Indicators, Ministère des Finances, Turquie, April 2011.
10 S. Gursel, Y. Kocoglu, J-C. Verez
Un autre fait doit être pris en compte dans l’analyse du chômage en Tur-
quie : le poids important des activités informelles. Selon Turkstat, en 2010, sur
environ 22 millions d’actifs occupés, 50 % sont des travailleurs informels.

Il faut aussi considérer les personnes prêtes à travailler mais qui sont dé-
couragées par les difficultés sur le marché du travail et n’entrent pas dans les
statistiques du chômage. L’assurance chômage est récente (elle a été mise en
place le 1er juin 2000), et ne bénéficie qu’aux travailleurs ayant perdu leur em-
ploi de façon involontaire, ayant cotisé au moins 600 jours au total et travaillé
pendant les 120 jours précédant l’arrêt du contrat de travail. Elle est versée seu-
lement entre 180 et 300 jours selon la durée de cotisation (l’indemnisation est
égale à 50 % du salaire moyen perçu durant les 4 derniers mois de travail).

On notera ainsi que le nombre d’actifs occupés (près de 22 millions) aux-
quels s’ajoutent les 2,3 millions de chômeurs représente une population active
totale comprise entre 24 et 25 millions, ce qui correspond à un taux d’activité
faible, à peine supérieur à 50 % pour les 15-64 ans contre plus de 60 % pour la
moyenne des pays de l’OCDE, avec en particulier un taux d’activité des
femmes très faible : 23-24 % soit trois fois plus faible que celui des hommes
(près de 70 %). Cette situation pose inévitablement divers problèmes dont celui
de la couverture sociale (notamment en matière de santé et de vieillesse) et celui
des retraites auxquelles des millions de turcs ne peuvent prétendre : 10 millions
d’actifs sur 22 millions ne sont inscrits à aucun des organismes de sécurité so-
ciale (Gürsel et Pelek, 2008).

Instaurée à partir de 1992, la carte verte d’une durée de cinq ans permet à
tout citoyen démuni de toute couverture sociale, et dont le revenu est inférieur à
un seuil jugé proche de la pauvreté, de consulter un médecin référent. Elle
couvre aussi si nécessaire les frais d’hospitalisation. Les modalités d’attribution
sont différenciées selon les régions et les critères d’attribution restent perfec-
tibles de sorte que, selon le ministère de la Santé, il est estimé que 14 millions
de turcs l’ont demandée, 11 à 12 millions l’ont obtenue et 9 millions sont consi-
dérés comme répondant aux critères d’attribution (in Holcman, 2004, p. 88). La
couverture sociale des turcs est particulièrement corrélée à leur niveau de reve-
nu : parmi les 30 % les plus riches, il n’y a aucun assujetti à la carte verte, à
l’inverse des 30 % les plus pauvres dont près du tiers possède la carte verte
(Gürsel, Darbaz, Karakoç, 2009).

En matière de système de retraites, ce n’est qu’en mai 2006 que le parle-
ment turc a adopté une réforme du système des pensions. Le nouveau système
sera pleinement en vigueur en 2016 et ne concernera que les nouveaux entrants
sur le marché du travail. À partir de 2036, l'âge de la retraite sera progressive-
ment relevé pour atteindre 65 ans en 2048 aussi bien pour les hommes que pour
les femmes.



Région et Développement 11
2.2. Le chômage cohabite avec la croissance

Suite à la crise de 2001, le taux de chômage non agricole, qui était inférieur
à 10 %, est passé à plus de 13 %. La forte croissance économique entre 2003 et
2007 a eu peu d’incidences sur le taux de chômage qui est resté quelque peu
supérieur à 12 % (Graphique 2).

Cette stagnation du chômage, malgré une croissance relativement forte de
l’emploi non agricole, est due à la hausse croissante de la population active non
agricole disponible. La croissance démographique, quoiqu’en déclin rapide,
reste positive. Le transfert de travailleurs de l’agriculture aux secteurs non agri-
coles se poursuit. Le taux d’activité des femmes croît parallèlement au niveau
d’éducation des jeunes générations féminines.

Graphique 2 : Taux de chômage non agricole
21
19
17
15
13
11
9
7
5

Séries trimestrielles de 2000 à 2004 et séries mensuelles depuis 2005.
Source : Turkstat.

