Le cœur du roi

De
Publié par

Nul n’a jamais songé à interroger le sens profond des sépultures de coeur des rois et reines de France à une époque où souverains, théologiens et médecins, par le biais de sermons, de traités et de Miroirs, font de ce «grand promu de la fin du Moyen Âge», selon la formule de Jacques Le Goff, le réceptacle de toutes les vertus et de tous les vices. Si la pratique de l’inhumation séparée du cœur est ancienne en Angleterre et dans l’Empire, elle n’est attestée dans le royaume de France que dans la première moitié du XIIIe siècle. Ce rituel se diffuse ensuite, au XIVe siècle, au sein du domaine capétien et se mue en un véritable privilège dynastique grâce à une exceptionnelle autorisation pontificale. À partir de 1380, à la mort de Charles V, le cœur du roi est l’objet de tous les égards. Inhumé lors d’une cérémonie spécifique, il est placé dans une urne richement décorée ou repose sous un somptueux gisant. L’objectif est multiple : les tombeaux de cœur attirent les prières et valorisent le sanctuaire qui l’accueille tout en enracinant la mémoire du lignage capétien sur le territoire de France, des couvents mendiants parisiens à Saint-Louis de Poissy, de la cathédrale de Rouen à la nécropole dionysienne. Alexandre Bande livre ainsi la singulière histoire des sépultures de coeur du XIIIe siècle au XVe siècle et narre la naissance d’un cœur personnifié, déifié et hypostasié.
Publié le : vendredi 12 septembre 2014
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791021002418
Nombre de pages : 256
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Alexandre Bande
LE CŒUR DU ROI
LE CŒUR DU ROI
ALEXANDRE BANDE
LE CŒUR DU ROI
Les Capétiens et les sépultures multiples e e XIIIXVsiècles
Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre
TALLANDIER
© Éditions Tallandier, 2009 2, rue RotrouParis75 006
www.tallandier.com
SOMMAIRE
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre premier. LE CŒUR DECHARLESV
Cest un cœur que lon enterre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lenterrement du cœur : un projet réfléchi qui privilégie Rouen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le tombeau de cœur de Charles V . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La tripartition du corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre II. LINHUMATION DU CŒUR,UNE PRATIQUE QUI REJAILLIT SUR LENTOURAGE DU ROI
Le succès des sépultures multiples dans lentourage royal e à la fin duXIV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .siècle . Des funérailles multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La logique des sépultures multiples . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre III. LESCAPÉTIENS ET LES ORIGINES DE LINHUMATION SÉPARÉE DU CŒUR
Une pratique venue de lEmpire et du royaume dAngleterre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . LaDilaceratio corporiset les sépultures de cœur gagnent le royaume capétien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
13
17
21 25 29
37 41 46
51
59
8
LE CŒUR DU ROI
Lenterrement du cœur de Blanche de Castille . . . . . . . . . . Mystère autour du cœur de Saint Louis . . . . . . . . . . . . . . . Le succès des sépultures de cœur chez les Capétiens e à la fin duXIIIsiècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
59 64
66
Chapitre IV. LINHUMATION DU CŒUR:UN PRIVILÈGECAPÉTIEN e e (FIN XIIISIÈCLEMILIEU XIV )
Le cœur de Philippe III, objet de polémique . . . . . . . . . . . De linterdiction à lexemption pontificale . . . . . . . . . . . . . Linhumation du cœur devient une spécificité capétienne (13141350) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
e Chapitre V. LA PLACE DU CŒSIÈCLEUR AU XIV
73 79
90
Le cœ106ur des théologiens. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le cœur aristotélicien, le cœur des médecins . . . . . . . . . . . 113 Le cœur valorisé par lesMiroirs: du cœur biblique au cœ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120ur aristotélicien .
Chapitre VI. LA GÉOGRAPHIE DES CORPS ROYAUX
Un réseau de nécropoles capétiennes en ÎledeFrance . . . . 131 L133importance de SaintDenis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Lattraction des abbayes cisterciennes . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Le rôle majeur des couvents mendiants parisiens . . . . . . . . 137 e Les évolutions de la seconde moitié duXIV141siècle . . . . . . .
Chapitre VII. VERS LA VICTOIRE DU CŒUR VERTUEUX
La désaffection apparente des rois de France pour linhumation séparée du cœur . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Un paradoxe : lessor remarquable du cœur vertueux 161. . . . Le succès de la pratique dans les familles princières. . . . . . 164
Les débuts de la Renaissance et la victoire du « cœ» . ur vertueux 172. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
Notes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189 Généalogies . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 Table des illustrations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 249 Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251 Index . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 253
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.