Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Le deuil une blessure relationnelle

De
194 pages
Un ouvrage d’une grande ouverture et d’un abord simple et chaleureux, qui s’adresse à la personne endeuillée, qui vit une perte ou une séparation, aux personnes qui l’entourent dans ce « passage obligé », aux intervenants en relation d’aide, au personnel professionnel et aux bénévoles qui accompa-gnent les endeuillés. Le lecteur y retrouvera de nombreuses « paroles d’endeuillés » dans lesquelles il se reconnaîtra, et une forte dose d’empathie qui lui donnera l’espoir et la force de dénouer l’impasse d’un deuil récent ou non résolu.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

louise
racine
Le deuil
une blessure
relationnelle
Préface d’Yvan Phaneuf
L É
CRAM
snedtodusii
PSYCHOLOGIEL É
CRAM
ditsaermunioontsédlLe deuil
une blessure
relationnelleLe deuil
une blessure
relationnelle
reeisoln
ac
uiConception graphiqueLes Éditions du CRAM
Alain Cournoyer
1030 Cherrier, bureau 205,
Montréal, Qc. H2L 1H9 Sources photographiques
514 598-8547 © nito - Fotolia.com
© Laurin Rinder - Fotolia.comwww.editionscram.com
II est illégal de reproduire une partie quelconque de ce livre sans l’autorisation
de la maison d’édition. La reproduction de cette publication, par quelque
procédé que ce soit, sera considérée comme une violation du droit d’auteur.
erDépôt légal — 1 trimestre 2011
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
Bibliothèque nationale du Canada
Copyright © Les Éditions du CRAM inc.
Les Éditions du CRAM reconnaissent l’aide financière
du gouvernement du Canada par l’entremise de son Programme d’aide
au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour ses activités d’édition.
Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt
pour l’édition de livres – Gestion SODEC.
Distribution au Canada : Diffusion Prologue
Distribution en Europe : DG Diffusion (France) ;
Caravelle S.A. (Belgique) ; Servidis (Suisse)
Catalogage avant publication de Bibliothèque et
Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Racine, Louise, 1954-
Le deuil, une blessure relationnelle
(Collection Psychologie)
Comprend des réf. bibliogr.
ISBN 978-2-923705-15-6
1. Deuil - Aspect psychologique. 2. Travail de deuil. 3. Personnes
endeuillées - Psychologie. 4. Perte (Psychologie). I. Titre. II. Collection: Collection
Psychologie (Éditions du CRAM).
BF575.G7R32 2011 155.9’37 C2011-940351-X
Imprimé au CanadaTable des matières
Préface 17
À qui s’adresse ce livre ? 21
Comment lire ce livre ? 25
Confdentialité 27
Introduction 29
Chapitre 1 : Défnir la mort comme une blessure relationnelle 35
La mort un sujet tabou 35
Défnir la mort 36
La mort : une blessure relationnelle 40
Cas de client en thérapie 41
Cœur à cœur avec l’endeuillé 43
Support aux intervenants et aux personnes proches de l’endeuillé 47
Chapitre 2 : Le deuil, un processus de guérison relationnel 51
Qu’est-ce que guérir d’un deuil ? 51
Pour guérir, il est parfois diffcile d’entrer dans le processus 53
Impact de l’isolement lors d’un deuil 57
Pourquoi en parler ? 62
S’occuper de ses besoins en relation 67
Cœur à cœur avec l’endeuillé 70
Support aux intervenants et aux personnes proches de l’endeuillé 71
Chapitre 3 : L’écoute de soi pour devenir sensible à sa perte 75
L’importance de comprendre pour être sécurisé dans votre deuil 77
Le deuil peut provoquer un déséquilibre dans toutes
vos dimensions : les diverses manifestations 80Les facteurs qui infuenceront la résolution de votre deuil 87
Prise de conscience des fausses croyances 108
Prise de conscience des résistances et des mécanismes de défense 111
Prise de conscience de ce que l’on perd : pertes réelles,
secondaires ou libératrices 123
Cœur à cœur avec l’endeuillé 134
