Le développement rural en RD Congo

De
Publié par

Les campagnes congolaises présentent des visages multiples et leur épanouissement suscite des préoccupations diverses. Bien que soumises à des contraintes majeures et confrontées à d'énormes défis, elles possèdent un potentiel immense capitalisable pour le développement national. Cet ouvrage traite des réalités du développement rural en RD Congo, relève les diverses opportunités, identifie les goulots d'étranglement et propose quelques voies de sortie à travers des pistes d'actions envisageables.
Publié le : vendredi 8 avril 2016
Lecture(s) : 2
EAN13 : 9782806108302
Nombre de pages : 208
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Grégoire NGALAMULUMETSHIEBUE

LE DÉVELOPPEMENT
RURAL EN RD CONGO
QUELLES RÉALITÉS POSSIBLES ?

Le développement rural
enRD Congo

Du même auteur

NGALAMULUMETSHIEBUE, Grégoire, 2011a,Politique agricole et
sécurité alimentaire au Congo-Kinshasa.Évolution historique, enjeuxet
perspectives, ÉditionsUniversitaires Européennes, Berlin, 188p.

NGALAMULUMETSHIEBUE, Grégoire, 2011b,Projetsde développement
agricole, dynamiques paysanneset sécuritéalimentaire.Essaid’analyse
transversale et systémique dela rencontre entrelesActions globaleset les
Initiatives locales au Kasaï occidental/RD Congo,PressesUniversitaires
deLouvain,Louvain-la-Neuve, 419 p.

D/2016/4910/9

© Academia-L’Harmattans.a.
Grand’Place,29
B-1348Louvain-la-Neuve

ISBN:978-2-8061-0237-9

Tous droits de reproduction,d’adaptation ou de
traduction,parquelqueprocédéquecesoit,réservéspour touspays sansl’autorisationdel’éditeuroude
sesayantsdroit.

www.editions-academia.be

Ledéveloppement rural
enRD Congo

Quelles réalités possibles?

À vous hommes,femmes,enfants, jeuneset vieuxqui habitezet travaillez
danslescampagnescongolaises ;

Vous quiconstituezlamajorité deshabitantsdecepays-continentaucentre
de l’Afrique;

C’est sur vous que repose l’espoir du développementde cette belle etgrande
nation;

Que cetouvrage vousencourage etvousinspire dansvotrequête de dignité
et d’émancipation.

AVANT-PROPOS

En1977,laRD Congo,alors République duZaïre, expérimentapourla
première fois la création d’un Ministère gouvernemental entièrementdédié
auDéveloppement rural.Une mission particulièreaété dévolue à
ceMinistère lorsdesacréation:« planifieretcoordonnerlesinterventionsen milieu
rural en vue d’améliorer les conditions de vie des masses paysannes et
conduire ainsi àlastabilisationdespopulations rurales».
Animésparlesouci dematérialiser rapidementlesambitionsconférées
aujeuneministère duDéveloppement rural,les
responsablesgouvernementaux de l’époque procéderont à la création des
InstitutsSupérieursdeDéveloppement Rural (ISDR) pour soutenir l’action dudit Ministère par la mise à
disposition des ressources humaines spécialisées et qualifiés dans
l’accompagnementdesmilieuxruraux.QuatreISDRfurentainsi créésentre1977et
1982àtraversleterritoirenational: d’abordBukavu dans le Kivu, puis
Tshibashi auKasaïOccidental,MbeodansleBandunduetMbandaka à
l’Équateur. Le législateur a conféré aux ISDR un mandat de formationdes
cadres polyvalents pour l’encadrement et l’accompagnementdumilieu rural
congolais (zaïrois de l’époque) dans ses efforts pour son épanouissement,
appelésTechniciensenDéveloppementRural, «TDR»,lequel mandat se
décline entroisobjectifsprincipaux:
- formerdeshommesetdesfemmesaptesàéveiller,
accompagner,planifier,souteniretanimerle
développementhumain,économique et socialdescommunautés rurales ;
-collaboreràl'étude
desproblèmeshumains,sociaux,économiquesetorganisationnels quiseposenten milieu rural;et,
-constituer une documentationaussivariée etcomplèteque
possiblesur touslesaspectsdelavie en milieu rural.
Après avoir formé les TDR de niveauA1 (trois ans d’études), les ISDR
se sont lancés dans la production des TDR de niveauA0(cinq ans d’études)
depuislafindesannées1980pourBukavuetdepuislasecondemoitié dela
décennie1990pourlesautresetmême danslaformationauniveaudu
troisième cycle, en ce qui concerne l’ISDR-mère deBukavu.Aussi, àlasuite
du succèsdecespremièresexpériences,lesISDRsesontmultipliésàtravers
le pays à telle enseigne que l’on en compte presque un dans chaque territoire
congolaisà cejour,maispour quels résultats ?
1
Lesdonnéesen notrepossessionrenseignent qu’il existe au premier
trimestre2015,trente-neuf(39)ISDRpublicsàtravers lepays, auxquelsil
faut ajouter des privés et des extensions de certains d’entre eux dans d’autres
territoireset provinces, cequiaccroît leureffectif.

1
Données reçuesduConseil d’Administration des Instituts Supérieurs TechniquesCA-IST,
Kinshasa,mars 2015.

8

Le développement rural en RD Congo :quelles réalités possibles ?

Plus nousavons desTDRformés à travers lepays, plus les milieuxdits
ruraux s’enfoncent dans la précarité et la misère et loin s’éloigne la
perspective deleurépanouissementetdeleurémancipation.Leboutdu tunnel ne
pointe pas à l’horizon!
Le développement ruralenRD Congo présenteainsi des réalités
multipleset complexes.Lepays compte en mêmetemps parmiceuxquiontle
plus bénéficié de la générosité divine avec d’abondantes ressources
naturelles, maisaussiparmiceuxdontlapopulationfigureparmilesplus
pauvresetlesplusaffaméesdelaplanète !Quemanque-t-ilréellementau
Congo pourdécolleret selancerainsi dansleprocessusdudéveloppement
deson milieu rural?
Entant quepremierDocteurendéveloppement ressortissantdesISDR, je
me vois dans l’obligation, tout à fait légitime, de dire unmot surle
développement rural de mon pays.Plus qu’une obligation, il s’agitd’une
responsabilitéquireposesurmesépaules.Jeme doisdeprendrelaparolepour
pouvoirorienterle débaten matière de développement ruraldupays,et
d’éclairer ce peuple sur les pistes possibles d’actions envue de sa marche
vers le progrès. C’estla raison d’être de cetouvrage quitraite des réalités du
développement ruralenRD Congoenrelevantlesdiversesopportunités,en
identifiantles goulets d’étranglementetdonc,
lescontraintesaudéveloppementdu secteur ruraltouten proposant quelquesvoiesdesortieàtravers
des pistes d’actions envisageables.
Cetouvrage estconçupour serviràplusieurs usagesetêtreutilisépar
divers acteurs bien qu’initialementdestiné à l’enseignementdans le domaine
dudéveloppement ruraltantauniveau secondairequesupérieuret
universitaire.Ainsi,lesdiversélèves,étudiants,enseignantsetchercheurs
pourrontyretrouver unepartieconsacréeaudébat théoriquesurlesconcepts
et stratégiesde développement ruralen passantparladécouverte
demultiplesfacettesdudéveloppement ruralenRD Congo,sesacteurset ses
contraintes avantde finir par les pistes d’actions possibles.
L’ouvrage est toutaussi capable, je l’espère, de servir d’outil
indispensableauxintervenantsdeterrain,auxresponsablespolitiquesetàtousles
partenaires dudéveloppementrural en cette période d’expérimentation de la
décentralisation.Il leurpermetdeconnaître etdecomprendrelecontexte
complexe d’intervention etexpose des pistes sérieuses pour le
développement ruralduCongo.
Jerestetoutefoisouvertauxéchanges,auxdiscussionsetcommentaires
sur soncontenuetdisponiblepourdeplusampleséclaircissements sur telle
ou tellematière.
Pourterminer, je me dois d’exprimer ma gratitude àtoutes ces personnes
quisesontmobiliséespour rendrecetravailréalisableàtraversdesconseils,
desencouragements,deslectureset relectures.
Jepenseparticulièrementàmafamille:monépouseAngèle,mesfils
Ephraïm etVoldi ainsi que ma fille Lisa, qui m’ontaccordé suffisammentde

8

Avant-propos

temps et de liberté pour pouvoir me concentrer sur larédaction de cet
ouvrage ; leur soutien et leuraccompagnement ont été de taille pour
lamatérialisation de cette œuvre.
J’adresse mes vifs remerciements à mes anciens formateurs:Frédéric
Lapeyre etJean-PhilippePeemansqui ontparcourule manuscritetaccepté
initialement de collaborer à la publication de l’ouvrage en rédigeant leurs
commentaires sousforme depréface etdepostface.Malheureusement,leurs
agendas chargés n’ont pu permettre à la dernière minute la réalisation de
cette entreprise.Ce n’est qu’une partie remise…Je pense également au
Secrétaire généralauDéveloppement ruralenRD Congo,DrAbel-Léon
Kalambayipour sarelecture dudocumentet sescommentaires.
Nousavonspassé desheuresà échangeretà discuteravec certainsdes
collègues,responsables,amisetétudiants surdes thématiquesparticulières
de cetouvrage.Leursconseilsetencouragementsontalimenté certainesde
mes réflexions.Qu’ilstrouventici l’expression de ma reconnaissance, même
s’ils ne sontpas nommémentcités.
PhilippeColletaconsacréuntempsprécieuxàlamise en page du
documentfinal.Sonsérieuxet sonhumourontpermisdetravaillerdansla
sérénité etdeproduireunformatacceptable.Jelui exprimemagratitude à
traversceslignes.
Enfin,MadameDenyseThinèsaluet relulemanuscritpouryapporter
descorrections quantàlaforme; qu’elle en soitremerciée.

L’auteur

9

9

INTRODUCTION

En 1990, Robert Chambers, alors chercheur à l’«Institute
ofDevelopmentStudies» de l’Université du Sussex àBrighton enGrande-Bretagne et
expertendéveloppement rural, publiait un célèbreouvrage intitulé
«Développement rural.Lapauvretécachée ». Cemanuelfitgrandbruitdans les
milieuxdes penseurs,des praticiensetdes« faiseurs» dudéveloppement
rural à travers lemonde demanière générale et particulièrementdans les
nationsditesduTiers-Monde. Àen croireChambers, lapauvretérurale
considéréecommelacaractéristique évidente etgrave du
sous-développement, passaitlittéralementinaperçueaux yeuxdes« experts» externes
qu’il qualifie d’«outsiders», pourtant chargés de l’analyser et de proposer
desmesureset stratégies, bref,despolitiquespourlacombattre.Il propose
alors un changement de paradigme, recommandant une inversion de l’ordre
des choses.Concrètement, l’auteur proposait de mieux écouter les ruraux et
d’en faire des acteurs clés dudéveloppementdesnations, àtravers son
slogan«lesderniersdeviennentlespremiers», ce qui permettrait d’avoir
uneautreperceptiondesmilieuxrurauxetdelapauvretéquiyséviten vue
d’accélérer leur développement.
Plusde deuxdécenniesaprèsce plaidoyer à l’échelle planétaire, rien ou
presque rien n’a changé dans la plupart des pays du Tiers-Monde.Les
milieux ruraux, non seulement connaissent la misère mais s’enfoncent dans
unepauvreté deplusen plus rurale, croissante etpersistante. Desvillages qui
se dépeuplent des personnes actives à cause de l’exode rural sont de plus en
plusenclavés, coupésdu reste dumondeà cause dudélabrement toujours
avancé des routesetpistes rurales ;les rurauxsontdeplusen plusdansle
dénuement total, affamés, malnutris alors qu’ils sont censés produire la
nourriture;laproductionagricole estenbaisseconstanteà cause
dudécouragementdesproducteurs,faute depolitiquesfavorablesen matière deprix
rémunérateurs et d’évacuation de leurs produits quimoisissentdansles
centres de production alors qu’ils sont recherchés dans les villes et les
grandesagglomérations,principauxcentresdeconsommation;lescamp-agnes
sont bondées d’enfants non scolarisés, souffrant de malnutrition et d’adultes
analphabètes ;plusieursmaladiesetépidémiespourtantfacilementcurables,
voire évitablescontinuentàsemerladésolationdanslescam-pagnes,y
emportant des milliers, voire des millions d’enfants et d’adultes chaque
jour:paludisme,rougeole,poliomyélite,fièvretyphoïde,diarrhées,etc.
Bref,touslesindicateursdudéveloppementhumainetéconomiquesont si
pas au rouge, mais peu flatteurs dans ces milieux.C’est cela la réalité du
développementdanslaplupartdescampagnesafricaines!Celatraduit-ilun
désintérêt pour le monde rural alors qu’il était en droit de bénéficier de
l’attention nécessaire de la part des dirigeants?

12

Le développement rural en RD Congo :quelles réalités possibles ?

Eneffet,dans sonRapport
2011surlapauvretérurale,leFondsInternationaldu DéveloppementAgricole, FIDA, yétale des
chiffresassezinterpellants.Si depuis le dernierRapport sur lapauvretéruralepublié dixans
plus tôten2001,quelquesprogrèsontétéréalisésdanslesensdela
réalisationdesObjectifsduMillénairepourleDéveloppement, lapauvreté
ruralecontinuenéanmoinsàsévir sanspitié danslemonde
endéveloppement.Ainsi,1,4milliard depersonnesàtraverslemondecontinuentà
vivre dans l’extrême pauvreté (dont plus de 70%dansleszones ruralesdes
paysendéveloppement)et,environ 925millions d’entre eux sont
sousalimentés.Au seindeces populations rurales pauvres,les jeuneset
lesenfants représentent le groupeleplus important.D’où, l’impérieuse néces-sité
detravailler sur laquestion pour leur offrirdenouvelleschancesetde
nouvelles opportunités envue d’améliorer leurs conditions devie etleur
redonner l’espoir devivre décemment(FIDA,2011).
Dansceschiffres des pauvres ruraux, l’Afrique s’adjugeune bonne part.
Eneffet,leRapportOMD2012 (CEA,UA,BADetPNUD,2012) martèle
quelapauvreté enAfrique estconcentrée dans leszones ruraleset toucheles
hommeset lesfemmesdemanière inégale.Deplusen plus,lapauvreté en
Afrique est spatiale, caractériséepar uneprévalence delapauvretérurale et
donc,une grande disparité entrelapauvretéurbaine et lapauvretérurale,
celle-ci étantau moins troisfois plusélevéequecelle-làauMaroc,en
Égypte,auGhana,enZambie,auCameroun,auCapVertetauRwanda.
Concrètement,le développementdes milieuxdits rurauxsuscite des
préoccupationsetdesinterrogationsdans lamajeurepartie des pays
d’Afrique subsaharienne ; leCongo ditdémocratique n’estpasen reste.
Nul n’ignore que le développementrural constitueun domaine d'action
extrêmementimportant.Il prend encomptetous lesaspectsetactivitésdu
2
monderural.En plusdesactivités proprementagricoles (au sens large),les
rurauxdépendentdesactivités nonagricolesdesquellesils tirent ou
pourraient tirerdes revenus:artisanat,petitcommerce,services (amontetaval
des produitsagricoles),transformationdes produitsagricoles, financerurale,
infrastructures physiques (transportet stockage),services sociaux.
Ainsi,les pays en développement, notammentceuxd’Afrique
subsaharienne commeleCongodevraienten prioritémener unepolitique de
développement ruralactive,leur permettantderéaliserdes objectifs sipas
ambitieuxmaisimportantsenfaveurdescampagnesetde ceuxquiyvivent
etytravaillent.
EnRD Congo,leszones ruralesforment lamajeurepartie du territoire
nationalethébergentà elles seules près ou plusde70%delapopulation

2
L’agriculture ausens large regroupe, outre les activités agricoles, celles d’élevage, de pêche,
de cueillette etderamassage.

12

Introduction

3
selon les sources. Mais cette majorité de lapopulationainsique lesmilieux
qui leshébergent sontconfrontésàd'énormesetimportantsdéfisliés tantà
la précarité et à la déliquescence des services de base qu’à la mauvaise
gouvernance demanière générale etparticulièrementcelle des ressources
naturellesdontilsdépendentetà ladégradationdesconditionsdevie etde
travail.
Endépitdececontexte difficile etdéfavorableaux milieuxruraux, ces
dernierspossèdent un potentielimmensequipourraitêtrecapitalisépourle
développementnational.Ils sontdétenteursetfournisseurspotentielsdes
matièrespremièresetdelamain-d’œuvreutilisables dans d’autres secteurs
économiques (secondaire et tertiairenotamment),ilshébergentet renferment
unebonnepartie des ressources naturelles utiles pour le développementdu
pays,ils produisentdelanourriturenécessairetant poureux-mêmes que
pour lesautreshabitantsdescitésetvillesdu pays,etc.Unebonnepolitique
de développement ruraldevraitdanscesens se donner les moyensderelever
les défis auxquels les campagnes sontconfrontéestouten
essayantd’exploiterau maximum leur potentiel.Celadevrait setraduirepar
lamaximisation etlavisibilisation de l’effortpourun développementrural global en
faveurdes rurauxpauvres par l’amélioration de la gouvernance globale et
celle dusecteur rural en particulier envue de l’amélioration des rendements
du travailetdelaterre,lapromotiondesactivitéséconomiques non
agricolesetdu secteur privé,lamise en place des partenariatsin-novateurs
avec l’implication etla participation detous les acteurs rurauxàtous les
niveauxd’action (conception, mise en œuvre, évaluation) ainsi qu’une
interaction sectorielle harmonieuse dans lasociétérurale.
Cet ouvrage essaie depasseren revuelasituationdudéveloppement rural
enRD Congo.Danscesens,ilfait lesconstatsdelasituation sur leterrain,
analyselesfaitsainsiconstatés ou les multiples réalitésdudéveloppement
rural aupays etpropose quelques pistes d’actionpour permettreàlaRD
Congo de relever l’immense etimportantdéfi dudéveloppementde ses
milieuxruraux.En effet, le développementrural estl’une des matières à
compétence exclusive des provinces selon laConstitutioncongolaise; les
EntitésTerritorialesDécentraliséesdevrontainsiapprendreàjouer un rôle
de premier plan dans ce secteur.C’estle sens de notre démarche àtravers ce
plaidoyer.
L’ouvrage partde l’idée que la situation peufavorable des campagnes
congolaisestantdécriée aujourd’hui,aussiprécaire etfragilesoit-elle, n’est
pas insurmontable, encore moins inchangeable.Elle peutbien s’améliorer et
permettreà cesmilieuxquireprésentent uneopportunitécertainepourle

3
Certaines sourcesparlentdeplusde 80 %delapopulationen milieu rural.Les résultatsde
l’enquête 1-2-3de2005avancentleschiffresdeprèsde70 %(69,7 %)alors queceuxde
2012fixentcechiffreà61,2%.C’estautantdire que les campagnes deviennentde moins en
moinsattrayantes etperdentd’énormes bras actifs qui migrent vers lesvilles.
13

13

14

Le développement rural en RD Congo :quelles réalités possibles ?

développement du pays, de libérer leur énergie créatrice et tout leur potentiel
de changement. L’ouvrage considère le réveil récentdes mouvements
paysans et ladynamique de mobilisation desOrganisationsPaysannesà
traversleterritoire national commeunatoutimportantdansce cheminement
verslalibération etle développementdescampagnescongolaises tant
souhaités d’une part, et une bonne base pour promouvoir, asseoir etétendre
des actions d’autopromotion rurale permettantauxcampagnes congolaises
de s’émancipertouten marchantsur leurs propres jambes, d’autre part. Dans
cesens, ellespourrontmaîtriserdebouten boutlesdiversprocessuset
changementsintervenantdansleursmilieuxtoutenrestantlesacteursclésde
ce changement. L’accompagnementdes pouvoirs publics etdes partenaires
audéveloppementdanscettelonguemarche demeureplus quecruciale. En
effet, lesecteur rural nécessite desinvestissementspublicsetprivés
importants pour relever les défis majeurs qui s’yprésentent. La
manifestationdelavolontépolitiqueàtraverslaconceptionetla mise en œuvre
des politiques publiques capables d’apporter des réponses appropriées aux
questions quiseposentdanscesmilieuxenrapportavec lasatisfactiondes
besoins fondamentauxdes communautés rurales s’avère plus
qu’indispensable. Celanécessite doncunevision claire delapartdesgouvernantsà
différentsniveauxdanslaconceptiondecespolitiqueset uneaffectation
conséquente desmoyensau secteur rural conformémentauxdifférents
4
engagementsinternationaux, notammentleProtocole deMaputo.
L’améliorationdelagouvernance demanière généraleresteunecondition
préalable. Par ailleurs, l’aide audéveloppementdes partenaires bilatérauxet
multilatéraux joueunrôle non moinsnégligeable danslaréalisation des
ObjectifsduMillénaire
pourleDéveloppementdanslescampagnescongolaises. L’accroissementde sonvolume etl’amélioration de sa qualité quantà
sagestion et sonciblage desbesoinspeuventbiencontribueràrelever son
efficacité encore faible danslaluttecontre lapauvretérurale etlapromotion
dumonderural.
Cetouvrage est subdivisé entroispartiescomprenantchacune deux à
troispointsprincipaux.Lapremièrepartietraite duconceptetdes réalitésdu
développementrural en RDCongo. L’onydécouvre la complexité etla
polysémie duconceptdéveloppement ruralainsiquelamultiplicité deses
réalitésàtravers sesdeux chapitres.Ladeuxièmepartie estconsacréeà
l’analyse desActeurs, des Politiques, desActions etdesContraintes au
Développement ruraldanscepays.Ses troischapitresabordent touràtour
les questionsliéesauxActeursetà laGestionduDéveloppement rural,aux

