//img.uscri.be/pth/02ea6fe9f72fdce609bb12e7477fc9e9ba2cf1ce
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

LE NARGUILE

De
264 pages
Le narguilé, comme mode d'usage de drogues douces, s'apparente à un art du bien fumer comme il existe des arts du bien boire ou du bien manger et, plus généralement, à un art de vivre. Ainsi défini, il révèle sa fonction de cohésion micro-sociale et de prévention. Objet poétique, symbole de paix, plein de promesses, son usage social, de la Chine et de la Grèce à l'Afrique du Sud, frappe par sa perdurance depuis bientôt quatre siècles. L'anthropologie, l'histoire et la géographie, ainsi que l'univers esthétique d'artistes orientalistes, permettent de redonner vie à cet objet étrangement ignoré.
Voir plus Voir moins

LE NARGUILÉ
Anthropologie d'un mode d'usage de drogues douces

Collection

NOUVELLES ETUDES ANTHROPOLOGIQUES

Une libre association d'universitaires et de chercheurs entend promouvoir de «Nouvelles Etudes Anthropologiques». En privilégiant dans une perspective novatrice et transversale les objets oubliés, les choses insolites, les réalités énigmatiques, les univers parallèles, les «Nouvelles Etudes Anthropologiques» interrogeront surtout la Vie, la Mort, laSurvie sous toutes leurs formes, le Temps avec ses mémoires et ses imaginaires, la Corporéité dans ses aspects fantasmatiques et ritualisés, le Surnaturel, y compris dans ses croyances et ses témoignages les plus extraordinaires. Sans renoncer aux principes de la rationalité, les «Nouvelles Etudes Anthropologiques» chercheront à développer un nouvel esprit scientifique en explorant la pluralité des mondes, les états frontières, les dimensions cachées. PatrickBAUDRY, Louis-Vincent THOMAS

Ouvrages parus: Patrick Baudry, Le corps extrême, Approche sociologique des conduites à risque, 1991. Louis-Vincent Thomas, La mort en question, 1991. Annick Barrau, Quelle mort pour demain?, 1992. Christiane Montandon-Binet, Alain Montandon (ed), Savoir mourir, 1993. Jean-Marie Brohm, Les meutes sportives, 1993. Alain Gauthier, L'impact de l'image, 1993. Louis-Vincent Thomas, Mélanges thanatiques, 1993. Françoise Duvignaud, Terre mythique, terre fantasmée, L'Arcadie, 1994. Anne Cadoret, Parenté plurielle, Anthropologie du placement familial, 1995. Didier Pingeon, Serge Heughebaert, Philippe Beuret, Mario Castiglione, Grandir de l'échec, Des familles dans un centre d'expression créative, 1995. Jeff Kintzelé, La drague, 1995. Ricardo Freitas, Centres commerciaux: îles urbaines de la postmodernité, 1996 Christine Arzaroli, Le maquillage clair-obscur.. une anthropologie du maquillage contemporain, 1996. Luce Des Aulniers, Le temps des nomades: itinérances de la maladie grave, 1997.

@L'Harmattan, 1997 ISBN: 2-7384-5170-5

Kamal CHAOUACHI

LE NARGUILÉ

Anthropologie d'un mode d'usage de drogues douces

Editions L 'Hannattan 5-7, rue de I'Ecole-Polytechnique

75005 Paris

.

L'Hannattan INC 55, rue Saint Jacques Montréal (Qc) - Canada H2Y

A la mémoire de Sylvain Millérioux, collègue et ami. A la mémoire de notre père. A notre mère.

-Le Narguilé:

SOMMAIRE
Anthropologie d'un Mode d'Usage de Drogues Douces

Il 17 23 25 25 37 37 40 41 42 49 50 54 56 60

UNE INTRODUCTION DEDICACEE
Plan détaillé de l'ouvrage

PREMIERE PARTIE Chapitre 1: En quête d'un Graal en forme de narguilé
Le silence des encyclopédies Chapitre 2: A propos des termes employés dans le titre de cet ouvrage Pluralité de la notion de drogue Usages et mésusages Modes d'usage et modes de consommation Drogues douces et drogues dures Chapitre 3: L'objet en place, les produits utilisés, les hommes en situation, le contexte en action Physique et chimie du narguilé Linguistique du narguilé Aperçu sur les pratiques sociales Brève histoire du narguilé

Chapitre 4: Etat des connaissances et méconnaissances ... Point de vue sur les documents existants Et la littérature indigène? Anthropologueset Folkloristes locaux_ Discours médical Discours politique Chapitre 5: Un fil d'Ariane problématique Démarche socio-anthropologique Hypothèses Chapitre 6: Méthodologie et observation A la manière de Becker et de Castelain Participer, participer, ... Deux dernières remarques méthodologiques DEUXIEME PARTIE Chapitre 1: Histoires en parallèle Café et narguilé: différenceset similitudes « To the right» (Idârat e/-ke 's):la nouvelleexigence rituelle
9

_

61 61 64 66 71 79 83 86 89 89
93

96
99 101 101 102

Berceau du narguilé: trois hypothèses majeures Une origine inattendue: l'Amérique? Falsification historique? Chapitre 2: Anthropologie domestique du narguilé La conversation: raison d'être du narguilé Gestuel, usages et naissance des rites Communautés des usagers d'opium et du narguilé: similitudes et différences Café et narguilé: deux pôles de sociabilité Fonction sociale du narguilé Différenciation sexuelle de l'usage du narguilé Chapitre 3: Visite guidée ethnographique Absences Pays peu renseignés Chine, Afghanistan, Inde, Iran, Syrie, Turquie, Yémen, Grèce Egypte, Tunisie, Afrique du Sud, Rwanda

105 109 114 117 117 120 122 123 126 128 131 131 132 136 156

TROISIEME PARTIE Chapitre 1: Anthropologie visuelle du narguilé Des peintres amoureux de l'Orient Des écrivains et poètes: Pierre Loti et Leconte de Lisle Chapitre 2: Anthropologie du temps qui passe Travail et non-oisiveté De la paresse et de l'oisiveté Discours d'ivresse Chapitre 3: Ni tout à fait la même ni tout à fait une autre Production d'altérité par l'observateur et l'observé Le narguilé est-il une pipe à eau ? Chapitre 4 : Perspectives pour la prévention « Apprendre à vivre avec les drogues» Tabac, alcool, ou héroïne: réduire les risques

_

165 167 169 172 181 181 186 189 193 195 196 199 202 204

CONCLUSION POUR DES PISTES DE REFLEXION ANECDOTES, CHANSONS ET AUTRES POEMES BIBLIOGRAPHIE REMERCIEMENTS INDEX DES AUTEURS/PERSONNES

209 219 229 251 253

10

« s'arrêter à tous les cafedjis, aux turbés, aux mausolées, aux bains et sur les places, boire le café de Turquie dans les microscopiques tasses bleues à pied de cuivre; s'asseoir au soleil, et s'étourdir doucement de la fumée d'un narguilé; causer avec les derviches ou les passants; être soi-même une partie de ce tableau plein de mouvement et de lumière; être libre, insouciant et inconnu; et penser qu'au logis la bien-aimée vous attendra le soir. }) Pierre Loti, Azlyadé, 18791

UNE INTRODUCTION DEDICACEE
- Le Narguilé:
Anthropologie d'un Mode d'Usage de Drogues Douces

-

Nous dédions cet ouvrage à Lisa Kritikos qui, depuis Chicago, nous a fait découvrir le Rembetiko, culture d'une communauté au sein de laquelle l'usage du narguilé, alors que nous commencions à douter de la possibilité même de recueillir quelques informations sur sa pratique depuis des siècles, était courant dans la région du Pirée au détour des années 1920. Plus que la description d'une pratique régionale, nous disposions là de matériaux d'étude d'une richesse historique et sociologique exceptionnelle. Le texte même de chansons entières, jouées sur des instruments de musique comme le baglama et le bouzouki, et chargées d'une immense nostalgie, évoquait et glorifiait le lien social qui se créait dans la fumée des narguilés. Elles furent pour nous le catalyseur d'une problématique en construction. Lisa nous a aimablement traduit, du grec vers l'anglais, nombre de ces classiques du Rembetiko, que l'on trouvera au chapitre Visite guidée ethnographique - Grèce. Ces textes, avec deux ou trois strophes du poète persan Shirâzy et le couplet d'un tekêrly tunisien, mettent en lumière cette ambiance qui aurait manqué, pensons-nous, à notre discours anthropologique, si

1

Loti P., Aziyadé, Paris, Ed. Cahnann-Lévy,

1965, p. 99.

11

l'expression n'est pas trop pléonastique, à moins que nous ne soyons les naïfs du fin mot de Nigel Barle~: « Une fiction de bon ton veut que les anthropologues soient consumés du désir brûlant de vivre parmi une population particulière de cette planète, qu'ils croient dépositaire d'un secret d'une grande portée pour le reste des humains. » Par ailleurs, gardant à l'esprit .le constat de Marc Augé,3 nous nous sommes légitimement demandé si nous n'allions pas, nous aussi, à notre manière, galvauder quelque peu le mot anthropologie: « Le mot anthropologie est aujourd'hui mis à toutes les sauces... Elle [la discipline] peut aussi s'inquiéter de voir le noyau dur de son propos (combinaison d'une triple exigence: le choix d'un terrain, l'application d'une méthode et la construction d'un objet) se diluer ici ou là dans des allusions un peu molles à la nécessité d'une «perspective» ou d'une «orientation» anthropologique, voire d'un « dialogue» avec l'anthropologie... » Or le travail présenté ici constitue le canevas d'une recherche originale en cours et peut être considéré comme un avant-propos extensif de la publication ultérieure d'une thèse sur ce mode d'usage de drogues douces qui caractérise, à notre sens, le narguilé. Le cadre dans lequel se sont déroulées la réflexion et la décision d'entreprendre la préparation d'un tel ouvrage, comme Anthropologie du monde contemporain, garantit a priori la conservation du noyau dur invoqué (combinaison d'une triple exigence: le choix d'un terrain, l'application d'une méthode et la construction d'un objet). Le choix audacieux de ce dernier, sa construction et les hypothèses en jeu nous ont amené à nous pencher sur un mode d'usage dont la caractéristique frappante est la perdurance à travers les siècles. Cette recherche devenait alors « exotique» 4 et « offensive» pour reprendre les termes mêmes de
2 Barley N., The Innocent Anthropologist, Londres, British Musewn Publications, 1983 (trad. fi. Un anthropologue en déroute, par Marc Duchamp), Paris, Ed. Payot, 1992 et 1994. 3 Augé M., Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier, 1994, p. 9. 4 Voir aussi la critique acerbe, par Henri-PieITe Jeudy, de « l'exotisme en perspective inversée» des anthropologues: « Il suffit tout simplement de considérer comme étrange ce