Chapitre 4 : Des rituels guérissants et nécessaires
à votre processus 139
Le rituel funéraire, un besoin ancestral dans l’histoire de l’humanité 139
L’importance des rituels dans le processus de deuil 141
Les rituels personnels et familiaux 145
Chapitre 5 : Courrier du cœur 153
Lettre à l’endeuillé qui vit un premier Noël « sans l’autre » 154
Lettre à celui qui arrive aux « premières fois » sans l’autre 157
Lettre au papa et à la maman qui ont perdu un bébé
à la naissance ou avant de naître 159
Lettre aux grands-parents endeuillés d’un bébé mort-né
ou d’un bébé mort avant de naître 161
Lettre à un homme en deuil 163
Lettre à celui qui vient de perdre un parent 165
Lettre à l’adulte qui porte toujours en lui un deuil vécu
dans l’enfance 166
Lettre à celui qui a vécu la perte d’un être cher qui s’est suicidé 169
Lettre à celui qui devient veuf (ou celle qui devient veuve)
beaucoup trop jeune 172
Lettre aux parents dont l’enfant vit un deuil 174
Lettre aux aidants : proches, professionnels, bénévoles 176
Chapitre 6 – De la prise de conscience à l’acceptation 179
Laisser partir et choisir la vie 179
Conclusion 185
Cœur à cœur avec l’endeuillé / Une invitation à entrer
en relation avec moi 186
Bibliographie 189À Richard, qui a été mon amoureux pendant plus de 40 ans,
avec qui je partage encore le rôle de parent et de grand-parent,
qui a toujours eu les mots justes pour me dire sa ferté
et m’a toujours soutenue dans mes projets professionnels.
À nos deux flles,
Julie et Mélanie ;
à Jean-François, notre gendre ;
merci pour votre support affectif et votre foi en moi.
Que ce livre vous inspire le courage
de vivre vos pertes.
À mes quatre petits anges,
Charles-Antoine, Antony, Samuel et Annabelle.
Un jour, vous vivrez des pertes et des deuils.
Je vous laisse en héritage
la liberté d’éclater en sanglots
dans des bras qui vous consoleront.
À ma tante Huguette et mon oncle Jacques :
merci de croire en moi, de m’aimer
et de me transmettre, par vos mots, la ferté de mon père.
911Remerciements
Un merci particulier à Yvan Phaneuf.
Au moment où j’écris les dernières pages de ce livre,
Yvan, je suis très émue de te dire ma reconnaissance
profonde pour ce projet de livre que tu as porté avec moi et
auquel tu as rêvé et cru avant moi. Ta passion a allumé cette
famme en moi qui m’a portée jusqu’à la dernière page. Je
suis très touchée d’avoir autant reçu par ta foi en moi, par ta
confance, par ton investissement, par ton engagement à me
soutenir, et ce depuis plusieurs années.
Je ne peux passer sous silence que tu as été
l’instigateur de ce coffret précieux ; ce jour où tu as exprimé l’idée
d’élaborer ma démarche en trois temps, j’ai senti pour la
première fois de ma vie que quelqu’un me comprenait de
l’intérieur. Merci pour ta compétence et tes judicieux conseils,
ils m’ont toujours permis d’aller plus loin, de me dépasser et
de faire appel à toutes mes ressources.
Je ne pourrai jamais oublier ce regard paternel qui m’a
appris à accepter qu’on prenne soin de moi et qu’on me
veuille du bien.
11
tnemrmrseiece ,
Tu es pour moi une fgure de réussite, de persévérance et
de professionnalisme. T’avoir comme modèle m’amène tous
les jours à me dépasser et à m’accorder le droit de rêver.
Je t’offre ma profonde reconnaissance et ma plus tendre
affection.
J’ai beaucoup de gratitude également pour madame Colette
Portelance, qui a créé le Centre de relation d’aide de
MonMCtréal (CRAM) et l’approche non directive créatrice (ANDC ).
Cette approche m’a permis de confrmer ma mission de
vie auprès des endeuillés et de créer l’outil de la guérison
du deuil par une approche relationnelle.
Merci Colette pour ton leadership, merci d’être la femme
humble et simple qui m’a permis de m’approcher d’elle.
Merci pour ta foi en moi, pour ton soutien dans mes
moments diffciles. Merci de m’avoir appris qu’en entrant dans
ma souffrance et dans mes blessures, je recevais en héritage
la création de moi-même et de ma vie.
Un merci très spécial à madame Marie Portelance,
directrice du Centre de relation d’aide de Montréal.
Chère Marie, j’ai saisi avec toi la véritable valeur du
travail, ce qui a donné un sens à l’investissement que j’ai mis
dans ce projet de livre.
Merci d’avoir cru en moi en me demandant de créer un
certifcat d’accompagnement sur le deuil aux thérapeutes
non directifs créateurs de ton école. Ta foi en moi m’a aidée
à me faire confance et à créer ce livre.
Merci aux spécialistes du deuil au Québec qui m’ont aussi
inspirée.
12 13
emeleunueicerseemieerltrerlsleebnnnlouidslat ,
Merci à Jean Monbourquette, qui m’a reçue à dîner et a
bien gentiment pris le temps de m’entendre dans mes
projets d’accompagnement sur le deuil. Merci d’avoir reconnu
en moi cette mission.
Merci à Josée Jacques, psychologue, qui m’a inspirée par
ses livres et sa générosité en me donnant de son temps.
Merci à Josée Masson, créatrice de Deuil-Jeunesse, qui
m’a nourri le cœur par son humanité et sa générosité.
Merci à Gilles Deslauriers, qui a eu la générosité de me
recevoir, de m’écouter avec sensibilité et de m’accueillir
dans mon deuil lors d’un atelier d’une semaine.
Merci à mes nombreux amis, qui ont eu la patience de
m’écouter, depuis des années, parler de mes projets sur le
deuil. Votre support affectif pendant mes longues heures
d’écriture – par vos coups de téléphones, vos repas offerts,
vos courriels, vos bouquets de feurs, vos cartes –, m’ont
permis d’aller au bout de mon rêve en me sachant
supportée et aimée. Merci de votre présence soutenue dans les
moments diffciles, de doute et de tempête, parfois.
Un profond merci à Nicole Daoust, mon amie, qui m’a lue
en me donnant des feedbacks honnêtes et propulseurs, qui
a cru en moi et en mon livre, qui m’a gâtée de petits plats et
de petites pensées dans les moments de découragement.
Merci de ta présence.
Un merci bien spécial à Armand, pour ses délicates
attentions et pour s’être occupé de toute la logistique et de mon
matériel. Ton pragmatisme m’a permis de me reposer sur toi.
À vous tous, les endeuillés, les personnes qui m’auront le
plus inspirée ; je suis émue en pensant aux témoignages de
12 13
emeleunueicerseemieerltrerlsleebnnnlouidslat ,
nombreux endeuillés que j’ai entendus au cours des
vingtcinq dernières années. Chacun et chacune de vous m’avez
donné la motivation de croire profondément en chaque être
humain. Le sacré de l’intimité que vous m’avez partagé m’a
rendue toujours plus sensible à la souffrance précieuse et
profonde de la douleur de la perte, développant ainsi une
sensibilité à mes propres pertes. Votre histoire de vie, le
précieux de vos deuils, les partages de votre intimité et vos
mots d’endeuillés (que j’ai cités anonymement) m’ont aidée
à vous sentir près de moi dans l’écriture de ce livre.
MCMerci à tous les Thérapeutes en Relation d’Aide (TRA),
qui ont été formés par moi au cours de leur certifcat de
l’acMCcompagnement du deuil à l’ANDC . Merci de m’avoir fait
confance. Votre intérêt, votre confance, votre ouverture
à travailler vos deuils, m’a nourrie et a nourri mon travail
d’écriture.
Je termine ces remerciements par l’héritage que j’ai reçu
de mes deuils importants :
À grand-maman, merci pour ton tendre toucher qui
m’amène à me nourrir de l’affection des gens.
À grand-papa, merci pour ton regard complice et ton
espièglerie qui me permet de me sentir proche de toi par la
taquinerie.