La récession de 2009 a eu un effet paradoxal sur le marché de travail. Alors
que l’emploi, particulièrement dans l’industrie, commence à décliner, l’offre de
travail s’est accélérée sous “l’effet du travailleur additionnel”. Cet effet est ap-
paru surtout chez les femmes. En effet, le taux moyen de croissance de la force
de travail non agricole chez les femmes, qui a été de 6,3 % par an entre 2004 et
2007, est passé à 8,7 % entre 2007 et 2009. En résultat, le taux de chômage non
agricole s’est élevé de 12 % à plus de 18 % en 2009, avec 1 200 000 chômeurs
supplémentaires.




(%)
2000-1
2001-1
2002-1
2003-1
2004-1
2005-1
2005-5
2005-9
2006-1
2006-5
2006-9
2007-1
2007-5
2007-9
2008-1
2008-5
2008-9
2009-1
2009-5
2009-9
2010-1
2010-5
2010-9
2011-112 S. Gursel, Y. Kocoglu, J-C. Verez
2.3. Éducation et chômage

Les perspectives relatives au taux de chômage dépendront, certes, du
rythme de la croissance : on estime qu’il faudrait un taux de croissance annuel
moyen de l’ordre de 5% à 6% pour espérer stabiliser puis enrayer le chômage.
Cette condition nécessaire ne sera toutefois pas suffisante. Il faut aussi que la
Turquie relève le défi de l’éducation et de la formation. La fréquentation à
l’enseignement obligatoire est inférieure à 90 % de la classe d’âge concernée.
Le tableau 2 montre que 12 % de la population en âge de travailler est illettrée
(dont la grande majorité des femmes) et que la part de la population ayant un
niveau inférieur au baccalauréat est de 61 %. Ces faibles niveaux d’éducation se
reflètent dans le taux d’activité qui est inférieur à 20 % chez les illettrés (em-
ployés surtout dans l’agriculture) et proche de 80 % chez les diplômés du supé-
rieur.

Tableau 2 : Répartition de la population en âge de travailler
et taux d’activité selon le niveau d’éducation

Population en âge de Taux

travailler (%) d’activité (%)
Illettrés 11,7 18,0
Bac - 61,3 45,8
Bac 17,7 57,6
Bac + 9,3 78,0
Source : Turkstat, calcul des auteurs.

Dans une économie émergente qui connaît un important exode rural, les
investissements dans la formation sont plus incontournables que jamais.

On peut constater des problèmes d’insertion professionnelle pour les
kurdes dont le niveau d’éducation est nettement plus faible que celui du reste de
la population. Si 9 % de la population turque urbaine n’a pas le niveau scolaire
équivalent au cycle primaire, ils sont 48 % chez ceux dont le kurde est la langue
maternelle. Dans les zones rurales, les pourcentages respectifs sont de 21 % et
de 52 % (Gürsel, Uysal-Kola şin, Altinda ğ, 2009).

On peut encore soulever le faible pourcentage de jeunes turcs dans
l’enseignement professionnel. Le pourcentage de diplômés dans la population
ayant l’âge typique d’obtention d’un diplôme de second cycle de l’ensei-
gnement secondaire, en filières pré-professionnelles et professionnelles, était en
2006 légèrement supérieur à 20 % chez les hommes et d’environ 15 % chez les
femmes, contre 47 % en moyenne dans les pays de l’OCDE (OCDE, 2008a).

Il existe donc bien en Turquie un problème de formation et un accès inéga-
litaire selon les sexes, les ethnies, etc., aux filières d’enseignement. Il faut aussi
relever que plus les jeunes turcs sont et seront formés, plus ils aspireront à trou-
Région et Développement 13
ver un emploi. Et ce, non pas dans le secteur agricole, mais dans l’industrie, la
construction, les services, ce qui ne pourra qu’accroître la demande d’emplois et
repousser davantage la résolution du chômage. On mesure donc parfaitement la
nécessité d’une croissance source de création d’emplois non agricoles et un
système de formation apte à satisfaire les offres d’emploi.

Comme le souligne Dovis et Kocoglu (2009), il existe en Turquie, une re-
lation de type courbe en cloche entre le niveau du diplôme et le taux de chô-
mage qui n’est pas nouvelle et s’observe quasiment sur l’ensemble de la période
2000-2010. Le taux de chômage est plus élevé pour les diplômés qui ont le ni-
veau lycée que pour ceux dont le niveau de formation est inférieur au lycée. “Ce
résultat est lié à la relation entre niveau d’éducation-taux d’activité et taux de
chômage des femmes [...]. Un taux d’activité important peut conduire à un taux
de chômage plus fort si les diplômées ne trouvent pas un emploi [...]. L’éléva-
tion du niveau d’éducation des femmes pourrait conduire, dans un premier
temps, à une hausse du taux de chômage par l’effet transition du statut de non
active à active mais aurait à long terme un effet positif sur la croissance de
l’économie turque”.

