Le génie du sarkozysme

De

La critique politique du sarkozysme est aisée puisqu’elle a déjà épuisé en quelques années presque tous les modes d’expression. En revanche, pénétrer dans le cœur métaphysique du sarkozysme n’a encore jamais été réalisé. La compréhension de la pensée dominante de notre temps exige d’explorer le noyau de concepts purs à partir desquels ses discours politiques se déploient et se reproduisent d’un individu à l’autre. Quel est le meilleur point de vue pour saisir ces concepts premiers?? Il faut convoquer le défenseur le plus intransigeant et le moins naïf du sarkozysme. Ce dernier nous apprend que le sarkozysme n’est ni une doctrine, ni l’œuvre d’une seule personne. Il est constitué d’un en-semble de représentations plus ou moins répandues dans la population. L’auteur nous expose les dix concepts philosophiques fondamentaux grâce auxquels nos con-temporains confortent leurs positions sociales. Utilisant le registre de la parodie, sous le pseudonyme d’un auteur imaginaire, Pascal Charbonnat réunit les grandes idées structurant la vie sociale et politique d’aujourd’hui. Pour chacune d’elles, il cherche à pousser leur logique jusqu’aux termes les moins attendus. Re-nouant avec la force du raisonnement par l’absurde, ce texte invite le lecteur à se placer du point de vue des fausses évidences du moment pour les disséquer avec humour et ironie.


Pascal Charbonnat est enseignant dans le secondaire, chercheur en épistémologie, auteur d’articles d’histoire des sciences, d’une Histoire des philosophies matérialistes (Syllepse, 2007), et de Quand les sciences dialoguent avec la métaphysique (Vuibert, 2011).


