Le bal paré-masqué

De
Publié par

Le bal paré-masqué a lieu pendant le carnaval. Au cours de ce bal, qui se déroule le samedi soir, les femmes déguisées et masquées (les touloulous) sont maîtresses d'un jeu de rôle qui laisse les cavaliers à la merci de leur choix et de leur facéties. C'est un spectacle haut en couleur, mené au rythme de la musique de carnaval qui révèle bien des attitudes et des comportements.

L'auteur montre la dimension croissante que prend le bal paré-masqué dans la société guyanaise ainsi que son originalité sur le continent américain et dans la caraïbe. Il s'agit d'une étude d'un fait social encore mal connu qui porte en lui une part de l'histoire et du fonctionnement de la société créole.

D'où vient cette pratique carnavalesque qui semble donner aux femmes un rôle qui leur est interdit dans la vie quotidienne ? Comment a-t-elle évolué en fonction des mutations sociales ? Quel sens revêt-elle ?

Cette étude participe à la connaissance de l'espace guyanais et invite à une approche scientifique d'une pratique qui est familière aux Guyanais.

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 109
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844505668
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Préface
Se FaiRe le devOiR de RÉaliseR uNe ÉTude suR le bal paRÉ-masQuÉ guyaNais esT uNe gageuRe Qu’AliNe BELfort-ChAnoLa meRveilleu-semeNT bieN TeNu. CeRTes, le paRi pORTaiT suR uNe RecHeRcHe cOmpleXe eT diFficile. Mais l’auTeuR mûRissaiT ce pROjeT depuis FORT lONgTemps eT avaiT à l’avaNce bieN pesÉ les TeRmes de ceTTe ÉQuaTiON. La pRemièRe ReveNdicaTiON de l’ideNTiTÉ guyaNaise s’esT cRisTalli-sÉe auTOuR de la laNgue du caRNaval. Ces deuX ÉlÉmeNTs Qui cONsTiTuaieNT uNe pRessiON à « peNseR » l’ideNTiTÉ appaRaissaieNT cOmme des Rêves de RÉeNRaciNemeNT. AliNe BELfort-ChAnoLTOuT au lONg de sON aNalyse, NOus Rap-pelle Que l’OpTiQue ÉvOluTive du bal paRÉ-masQuÉ cONTieNT eN geRme, la RupTuRe idÉOlOgiQue Qui euT lieu eNTRe les cOuTumes caRNava-lesQues veNues d’EuROpe eT les mOTivaTiONs cRÉOles Qui pRÉludaieNT à l’avèNemeNT de la sOciÉTÉ GuyaNaise. L’iNTÉRessÉe a TOuR à TOuR passÉ eN Revue les NOmbReuX ORcHesTRes Qui ONT cONTRibuÉ au succès des bals paRÉs-masQuÉs, ÉNumÉRaNT uNe iNfiNiTÉ de musicieNs Qui dONNeNT uN ÉclaT eXcepTiONNel au dÉcOR eT Qui ÉmailleNT la TOile de FONd d’uNe FOule d’aNecdOTes cROusTilleuses Qui N’auRaieNT pas pu êTRe passÉes sOus sileNce, sOus peiNe de ReNdRe le Tableau iNcOmpleT. J’ai FORT bieN cONNu daNs mON eNFaNce eT mON adOlesceNce les gRaNdes vedeTTes de la musiQue : ANTOiNe ViNceNT suRNOmmÉ ANTOiNe ClaRiNeTTe, CHaRi l’iNÉgalable impROvisaTeuR, CabÉRia le jOueuR dÉbORdaNT de vie, MuNiaN rObeRT le saXOpHONisTe, sON FRèRe LeleTTe EugèNe le baNjOïsTe TRès pOpulaiRe, LiNTON le baNjOïsTe pleiN de Res-sOuRces, SÉbasTieN CHaRles, taRcy, GabRiel, tibOdO, POlydORe, ZamOR…
1
2