3. PRÉSENTATION DES CONTRIBUTIONS DE CE NUMÉRO

Le défi pour la Turquie est de promouvoir une croissance économique qui
puisse être source de réduction des inégalités, notamment en matière d’emploi,
d’insertion professionnelle et de revenu. Les analyses de l’OCDE sur la distri-
bution des revenus révèlent que la Turquie se caractérise par un degré
d’inégalités très élevé avec un coefficient de Gini de l’ordre de 0,43, soit le
second le plus élevé derrière le Mexique (Graphique 3). Malgré la croissance
relativement soutenue, les inégalités de revenu en Turquie n’ont que très fai-
blement diminué depuis la décennie 1990 (OCDE, 2008b). De plus, la distribu-
tion très inégalitaire des revenus s’accompagne d’un taux de pauvreté relatif
parmi les plus élevés des pays de l’OCDE. En Turquie, plus d’un ménage sur
six aurait un revenu inférieur à 50 % du revenu médian et un ménage sur quatre
vivrait avec un revenu inférieur à 60 % du revenu médian, seul le Mexique af-
fiche des taux de pauvreté plus élevés parmi les pays de l’OCDE (Graphique 4).
Selon cet indicateur, le taux de pauvreté aurait augmenté depuis le milieu des
années 1990. Ces résultats soulèvent ainsi la question de l’effet de la croissance
économique turque sur les plus pauvres et questionnent sur la place qu’accorde
le modèle turc à la redistribution.

Les articles réunis dans ce numéro présentent en ce sens quelques-uns des
défis auxquels l’économie turque est confrontée : la pauvreté et la distribution
des revenus, la protection sociale, l’importance des emplois dans l’informel,
l’éducation, les inégalités de développement urbain. Les contributions sont lar-
gement issues d’une sélection de communications présentées au colloque du
GDR International du CNRS DREEM (Développement des Recherches Éco-
nomiques Euro-Méditerranéennes), qui s’est tenu à Istanbul (Université Galata-
saray) en 2009.

14 S. Gursel, Y. Kocoglu, J-C. Verez
Graphique 3 : Coefficient de Gini dans les pays de l’OCDE

0,50
0,45
0,40
0,35
0,30
0,25
0,20

Source : OCDE (2008b).


Graphique 4 : Taux de pauvreté relatifs dans les pays de l’OCDE
(milieu des années 2000)

30%
25%
20%
15%
10%
5%
0%
50% 60%

Seuil de pauvreté à 50 % ou 60 % du revenu médian.
Source : OCDE (2008b).


DNK
DNK
SWE
SWE
CZE
AUT
AUT
CZE
NOR
SVK
FRA FIN
BEL
HUN
NLD
FIN
NOR
NLD
FRA
GBR
HUN
BEL
DEU
OECD-30
OECD-30
DEU
KOR
ITA
CAN
CAN
ESP
GRC
JPN
PRT
GRC
ESP
IRL
POL
GBR
KOR
ITA
IRL
POL
JPN
USA
USA
PRT
TUR TUR
MEX MEX Région et Développement 15
B. Gürbüz et M. Raffinot s’intéressent aux conséquences sur la situation
relative des pauvres des deux dynamiques de croissance observées durant la
seconde partie de la décennie 1990 et le début des années 2000. Ils soulignent
que si la croissance a été “pro-pauvres” sur la période 1994-2002 c’est en raison
de la crise financière qui a plus durement touché les hauts revenus que les plus
pauvres. La reprise de 2002-2005 bien qu’elle ait été plus bénéfique pour les
couches moyennes n’a pas contribué a amélioré sensiblement la situation des
pauvres dans la mesure où ils ont vu leurs dépenses de première nécessité aug-
menter. Au final sur la décennie, 1994-2005, la situation relative des pauvres est
restée stable en Turquie. À travers cette étude, on mesure les relations com-
plexes entre la croissance et la pauvreté dans un pays à développement à la fois
rapide et heurté comme la Turquie.

