Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Le dessous des cartes : Asie

De
144 pages
Le monde a basculé. Au XXIe siècle, l’Asie est désormais le nouveau centre du monde.
Depuis presque vingt ans, on mesure comment le centre du monde s’est progressivement déplacé, délaissant peu à peu l’espace transatlantique. À travers la lecture de cartes originales et inédites, ce nouveau Dessous des Cartes explore tous les visages de l’Asie – démographiques, politiques, économiques, sociaux et environnementaux.
Il étudie les confl its latents, les violences envers les minorités, les nouveaux jeux d’alliances, et décrypte les dynamismes et les inerties dans une région qui donne aujourd’hui le pas à la marche du monde.
Voir plus Voir moins
Direction éditorialeAlexandre Maujean (Tallandier), Isabelle Pailler (Arte) CartographieGuillaume Sciaux Pacha Cartographie (www.pachacartographie.com) Direction artistiqueVéronique Desanlis
FabricationLuc Martin PhotogravureNord Compo
Éditions Tallandier / ARTE Éditions, 2016 © www.tallandier.fr/www.arte.tv
ISBN 979-10-210-1840-2
« Aux chercheurs du Lépac, pour l’intérêt des échanges et le plaisir du travail partagé. »
JEANCHRISTOPHE VICTORavec Robert Chaouad
LE DESSOUS DES CARTES ITINÉRAIRES ASIATIQUES
Cartographie : Guillaume Sciaux
4
ITINÉRAIRES ASIATIQUES
SOMMAIRE
Introduction6
Repères cartographiques9
Planisphère10
1LES VISAGES DE L’ASIE12
Portrait démographique15
L’urbanisation : la révolution silencieuse19
Le décollage économique23
Brunei, un développement sous le signe des hydrocarbures 25
L’insécurité sociale27 Les bidonvilles, une autre facette de la pauvreté29
Développement et changement climatique, le dilemme asiatique31
Corruption : la longue lutte35
Le Japon, puissance hésitante39
Quand la Chine s’interroge43 Xinjiang, la conquête de l’ouest chinois45
L’Inde, ou l’équilibre instable des contraires47
Singapour au cœur de la mondialisation51
Bangladesh, l’envers du développement55
Le Laos, la terre du milieu59
2L’ASIE SOUS TENSION62
Secousses stratégiques 65 Violence à l’intérieur, silence à l’extérieur66
La militarisation tous azimuts69
Un réarmement japonais face à la Chine ?70
Des alliances régionales revisitées71
Chine/ÉtatsUnis : duel en AsiePacifique73 Taïwan, discorde dans le détroit de Formose75
La Chine au cœur des tensions77
Les Corée 81
Crainte nucléaire83
L’énigme pakistanaise85
Cachemire, la guerre des sommets89 Fin de guerre au Sri Lanka91
Tensions autour de l’eau93
L’Australie entre deux mondes97
3L’ASIE EN MOUVEMENT100
e Les routes de la soie duXXIsiècle103 Confucius, manga, Bollywood, les voies dusoft powerasiatique105
Le grandhub 107
Quitter son pays 109
Énergie : le déterminant asiatique 111 Abondance de terres rares 112
Shanghai, capitale duXXIsiècle 115 e
L’Asie du SudEst, une union difficile 119
Indonésie, le chaînon 121
La Thaïlande, un pays en contraste jaune et rouge 125 la lente marche vers la démocratie 127
Ouverture politique au Myanmar 129 Femmes en politique 131
Vietnam, entre guerres et quête d’unité 133
Bhoutan, le pays du bonheur brut 137
Liste des acronymes et glossaire138
Bibliographie et sources140
Index142
Remerciements144
5
ITINÉRAIRES ASIATIQUES
6
ITINÉRAIRES ASIATIQUES
« ASIE » !
 Ce terme viendraitil s’imposer comme une évi dence géographique, doublé d’une sorte de vérité historique ? Pourtant, à explorer cet ensemble de territoires et de popula tions que l’histoire, la géographie, les langues et les religions prennent visiblement un grand plaisir à diviser, on peut se demander ce qui, dans la réalité, définit l’Asie.  Avec le paramètre de la géographie, on voit que contrairement au continent africain, clairement bordé, lui, par trois mers et deux océans, l’Asie n’a pas d’unité continen tale nettement délimitée. De quelle Asie parleton au juste ? Celle de la « civilisation du riz » que décrivait Pierre Gourou ? De l’« Empire des steppes » évoqué par René Grousset ? L’Asie comme un monde – the world of Asia – telle que la voyait le Singapourien Lee Kuan Yew ? Ou alors estil plus géographi quement exact de parler de l’Eurasie, au bout de laquelle on trouve la petite péninsule européenne qui, en rien, n’est un « continent » ?  De toute évidence, le seul critère géographique ne peut suffire pour porte d’entrée.  Pourraitil s’agir alors d’une unité de civilisation, fondée sur d’éventuelles « valeurs asiatiques » affirmées par plusieurs hommes politiques malaisiens ? Il est simple d’oppo ser à leur affirmation la diversité des civilisations brahmanique,
chinoise, mongole, japonaise ou encore la civilisation maritime des archipels. Sans même parler de la grande diversité anthro pologique des populations asiatiques.  À leur tour, les tensions de la région rappellent que la cohabitation est souvent difficile au sein de nombreux États d’Asie. Car là coexistent d’innombrables groupes ethnolinguis tiques ; des religions multiples telles l’animisme, le boudd hisme, le confucianisme, le shintoïsme, l’hindouisme, l’islam, le christianisme. D’ailleurs, si les religions du livre se sont implantées dans cette région par les conquêtes marchandes, les armes soutenant les victoires militaires, puis les prosély tismes missionnaires venant conforter ces dernières, les autres cultes en sont bien tous originaires, soulignant de nouveau que les «Asiatiques » ne possèdent pas de racine civilisationnelle unique.  L’Asie ne se dessine pas non plus dans un champ démographique spécifique puisque la région abrite à la fois les deux États les plus peuplés au monde, la Chine et l’Inde ; d’autres qui le sont bien peu comme le Bhoutan ou le Timor Oriental. Tandis que le Japon et la Chine vieillissent très vite, l’Inde, elle, se range parmi les jeunes pays de la planète.Enfin, c’est aussi en Asie que l’on rencontre les plus forts taux d’urbanisation au monde, mais aussi les plus vastes régions rurales, agricoles et non mondialisées.  Pour mieux la cerner et en repérer les contours, ne faudraitil quitter l’Asie pour aller la regarder d’ailleurs ?  Depuis l’Europe, l’Asie peut apparaître sous les traits d’un « Orient » riche, culturel, un monde étranger, voire exotique, dont on situe moins bien les marches occidentales que les confins orientaux, au bord du Pacifique. Il faut dire que pour les Européens, définir là où commence l’Asie imposerait aussi de décider là où l’Europe s’arrête…  Regardée du monde arabe, cette fois, l’Asie pré sente au moins trois visages distincts : celui des commerçants indiens et pakistanais, celui des investisseurs et des bâtisseurs chinois de Taïwan, de Singapour, de Hong Kong, de Chine
continentale ; celui de la maind’œuvre bon marché et mal traitée, importée des Philippines, du Bangladesh, du Népal, du Sri Lanka ou d’Indonésie.  Les découpages des institutions internationales ajoutent à la confusion ! Selon la Division de la population des Nations unies, les pays du MoyenOrient sont dits d’«Asie de l’Ouest » tandis que les États Kazakhstan, Kirghizistan,Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan sont en «Asie cen trale ». En revanche, le découpage géoadministratif du Fonds monétaire international (FMI) rattache ces États d’Asie centrale au monde exsoviétique via l’inexistante Communauté des États indépendants (CEI) !  Et si l’on a envie ensuite d’aller voir du côté de la Lloyds de Londres, du Département d’État américain, des compagnies internationales Air France, Apple ou Exxon, on constate alors que l’Asie prend encore d’autres enveloppes qui renvoient à leur tour à des réalités centrifuges.  C’est donc à dessein que ces « Itinéraires asia tiques » ont voulu partir d’un autre critère, pour repérer en Asie une autre unité : celle du dynamisme économique.  Si l’on considère en effet l’espace allant de la fron tière occidentale du Pakistan à l’ouest à la frontière orientale des Philippines à l’est, et de la plaine de Mongolie au nord à l’île de Nias dans l’archipel indonésien au sud, on s’aperçoit que tous les pays de la région – Corée du Nord mise à part – affichent des taux de croissance annuels supérieurs à 4 %, voire à 5 %. Si l’on ajoute à cela que dans la plupart de ces pays, ces taux de croissance se maintiennent depuis presque vingt ans, on mesure pourquoi et comment le centre du monde s’est progressivement déplacé, délaissant peu à peu l’espace transatlantique. e  Alors que les « grandes découvertes » duXVIsiècle, portées par le prince catholique lusitanien Henri le Navigateur, avaient élargi un monde centré sur la Méditerranée ; alors que la puissance économique et militaire des Européens à partir du e XVIIIsiècle leur avait permis de placer une partie de l’Asie sous
e leur domination ; alors que leXXsiècle, surtout dans sa deu xième moitié, avait accentué la prédominance des échanges e entre l’Europe et l’Amérique, cette aube duXXI siècle nous transforme en témoin de ce basculement du monde vers un monde asiaticocentré, tourné vers l’océan Pacifique.  Longtemps prisonniers des jeux coloniaux autour des frontières, puis des luttes de libération nationales, et enfin des crises de la guerre froide, les pays d’Asie auront donc dû attendre les années 1990 : pour reprendre le cours deleur Histoire et accélérer le pas de leur développementéconomique ; pour préférer, à leurs traditions impériales,monarchiques, communistes ou autoritaires, des régimes d’ouverture, voire des régimes démocratiques ; pour être gagnés eux aussi par la mondialisation, puis par les tensions sociales et environnementales qu’elle alimente.  Sans prétendre à l’exhaustivité, la première par tie de ces « Itinéraires asiatiques » explore de nombreuses facettes de l’Asie : démographiques, politiques, économiques, énergétiques, sociales et environnementales, qui ensemble contribuent à façonner le monde de demain. Dans une deuxième partie, l’étude des conflits latents, des vio lences envers les minorités, des nouveaux jeux d’alliances, des guerres possibles et des budgets de défense constamment à la hausse, tous ces éléments aident à repérer les sources de déstabilisation possible.  Dans une troisième partie enfin, ces « Itinéraires asiatiques » s’attachent à décrypter les forces de changement et les logiques d’inertie à l’œuvre dans une région qui, d’un côté, donne le pas à la marche du monde et, de l’autre, ab sorbe massivement des influences culturelles et politiques qui leur sont étrangères.  Le parcours géographique de ces itinéraires se concentre sur une zone allant du Japon à l’est à l’Afghanistan à l’ouest ; de la Chine et de la Mongolie au nord à l’Indonésie et aux Maldives au sud. Pour autant, et comme dans tout « vrai » voyage, on constatera qu’il n’hésite pas à dévier de sa route,
pour aller voir ici du côté de l’Asie centrale, et là du côté de l’Océanie.  Des voyages en Asie ? J’ai eu la chance d’en faire de très nombreux, d’émouvants, de passionnants, des mar quants, des longs, des rapides, porté par une forte et précoce curiosité pour ces peuples, ces paysages, pour cette région, ses histoires, son Histoire. Atteint depuis l’âge de 20 ans d’un net tropisme asiatique, j’ai, à force d’itinéraires – humanitaires, professionnels ou sentimentaux –, visité, séjourné, voire tra vaillé, dans tous les pays que ce livre explore – à l’exception de la Mongolie.  Lorsque l’avion se pose dans l’un des aéroports de cette région, j’ai depuis toujours l’impression de rentrer chez moi ! Un chez moi dont je reconnais les odeurs, les couleurs, les fleuves, les mouvements, les peuples bien sûr, leurs his toires tragiques ou douces, mais aussi les futurs qu’à présent ils préparent. Des futurs si déterminés qu’ils réinventent les rapports de force internationaux, qu’ils les déplacent sur des champs nouveaux, ouvrant enfin l’ère tardive mais réjouissante des décolonisations mentales.
JeanChristophe Victor septembre 2016
7
ITINÉRAIRES ASIATIQUES
ITINÉRAIRES ASIATIQUES
8
PROJECTION DE MERCATOR
PROJECTION ECKERT IV
PROJECTION CONIQUE CONFORME DE LAMBERT
REPÈRES CARTOGRAPHIQUES
« Lire une carte. » L’expression n’est pas si anodine. Pour y par venir, encore fautil disposer de quelques codes pour ne pas se perdre dans la complexité du monde que les cartes tentent à la fois de saisir et de simplifier. Objet de pouvoir, la carte n’est pas la réalité mais une représen tation réductrice du réel qui se refuse à livrer tout son sens au premier regard. Constante tentative des hommes pour apprivoi ser les territoires du monde, les connaître et les transmettre, une carte ne se révèle que si l’on prend le temps de la déchiffrer. Le premier code est celui des projections cartographiques : elles
PROJECTION DE BUCKMINSTER FULLER
PROJECTION CYLINDRIQUE DE MILLER
sont la grammaire de base qui vient traduire notre Terre, ronde, sur une surface plane. Toute projection fige les lieux, fixe les points d’observation, ce qui permet à tout pays d’exaucer un rêve permanent et partagé : être représenté sur la carte comme le « centre du monde ». Parmi ces projections, on trouve par exemple celle de Mercator, qui respecte les angles et déforme les surfaces, surreprésentant les régions polaires ; la projec tion Eckert IV, référence des émissions duDessous des cartes, qui, en conservant la proportion entre les surfaces de la carte et les surfaces réelles, redonne de l’importance à ce qui fut le « tiersmonde » ; la projection conique conforme de Lambert, qui représente le globe tel un cône déplié ; la projection Buck minsterFuller, qui permet de montrer le monde sur la surface d’un polyèdre, tel un seul continent unifié, très efficace pour faire figurer les flux. Le deuxième code à déchiffrer concerne les éléments que l’on fait figurer sur la carte : ils peuvent omettre un phénomène ou le faire apparaître, imposer des représenta tions ou engendrer le questionnement, conforter les préjugés ou heurter des certitudes. Dans cet ouvrage, le lecteur trouvera aussi bien des cartes physiques soulignant les reliefs que des cartes politiques représentant les phénomènes économiques, sociaux, cultu rels et environnementaux. Nous avons également fait le choix de proposer plusieurs projections, en fonction de ce que nous voulions montrer, mais également par respect des proportions territoriales, par goût pour l’exploration de représentations et par plaisir esthétique. Ce parti pris entend montrer la richesse de l’appareil cartographique et indiquer l’ensemble des possibilités qu’offre un tel outil pour donner à voir les réalités du monde. Afin d’aider le lecteur à se repérer, sur chaque carte de ces itiné raires est mentionnée la projection choisie – à la seule exception des cartes de petit format représentant des pays, qui utilisent en règle générale la projection conforme de Lambert. Enfin, pour ne pas surcharger les visuels, les sources utilisées pour la réalisa tion des cartes sont compilées, par chapitre, à la fin de l’ouvrage.
