//img.uscri.be/pth/2843508dd6588491c0e1c85e69729936e56ec372
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,00 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Le Déclin français : mythe ou réalité ?

De
128 pages

Le déclin français : mythe ou réalité ? propose une réflexion sur la situation de l'économie française. Est-elle en déclin ? Y a-t-il une crise du modèle capitaliste français ? Alors que la France conserve de réels atouts qui font sa force et parfois son originalité, les thèses " déclinistes " pointent de réelles fragilités qu'il serait absurde de nier. Quelles réactions faut-il envisager ?

Voir plus Voir moins
Introduction
SOMMAIRE
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
Chapitre 1 – La thèse du retard ou du déclin est-elle nouvelle ?. .9 1. – Un thème récurrent jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 2. – Le déclin devient un thème central des années 1920 au lendemain de la seconde guerre mondiale . . . . . . . . . . . . . . . .12
3. – Depuis la crise des années 1970, l’inquiétude reprend le dessus . .14
Chapitre 2 – La France décroche-t-elle au niveau de la croissance et de l’emploi ?. . . . . . .19 1. – Une croissance inférieure à la moyenne des pays riches . . . . . . .20 2. – Quelles sont les causes de cette croissance décevante ? . . . . . . . .21
3. – Le taux de chômage reste élevé en France
4. – « Fracture sociale » ?
. . . . . . . . . . . . . . . . . .27
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29
Chapitre 3 – Le dérapage des finances publiques et le poids des prélèvements obligatoires sont-ils excessifs ?. .33 1. – De fortes dépenses publiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34 2. – Déficits et endettement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .35
3. – Des prélèvements obligatoires élevés
4. – L’État providence reste performant
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39
Chapitre 4 – Peut-on parler d’un recul de l’industrie française ?. .41 1. – Le recul industriel semble réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .42 2. – L’industrie française reste puissante et conserve de nombreux atouts . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44 3. – La France s’est engagée récemment dans la stratégie des pôles de compétitivité . . . . . . . . . . . . . . . . .47
Chapitre 5 – Les entreprises françaises sont-elles en difficulté ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51
1. – Les difficultés des PME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52 2. – Le management des entreprises françaises manque d’efficacité . . .55 3. – Les grandes entreprises ont su s’adapter à la mondialisation . . .56
Chapitre 6 – L’enseignement et la recherche sont-ils moins performants ? Le rayonnement culturel de la France est-il en déclin ?. . . . . . . . . . . . . . . . . .61
1. – L’Éducation nationale obtient des résultats décevants . . . . . . . . .62
2. – Les universités françaises manquent de moyens
3. – La France décroche dans la recherche
. . . . . . . . . . . . .63
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66
4. – Le rayonnement culturel de la France recule . . . . . . . . . . . . . . . .68
Chapitre 7 – Quelle est la place de la France dans le monde ?. .71 1. – Recul de l’influence française dans le monde . . . . . . . . . . . . . . . .72 2. – Pourtant la France tient encore son rang dans la compétition économique internationale . . . . . . . . . . . . .75
3. – Au niveau géopolitique, la France conserve des atouts
Chapitre 8 – Le « modèle français » est-il bloqué ? Le sentiment de déclin est-il légitime ?
1. – L’État a montré de réelles capacités d’adaptation
. . . . . . . .79
. . . . . . . . .83
. . . . . . . . . . . .84
2. – Dynamisme démographique et tolérance . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87
3. – Le sentiment de déclin est donc paradoxal . . . . . . . . . . . . . . . . . .90
Chapitre 9 – Quelles réformes pour l’avenir ?. . . . . . . . . . . . . . .93 1. – Faut-il réduire les dépenses publiques et rendre l’État plus efficace ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .94 2. – Faut-il diminuer la pression fiscale pour relancer la croissance ? . .96 3. – Peut-on redresser les comptes de la protection sociale ? . . . . . .100
4. – Priorité à la recherche, à l’innovation, à la compétitivité
5. – Repenser l’emploi et les salaires
. . . . .102
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .108
Chapitre 10 – La France peut-elle profiter d’un renforcement de la coopération européenne ?. . . . . . . . . . . . . .113
1. – Enjeux et principaux défis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .114
2. – Développer l’Europe des universités et de la recherche
. . . . . .117
3. – La France a tout à gagner d’une Europe puissante en matière de défense et de politique étrangère . . . . . . . . . . . . .120
Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123
Bibliographie
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .127
INTRODUCTION
Le dictionnairePetit Robertprésente le déclin comme « l’état de ce qui diminue, commence à régresser ». Pour le Petit Larousseperdre ses forces, ses quali-, décliner revient à « tés, s’affaiblir ». L’idée que le monde va de plus en plus mal n’est pas nou-velle. Elle est souvent associée au mythe de l’âge d’or qui oppose un présent « triste et décadent », marqué par la déchéance et le désordre, à un passé de « plénitude », de « lumière » et de « grandeur, que l’on espère retrouver », ana-1 lyse l’historien Raoul Girardet. Certains auteurs adoptent même une position radicale-ment pessimiste du devenir de l’humanité, tel le philosophe Cioran. Affirmant qu’Hésiode « a lancé l’idée de déclin » au e milieu duVIIIsiècle avant Jésus-Christ, il écrit : « Quelle lumière n’a-t-il pas jetée sur le devenir historique ! Si, au cœur des origines, en plein monde posthomérique, il estimait que l’humanité en était à l’âge de fer, qu’aurait-il dit quelques siècles plus tard ? Que dirait-il aujourd’hui ? Sauf à des époques obnubilées par la frivolité ou l’utopie, l’homme a tou-2 jours pensé qu’il était parvenu au seuil du pire. »
Les formes ou les perceptions du déclin d’un pays sont de toute façon extrêmement variées : économique, démogra-phique, diplomatique, militaire, culturelle, morale. Les indicateurs permettant de le mesurer sont innombrables (sta-tistiques économiques, sondages d’opinion, témoignages, etc.) mais les interprétations le sont aussi. Tenter d’y voir clair, essayer de démêler le vrai du faux, faire la part du sentiment et de la réalité des faits semblent être une gageure. Mais l’enjeu
1.Raoul Girardet,Mythes et mythologies politiques, Le Seuil, 1986. 2. Cioran,De l’inconvénient d’être né, Gallimard, 1973.
8
LE DÉCLIN FRANÇAIS:MYTHE OU RÉALITÉ?
mérite que l’on s’y arrête car la thèse de la décadence française a envahi le devant de la scène médiatique. L’ouvrage emblématique de Nicolas Baverez,La France qui tombe, publié en 2003, a rencontré un large écho auprès du grand public. À la suite de Michel Camdessus, ancien direc-teur général du FMI, les démonstrations se sont succédées pour expliquer que la défense du modèle social français passait par son adaptation au monde moderne et non par la « résis-tance » à la mondialisation. Depuis, des centaines de rapports, d’articles ou d’ouvrages ont listé les erreurs et dénoncé l’im-mobilisme. Pas un jour sans qu’un commentateur « avisé » ne s’inquiète de l’état « déplorable » d’un pays « incapable d’adaptation ». Pas un jour, sans que tel ou tel spécialiste ne souligne les « faiblesses structurelles » de l’économie française. Pas un jour sans qu’un analyste de renom ne s’inquiète de sa place dans la mondialisa-tion. Succès de librairies, unes des journaux, le « déclinisme » néologisme triomphant – est à la mode.
Que faut-il en penser ? Le déclin français, souvent synonyme de retard, est-il réel, ou relève-t-il du fantasme ? Le déclin est-il absolu ou relatif ? Y a-t-il une crise du modèle capitaliste français ? Cet ouvrage propose de revenir d’abord sur l’histoire de la e thématique du déclin depuis leXIXsiècle afin d’en souligner la récurrence. Il montrera ensuite, tout en précisant que la France conserve de réels atouts qui font sa force et parfois son originalité, que les thèses « déclinistes » pointent de réelles fragilités qu’il serait absurde de nier. Il analysera enfin pour-quoi et comment une réaction s’impose aujourd’hui dans plusieurs domaines – au plan national et européen – si l’on veut maintenir le rang de la France dans la compétition mon-diale et permettre à ses habitants de mieux vivre sans craindre l’avenir.