A. Akarçay-Gürbüz et M. Ulus affinent l’analyse de la distribution des
revenus à partir des enquêtes budgets des ménages de 2003 à 2008. Les auteurs
s’intéressent notamment à l’origine des revenus selon le statut sur le marché du
travail. La question qui guide leur réflexion est la suivante : dans quelle mesure
le travail dans le secteur informel est-il source de pauvreté ? Les auteurs mon-
trent que 75 % des travailleurs pauvres sont issus du secteur informel et que ce
ratio a eu tendance à augmenter entre 2003 et 2008. Ce résultat est un élément
intéressant à considérer dans un débat plus large sur la place de l’informel dans
l’économie et notamment sur la question de savoir si travailler dans l’informel
résulte d’une contrainte subie comme le présente l’analyse traditionnelle ou au
contraire d’un choix rationnel des individus comme le présente entre autres
4Maloney (2004) . Le résultat des auteurs va dans le sens d’un emploi informel
qui serait “subi” et donc que le marché du travail turc serait segmenté avec un
marché du travail primaire formel caractérisé par des conditions de travail et
une rémunération attractives et un marché du travail secondaire informel re-
5groupant les travailleurs “recalés” du marché formel . Ensuite, en prolongeant la
portée de ce résultat on peut suggérer l’idée selon laquelle créer les conditions
aidant à la transformation des emplois informels en emplois formels peut être un
moyen de lutte contre le phénomène des travailleurs pauvres.

M. Ben Salem, I. Bensidoun et S. Pelek nous offrent un panorama détail-
lé du travail informel en Turquie sur la période 2000-2006. Les auteurs utilisent
les enquêtes sur la population active réalisées par l’Institut de statistiques turc
(TUIK) pour présenter, d’une part, les principales caractéristiques des emplois
informels, qui sont identifiés par la non affiliation à la sécurité sociale, et,
d’autre part, mettre en avant les principaux facteurs qui influencent la probabili-
té d'occuper un emploi informel. L’agriculture est le premier secteur concerné
par ce phénomène (90 % des emplois) mais les auteurs soulignent que ce phé-
nomène gagne désormais les secteurs non agricoles (35 % des emplois en 2006
contre 25 % dans les années 1990). Aussi, sous l’impulsion de l’administration
fiscale, le gouvernement a lancé un vaste projet de réduction de l’emploi infor-

4 Voir aussi sur ce sujet Perry et al. (2007), Günther and Launov (2011).
5
Ben Salem, Bensidoun et Pelek (2011) à partir d’un travail économétrique sur l’emploi
informel en Turquie aboutissent également à ce constat.
16 S. Gursel, Y. Kocoglu, J-C. Verez
6mel en Turquie . Une des caractéristiques importante de l’emploi informel sou-
lignée par les auteurs de cet article est que les travailleurs de plus de 50 ans sont
de plus en plus touchés. Ce résultat soulève alors les questions relatives à leur
employabilité dans le secteur formel mais également à celles touchant au sys-
tème de retraite et plus généralement au système de protection sociale en Tur-
quie.

C. Soto Iguarán présente le système de protection sociale en vigueur en
Turquie. Il précise les conséquences des principales modifications législatives
récentes et en souligne les enjeux auxquels va être confronté le système turc sur
les prochaines années. Pour C. Soto Iguarán, la structure actuelle et les trans-
formations du marché du travail semblent de plus en plus difficiles à concilier
avec les formes d’assurance existantes. Par conséquent, il s’interroge sur la
capacité des dernières réformes du système de santé et des retraites à assurer
une meilleure articulation entre les formes d’emploi (avec notamment un taux
d’informalité élevé) d’une part et un système de protection sociale plus large
d’autre part. L’auteur souligne que le statut de l’emploi est l’élément central de
la couverture sociale en Turquie. Les travailleurs formels bénéficient d’une
protection parmi les plus « généreuses » des pays de l’OCDE alors que pour les
travailleurs informels le degré de couverture sociale est très limité. En effet, les
dépenses publiques pour la protection sociale sont en proportion du PIB parmi
les plus faibles des pays de l’OCDE, la famille (ou d’autres mécanismes infor-
mels) prenant alors la place de l’État. Malgré les récentes évolutions législa-
tives, notamment celles concernant l’assurance maladie, le système de protec-
tion sociale turc demeure dual. La substitution des emplois informels par des
emplois formels semble alors être la voie la plus rapide pour assurer une plus
large couverture sociale en Turquie. Pour y parvenir, les organismes internatio-
naux (OCDE, Banque mondiale) préconisent tout particulièrement d’augmenter
la flexibilité du marché du travail et de réduire le coût du travail afin de réduire
« l’attrait » du secteur informel. Cependant, comme le souligne C. Soto Iguarán
dans sa revue de littérature sur la question, la relation entre protection de
l’emploi et coût du travail d’un côté et création d’emplois formels de l’autre
n’est pas clairement établie (Kucera and Roncolato, 2008). Aussi, le défi que
représente l’élargissement de la protection sociale en Turquie reste à relever.