9
ITINÉRAIRES ASIATIQUES
10
ITINÉRAIRES ASIATIQUES
1  PAYSBAS 2  BELGIQUE 3  LUXEMBOURG 4  SUISSE 5  LIECHTENSTEIN 6  ANDORRE 7  AUTRICHE 8  TCHÉQUIE 9  SLOVAQUIE 10  MOLDAVIE 11  SLOVÉNIE 12  CROATIE 13  BOSNIEHERZÉGOVINE 14  SERBIE 15  KOSOVO 16  MONTÉNÉGRO 17  ARYM (MACÉDOINE) 18  ALBANIE
O c é a n g l a c i a l A r
Cercle polaire arctique ISLANDE FINLANDE RUSSIE NORVÈGESTONIE SUÈDE ROYAUMEUNI LETTONIE DANEMARK LITUANIEMer IRLANDE 1 BIÉLOR. 2d'Okhotsk ALLEM. POLOGNE 3 8 UKRAINE 9 KAZAKHSTAN 57 10 4HONGRIE FRANCE11 12MONGOLIE ROUMANIE 13 14 OUZBÉKISTAN 6 15 16BULGARIE GÉORGIE KIRGHIZISTAN 17 ITALIE18 ESPAGNE ARMÉNIE AZERBAÏDJAN PORTUGAL TURQUIE TURKMÉNISTAN CORÉE DU NORD TADJIKISTAN GRÈCE CORÉE TUNISIE  Mer CHYPRE SYRIEJAPON DU SUD LIBAN IRAN MéditerranéeAFGHANISTAN CHINE MAROC PALESTINE IRAK ISRAËL KOWEIT BHOUTAN NÉPAL Mer de Chine PAKISTAN ALGÉRIE JORDANIE Orientale LIBYE Tropique ÉGYPTE QATAR du cancerBANGLADESH Mer RougeTAÏWAN EMIRATS ARABES UNIS SAHARA INDE HONG KONG ARABIE MYANMAR OCCIDENTAL LAOS SAOUDITE MAURITANIE MALIOMAN SOUDAN NIGER CAPVERTGolfe THAÏLANDE PHILIPPINES ERYTHRÉE TCHADYÉMEN SÉNÉGAL duVIETNAM GAMBIE BURKINA CAMBODGE Golfe d'AdenBengale FASO NIGERIA DJIBOUTI GUINÉE BÉNIN SOMALILAND CÔTE SOUDAN SIERRA LEONE TOGO ETHIOPIE D'IVOIRE SRI LANKA DU SUD RÉP. CENTR. LIBÉRIA GHANA CAMEROUN BRUNEI Golfe de Guinée MALAISIE OUGANDA GUINÉE EQUATORIALESOMALIE Equateur SAO TOMÉETPRINCIPE RÉP. DU KENYA CONGO GABON INDONÉSIE RWANDA RÉP. DÉM. BURUNDI PAP.NLLEG DU CONGO TANZANIE
Tropique du capricorne
COMORES ANGOLA MALAWI ZAMBIE MOZAMBIQUE ILE ZIMBABWE MADAGASCAR MAURICE BOTSWANA RÉUNION ( FR) NAMIBIE
O c é a n A t l a n t i q u e S u d
SWAZILAND AFR. LESOTHO DU SUD
Cercle polaire antarctique
O c é a n I n d i e n
TAAF (FR)
Mer de Davis
TIM. OR.
AUSTRALIE
Grande Baie Australienne
ILES SALOMON
Grande Barrière de Corail
O c é a n g l a c i a ln t a r A
ANTARCTIQUE
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin