Le lémurien : du sacré et de la malédiction (Madagascar)

De
Publié par

Les liens multiples et antagonistes que les Malgaches entretiennent avec les lémuriens, tantôt vénérés et sacrés, tantôt inspirant la terreur, ont tous une signification, que cet ouvrage se propose d'approfondir, afin de dégager les rapports que les hommes de la Grande Île, dans la cohérence de leur philosophie, entretiennent avec les lémuriens.
Publié le : jeudi 1 septembre 2011
Lecture(s) : 52
EAN13 : 9782296467989
Nombre de pages : 182
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
‡ Ž±—”‹‡ — •ƒ…”± ‡– †‡ Žƒ ƒŽ±†‹…–‹‘
Žƒ‹”‡ ƒ”’‡–‡ Ž±—”‹‡ — •ƒ…”± ‡– †‡ Žƒ ƒŽ±†‹…–‹‘Madagascar
ʹ‡±†‹–‹‘
Préface de Claude Allibert 
© LHarmattan, 2011 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56138-0 EAN : 9782296561380
Note de lauteure
Lors de la première écriture de ce travail en 1994, venait de paraître louvrage collectifLemurs of Madagascarcoordonné par Russell A. Mittermeier, Le guide fut réédité en 2010 pour la troisième fois. Lengouement scientifique pour les lémuriens avait pris avec Jean-Jacques Petter dans les années soixante-dix un essor considérable1. LInfra-ordre des Lémuriformes comptait alors 53 espèces et sous-espèces différentes de lémuriens malgaches actuels et 11 espèces et sous-espèces de lémuriens fossiles. Aujourdhui, 101 espèces vivantes, réparties en 5 familles et 15 genres, et 17 espèces fossiles ont été identifiées. La taxonomie des lémuriens a été considérablement modifiée ces 10 dernières années notamment par lamélioration des analyses phylogénétiques. De nombreuses sous-espèces de lémuriens sont passées au rang despèces à part entière et des espèces nouvelles ont été découvertes. Si cette nomenclature nest pas reconnue par lensemble de la communauté scientifique2, elle révèle quoi quil en soit lextraordinaire diversité et prolifération de formes de ces animaux ainsi que lintérêt grandissant pour leur conservation. On estime en 2010 que 90 % du couvert forestier de lîle a disparu au profit des activités agricoles, de lélevage, des industries minières et de la coupe de bois rares3. Les lémuriens qui au fil des siècles de leur évolution avaient conquis toutes lesniches écologiques de Madagascar noccupent plus dès lors que
1  PETTER J.-J, ALBIGNAC R., RUMPLER Y., Mammifères Lémuriens (Primates, Prosimiens). Faune de Madagascar 44, Paris, ORSTOM-CNRS, 1977. 2 and Development Horvath, D.W. Weisrock et S.L. Embry et al., « J.E. application of a phylogenomic toolkit: resolving the evolutionary history of Madagascar's lemurs », dans Genome Research, vol. 18, 2008, p. 490, A.D. Yoder, « Lemurs: a Quick Guide », dans Current Biology, vol. 17, no 20, 2007, p. 866868 3 MITTERMEIER R.-A., LOUIS H E.E., RATSIMBAZAFY J., RICHARDSON M., SCHWITZER C., LANGRAND O., RYLANDS A.-B., HAWKINS F., RAJAOBELINA S., RATSIMBAZAFY J., RASOLOARISON R., ROOS C., KAPPELER P.-M. et MACKINNON J(ill. S.D. Nash),.Lemurs of Madagascar, Conservation International tropical field guide séries, 3ème édition, 2010.
10 % du territoire malgache, soit 60 000 km1. Sur cette surface, oncompte 18 parcs nationaux, 5 réserves naturelles intégrales et 23 réserves spéciales.À la suite de mon premier terrain dinvestigation dans le cadre de ma cinquième année détude en anthropologie sociale, dautres travaux ont vu le jour et me permirent de confronter ma première étude sur les relations hommes/lémuriens essentiellement élaborée à partir de références bibliographiques à des données ethnographiques recueillies au fil des terrains depuis une quinzaine dannées. Cette nouvelle édition de :Le lémurien du sacré et de la malédictionsuit les évolutions des avancées taxonomiques des Prosimiens de Madagascar et propose une nouvelle grille synthétique des noms vernaculaires des lémuriens. Elle sest également enrichie de quelques compléments ethnologiques et bibliographiques.
1 R.-A, KONSTANT W.-R.. LOUIS H E.E., MITTERMEIER LANGRAND O., RATSIMBAZAFY J., RASOLOARISON R., GANZHORN J.U., RAJAOBELINA S., TATTERSALL I. et MEYERS D.M. (ill. S.D. Nash), Lemurs of Madagascar, Conservation International, 2ème édition, 2006.
6
Raha tsy marina izany, Tsy Zahmavandy fa Rantzloh. « Si ce nest pas vrai, ce nest pas moi qui suis menteur, mais les anciens dautrefois. » (Proverbe malgache)
PREFACE
Cest un fait indubitable : Madagascar mise sur le tourisme, et les faiseurs dargent que sont les officines à voyages utilisent ce qui fait loriginalité du pays pour en tirer des dividendes. Parlez de la Grande Île (la mise en route des clichés est opérée !), et lon vous sortira aussitôt des brochures, voire des affiches débordant de lémuriens tous plus « mignons » les uns que les autres. Les lémuriens, tous les lémuriens sont à la mode. « Madagascar na pas de grandes et belles ruines à vous offrir » (en écho à Madagascar on pense aux temples dAsie du sud-est), mais sa nature est unique au monde, et sa faune comme sa flore constitue une bonne raison pour sy rendre.
 Pourtant rares ont été les auteurs de monographie depuis que lon écrit sur Madagascar qui ont jeté un regard sur ces Prosimiens dont lancêtre vieux de quarante millions dannées a été retrouvé il y a moins dun demi-siècle en Amérique. Ce nétait cependant pas par manque dintérêt pour cet animal dont les chroniqueurs arabes avaient déjà donné le portrait à loccasion de lévocation de lîle kmr : « Il y a de même des bêtes à figure ronde, ressemblant à la figure humaine, les oreilles minces et longues, la peau rayée en bandes rouges et blanches » (Dimaski, XIIIesiècle). Le Français, Etienne de Flacourt, au milieu du XVIIesiècle, en fit le rappel : « Cest un animal grand comme un veau de deux ans qui a la tête ronde et une face dhomme, les pieds de devant comme un singe et les pieds de derrière aussi. Il a le poil frisotté, la queue courte et les oreilles comme celles dun homme ». La taille de lanimal ne laisse aucun doute sur la nature de lanimal qui aujourdhui a disparu. Il sagissait probablement deMegaladapis, espèce subfossile.
 Ce nest pas le moindre mérite de Claire Harpet davoir pris conscience de ce vide scientifique. Certes, bien avant elle, déminents chercheurs sétaient intéressés aux comportements
9
« sociaux » de ces lémuriens. Je me rappelle entre autres Ian Tattersall qui passaient ses jours et ses nuits à étudier leEulemur fulvus de Combani (Mayotte) en 1973-75 pendant que je menais des prospections archéologiques en petite terre ; mais aussi Alison Jolly qui sintéressa aux populations de la réserve de Berenty le long de la Mandrare, sans bien sûr oublier tous nos collègues français (Petter, Hladik) des institutions nationales.
Claire Harpet se fixa pour devoir préalable - et cela seulement dans un premier temps - de recenser dans la littérature toutes les occurrences des relations entre hommes et lémuriens, quand bien même elles fussent maigres, ce qui étaient souvent le cas. Son intention était de couvrir tout le territoire et toutes les espèces de lémuriens, et de dresser ce tableau compilatoire du savoir.
Le dépouillement opéré, sa démarche consista à tenter dessayer de dégager des dominantes comportementales non pas des lémuriens comme lauraient fait nos collègues spécialistes des lémuriens, mais bien de lhomme, des groupes malgaches, en fonction des groupes animaux rencontrés et des lieux.
Onpeutsedemanderpourquoilétudedecetterelationentre lhomme et les lémuriens na pas été menée plus tôt, tant on sait combien les Malgaches entretiennent avec certains animaux (zébu, crocodiles) des relations privilégiées, même si elles peuvent être redoutées.
Il est possible que cette réticence à opérer ce questionnement sur toute forme de vie ressemblant trop à lhomme tienne au fait quil déclenche un rapport ambigu entre fascination et peur. Comme si ce que lon regarde parce que « cela » nous ressemble et qui nous regarde en retour engageait notre propre identité. Les navigateurs arabes, nous lavons dit, rencontrèrent ce problème. Ils le résolurent parfois en reconduisant la réponse quy avaient donnée les populations autochtones de lInsulinde qui faisaient des grands singes (orang-outan, gibbon) des hommes et non pas une espèce différente. La
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.