//img.uscri.be/pth/8d6e282e16be0ee1575a8225ecbf1bb365392931
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La vague noire en Israël

De
148 pages
Au sionisme on oppose souvent le phénomène ultra-orthodoxe des haredim, les hommes en noir, et l'influence grandissante de ces derniers au sein de la société israélienne. Cette "vague noire" inquiète à juste titre les autorités israéliennes et la société civile. Elle représente une menace pour l'Etat hébreu et sa cohésion. Cette étude analyse les différentes facettes du judaïsme ultra-religieux; les lignes de fractures de ces courants et l'influence de la diaspora.
Voir plus Voir moins
des haredim, les hommes en noir, et l’inLuence grandissante de ces
au regard de l’inLuence et du rôle qu’entendent jouer les différents
est ofIcier de la Légion étrangère, saint-cyrien et breveté de l’école de guerre.
Arnaud Mailhos, Nicolas Meunier, Juliette Simonin
Là vàGuE nOiRE En ISRàël L’ultra-religiosité menace-t-elle l’État hébreu ?
Préface de Frédéric Encel
Là vàGuE nOiRE En ISRàël DIpLomatIe et stratégIe
La vague noire en Israël
L’ultra-religiosité menace-t-elle l’État hébreu ?
« Diplomatie et stratégie » Collection dirigée par Emmanuel Caulier Dernières parutions Naim Abdul ASAS,Analyse de la représentation afghane, 2012.Medhi LAZAR,Délocalisation des campus universitaires et globalisation de l'enseignement supérieur. Le cas du Qatar,2012.Alexandre HENRY,La privatisation de la sécurité. Logiques d’intrusion des sociétés militaires privées, 2011. Fazil ZEYLANOV,Le conflit du Haut-Karabakh, une paix juste ou une guerre inévitable : une approche historique, géopolitique et juridique, 2011. Philippe DEPRÉDURAND,L’Union européenne et la mer, ou les limbes d’une puissance maritime, 2011.Marie-Charlotte BURNET, Sarah Dubreil, Anaïs Mirval, Laura Pajot Moricheau,La Gestion des fleuves dans la stratégie d’expansion régionale de la Chine, 2011. Valériane ÉTÉ, Clémentine LEPAIS et Samantha VACHEZ, Géopolitique des technologies de l’information et de la communication au Moyen-Orient. Entre compétitivité étatique et stratégie de contrôle, 2011.Cristina AGUIAR et Khamliènhe NHOUYVANISVONG (ambas-sadeurs),Guide pratique de la négociation internationale, 2010. D'ABOVILLE (Robert),Investissements pétroliers chinois en Afrique, 2010, MIGNOT (Bruno),Il était une fois des militaires. Chronique d’une mutation en cours, 2009. LODDO (Jean-François),Le Nouvel Ordre du puzzle des Balkans, 2009. MALLATRAIT (Clémence), en collaboration avec Thomas e Meszaros,siècle dans leLa France, puissance inattendue au XXI Pacifique Sud, 2009. DEREUMAUX (René-Maurice),L’Organisation internationale de e la francophonie. L’institution internationale du XXI siècle, 2008.
Arnaud Mailhos, Nicolas Meunier, Juliette Simonin
La vague noire en Israël
L’ultra-religiosité menace-t-elle l’État hébreu ?
Préface de Frédéric Encel
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00375-7 EAN : 9782336003757
Sommaire
Préface
Observé sous tous les angles depuis des décennies par lensemble des médias généralistes et un nombre incalculable de chercheurs de di verses disciplines, le conflit israélopalestinien masque trop souvent lun des clivages les plus passionnants du ProcheOrient : celui qui oppose en Israël même  de plus en plus frontalement  les Juifs ultra orthodoxes (ouharedim, craignantDieu, dits aussi hommes en noir”) à leurs coreligionnaires laïcs, traditionalistes ou sionistesreligieux.
Ce problème, sans cesse plus actuel, les trois auteurs de cet ouvrage sy sont attelés avec courage et intelligence. Leur travail est le bienvenu car, rarement violentes encore (même si lassassin de Itshak Rabin en 1995 avait étudié dans des milieux ultraorthodoxes), les querelles intrajuives israéliennes demeurent cruciales pour la compréhension non seulement de lévolution de la société israélienne, mais aussi à certains égards de la politique de lEtat hébreu à lextérieur.