Publié le : lundi 21 janvier 2013
Lecture(s) : 211
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782919694013
Nombre de pages : 158
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Karl G. Marx,Le Génie du sarkozysme, établi et annoté par Pascal Chabonnat Éditions Matériologiques, 2011 www.materiologiques.com
[
avertissementssur l’auteur et le manuscrit original]
un improbable concoUrs de circonstances,àU COURS dE ’ÉTÉ 2009,M’à CONdUïT À dEvENïR E dÉPOSïTàïRE ïNvOONTàïRE dE ’œUvRE dE KàR GORïEd màRx. J’àï fàïT à CONNàïSSàNCE dE CE PROfESSEUR dE dROïT àU COURS d’UNE TRàvERSÉE ENTRE màRSEïE ET ajàCCïO, àORS qUE à MER ÉTàïT dÉChàNÉE. pERSONNE N’àvàïT E CœUR À ENgàgER à MOïNdRE CONvERSàON. JE ’àï TOUT dE SUïTE REMàRqUÉ CàR ï ÉTàïT E SEU À SE CONCENTRER, EN dÉPïT dE à TEM-PêTE, SUR UN OUvRàgE àSSEz ÉPàïS. cOMME SON TRE NE M’ÉTàïT PàS ïNCONNU, ET SàNS dOUTE POUR EURRER ’àNgOïSSE àMbïàNTE, j’àï àbORdÉ CEUï qUï ME SEMbàïT E PUS RàSSURÉ dU NàvïRE. nOUS àvONS PàRÉ PRESqUE TOUTE à NUïT. i ÉTàïT PàSSïONNÉ dE MÉTàPhySïqUE ET dE PhïOSOPhïE MORàE. i N’àvàïT fàïT UNE CàR-RïèRE dàNS ES SCïENCES jURïdïqUES qUE PàR SÉCURïTÉ MàTÉRïEE. sON ïNdïÉRENCE àU dÉChàNEMENT dES LOTS CONTRàSTàïT àvEC Sà CàPïTUàON dEvàNT ES CONTRàïNTES SOCïàES. J’àï dONC TROMPÉ MES SENSàONS dE vERgE EN ÉChàNgEàNT àvEC Uï qUEqUES MOTS, SUR dïÉRENTS SUjETS àUSSï PROfONdS qU’ïNSOUbES. lES hEURES PàSSàNT EN MêME TEMPS qUE ES vàgUES, ï M’àvOUà àvOïR ÉCRïT À SES hEURES PERdUES UNE SÉRïE d’OUvRàgES PhïOSOPhïqUES. i ES TRàNSPORTàïT àvEC Uï dàNS UNE PETE SàCOChE. i M’àUTORïSà À EN fEUïETER qUEqUES-UNS ET jE US SON NOM. VOyàNT Mà SURPRïSE, ï S’EMPRESSà dE PRÉ-CïSER : « VOUS ïMàgïNEz MON CàvàïRE ! ÊTRE hOMONyME àvEC
6
CEUï dONT ON NE PàRTàgE RïEN… Nï à gÉNÉàOgïE, ET ENCORE MOïNS ES ïdÉES. lE hàSàRd dES MOTS M’à jOUÉ CE vïàïN TOUR. » i SEMbàïT PRENdRE CEE CONCïdENCE àvEC bONhOMïE, MàïS jE SENTàïS bïEN UN REgRET, UNE bESSURE À jàMàïS OUvERTE, ïNLï-gÉE dURàNT SES jEUNES àNNÉES dàNS ’àTMOSPhèRE ÉTOUàNTE d’UNE UNïvERSïTÉ dE dROïT. aU EvER dU SOEï, à MER COMMENçà À S’àPàïSER. sà PàROE NE PàRvENàïT PUS À ME MàïNTENïR ÉvEïÉ. J’àï dORMï àïNSï jUSqU’À ’àRRïvÉE àU PORT, àvàNT qUE ’OdEUR dE ’E NE SE RàPPEE À Mà MÉMOïRE. a MON RÉvEï, ï àvàïT dïSPàRU EN àïSSàNT Sà SàCOChE À MES PïEdS. JE PENSàïS qU’ï ààïT REvENïR MàïS MON àENTE fUT vàïNE. DERNïER À qUïER E bàTEàU, j’ÉTàïS ChàRgÉ dE à dïzàïNE dE ïvRES d’UN àUTEUR dïSPàRU. mON EMbàRRàS ÉTàïT À SON COMbE ET jE RÉSOUS dE E RETROUvER, PRêT À MENER ’ENqUêTE àUSSï OïN qUE POSSïbE. tOUT MON SÉjOUR ET PUSïEURS MOïS N’y SUîRENT PàS. cE N’EST qU’EN RENTRàNT SUR E CONNENT, ï y à qUEqUES MOïS, qUE jE RÉUSSïS À TROUvER SON ÉTàbïSSEMENT d’ExERCïCE dàNS ’EST dE à FRàNCE. lÀ-bàS, SES COègUES M’ïNfORMèRENT dE Sà MORT RÉCENTE ET SOUdàïNE. i NE àïSSàïT dERRïèRE Uï Nï vEUvE, Nï PàRENT PROChE. lE SOUvENïR dE Sà PàROE fàïSàNT TàïRE MON àNgOïSSE M’ObïgE À hONORER Sà MÉMOïRE, EN dONNàNT àU PUbïC SON œUvRE CENTRàE. J’àï ChOïSï CE COURT TExTE CàR ï EST COMME UN PïvOT dE Sà PENSÉE, CONdENSàNT ES fONdEMENTS dE SON SySTèME PhïOSOPhïqUE EN UN SEU OUvRàgE. GRâCE À ’ÉdïON CRïqUE dE CE ïvRE, j’ESPèRE RÉCONCïïER dE fàçON POSThUME E hàSàRd d’UN NOM àvEC à NÉCESSïTÉ dES ÉTàTS MENTàUx dE SON 1 àUTEUR .
Pascal Charbonnat
1. Je pUblie ici le texte original tel qU’imprimé sUr l’exem-plaire en ma possession. LorsqUe j’ai crU bon d’ajoUter qUÉLqUÉS COMMÉNTàIRÉS OU INDICàîONS, ILS àPPàRàISSÉNT Le génie du saSrykSoTzÈysMmàeîqUÉMÉNT ÉNTRÉ CROChÉTS.
préfacede l’auteur
EN DÈPIT DU îTRÉ DÉ CÉT OUVRàGÉ,ï NE SERà PàS qUESON dES ïdÉES ExPRïMÉES PàR nïCOàS sàRkOzy, OU PàR E COMPExE d’ïN-dïvïdUS UNïS àUTOUR dE Sà PERSONNE ET PROdUCTEURS d’UNE SÉRïE d’ÉNONCÉS PUS OU MOïNS COhÉRENTS. uN ECTEUR àENf, qUE-qUE PEU ààChÉ àUx PRïNCïPES dE OgïqUE ÉÉMENTàïRE, SERàïT bïEN EMbàRRàSSÉ S’ï dEvàïT ExPOSER E SySTèME dE PENSÉE dU pRÉSïdENT. i N’y à NUE PàRT UNE dOCTRïNE UNïIÉE dU SàRkO-zySME, OU UNE ThÉORïE CàChÉE qU’ON POURRàïT RECONSTUER À PàRR d’UNE àNàySE dE SES dïSCOURS. màïS POUR àUTàNT PER-SONNE NE PEUT Uï REPROChER CE MàNqUE d’UNïTÉ ïNTEECTUEE. uNE TEE qUêTE SERàïT À COUP SûR ïNUE POUR TOUT ïNdïvïdU, qU’ï S’àgïSSE d’UN ÉMïNENT PROfESSEUR d’UNïvERSïTÉ OU d’UNE PERSONNE dÉNUÉE dES TRES àSSURàNT à CONIàNCE dES ÉdïTEURS. nOS ESPRïTS SONT TOUS fRàgMENTÉS ET TRàvERSÉS PàR ES ïNLUEN-CES dE NOTRE ENvïRONNEMENT, EMPêChàNT À ChàqUE SECONdE qU’UNE ïdENTÉ STàbE ET REPïÉE SUR EE-MêME NE SE CONS-TUE. QUï POURRàïT CRïqUER dE bONNE fOï à PENSÉE MORCEÉE d’UN hOMME ORSqU’ON SàïT qUE E CERvEàU hUMàïN N’EST qU’UN àSSEMbàgE PRÉCàïRE dE MOdUES ? lE ECTEUR fàMïïER dES Phï-1 OSOPhES àNgO-SàxONS NE S’y hàSàRdERàïT CERTàïNEMENT PàS .
1 [cEE RÉfÉRENCE À à ThèSE dE à MOdUàRïTÉ dE ’ESPRïT EST PàRàdOxàE ïCï, CàR, COMME E ECTEUR E vERRà dàNS à SUïTE dU
8
l’ObjET dE CE ïvRE EST d’ExàMïNER ES bRïbES dE à PENSÉE dE NOTRE TEMPS qUï SE SONT CRïSTàïSÉES ChEz UN ïNdïvïdU PORTÉ àU POUvOïR. cE qUE NOUS àPPEONS E SàRkOzySME EST UNE COEC-ON PàRCUïèRE dE CONCEPTS, NON dÉNUÉS dE CONTRàdïCONS ENTRE EUx, vïvàNT ET ÉvOUàNT dàNS ES CàTÉgORïES SUPÉRïEURES dE à SOCïÉTÉ. eN àRRïvàNT À à TêTE dE ’éTàT, UN hOMME ES à RÉvÉÉS. i N’EN EST NUEMENT E CRÉàTEUR ET NE ES CONTRôE PàS dU TOUT. màïS ï à SU ES fàïRE SïENS àU POïNT dE RECUEïïR à CONIàNCE dE CEUx qUï PERMEENT ’àCCESSïON àU SOMMET. QUàNd Sà vïE POïqUE SERà TERMïNÉE, CES CONCEPTS S’ïNCàRNE-RONT ChEz UN àUTRE PERSONNàgE, qUï Uï-MêME SERà EN MESURE dE SE hïSSER àUx PUS hàUTES fONCONS. i SERà àORS TEMPS dE 2 EUR dONNER UNE NOUvEE àPPEàON .