LE BAL PAré-MASqUé- Un ASPECt DU CArnAVAL DE LAGUYAnE frAnçAISE
La lisTe des musicieNs dRessÉe TOuT au lONg de l’OuvRage paR AliNe BELfort-ChAnoLesT impRessiONNaNTe eT NOus dONNe uNe idÉe avaNTageuse eT paRTiculièRe de l’impORTaNce du caRNaval d’aNTaN. Elle a RaisON de sOuligNeR pOuR ceuX Qui N’ONT aucuNe pRÉcisiON suR l’ÉpOQue, Que les HOmmes cOmme les Femmes se dÉguisaieNT au daNciNg eT Que c’esT veRs les aNNÉes 1955 Que les HOmmes abaNdON-NèReNT le masQue daNs les salles de bals. Dès lORs, seules les Femmes seRONT appelÉes « TOulOulOus » eT il Ne seRa pas RaRe d’eNTeNdRe la QuesTiON : « esT-ce Qu’uN TOulOulOu T’a iNviTÉ à daNseR ? » AliNe BELfort-ChAnoLse pOse la QuesTiON dÉlicaTe de savOiR pOuRQuOi eT cOmmeNT s’esT OpÉRÉ l’abaNdON (bRusQue ? pROgRessiF ? ) du masQue paR les HOmmes, daNs ces bals paRÉs-masQuÉs ? POuR RÉpONdRe à ceTTe QuesTiON, elle passe eN Revue diveRs aspecTs de la meNTaliTÉ de l’ÉpOQue eT elle sème des pOiNTs d’iNTeR-ROgaTiON NON cOmme des clOus suR uNe ROuTe mais pluTôT cOmme des semeNces de dOuTes FÉcONds. Elle se dÉcOuvRe, malgRÉ elle, eN Face, d’uNe RÉaliTÉ TaNTôT absuR-de, TaNTôT pROFONde. UNe RÉaliTÉ Qui Ne laisse pas d’êTRe à la FOis peR-maNeNTe eT iNÉpuisable. Le caRNaval de VeNise a T-il ÉTÉ l’iNspiRaTeuR NumÉRO uN de celui de GuyaNe ? VeNise pRaTiQuaiT du jOuR de l’ÉpipHaNie au maRdi gRas saNs iNTeRRupTiON, sTyle Qu’a cONseRvÉ le bal paRÉ-masQuÉ guyaNais. La cHaleuR vÉNiTieNNe RaFFOlaiT des bals cONsTellÉs d’aveNTuRes eT d’iNTRigues amOuReuses Que lORd ByRON, pOèTe bRiTaNNiQue, a ReNdu iNOubliables daNs ses veRs eT sa cORRespONdaNce. Il savaiT cOmbieN daNs les sOiRÉes masQuÉes de VeNise les maRis suRveillaieNT les ÉpOuses eT Ne maNQuaieNT pas de les passeR à Tabac QuaNd elles les avaieNT beRNÉes. C’ÉTaiT uN peu le climaT des bals du samedi sOiR au PeTiT BalcON. Mais suR bieN des pOiNTs, la GuyaNe a cessÉ de suivRe VeNise. UNe VeNise Qui N’a guèRe cHaNgÉ sON mOde d’amusemeNT. CHacuN se dÉguise cOmme il l’eNTeNd eT va daNs le gROupe Qui lui plaîT de sORTe Que les masQues se côTOieNT saNs se cONNaîTRe ! Ce N’esT pas le cas des GuyaNais. AujOuRd’Hui le caRNaval guya-Nais a uN visage mONdial. Il ReflèTe TOus les gRaNds mOuvemeNTs de la plaNèTe. Il FaiT uNe syNTHèse pROdigieuse des diFFÉReNTes eXHibi-
PréfACE
TiONs du mONde. Il a uN FORT gOûT de dÉfilÉ NiÇOis. Il a uN gRaNd aiR de paRade bRÉsilieNNe. Il dÉgage TOujOuRs de puissaNTes bOuFFÉes de cHa-leuR vÉNiTieNNe. Il aFficHe uN bON sOupÇON de pROcessiON suisse. Il a aussi uNe peTiTe alluRe des TROupes jamaïcaiNes Qui paRadeNT daNs le QuaRTieR de nOTTiNg hills. POuR cOmpReNdRe le caRNaval guyaNais d’aujOuRd’Hui, pOuR cOm-pReNdRe d’abORd sON ÉvOluTiON à TRaveRs les âges cRÉOles, il esT avaN-TageuX de liRe ceTTe ÉTude RÉalisÉe paR AliNe BELfort-ChAnoLsuR le bal paRÉ-masQuÉ d’HieR eT d’aujOuRd’Hui eT l’ON cOmpReNdRa pOuR-QuOi le caRNaval guyaNais esT « uNiQue » au mONde.
AuXeNce ContoUt
1
3
INTRODUCTION
Le bal paRÉ-masQuÉ a ÉTÉ iNsTiTuTiONNalisÉ eN GuyaNe au dÉbuT e duxxsiècle. Il s’agiT d’uNe maNiFesTaTiON Qui se dÉROule le samedi sOiR peNdaNT le caRNaval eT Qui se caRacTÉRise NOTammeNT paR l’iNTeR-veNTiON d’uN peRsONNage ORigiNal, le TOulOulOu. Le TOulOulOu esT uNe peRsONNe dÉguisÉe eT masQuÉe dONT l’ideN-TiTÉ vÉRiTable dOiT demeuReR iNcONNue des diFFÉReNTs paRTicipaNTs au bal paRÉ-masQuÉ. AujOuRd’Hui, le TOulOulOu esT uNe Femme, ce Qui N’a pas TOujOuRs ÉTÉ le cas. C’esT dONc la Femme masQuÉe Qui cONduiT le jeu daNs ces lieuX spÉcialisÉs Que sONT les daNciNgs, c’esT elle Qui iNviTe les cavalieRs Qui Ne peuveNT se dÉRObeR, elle leuR impOse sON RyTHme, sa maNièRe de daNseR aiNsi Que la NaTuRe de l’ÉveNTuelle Rela-TiON Qui se NOue. C’esT auTOuR du TOulOulOu Que s’esT bâTi TOuT l’eNviRONNemeNT du bal paRÉ-masQuÉ, Qui a pRis ces deRNièRes aNNÉes uNe dimeNsiON sOciale eT ÉcONOmiQue Telle Que ceTTe maNiFesTaTiON uNiQue daNs le bassiN caRibÉeN eT suR le cONTiNeNT amÉRicaiN Ne peuT Que cONduiRe à uNe iNTeRROgaTiON suR l’ORigiNe eT le seNs de ceTTe pRaTiQue caRNava-lesQue eT suR sON ÉvOluTiON. Ces ÉlÉmeNTs sONT eN eFFeT ÉTROiTemeNT liÉs à l’HisTOiRe du pays, à la NaTuRe eT au FONcTiONNemeNT de la sOciÉ-TÉ guyaNaise. CeTTe maNiFesTaTiON RevêT diFFÉReNTs aspecTs Qui eXpliQueNT l’aT-TRacTiON Qu’elle eXeRce. nOmbReuX sONT les TOulOulOus eT les cava-lieRs pOuR Qui le jeu cOdÉ, l’eXpRessiON gesTuelle eT cORpORelle sONT sOuRce de plaisiR eT OccupeNT uNe place impORTaNTe daNs la daNse. Le bal paRÉ-masQuÉ meT eN ÉvideNce les RappORTs eXisTaNT eNTRe l’HOm-me eT la Femme, l’ÉvOluTiON de la place Qu’Occupe ceTTe deRNièRe daNs la sOciÉTÉ guyaNaise. Le bal paRÉ-masQuÉ a peRmis la RÉvÉlaTiON de musicieNs Qui ONT eu l’OccasiON d’eXeRceR leuR TaleNT eN GuyaNe mais aussi à l’ÉTRaNgeR. Espace de cRÉaTiviTÉ, le bal paRÉ-masQuÉ a ÉTÉ eT demeuRe uN lieu de cRÉaTiON musicale, cHORÉgRapHiQue eT vesTi-meNTaiRe. Les daNciNgs Où se dÉROuleNT ces maNiFesTaTiONs ONT uNe cONfiguRaTiON Qui leuR esT pROpRe eT Qui peRmeT auX diFFÉReNTs acTeuRs
1
6
LE BAL PAré-MASqUé- Un ASPECt DU CArnAVAL DE LAGUYAnE frAnçAISE
de jOueR leuR Rôle. UNe vÉRiTable dialecTiQue du jeu s’iNsTauRe gRâce à l’iNveRsiON des Rôles, auX RappORTs de sÉducTiON iNavOuÉs, à la maNiFesTaTiON de TeNdaNces NaRcissiQues, à l’eXeRcice du pOuvOiR sOus des FORmes mulTiples. S’y côTOieNT eN TOuTe lÉgiTimiTÉ : l’ORdRe eT le dÉsORdRe, le peRmis eT l’iNTeRdiT, le sÉRieuX eT le cOmiQue eT ce, gRâce à la cOmpliciTÉ du masQue. L’OccideNT cHRÉTieN a TOujOuRs pORTÉ uN RegaRd dÉsappRObaTeuR suR la daNse, eXpliQue JOcelyNe 1 VAYSSEla vigueuR pulsiONNelle, l’eFFeT libÉRa-puisQue, FavORisaNT « TOiRe, l’ÉcHappemeNT eXTaTiQue » elle pROvOQue uNe cONTRe RÉgulaTiON, elle esT sOuRce de dÉsORdRes sOciauX eT mORauX. ENfiN, l’ORgaNisaTiON de ces sOiRÉes eT leuR succès TieNT cOmpTe de l’aspecT TOuRisTiQue Qui TeNd à se dÉvelOppeR. Le bal paRÉ-masQuÉ esT pOuR ceRTaiNs ObjeT de plaisiR gRâce auX jeuX subTils mis eN place paR le TOulOulOu, TaNdis Que pOuR d’auTRes, il esT ObjeT de RejeT. CeTTe aTmOspHèRe Qui se dÉgage des daNciNgs, cHaQue samedi de caRNaval, les TRaNsFORme sOiT eN « Temples de l’ÉRO-Tisme » sOiT eN « lieuX de dÉbaucHe », selON la peRcepTiON de cHacuN. POuR meNeR ceTTe ÉTude, uNe ceNTaiNe d’eNQuêTes ORales eT ÉcRiTes ONT ÉTÉ cONduiTes aupRès d’HOmmes eT de Femmes âgÉs de 18 à 87 aNs RÉsidaNT Ou de passage eN GuyaNe, appaRTeNaNT auX diFFÉReNTes cOm-muNauTÉs pRÉseNTes daNs le pays. L’uN des ObjecTiFs ÉTaiT aussi de RecueilliR l’avis de ceuX Qui ÉTaieNT pOuR Ou cONTRe le bal paRÉ-mas-QuÉ. Des ORdONNaNces cOlONiales, des aRRêTÉs muNicipauX, diveRs RappORTs de la cOmmissiON de sÉcuRiTÉ eT des aRTicles de jOuRNauX ONT ÉTÉ ÉTudiÉs. AiNsi, TOulOulOus, cavalieRs, pROpRiÉTaiRes, gÉRaNTs de daNciNg eT musicieNs ONT maRQuÉ les diFFÉReNTes ÉpOQues Qu’a TRaveRsÉes le bal paRÉ-masQuÉ. Ces acTeuRs de la vie caRNavalesQue ONT cONTRibuÉ à maiNTeNiR la vivaciTÉ de ceTTe TRadiTiON daNs laQuelle s’iNscRiT le bal paRÉ-masQuÉ. Sa FORme maRQue uNe des ORigiNaliTÉs de NOTRe sOciÉTÉ eT cOmme TOuTes les auTRes valeuRs sTRucTuRaNTes, elle paRTicipe à la cONsTRucTiON, mais aussi à l’ÉvOluTiON cONsTaNTe de l’ideNTiTÉ.
1
VAYSSE JOcelyNe,La danse thérapie, histoire, technique, théorie.PaRis, DesclÉe de BROuweR, 1997.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant