//img.uscri.be/pth/1d3edac850c49d7c3a56c71c9720bb96bf621677
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le captage à Madagascar

De
260 pages
Cet ouvrage s'appuie sur un travail de terrain visant à étudier une pratique de guérison à Madagascar : le "captage". Technique d'apparition récente, qui recourt au Coran dans des buts thérapeutiques, le "captage" attire à Madagascar une population majoritairement non-musulmane : des chrétiens et même des agnostiques viennent y chercher la solution à leurs problèmes de santé. Cette pratique insolite, pourtant présente sur tous les continents, s'inscrit dans un contexte mondialisé de recours à une variété de techniques thérapeutiques utilisées cumulativement. Les pistes ainsi ouvertes nous invitent à une réflexion bien plus large.
Voir plus Voir moins
Denise Favre-Chatagny
LE CAPTAGE À MADAGASCAR
Guérir par le verbe
Le captage à Madagascar
Denise Favre-Chatagny
Le captage à Madagascar
Guérir par le verbe
© L’Harmattan, 2016
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09531-8 EAN : 9782343095318
« La santé est l’une des plus grandes bénédictions qu’Allah peut nous accorder »
Al-Sha’rawi, La magie et la jalousie : A la lumière du Coran et de la Sunna
PRÉFACE
Le patient, un jeune homme malingre, se cache péniblement. Il semble savoir que ses torts et son mal vont être dévoilés au grand jour. Le capteur entre dans une transe effroyable. Deux hommes sont obligés de le tenir à cause de la puissance du djinn qui entre en lui. Omar, le capteur, est projeté en arrière dans un bond qui l’envoie contre le mur. Soulleman, le guérisseur, lui tient la nuque et prononce les versets pour couper les pactes de sorcellerie que le djinn apporte avec lui. Omar a une voix grave et est devenu agressif. Il essaie de mordre les hommes qui le maintiennent au sol et s’élance dans un combat engagé avec ces derniers. Soulleman essaie tant bien que mal d’établir le contact avec son capteur pris de torpeur et sous l’emprise totale de la transe. Il refuse la conversion, étape essentielle à la joute verbale qui doit 1 suivre entre leraqi* ,à savoir le guérisseur,le djinn et incorporé. Le patient, au bord des larmes, est chamboulé et regarde en spectateur médusé la scène qui se déroule devant lui. La révélation se fait alors. Leraqienfin peut établir le contact avec le djinn, un djinn puissant ayant pris la forme d’un mammouth pour posséder le jeune homme dont le péché est d’avoir pris des drogues. Soulleman coupe le pacte de sorcellerie et annonce au patient qu’il est maintenant délié de sa relation avec les stupéfiants. Honteux, ce dernier opine de la tête et promet de suivre désormais le droit chemin, celui du musulman pieux. Le capteur sort de sa transe après le départ du djinn désormais lui aussi converti à l’islam. Il est éreinté de son combat
1  Les termes suivis d’un astérisque sont expliqués dans le lexique, p. 207. Ce terme a une orthographe francisée utilisée dans les supports de cours deroqya.