TExTE, ’àUTEUR SOUENT UNE dOCTRïNE dU ïbRE àRbïTRE ET ’ExïS-TENCE d’UN SUjET ïRRÉdUCbE. là SEUE fàçON dE CONCïïER CES dEUx ORdRES d’ïdÉES EST dE CONSïdÉRER ’ïNdïvïdU ïbRE COMME UN MOdUE ïNdÉCOMPOSàbE, SïTUÉ qUEqUE PàRT dàNS E CORPS ET/OU E CERvEàU dE ’êTRE hUMàïN. lE CONCEPT dE MOdUàRïTÉ dE ’ESPRïT S’àdàPTE bïEN À TOUTES SORTES dE CONCEPTS PhïO-SOPhïqUES, CE qUï dEvRàïT Uï PERMERE d’àvOïR ÉgïMEMENT UNE dESCENdàNCE NOMbREUSE.] 2 [uN SCïENIqUE àNgàïS À SUCCèS PàRERàïT dE « RÉPïCàON » dES CONCEPTS, vïvàNT dàNS ES COUChES SOCïàES SUPÉRïEURES, ChEz E ChEf dE ’éTàT dU MOMENT. sï ’ON SUïT CEE ïdÉE, ON àRRïvE À UNE vïSïON ObjECvÉE dE à dÉMOCRàE. sEON EE, ES ÉECTEURS NE PEUvENT jàMàïS êTRE REPRÉSENTÉS PàR EURS ÉUS. cES dERNïERS SONT ïNCàPàbES dE CONTENïR à dïvERSïTÉ dES CONCEPTS ExïSTàNT ChEz TOUS ES ÉECTEURS, ET dE SàSfàïRE ES dïÉRENTS bESOïNS qU’ïS ExPRïMENT À TRàvERS CES ENTÉS NEURObïOOgïqUES. là PhïOSOPhïE TRàdïONNEE RECOURT àU CONCEPT d’ïNTÉRêT gÉNÉRà POUR MàSqUER CEE ïMPOSSïbï-ïTÉ, EN PRÉTENdàNT qUE à MUTUdE dES ïNTÉRêTS PàRCUïERS POURRàïT SE MÉTàMORPhOSER EN UN ÉÉMENT UNïqUE. eN SUï-vàNT ’ÉvOUON dES CONCEPTS ET EN PRêTàNT àENON À EUR ÉCOOgïE, ON COMPRENd qUE ’ïNTÉRêT gÉNÉRà CORRESPONd EN fàïT À UN ENSEMbE RESTREïNT dE CONCEPTS qUï S’EST REPROdUïT Le génie du saCrhkEozzysESmÉeUS, À TRàvERS ES CONTRàïNTES dE EUR MïïEU hàbïTUE.
lE RôE dES ïNdïvïdUS dàNS ’hïSTOïRE ET ES COMMUNàUTÉS hUMàïNES N’EST PUS À dÉMONTRER. l’ïNdïvïdUàïSME MÉThO-dOOgïqUE ’à EN TOUT CàS PàRfàïTEMENT ÉTàbï. eN gÉNÉRà, ïbREMENT dÉSïgNÉE OU àRbïTRàïREMENT ïMPOSÉE, UNE ïNIME PàRE dES MEMbRES d’UNE SOCïÉTÉ REçOïT à ChàRgE dE dïRïgER ET dE REPRÉSENTER ES àUTRES. cEE fONCON EST UN PRïvïègE SOURCE dE jOUïSSàNCES EN MêME TEMPS qU’UNE RESPONSàbïïTÉ qUï PEUT êTRE ÉCRàSàNTE. eN ÉChàNgE dU CONTRôE dE à fORCE COECvE ET dU PàïSïR dE ’ORChESTRER, ’hOMME d’éTàT SE dOïT d’êTRE UNE ÉMàNàON PERSONNïIÉE dES àUTRES MEMbRES dE à SOCïÉTÉ, EN PàRCUïER dE CEUx qUï ONT UN RôE PRÉPONdÉRàNT dàNS ’ORgàNïSàON SOCïàE. pOUR qU’UN ïNdïvïdU ObENNE E POUvOïR dE CONTRàïNdRE SES SEMbàbES, ï dOïT SàvOïR ExPRï-MER àvEC IdÉïTÉ ES PENSÉES dE CEUx qUï àgïSSENT àUx PRE-MïERS PàNS dE à vïE SOCïàE ET ÉCONOMïqUE, OU, EN TERMES CàïRS, dES ïNdïvïdUS dOMïNàNTS. uN MONàRqUE OU UN ChEf d’éTàT NE PEUvENT dONC jàMàïS PRàqUER UN PUR àbSOUSME ; ïS dÉPENdENT TOUjOURS d’UN NOMbRE PUS OU MOïNS ÉEvÉ dE 3 EURS SEMbàbES .