J. Trabelsi, L. Unsaldi et J-C. Vérez s’intéressent, quant à eux, aux iné-
galités qui caractérisent l’accès à l’éducation en Turquie. Bien qu’en constante
baisse, le taux d’analphabétisme, 12 %, reste élevé en Turquie notamment pour
les femmes (20 %). À cette inégalité selon le genre s’ajoute une inégalité selon
la région avec notamment les régions du sud-est (avec une forte population de
langue kurde), qui associent faible niveau d’éducation et faible niveau de déve-
loppement, relativement aux régions du littoral occidental. De plus le système
éducatif turc est jalonné de sélections qui de fait orientent les meilleurs élèves
vers les meilleurs établissements et par conséquent cantonnent les autres élèves

6 Ce plan de lutte contre l’informel s’inscrit également dans la dynamique du processus
d’adhésion à l’Union européenne qui nécessite un alignement du marché du travail turc
sur celui des pays de l’UE.
Région et Développement 17
dans les établissements de moindre qualité creusant ainsi encore plus les écarts
de niveaux entre élèves. Ainsi, le fait d’avoir été en lycée professionnel (réputé
de qualité médiocre) ou en lycée scientifique (réputé de très bonne qualité) va
fortement influencer la probabilité d’accès à l’enseignement supérieur qui se fait
aussi par concours. Face à ce système inégalitaire et sélectif, les familles ajou-
tent à la formation initiale des enseignements de soutiens privés dont le coût est
très élevé. Au final près de 4 étudiants sur 5 admis à l’université ont suivi ces
cours de soutiens privés. Selon les auteurs, les inégalités du système éducatif
turc “semblent suivre un chaînon structuré, hiérarchisé et progressif”. Cepen-
dant, depuis 1997, plusieurs plans ont été développés pour favoriser la scolarisa-
tion, notamment des filles et dans les régions rurales. Pour J. Trabelsi, L. Un-
saldi et J-C. Vérez, ce virage ne sera pas suffisant pour réduire les inégalités si
le nombre moyen d’années de scolarisation n’augmente pas sensiblement tout
en étant attentif à la problématique de la dévalorisation des diplômes qui se
manifesterait alors à travers un taux de chômage élevé parmi les diplômés du
supérieur à l’instar de la Tunisie (Dovis et Kocoglu, 2009) ou du Maroc.

Enfin, M. Catin et A. Kamal présentent l’évolution rapide de
l’urbanisation en Turquie depuis 1950 et soulignent les inégalités qui la caracté-
rise. Le poids de la population urbaine a été multiplié par trois entre 1950 et
2005 en Turquie (passant de 23 % à 67 %). Cette croissance rapide de l’urba-
nisation s’explique à la fois par la dynamique démographique et par l’exode
rural. Parallèlement le nombre d’agglomérations de plus de 50 000 habitants a
été multiplié par 5 passant de 20 à 100 et désormais près de 40 % de la popula-
tion vit dans une agglomération de plus d’un million d’habitants. Les auteurs
montrent que ce mouvement d’urbanisation s’est fait en deux temps : d’abord de
1960 à 1980, la principale agglomération, Istanbul, et l’agglomération de deu-
xième rang, Ankara, sont privilégiées mais à partir des années 1980, d’autres
grandes agglomérations, celles dont la taille est notamment supérieure à
500 000 habitants (Bursa par exemple), tendent à se développer plus rapide-
ment. Les auteurs en déduisent que le degré de primatie urbaine suit une courbe
en « cloche » en fonction du niveau de développement économique du pays.
Ainsi, le degré de primatie urbaine a atteint son sommet en 1980, puis a eu ten-
dance à s’infléchir, sous l’effet notamment des politiques d’ouverture écono-
mique engagées. Cette urbanisation rapide a généré de forts écarts de dévelop-
pement entre l’Est et l’Ouest du pays. Dans la partie Ouest, les régions
d’Istanbul et d’Izmir sont les plus développées alors que les régions de l’Est, du
Sud-Est, et de la Mer Noire représentent 40% de la superficie mais seulement
20% de la richesse nationale.

