Le Miroir voilé

De
Publié par

Devant un film de Jean Cocteau ou de Pasolini, devant un scénario de Jacques Prévert ; devant les photos de Georges Azenstarck, celles des prêtres-ouvriers par Joël Peyroux, celles des albums de famille en banlieue ; devant les toiles de Patrice Giorda ou d’Ernest Pignon-Ernest, mais aussi devant une page des Cantos d’Ezra Pound ou d’un texte d’Antonin Artaud, qui ne s’est posé la question : qu’est-ce qu’on y voit ? Et plus interrogateur encore : qu’est-ce qu’on y lit ?

Au regard de textes écrits séparément mais tous gouvernés par cette même question : le mot et l’image seraient-ils frères de sang de l’écriture ?, Gérard Mordillat interroge les oeuvres picturales, photographiques, littéraires ou cinématographiques qui, depuis toujours, sous-tendent et ses films et ses livres.

Publié le : mercredi 15 janvier 2014
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782702154281
Nombre de pages : 280
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Devant un film de Jean Cocteau ou de Pasolini, devant un scénario de Jacques Prévert ; devant les photos de Georges Azenstarck, celles des prêtres-ouvriers par Joël Peyroux, celles des albums de famille en banlieue ; devant les toiles de Patrice Giorda ou d’Ernest Pignon-Ernest, mais aussi devant une page des Cantos d’Ezra Pound ou d’un texte d’Antonin Artaud, qui ne s’est posé la question : qu’est-ce qu’on y voit ? Et plus interrogateur encore : qu’est-ce qu’on y lit ?

Au regard de textes écrits séparément mais tous gouvernés par cette même question : le mot et l’image seraient-ils frères de sang de l’écriture ?, Gérard Mordillat interroge les oeuvres picturales, photographiques, littéraires ou cinématographiques qui, depuis toujours, sous-tendent et ses films et ses livres.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.