4
LaDéclarationdeMaputo (2003) quimeten placeleProgrammeDétaillé de
Développementde l’AgricultureAfricaine PDDAArecommande auxgouvernements
signatairesdeconsacrer unepart minimale de10%au secteuragricole deleursbudgets
nationaux, envue d’atteindreune croissance de 6%delaproductionagricolesur lecontinent
et parvenirainsiàlasécuritéalimentaire.

14

Introduction

Luttes et aux mobilisations des paysans entantqu’acteur clé
dudéveloppementrural ainsi qu’à l’analyse des Politiques, des Actions et des
Contraintes majeuresau développement de ce secteur.Latroisième partie enfin
envisage des pistes d’action possibles etsouhaitables àtraverstrois
chapitres. L’onyprésente ainsi lesConditions duDéveloppementrural au
pays, à travers lafixationdequelquesobjectifsprioritaires; l’onymeten
exerguelapromotiondel'Entrepreneuriatetdel'Innovationen milieu rural
avantde souhaiter la mise en œuvre effective de laDécentralisation en
milieu ruraletdelaGouvernancelocale.

15

15

PREMIÈRE PARTIE:
CONCEPT ET RÉALITÉS
DUDÉVELOPPEMENT RURAL
ENRDCONGO

I.

LE CONCEPT« DÉVELOPPEMENT
RURAL»:CONTOURS ETIMPLICATIONS

Aucours decechapitre,nous essaierons de passer en revue leconcept de
développement rural enanalysant et discutant ses multiplesfacetteset
nombreuxcontours sans oublier sesimplicationset saportéeréelle.
Commeon leverra,le développement ruralest unenotion polysémique,
cequi créeune certaine confusionauniveaudesonutilisationétantdonné
que certainsaspectspeuventêtremisenavantparcertainsacteursalors
qu’ils peuventêtre négligés par d’autres. Noustenterons dans la mesure du
possible devisiterchacune desfacettesduconcept, cequinous rendraen
mesure denousdéterminer surcequipeutêtrequalifié de développement
rural etsur ce qui s’en démarque.

I.1.Cequ’estle développement rural

Le concept« développement rural» estcomposé de deuxentités:
« développement» et«rural»quisuscitentchacune diversespréoccupations
etinterprétations, cequirend davantage complexelaportée duconcept
composdéé «veloppement rural».Il semble donc évident qu’il n’est pas si
simple de se mettre d’emblée d’accord sur ce que l’on pourrait entendre par
untelconcept«polysémique ».Étantdonné cette complexité,nousfaisons
le choixdenepasnousattarder surle concept« développement»seuldans
le cadre de cet ouvrage, mais plutôt d’aborder directement celui qui nous
intéresse : « développement rural»,pouvantêtre entenducommele
«développement» du«rural».Examinons quelquesconceptionsdesauteurs sur
ce concept.
MoïseC.Mensah,Représentant régionaldelaFAOenAfrique dansles
années 1960, estimait déjà à cette époque qu’une définition pratique du
développement rural n’est pas très aisée. La difficulté provient selon lui de ce
quelanotionde développementest unenotioncomplexe et
quelequalificatif deruralest unélémentde complicationsupplémentaire.Toutefois, il
définitle développement ruralcomme
larésultante d'unesérie demodifications quantitativeset qualitatives
intervenantauniveaud'unepopulationrurale donnée etdontleseffets
convergents setraduisentdansletempspar une élévationduniveaude
vie etpardeschangementsbénéfiquesdansle genre devie.
Cette définition permetdevoir quele développement ruraldoitêtre
analysé sous l'angle de l’accroissement de la production qui entraîne
logiquementl'accroissementdu revenu ;maisaussisousl'angle
desaméliorations
socialesprovoquéesparlesaugmentationsduniveaudeproductionetderevenus.Aussi, cette définitiontientcompte dufacteur temps,

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.