//img.uscri.be/pth/20ad3791f25dc9443230d6b33791a055b6d5f9df
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,63 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le masochisme social

De
160 pages
Dans cette oeuvre, le masochisme est envisagé comme un processus sociologique et non plus comme un ensemble de pratiques sexuelles considérées comme déviantes. L'auteur a pu observer dans différentes sphères de la vie sociale des mécanismes rappelant, sans leur être forcément identiques, ceux à l'œuvre dans une relation sadomasochiste. Ce processus s'avère également être selon l'auteur, un fondement de la constitution de tout groupe social, de toutes sociétés.
Voir plus Voir moins
Damien LAGAUZERE
LE MASOCHISME SOCIAL
L O G I Q U E S S O C I A L E S
1 « Tout ce qui vit obéit »
1 ère NIETZSCHE F.,Ainsi parlait Zarathoustraéd., Aubier, Paris, (1 1883) 1992, p.249.
INTRODUCTION
Il est nécessaire de rappeler dès à présent que les réflexions qui vont suivre s'inscrivent dans la continuité du travail de recherche que nous avons effectué dans le cadre de la préparation de notre thèse de doctorat en sociologie. Il s'agissait pour nous à l'origine d'étudier, dans une perspective ethnographique, un groupe considéré comme déviant en raison de ses pratiques sexuelleshardsen général et sadomasochistes en particulier. Il s'était alors peu à peu imposé à nous une image du masochisme sexuel comme étant un corps humain à « disséquer » afin d'en comprendre les mécanismes fondamentaux. Il s'agissait en fait de mettre en évidence les modalités et les motivations communes à chaque pratique masochiste, quelle qu'en soit la forme (bondage, flagellation, humiliation verbale...). Une fois arrivé au « squelette », nous avons alors compris que si nous l'habillions avec d'autres muscles, une autre peau, nous obtenions une seconde « créature », différente certes, mais régie par des mécanismes qui, sans être forcément identiques présentaient toutefois des similitudes significatives.Ainsi s'esquissait ce qui allait devenir ce concept que nous avons nommé masochisme social.
Notre étude du sadomasochisme (SM) et des prati-ques qui en découlent nous avait conduit dans un premier temps à comprendre le masochisme non pas tant comme un simple ensemble de pratiques, ni même une relation, mais plutôt dans sa dimension dynamique et s’articulant