Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,00 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Le chômage - 2e édition

De
128 pages

Un ouvrage clair et accessible pour faire le point sur un thème économique et comprendre les débats actuels. Il propose de rendre compte des principales analyses portant sur ce thème dans un souci de pluralité des approches. Il confronte de façon simple les théories économiques aux études empiriques afin de dégager les principaux enseignements sur le sous-emploi.

Voir plus Voir moins
4
LE CHÔMAGE
SOMMAIRE
Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16 Chapitre1?- Y a-t-il une bonne statistique du chômage . . . . . .17 1. – Le chômage au sens de Pôle emploi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8 2. – Le chômage au sens du BIT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 3. –Comment expliquer les divergences constatées entre les deux sources statistiques ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13 Chapitre2?- Le chômage est-il sélectif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 1. – Comment mesurer l’inégalité face au chômage ?. . . . . . . . . . . . . .16 2?. – Quelles sont les inégalités face au chômage . . . . . . . . . . . . . . . . . .18 Chapitre3?- La mondialisation facteur de chômage . . . . . . . . . . . .23 1. – La montée en puissance des pays émergents. . . . . . . . . . . . . . . . . .24 2. – Le débat sur les délocalisations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26 3. – Le débat sur le contenu en emplois des productions échangées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
Chapitre4- Le progrès technique est-il facteur de chômage ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .33 1. – Définition et mesure du progrès technique. . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 2. – La thèse de la fin du travail. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35 3. – Présentation de la théorie de la compensation. . . . . . . . . . . . . . . .37 4. – Critiques de la théorie de la compensation. . . . . . . . . . . . . . . . . . .39
Chapitre5- Le chômage est-il dû à une inadéquation de la population active aux emplois ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43 1. – L’impact de la démographie et de la formation sur le chômage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44 2. – La population active : un déterminant du chômage à nuancer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .50 Chapitre6- Le chômage résulte-t-il de dysfonctionnements du marché du travail ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55 1. – Pour certaines analyses, le chômage s’explique par des dysfonctionnements du marché du travail. . . . . . . . . . . . . . .57 2. – Pour d’autres analyses, le marché du travail ne détermine pas le niveau de l’emploi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64 3. – La théorie des déséquilibres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67
Y A-T-IL UNE BONNE STATISTIQUE DU CHÔMAGE?
5
Chapitre7- Le chômage est-il dû à un coût du travail trop élevé ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69 1. – Les effets ambivalents d’une hausse du coût du travail sur le chômage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70 2. – Les études empiriques montrent une faible sensibilité du chômage aux variations du coût du travail. . . . . . . . . . . . . . . . .73 3. – Le débat sur les charges sociales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77
Chapitre8- La flexibilité du travail peut-elle permettre de lutter efficacement contre le chômage ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81 1. – La flexibilité du travail peut être favorable à l’emploi. . . . . . . . . .83 2. – Les études empiriques ne confirment pas le lien entre flexibilité et chômage. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .86 3. – La flexibilité du travail peut générer des effets pervers. . . . . . . . .88
Chapitre9- Une croissance durable pour lutter contre le chômage ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91 1. – La baisse du chômage dépend du contenu em emploi de la croissance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93 2. – La croissance ne peut pas à elle seule résorber le chômage. . . . .96
Chapitre10- La lutte contre le chômage passe-t-elle par la mise en œuvre d’une politique de relance ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .101 1. – L’intégration européenne contraint les politiques de relance. .103 2. – Les économistes libéraux récusent l’efficacité d’une relance. . .105 3. – L’intégration européenne permet une politique de relance concertée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107
Chapitre11- La réduction du temps de travail une solution au chômage ? (l’exemple de la France). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109 1. – La RTT peut contribuer à faire reculer le chômage. . . . . . . . . .111 2. – Mais des interrogations demeurent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113
Chapitre12- Est-ce que les dépenses actives pour l’emploi sont efficaces pour lutter contre le chômage ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .117 1. – L’activation des dépenses pour l’emploi est souhaitable…. . . . .119 2. – … mais ne va pas sans poser des problèmes. . . . . . . . . . . . . . . . . .123
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127
Index. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128
6
LE CHÔMAGE
INTRODUCTION
Le concept de chômage tel que nous l’envisageons e aujourd’hui n’apparaît qu’à la fin duXIXsiècle. Il est contemporain de la société salariale qui émerge progressi-vement sous l’effet de l’industrialisation et de l’urbanisation. En effet, l’émergence du chômage suppose une sépara-tion entre le temps de travail productif, destiné à procurer un revenu, et le temps de travail privé ou domestique (le plus souvent confondus dans les sociétés agraires). Le chô-mage apparaît lorsque le travailleur ne parvient pas à vendre sa force de travail à un employeur. Le chômage est donc le produit d’une organisation sociale dans laquelle l’emploi salarié devient la norme. Dans nos sociétés, le travail constitue l’essentiel des revenus et conditionne l’accès à une grande partie des droits sociaux ; il est également un élément central de l’identité et du statut des individus. Dès lors, l’existence d’un chômage massif et durable est susceptible de remettre en cause la cohésion de nos sociétés. Il n’est donc pas surprenant que les débats portant sur les causes du chômage et les moyens d’y faire face soient vifs et nombreux, y compris parmi les économistes. S’il est vain d’attendre des réponses péremp-toires nécessairement réductrices, on peut soumettre à un examen critique les principaux questionnements que sou-lève le thème du chômage.
8
LE CHÔMAGE
Comment mesurer le chômage ? Le chiffre du chômage est devenu l’indicateur écono-mique mensuel le plus attendu. S’il apparaît comme le reflet objectif de l’état du marché du travail à un moment donné, il n’en demeure pas moins une construction statis-tique qui peut prêter à discussion : – les critères retenus pour considérer qu’une personne est au chômage sont conventionnels et comportent une certaine imprécision ; – la frontière entre emploi, inactivité et chômage devient de plus en plus floue : le « halo » du chômage brouille les catégories statistiques traditionnelles. La définition officielle que donne le Bureau International du Travail (BIT) esta priorisimple en considérant comme chômeurs les personnes qui sont simultanément : – sans travail ; – disponibles pour travailler ; – à la recherche d’un travail. Les difficultés surgissent lorsqu’il s’agit de préciser les critères permettant de rendre opératoire cette définition. Or, les deux principales sources en France que sont l’INSEE et le Pôle emploi (fusion de l’ANPE et des ASSEDIC) ont une interprétation spécifique de cette définition.
1. – Le chômage au sens de Pôle emploi
Chaque mois, Pôle emploi publie le nombre de chô-meurs inscrits dans ses fichiers, ce sont les demandes d’emploi en fin de mois (DEFM). Si toutes les personnes qui recherchent un emploi peuvent s’inscrire à l’ANPE, c’est la catégorieAqui sert habituellement de baromètre
Y A-T-IL UNE BONNE STATISTIQUE DU CHÔMAGE?
9
« officiel » du chômage. Il s’agit des chômeurs n’ayant pas du tout travaillé, inscrits à Pôle emploi et recherchant un emploi quel qu’il soit (CDI, CDD, temps partiel…).
Catégories statistiques A
B
C
D
E
A, B, C
A, B, C, D, E
Définitions
Demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans emploi. Demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite courte (moins de 78 heures au cours du mois) Demandeurs d’emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité réduite longue (plus de 78 heures au cours du mois) Demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’une maladie…), sans emploi. Demandeurs d’emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés). Demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi et tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi. Demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi.
Source : d’après DARES, Pôle emploi.
Les statistiques de Pôle emploi présentent plusieurs avantages. Elles sont d’abord exhaustives puisque tous les inscrits sont comptabilisés. Elles ont aussi l’avantage de pouvoir être exploitées tous les mois dans un délai très court, ce qui en fait le seul indicateur conjoncturel du chômage, disponible en outre à un niveau géographique détaillé.