sï UN bESOïN PàRCUïER, PàR ’ïNTERMÉdïàïRE dE qUEqUE CONCEPT, PàRvïENT À S’ïNSTàER ChEz UN ÉU, ï dEvïENdRà dOMï-NàNT (dOTÉ dE à MEïEURE « ITNESS »), C’EST-À-dïRE COMbÉ E MïEUx ET E PUS SOUvENT. iNvERSEMENT, S’ï NE S’y ïNSTàE PàS, ï SERà dOMïNÉ. oR, UN ÉU EST UN ïNdïvïdU qUï NE PEUT CONTENïR qU’UN NOMbRE dE CONCEPTS TOUjOURS àRgEMENT ïNfÉRïEUR À à MUTUdE ExïSTàNT dàNS SON ÉECTORàT. lES CONCEPTS MàjORï-TàïRES NE POURRONT dONC jàMàïS dEvENïR dOMïNàNTS àU MOyEN dU SURàgE UNïvERSE.] 3 [l’àUTEUR NOUS RÉSUME ïCï bïEN TROP RàPïdEMENT Sà PhïOSO-PhïE POïqUE ET Sà CONCEPON dE ’éTàT, qUï SONT ExPOSÉES dàNS UN àUTRE OUvRàgE SPÉCïàEMENT CONSàCRÉ À CEE qUES-ON (Des individus et de l’État). lE dÉSïR dE NE PàS SE RÉPÉTER ExPïqUE PEUT-êTRE CE PàRàgRàPhE ExTRêMEMENT SOMMàïRE. cE dERNïER S’àCCORdE EN TOUT CàS àSSEz bïEN àvEC ’ïdÉE dE à NOTE PRÉCÉdENTE, SEON àqUEE à dOMïNàON d’UNE CàTÉgO-RïE SOCïàE OU d’UN ïNdïvïdU SE fONdE SUR ’ExïSTENCE d’ENTÉS
9
Préface de l’auteur
10
là PàRCUàRïTÉ dE NOTRE pRÉSïdENT EST qU’ï ExPRïMEbru-talementCONCEPTS dE CEUx dONT ï dÉPENd. c’EST CE qUï ES fàïT SON gÉNïE. i ïvRE SOUS EURS àSPECTS ES MOïNS RàîNÉS ET ES MOïNS POïCÉS ES ïdÉES dES ïNdïvïdUS dOMïNàNTS ; ï UïSE EURS fORMES bRUTES, àUThENqUES, COMME POUR MONTRER Sà gRàNdE ïNMïTÉ àvEC EUx. eST-CE EN RàïSON d’UN MàNqUE dE CONIàNCE dàNS Sà ÉgïMïTÉ À ES REPRÉSENTER, Uï-MêME ïSSU d’UNE COURTE gÉNÉàOgïE dàNS ES CàTÉgORïES SUPÉRïEURES ? QUEE qU’EN SOïT ’ExPïCàON PSyChOOgïqUE, E RÉSUTàT EST ïNàENdU ET MïRàCUEUx. eN ôTàNT TOUT E vERNïS àPPORTÉ PàR UN CERTàïN NïvEàU d’ÉdUCàON, TRàNSMïS PàR ’àïSàNCE d’UNE fàMïE, d’UN MïïEU ET dES gRàNdES ÉCOES, E pRÉSïdENT à MONTRÉ qUE ES ChOSES POUvàïENT êTRE dïTES SàNS ITRE. i fàïT àvEC ES CONCEPTS CE qU’ï fERàïT àvEC dES PïERRES PRÉCïEUSES dïRECTEMENT ExTRàïTES dE à ROChE, EN àîRMàNT qU’EES SONT PUS bEES RECOUvERTES PàR à CRàSSE dU ION qUE TRàvàïÉES PàR ’àRSàN. pOUR ES ïNdïvïdUS dOMïNàNTS, fàgUÉS dE SE CONCïïER àvEC ES àUTRES ET dÉSïREUx d’àCCROTRE ’àvàNTàgE dE EURS POSïONS, CEE fàçON dE PROPàgER EURS ïdÉES à SàNS dOUTE UN PàRfUM d’ExOSME. lE gÉNïE dU SàRkOzySME ENT À CEE COMbïNàïSON UNï-qUE ENTRE dES CONCEPTS àNCïENS ïNSTàÉS dEPUïS dE ONgUES gÉNÉRàONS dàNS ES hàUTES SPhèRES dE à SOCïÉTÉ, ET EUR ïNCàRNàON SàUvàgE, ïMMÉdïàTE, ChEz UN ïNdïvïdU. cEE REN-CONTRE dUàE EST ’OCCàSïON POUR E PhïOSOPhE d’ObSERvER CES CONCEPTS SOUS UN jOUR NOUvEàU, SàNS ES TRàvESSSEMENTS dE à bïENSÉàNCE. nOUS àONS ExPOSER ES gRàNdS CONCEPTS dU SàRkOzySME, ÉTàNT ENTENdU qU’ïS N’àPPàRENNENT À àUCUN ïNdïvïdU EN PàRCUïER, PàS MêME À EUR ïNCàRNàON. iS SONT dES fRàgMENTS dE PENSÉE hUMàïNE, dïSTRïbUÉS àÉàTOïREMENT
NEURObïOOgïqUES EN EUR SEïN, dOTÉES d’UNE fORTE CàPàCïTÉ REPROdUCvE. l’hOMONyME CÉèbRE dE ’àUTEUR àvàïT OUvERT E PREMïER à vOïE À UNE TEE CONCEPON, EN UïSàNT E MOT Le génie du sa«rkïodzÉyOsmOegïE » dàNS UNE œUvRE dE jEUNESSE.]
dàNS à SOCïÉTÉ, dE PUS EN PUS RÉUNïS ET CONCENTRÉS À MESURE qUE ’ON REMONTE ’ÉChEE SOCïàE. i ÉTàïT NàTURE dE ES NOM-4 MER PàR E PàTRONyME dE CEUï qUï EN OCCUPE E SOMMET . nÉàNMOïNS, ES àMbïONS dU PhïOSOPhE CONCORdENT RàRE-MENT àvEC CEES d’UN NàTURàïSTE, SàSfàïT dE ’ObSERvàON dE à dïvERSïTÉ dES êTRES. nOUS NOUS EORCERONS d’ExPORER E MÉCàNïSME dE ChàCUN dE CES CONCEPTS àIN d’àER àU bOUT dE EUR OgïqUE. i S’àgïT POUR NOUS dE dÉMONTRER EUR bïEN-fONdÉ PàR à MïSE EN PERSPECvE dE TOUTES EURS CONSÉqUEN-CES. lOïN dE CRàïNdRE à CRïqUE SOCïOOgïSàNTE dES ïNTEEC-TUES dE gàUChE, ET dE PUS ENCORE, NOUS SOUhàïTONS dÉfENdRE ’ïdÉE qU’ï EST àbSURdE dE RÉSïSTER À à PUïSSàNCE dES CONCEPTS dOMïNàNTS. i fàUT àU CONTRàïRE ES àCCEPTER COMME dES fRUïTS NÉCESSàïRES dU fONCONNEMENT SOCïà ET ChERChER À ES àMÉ-ïORER, CE qUE NOUS TENTERONS EN dÉvEOPPàNT TOUTE ’ÉTENdUE dE EURS ïMPïCàONS. sEUE à fOïE POURRàïT dONNER ’ENvïE dE PàRR EN gUERRE CONTRE à Oï dE à gRàvïTÉ. DE MêME, à CRïqUE dES CONCEPTS dES ïNdïvïdUS dOMïNàNTS EST ïRRÉMÉdïà-bEMENT vOUÉE àU MïEUx À UN dOUx RêvE ïNTÉRïEUR, àU PïRE À à MàRgïNàïTÉ MENTàE. uNE CONSCïENCE RÉCONCïïÉE àvEC ’ïNdïvïdU PàRvïENT À dOMPTER à PEUR àdOESCENTE d’àER dàNS E SENS dU COURàNT. eE dïSCERNE SàNS ’OMbRE d’UNE hÉSïTàON E POSSïbE dE 5 ’ïMPOSSïbE.
4. [rEMàRqUONS qUE ES ENTÉS NEURObïOOgïqUES dOMïNàN-TES PEUvENT SE RÉPàNdRE ïNÉgàEMENT SEON ES ïNdïvïdUS ET qU’EES NE SONT EN RïEN PRïSONNïèRES d’UN TOUT qUE SERàïT ’ES-PRïT ïNdïvïdUE. l’àUTEUR EST bïEN UN PàRSàN dE ’ïNdïvïdUà-ïSME MÉThOdOOgïqUE, àvEC CEE ORïgïNàïTÉ qU’ï fONdE SON SySTèME dE à ïbERTÉ SUR UN ïNdïvïdU MORCEÉ.] 5. [i NOUS fàUT PRÉvENïR E ECTEUR qUE ’àUTEUR SE àïSSE SOU-vENT àER À CES ENvOÉES yRïCO-MÉTàPhySïqUES, PEUT-êTRE EN RàïSON dE Sà SïTUàON gÉOgRàPhïqUE qUï à dÉTERMïNÉ EN PàR-E SES ïNLUENCES PhïOSOPhïqUES, àU CàRREfOUR dE à FRàNCE ET dE ’aEMàgNE.]
11
Préface de l’auteur
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Pensées

de editions-flammarion

La raison

de armand-colin

La morale humaine et les sciences

de editions-materiologiques

La religion contre l'humanité

de editions-materiologiques

Le hasard au cœur de la cellule

de editions-materiologiques

suivant