REFERENCES

Ben Salem M., Bensidoun I., Pelek S., 2011, « Portrait de l’emploi informel en
Turquie », Document de travail n° 138, janvier, Centre d’études de l’emploi.
Blanc F., Galal A., Louis M., Reiffers J-L., 2007, Le défi de l’emploi dans les
pays méditerranéens, Rapport de Recherche FEMISE, n° FEM3d-02, no-
vembre.
18 S. Gursel, Y. Kocoglu, J-C. Verez
Dovis M., Kocoglu Y., 2009, “Marché du travail, capital humain et perfor-
mances économiques dans le bassin méditerranéen”, 1ères Rencontres
Economiques Internationales de Tunis, 27-28 mars 2009.
Günther I., Launov A., 2011, “Informal employment in developing countries:
Opportunity or last resort ? ”, Journal of Development Economics, à paraître.
Gürsel S., Vérez J-C., 2007, « L’économie turque satisfait-elle aux conditions
de l’acquis communautaire », in Le Mire P. (dir.) La Turquie, de la candi-
dature à l’adhésion : l’appropriation de l’acquis communautaire,
L’Harmattan et Université Galatasaray.
Gürsel S., Pelek S., 2008, “Economic and social aspects of the informal em-
ployment”, Betam Research, n° 11, Bahçe şehir University.
Gürsel S., Darbaz B., Karakoç U., 2009, « Green card: successes and failures of
the most expensive social policy program in Turkey », Betam Research, n°
39, Bahçe şehir University.
Gürsel S., Uysal-Kola şin G., Altında ğ O., 2009, “Education attainment gap
between native speakers of Turkish and Kurdish”, Betam Research, n° 49,
Bahçe şehir University.
Gürsel S., Uysal G., 2010, “Asymmetric Labor Market Effects of the 2008-2009
Crisis”. http://betam.bahcesehir.edu.tr.
Holcman R., 2004, “Atomisation de la protection sociale et fractionnement de
l’offre hospitalière en Turquie”, Revue internationale de Sécurité sociale,
vol. 57, n° 2.
Kucera D., Roncolato L., 2008, “Informal employment: Two contested policy
issues”, International Labour Review, Vol. 147, n° 4, p. 321-348.
Maloney W. F., 2004, “Informality Revisited”, World Development, 32 (7),
p.1159-1178.
OCDE, 2008a, “L’enseignement professionnel”, Centre d’analyse stratégique,
La note de veille, n° 118.
OCDE, 2008b, Croissance et inégalités. Distribution des revenus et pauvreté
dans les pays de l’OCDE, Paris, 2008.
Perry G. E., Maloney W.F., Arias O., Fajnzylber P., Mason A., Saavedre-
Chanduvi J., 2007, Informality : Exit and Exclusion in Latin America, World
Bank.
Vérez J-C., 2003, “Le cercle vicieux des crises bancaire, monétaire et finan-
cière en Turquie”, Revue Tiers Monde, t. XLIV, n° 175.
Vérez J-C., 2008, “La Turquie au carrefour des pays en développement, émer-
gents et industrialisés” in Verez J-C. (dir.), La Turquie au carrefour d’enjeux
stratégiques, Revue Tiers Monde, 3, n° 195.
_____________________ Région et Développement n° 34-2011 ______________________

CROISSANCE ET RÉPARTITION
DES REVENUS EN TURQUIE (1994-2005) :
QUEL IMPACT SUR LA PAUVRETÉ ?



* **Burak GÜRBÜZ et Marc RAFFINOT





Résumé - En Turquie, l’évolution des revenus dans la période 1994-2005 est
doublement paradoxale. Dans la période 1994-2002, marquée par la crise
financière de 2000-2001, la croissance a été « pro-pauvres », en ce sens que les
revenus des pauvres ont moins diminué que ceux des classes aisées. Dans la
période de rebond de l’économie, entre 2002 et 2005, la croissance a surtout
bénéficié aux couches moyennes. Cette évolution ne se traduit pourtant pas par
une amélioration sensible du niveau de vie des plus pauvres, dont certaines
dépenses en biens et services de première nécessité ont augmenté. Ces
évolutions sont difficiles à expliquer car elles résultent de nombreux facteurs,
notamment de modifications dans le système de protection sociale et
d’assistance aux pauvres, mais aussi de la faiblesse générale de la création
d’emplois dans la période de rebond.



Mots-clés : CROISSANCE PRO-PAUVRES, RÉPARTITION DES
REVENUS, COURBES D'INCIDENCE DE LA CROISSANCE, TURQUIE,
INÉGALITÉS



Classification JEL : D31, E65, O15, 052




Cet article a été réalisé dans le cadre du projet propauvre Sud financé par l'ANR. Les
auteurs remercient Valerie Berenger, Florent Bresson, Renginar Dayangaç et Haluk
Levent, les participants au colloque DREEM, Istanbul, décembre 2009, les participants
aux Journées scientifiques de l’Université du Sud Toulon-Var, mars 2010, ainsi que
Jean-Claude Verez et Yusuf Kocoglu pour leurs commentaires.

* Université Galatasaray, GIAM, Turquie, bgurbuz@gsu.edu.tr
**ersité Paris-Dauphine, LEDa, IRD UMR225-DIAL, raffinot@dauphine.fr 20 Burak Gürbüz et Marc Raffinot

INTRODUCTION

Depuis les années quatre-vingt-dix, la Turquie a subi une profonde
transformation libérale marquée par trois crises majeures : 1994, 1999 et 2001.
Ces crises ont eu un fort impact conjoncturel sur les revenus, mais la différence
persistante de niveau de vie entre l’est et l’ouest de la Turquie semble indiquer
que la résolution du problème de pauvreté (monétaire) n’est pas simplement un
problème de croissance économique, mais aussi un problème de répartition.
Une grande partie de la littérature suppose que la croissance suffit à réduire la
pauvreté (voir notamment Dollar & Kraay, 2002), sans s’intéresser à la façon
dont la croissance modifie la répartition des revenus et à l’impact plus ou moins
fort de la croissance sur la réduction de la pauvreté. Ces questions, au contraire,
ont été analysées en détail dans les recherches sur la croissance pro-pauvre (voir
par exemple Programme de recherche sur la croissance pro-pauvres, 2006). La
plupart des recherches ont porté jusqu’ici sur des pays en développement. C’est
pourquoi il est intéressant de voir dans quelle mesure les résultats trouvés dans
cet agenda de recherche peuvent se généraliser au cas de pays comme la
Turquie. Comme le montrent les données de l’OCDE, la Turquie se trouve dans
une situation intermédiaire, un peu atypique par rapport aux pays de l’OCDE en
général (OCDE, 2008).

Afin de préciser cette relation entre croissance et répartition, nous
analyserons dans un premier temps la croissance économique et son impact sur
la distribution des revenus et les revenus des pauvres, du point de vue relatif
mais aussi absolu, et dans un deuxième temps la variation de la consommation
des produits de première nécessité des personnes considérées comme pauvres
et/ou extrêmement pauvres.

Le but de notre travail est de d’établir si la croissance économique en
Turquie entre 1994 et 2005 a été bénéfique pour les couches les plus pauvres et
d'analyser l’évolution de l’inégalité des revenus, sur la base des données
d'enquête de l’Institut Statistique de la Turquie (TU İK), disponibles pour les
années 1994, 2003, 2004, 2005 et 2006.

1. LA CROISSANCE EN TURQUIE ENTRE 1994 ET 2008 :
CRISES ET REBONDISSEMENTS

La croissance de l’économie turque a été très irrégulière, surtout après la
libéralisation financière de 1987, et les différentes couches sociales en ont
bénéficié de manière inégale. Entre 1988 et 2008 (graphique 1), la croissance du
PIB est médiocre en moyenne pour un pays en rattrapage (3,9 %) et erratique,
avec des crises économiques et financières en 1994, 1998 et 2000-2001. Les
conditions de vie, de plus, ont été affectées par une inflation très élevée, mais
qui s’est réduite et stabilisée en fin de période.

Après 2002, l'économie turque rebondit : la croissance devient plus forte,
et surtout plus stable, jusqu’à la crise de 2008. La croissance du PIB par tête est
plus rapide qu’au début des années 1990, sans mentionner bien sûr la période de
crise de 1998-2001. De plus, l’inflation, très élevée en début de période diminue Région et Développement 21

considérablement après 2001, tout en restant à un niveau supérieur à celui des
autres pays de l’OCDE (voir le Tableau 1).

Graphique 1 : Taux de croissance du PIB entre 1990 et 2008 (en %)


Source : Institut turc de statistiques (Türkiye İstatistik Kurumu ,TUIK).


Tableau 1 : Taux de croissance annuel moyen du PIB par habitant,
des prix à la consommation et du salaire minimum

Taux de croissance du Taux de croissance Taux de croissance du

PIB/hab. (%) des prix (%) salaire minimum (%)
1988-1997 3 76 8,5*
1998-2001 - 2 56 7,0
2002-2008 5 19 8,5**

*1991-1997 ; **2001-2006.

L’impact de la croissance sur la pauvreté dépend entre autres de
l’inégalité des revenus. Malgré les nombreux chocs enregistrés par l’économie
turque, les travaux antérieurs indiquent que les inégalités ne se sont pas
modifiées sensiblement dans le long terme. Ainsi, Gürsel et alii (2000) montrent
qu’entre 1987 et 1994, l’inégalité mesurée par le coefficient de Gini ne s’est pas
modifiée. Ceci est d’autant plus surprenant que l’on pouvait craindre que des
chocs macroéconomiques répétés aient un impact intergénérationnel, les
pauvres étant contraints pendant les périodes de crise de vendre des actifs ou
d’économiser sur les dépenses d’éducation et de santé de leurs enfants, limitant
ainsi leur accumulation de capital humain (Banerjee et alii, 2007). 22 Burak Gürbüz et Marc Raffinot

Dans les années quatre-vingt-dix, le pouvoir d’achat des personnes qui
vivent avec le salaire minimum a baissé sensiblement, comme le montre le
Tableau 1 : les salariés pauvres ne sont pas vraiment protégés. Après la crise,
dans les années 2000, même si l’inflation diminue, elle reste supérieure à la
hausse du salaire minimum. L’inégalité régionale est également très marquée :
en 2000, le RNB par habitant de la région d’Istanbul est 2,8 fois supérieur à
celui de l’Anatolie du sud-est.

Le développement des forces du marché et le recul de l'État dans les
activités économiques, accompagnés d’une baisse des dépenses publiques, ont
généralement amplifié l’incidence de la pauvreté et rendu plus difficile l’accès
des citoyens aux différents services publics. Pour y remédier, la charité et les
actions de secours privé par les ONG ont eu tendance à remplacer l’intervention
publique pour assurer la lutte contre la pauvreté (Parodi, 2002).

Le présent article ne peut aborder toutes ces questions. Nous nous con-
centrerons ici sur la question suivante : la croissance était-elle pro-pauvres en
Turquie entre 1994 et 2005 ? Ce questionnement vise la modification de la
répartition des revenus, et non la pauvreté en tant que telle. C’est pourquoi nous
laissons de côté le choix entre les diverses définitions possibles de la pauvreté.
Etant entendu qu’il s’agit essentiellement ici de pauvreté monétaire, les
dimensions non monétaires et subjectives de lareté, malgré leur
importance, ne sont pas analysées ici.

La définition même du caractère pro-pauvres de la croissance est très
controversée (Kakwani et Pernia, 2000 ; Chen et Ravallion, 1997 ; Ravallion,
2004 ; Klasen, 2003 ; Kraay, 2004). Deux grandes approches s’opposent. Pour
la première, la croissance pro-pauvres renvoie à l’idée que la croissance réduit
l’incidence de la pauvreté (croissance pro-pauvres absolue). L’autre approche
est plus restrictive. Elle considère que la croissance est pro-pauvres lorsqu’elle
se traduit par une modification de la répartition des revenus en faveur des
pauvres, ce qui signifie que les revenus des pauvres croissent plus rapidement
que ceux des plus riches (approche pro-pauvres relative).

Nous utiliserons les deux approches pour comparer la répartition des
revenus ou de la consommation entre deux enquêtes. Plus précisément, nous
chercherons dans un premier temps à comparer la croissance (en pourcentage et
en valeur absolue) moyenne des revenus des groupes sociaux que l’on peut
considérer comme pauvres avec la croissance moyenne des revenus les plus
élevés. Nous présenterons ensuite une analyse plus fine, fondée sur la
comparaison de la croissance des revenus par centiles.

1.1. Croissance pro-pauvres : définitions

Une définition fondée sur la comparaison des taux de croissance des revenus

Pour analyser si la croissance est pro-pauvres, on suivra Ravallion et
Chen (2003) en comparant les valeurs de deux moyennes, notées PPGR et
GRIM dans le cas de l’approche en taux de croissance. PPGR décrit la
croissance moyenne des revenus des pauvres et GRIM la croissance du revenu

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.