En effet, au parlement (Knesset), une seule voix peut parfois faire ou défaire telle coalition gouvernementale, forcément fragile et composite du fait du mode de scrutin proportionnel intégral à un tour sur une circonscription unique.
Ainsi, du rapport de force intraisraélien et sur des questions sociales et/ou cultuelles internes a priori fort éloignées des problèmes stra tégiques et diplomatiques, on arrive à des avancées ou des blocages sur le volet des rapports israélopalestiniens et, par ricochet, des rap ports dIsraël avec son environnement géopolitique global, EtatsUnis compris.
En 1977, nestce pas pour un banal problème dhoraire dentrée en shabbat que chuta le gouvernement travailliste de Yitshak Rabin par la volonté de lensemble des partis religieux (y compris donc ultra orthodoxes), lequel parti entraîna toute la gauche dans une traversée du désert de presque quinze années cruciales, première Intifada com prise ?
En 1989, à une voix (ultraorthodoxe) près à la Knesset, Israël ne faillitil mettre en péril ses relations privilégiées avec la puissante com munauté juive américaine à cause dune loi, Mi Yehoudi ? (qui est
8
juif ?), qui aurait retranché lensemble des Juifs libéraux et conserva teurs outre atlantique et, partant, coûté lessentiel du précieux soutien juif américain à lEtat hébreu ?
Le vote ultraorthodoxe ne pesatil pas dun poids déterminant lors du scrutin dramatique de mai 1996, à lissue duquel Shimon Péres échoua de quelques milliers de suffrages seulement face à son rival na tionaliste Benyamin Netanyahou, défaite qui contribuerait à leffon drement du processus dOslo ? Et comment comprendre que le monde ultraorthodoxe rejette toujours massivement lenrôlement au sein de Tsahal ?
Mais lon pourrait aisément additionner les questionnements, du sort de la souveraineté sur le plateau stratégique du Golan à celui de Gaza évacuée ou de JérusalemEst en passant par la douloureuse question de lintégration des Juifs russes et éthiopiens, dont la judéité est souvent mise en doute par les autorités rabbiniques ultraorthodoxes.
Opposition à lidée moderne dEtatnation ; refus de lintégration  mêmea minima au sein de Tsahal ; indifférence méprisante aux es paces et aux temps mémoriels nationaux liés à la Shoah ; réclusion volontaire dans des zones urbaines largement retranchées de la com munauté nationale ; assistanat (et donc paupérisation) systématisé du fait de létude des Textes à outrance ; hostilité radicale à leurs com patriotes arabes comme à leurs coreligionnaires laïcs. . .
Décidément, lesharedimconstituent une communauté dautant plus problématique pour lavenir dIsraël que le taux de fécondité y atteint les records mondiaux, soit plus de 7 enfants par femme (contre 2 par femme juive, 3,5 par femme arabe).
Avec un tel taux  et une déperdition très faible du fait du retran chement hors de la cité  la population double tous les vingt ans. En 2012, les « hommes en noir » sont déjà environ 500 000, soit presque 9% de la population juive dIsraël, et presque 30% de la population globale de Jérusalem. . .
Le grand mérite dArnaud Mailhos, Nicolas Meunier et Juliette Si monin est davoir prêté intérêt à cette question complexe  lultra religiosité menacetelle Israël ?  et dy avoir tenté dy répondre avec
PRÉFACE
9
sérieux et objectivité. Ils ont hélas de ce point de vue peu de prédé cesseurs. . .
1 Frédéric Encel
1. Docteur en géopolitique de lUniversité Paris VIII (sa thèse portait sur Jé rusalem), Frédéric Encel est maître de conférences en Questions internationales à SciencesPo Paris et professeur à lESG Management School. Il a consacré plu sieurs ouvrages et de nombreux articles à Israël et au ProcheOrient (dont Atlas géopolitique dIsraël, Autrement, 2012), et son habilitation à diriger des recherches (HDR) portait sur le rapport des ultraorthodoxes à la nation israélienne. Il est en outre chroniqueur géopolitique sur France Inter.