//img.uscri.be/pth/50bfcf7212b833e6f40d8e8315e2f01f316b902a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le fou - cet autre, mon frère

De
292 pages
Les articles de ce recueil explorent les modalités de la représentation du fou, comme autre mais aussi comme frère, dans le champ des études anglophones, lusophones et hispanophones. Les auteurs, enseignants-chercheurs, spécialistes de linguistique, civilisation ou littérature, s'appuient sur l'analyse de faits de langue, d'exemples culturels, littéraires (romans, pièces de théâtre) ou artistiques (enluminures, sculptures, films), glanés au fil des siècles.
Voir plus Voir moins
RIVES Cahiers de l’Arc Atlantique – Numéro 7
Le fou – cet autre, mon frère
Littérature, civilisation et linguistique
Responsable du numéro : Florence Marie
Équipe d’Accueil Langues, Littératures et Civilisations de l’Arc Atlantique Université de Pau et des Pays de l’Adour
LE FOU – CET AUTRE, MON FRÈRE
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00686-4 EAN : 9782336006864
RIVES Cahiers de l’Arc Atlantique – Numéro 7
LE FOU – CET AUTRE, MON FRÈRE Littérature, civilisation et linguistique
Responsable du numéro: Florence Marie
Équipe d’Accueil Langues, Littératures et Civilisations de l’Arc Atlantique Université de Pau et des Pays de l’Adour
Comité de rédaction Nos remerciements à Angel ABUIN, Université de St Jacques de Compostelle Susan BARRETT, Université Bordeaux 3 Claude BENOÎT, Université de Valencia Lawrence GASQUET, Université Lyon 3 Lionel LARRÉ, Université Bordeaux 3 Paul LARREYA, Université Paris 13 César OLIVA OLIVARES, Université de Murcia Frédéric REGARD, Université Paris 4 François SURÉDA, Université de Perpignan
SOMMAIRE
Introduction ................................................................................................................ 9
PREMIÈRE PARTIE
« LONGUE DURÉE » DE L’HISTOIRE DE LA FOLIE
Chapitre I : Quelques jalons historiques et linguistiques
e e Muriel LAHARIE – Images de la folie au Moyen-Âge (XII -XV siècles) ............. 19
Nadine JAMMET –Illustrations of Madness(Les figures de la folie) de John Haslam ou la folie au service de la raison d’État ........................................ 35
Christelle LACASSAIN-LAGOIN – Perception, folie et langage : le compte rendu de perception de la « réalité du fou ».......................................................................59
Chapitre II : Parcours littéraire
Catherine MARI – Démesure et distorsions baroques : la folie tragique dansKing Lear......................................................................................................... 85
Christian PEYTAVY – La folie et les fous dans quelquessainetesde la seconde e moitié du XVIII siècle ............................................................................................. 97
Fabienne GASPARI – « La folle sur un toit brûlant » : représentation et écriture de la folie dansJane Eyrede Charlotte Brontë....................................................... 119
Françoise BUISSON – L’idiot, le fou, l’intellectuel : Benjamin Compson dansThe Sound and the Fury, Darl Bundren dansAs I Lay Dying........................ 137
Sandra Maria ASSUNÇÃO – Figures de l’altérité dans l’œuvre de João Guimarães Rosa (1908-1967) .................................................................... 153
7
DEUXIÈME PARTIE
REGARDS CROISS SUR LA FOLIE
Chapitre III : La littérature anglophone et le courant antipsychiatrique
Florence MARIE – Fuir avec les fous : la problématique de l’altérité et de l’aliénation dansWeymouth Sands(1934) etThe Inmates(1952) de John Cowper Powys .......................................................................................... 173
Jane HENTGÈS – Double je et jeux du double : mise en scène de la folie dansSeveral Perceptions195(1968) d’Angela Carter..................................................
Anne COMBARNOUS – Le voyage schizophrénique du Charles Watkins de Doris Lessing dansBriefing for a Descent into Hell(1971) et sa « fin » : quel retour à quelle normalité ? .............................................................................. 209
Chapitre IV : La période contemporaine et le cas de l’Espagne
Christelle COLIN – Folie et altérité dans le cinéma espagnol contemporain ........231
Béatrice BOTTIN – L’art de souffrir :El matrimonio Palavrakisde Angélica Liddell (2001) ..................................................................................... 241
Pascale PEYRAGA – Les sculptures / structures de l’aliénation (1984-2001) chez Juan Muñoz .................................................................................................... 257
Notices bio-bibliographiques.................................................................................. 285
8
Introduction
Cet ouvrage regroupe des travaux traitant de la représentation de la folie écrits par des chercheurs spécialistes d’histoire médiévale, d’histoire des idées britanniques, de littérature et d’art (anglophones et hispaniques), de linguistique anglaise. Le thème de la folie, le personnage du fou et leur représentation ne pouvaient manquer de trouver une place dans la réflexion au long cours sur la question de l’identité et de l’altérité, du même et de l’autre, qui occupa le précédent quadriennal de l’équipe d’accueil Langues, Littératures et Civilisations de l’Arc Atlantique. De tout temps, en effet, le fou a été considéré comme l’une des figures majeures de l’altérité. L’étymologie du terme « aliéné » en témoigne, qui signifie «rendre autre, étranger »,« étranger à l’autre mais aussi étranger à soi-même» précise 1 Claude Quétel . Si le fou fascine et effraie tout à la fois, c’est qu’on ne cesse de le voir tantôt comme l’incarnation d’une «altérité radicale,2 inassimilable, incompréhensible et même impensabletantôt comme un» , double dangereusement proche : le fou est bel et bien « cet autre, mon frère ». L’histoire de la folie, toute d’ambivalences et d’oscillations, le montre sans doute aucun.
Les contributions de ces chercheurs venus d’horizons divers et la perspective diachronique adoptée ont permis de faire apparaître des invariants thématiques et rhétoriques dans la représentation de la folie du Moyen Âge à nos jours. Il peut s’agir de motifs révélateurs de la manière dont la société envisage les fous. L’image du bateau, avatar de la « nef des fous », se retrouve dans plusieurs articles, tout comme ses corollaires, l’association du fou et de l’eau, et le thème du nomadisme. Le schème animalier, qui permet de tenir le fou à distance, est souligné dans plusieurs articles, tout comme l’est l’exclusion du fou bouc émissaire dans unno man’s landdans une structure asilaire. Reviennent aussi des questions ou d’ordre rhétorique : le silence ou à l’inverse la logorrhée induits par la folie des personnages, la dimension métaphorique du discours des fous lorsque 1  Claude QUÉTEL,Histoire de la folie de l’Antiquité à nos jours, Paris : Tallandier, 2009, p. 22. 2  Jean BAUDRILLARD & Marc GUILLAUME, Figures de l’altérité, Paris : Descartes & Cie, 1994, p. 10.
9