À papa, merci de m’avoir transmis ta passion de la
musique, elle me permet de me laisser inspirer par toi chaque
fois que je choisis une pièce de musique, dans le cadre de
mes formations.
À maman, merci pour l’accueil que tu as toujours offert
autour de la table du repas. Inspirée par toi, je vis aujourd’hui
14 15
nemrbdesilclrreemneurlteeelulselnenuoiseteai ,
des moments de relation intime et profonde autour de la
table du repas.
À Anette, merci pour ton regard aimant, qui m’a permis
de me relever avec courage dans des moments diffciles.
À Alain, merci pour ton non-jugement des personnes et
ton courage. J’ai beaucoup appris de toi dans l’accueil et
l’acceptation de la personne humaine.
À Réal, merci pour ta complicité dans l’amitié et le travail
pendant 20 ans. Ton accueil m’a permis de faire confance à
mon potentiel créateur comme femme.
Je veux fnalement remercier deux personnes
importantes, qui ont permis que cet ouvrage prenne forme et soit
publié, Pierre Lavigne et Guillaume P. Lavigne, des
Éditions du Cram. Votre foi en ce projet depuis plus de trois
ans, votre respect de mon rythme, votre écoute de mes
besoins spécifques, votre intérêt pour le deuil et vos judicieux
conseils ont été très précieux. Les Éditions du Cram ne sont
pas pour moi qu’une simple maison d’édition : vos couleurs
sont celles de la relation, de l’affectif, de l’humanité et du
professionnalisme.
Avec vous, je souhaite longue vie à cet ouvrage.
14 15
nemrbdesilclrreemneurlteeelulselnenuoiseteai ,
16 17
uioellldrutnneeeebelaeilnseulrsPréface
Le sujet du deuil est sensible ; il nécessite une
approche à la fois franche et empreinte de compassion. Il touche
à la souffrance la plus dure, la plus crue, peut-être la plus
violente – parce que la plus intime –, qu’un individu puisse
vivre. C’est un sujet diffcile, qui suscite des réactions vives,
qui ne laisse personne indifférent et qui mérite d’être traité
avec sérieux et déférence. À mes yeux, personne d’autre que
Louise Racine n’aurait pu mieux l’aborder.
Je connais Louise Racine depuis plus de huit ans. J’ai eu
MCle privilège de la côtoyer en tant que formateur à l’ANDC ,
MCpuis en tant que collègue Thérapeute en Relation d’Aide
(TRA). Rarement, au fl de mon parcours professionnel,
m’at-il été donné de rencontrer une femme dotée d’autant de
qualités professionnelles et humaines, aussi investie dans
son travail et dans ses relations. C’est une femme
profondément spirituelle, sensible au vécu de l’autre et
préoccupée par la qualité des relations qu’elle entretient avec son
entourage. Mais surtout, son expérience de vingt-cinq ans
dans le domaine de la spiritualité, à sonder le sens de la vie
et de la mort, à approfondir ses recherches, tant des points
vue intellectuel et scientifque qu’à travers les réalités
humaines liées au vécu et à l’accompagnement des personnes
16 17
caerpéf ,
endeuillées, lui donnent non seulement la légitimité de
traiter du deuil, mais toute l’expertise voulue.
À titre de spécialiste de l’Approche non directive
créaMCtrice , Louise Racine propose une approche novatrice en
ce qu’elle encourage autant les personnes souffrant de la
perte d’un être cher que les aidants qui les accompagnent
à entrer au cœur de la souffrance du deuil et des émotions
qui le composent. À mon sens, le deuil est un processus
nécessaire de délivrance, sans lequel la perte laisse une
empreinte négative. Ne dit-on pas qu’il faut « faire son deuil » ?
Ainsi, ce processus permet d’une part aux endeuillés de
récupérer leur nouvelle vie – celle d’après le drame –, de
manière positive et créatrice, en investissant ce qui n’est plus
dans ce qui est, ce qu’on a perdu dans ce qui persiste, et
d’autre part, il permet d’aider les accompagnants à travailler
leur propre rapport au deuil, à accepter de pénétrer au
cœur de cette zone ombragée et effrayante, afn de s’offrir
en aidants sensibles et avertis. Car, comme le dit le docteur
Colette Portelance, spécialiste internationale de la relation
d’aide, il est diffcile d’accompagner une personne sur un
territoire que soi-même on évite. Et pour réussir à
transformer la perte en quelque chose de positif, le rôle des
accompagnants est primordial.
Au fl des années, j’ai vu la passion sans cesse
renouvelée de Louise Racine pour son sujet de recherche. Elle est
habitée d’une foi sincère et profonde dans les vertus
guérissantes du deuil. Elle propose ici un ouvrage courageux –
et combien nécessaire –, sur l’importance de vivre son deuil
en faisant face à la souffrance qu’il génère, plutôt qu’en la
fuyant ou en la rationalisant. En plus de l’intérêt intellectuel
qu’il suscite, son travail est une invitation pour l’endeuillé
18 19
aféeurrnplcsebllldeenunsolietuaieeeerl ,
à s’affranchir de la souffrance d’une perte défnitive en la
vivant en relation. Et il se pose comme un outil
incontournable pour les aidants et les accompagnants.
Plus encore, Mme Racine nous invite tous à visiter la
région de nos deuils, dans un but de progression, de
liberté, d’amour de soi, de création de sa vie. Elle nous invite
à entrer là où l’on a peur d’aller et, avec doigté, délicatesse,
intégrité et compétence, elle nous tient par la main, tout au
long du chemin.
Seul, c’eut été beaucoup plus diffcile.
Yvan Phaneuf
Thérapeute en Relation d’aide (TRA)
Auteur et conférencier
18 19
aféeurrnplcsebllldeenunsolietuaieeeerlAchevé d’imprimer
au mois de février de l’an 2011
sur les presses des Imprimeries
Transcontinental (Gagné)
à Louiseville (Québec). louise
racine
Le deuil, une blessure relationnelle est le premier d’une sé- Louise Racine est Thérapeute en
MCrie de trois ouvrages qui porteront sur le processus du deuil, (le Relation d’Aide (TRA), formée à
l’ApMCdeuxième traitera de l’acceptation, il conduira à choisir la vie, proche non directive créatrice (ANDC )
et le troisième de la renaissance, de la création de sa vie). créée par Colette Portelance. Formatrice,
Il défnit la mort comme une blessure relationnelle, démontrant au animatrice, conférencière et coach, elle
passage les différents mécanismes auquel l’endeuillé devra faire accompagne des gens dans le deuil
deappel pour se diriger vers la guérison, notamment l’écoute de puis plus de 25 ans, développant une
soi (opposition cœur-tête, héritage personnel, fausses croyances,
approche originale qui jumelle les
diffémanques et regrets), et les rituels (rituels funéraires, mais aussi
rentes théories sur le deuil et le
procesrituels familiaux, personnels ou intimes).
sus de changement créateur préconisé
Un ouvrage d’une grande ouverture et d’un abord simple et cha- MCpar l’ANDC . Membre répertoriée par le
leureux, qui s’adresse à la personne endeuillée ou qui vit une
perbottin des professionnels de La Maison
te, aux personnes qui l’entourent dans ce « passage obligé », aux
Monbourquette, elle est reconnue
comintervenants en relation d’aide, au personnel professionnel et aux
me spécialiste du deuil par différentes bénévoles qui accompagnent les endeuillés. Le lecteur y
retrourésidences funéraires, maisons en soins vera de nombreuses « paroles d’endeuillés » dans lesquelles il se
palliatifs, CLSC, bureaux de médecins, reconnaîtra, et une forte dose d’empathie qui lui donnera l’espoir
de psychologues, de psychiatres, parois-et la force de dénouer l’impasse d’un deuil récent ou non résolu.
ses, commissions scolaires et organismes Un livre essentiel pour toute personne qui vit un deuil par décès,
communautaires.bien sûr, mais aussi pour celle qui a subi une perte importante
dans sa vie.
Collection Psychologie L É
Version imprimée : ISBN 978-2-923705-15-6
CRAMVersion numérique : ISBN 978-2-923705-82-8
Imprimé au Canada
etiusddsoni