qui sembleêtre leplus prochede nouspour dévoilerla richessesymboliquedes sociétés
12

Marc Augé. Aussi, plongerons-nous au coeur de la relation entre l'homme et notre objet, rejoignant dans leur démarche d'autres chercheurs comme par exemple Jean-Pierre Castelains dans le domaine de l'alcoolisme: « Je ne m'appuie ni sur un savoir ni sur une thérapie, mais j'essaie de. comprendre et de restituer les mots et les comportements d'une population dans son rapport â l'alcool, d'appréhender comment et pour quoi elle consomme des boissons alcoolisées, et avec quelles conséquences [...] Alors que sont admirés la générosité et le dévouement des soignants « s'occupant» des alcooliques et la modernité du sociologue « travaillant» sur le sida, par exemple, un doute subsiste quant â l'anthropologue curieux des manières de boire A côté des thèmes de recherches nobles ou héroi'ques, il en est d'autres douteux, inavouables. » En ce qui concerne le narguilé, nous ajouterions à cette liste de qualificatifs celui d'ineffable non sans en donner quelques exemples au premier chapitre portant sur les difficultés de cette entreprise. De plus, s'agissant de culture des objets, le chercheur se heurte d'emblée à leur indicibilité, à leur aphasie, à un sens matériel qui résiste à la pensée, si bien que même une histoire de l'art se réduit en fait à un discours stir cette dernière (Jean-Pierre Wamier).' Qu'en serait-il d'une anthropologie de l'art? L'objet matériel qu'est le narguilé sera donc abordé à travers une fonctionnalité qui lui est propre, celle de l'usage de drogues douces. En outre, nous partions du même constat, sinon d'un constat plus fort encore que celui de Jean-Pierre Castelain, à savoir, l'absence totale de recherches ethnologiques ou anthropologiques sur le sujet. Quant aux motivations personnelles de notre choix, nous reconnaissons ne pas encore savoir donner la raison de ce que Gilles Deleuze nomme l'affinité d~un certain problème avec un individu
modernes. » (Jeudy HP., «Les sciences sociales en déroute », Le Monde (HorizonsDébats), 18 déco 1996). 5 Castelain J..P., L'anthropologie des manières de boire in De l'alcoolisme au bien boire, ss. la dir. de Guy Caro, Paris, Ed L'Hannattan, 1990, t. il, pp. 300-303. 6 Colloque «Mà.P. (Matière à Penser) », organisé par J.-P. Warnier, Université Paris V - La Sorbonne, UFR de Sciences Sociales, 1-3 juillet 1996.

13

donné. Par contre, s'agissant du cadre institutionnel, nous n'avions, il y a quelques années, envisagé qu'une simple étude ethnographique, comparative, sur l'usage du narguilé dans les divers pays où son emploi répandu fait partie du décor, anticipant ainsi le souhait de Claude Schkolnyk': « Il est aussi frappant de constater le manque d'études comparatives entre pays ... Il serait sans doute intéressant d'analyser le phénomène [de l'usage et de l'abus de drogues] au regard des systèmes politiques et traditions populaires. » Puis, quelques années plus tard, une réflexion sur la prévention de l'abus des drogues par l'éducation nous conduisait à considérer ce mode d'usage comme l'une des multiples formes auxquelles l'homme a recours pour consommer des substances destinées à modifier l'état de sa conscience. Or, même si dans le cas du narguilé le produit psychotrope utilisé est, en général, ce que l'on appellera une drogue douce (tabac agrémenté d'épices, de fruits, de mélasse, éventuellement de haschisch), voire une non-drogue si l'on considère les effets mêmes de la parole sur la situation créée, son inscription culturelle, toujours actuelle, dans les sociétés qui l'ont inventé, adopté ou adapté, ne fait pas l'ombre d'un doute: d'Istanbul à Durban en passant par Le Caire, de Kunming à Tunis via Damas et Ispahan, le voyageur reste stupéfait devant l'ampleur de cette consommation, ou plutôt de ce mode d'usage.

-

La présente étude prolongera un travail important déjà engagé à un autre niveau, pratique et théorique à la fois: celui d'un projet de prévention globale que nous avons mis en oeuvre à l'UNESCO. Elle se veut une contribution à une théorie générale sur l'usage, l'abus des drogues et la prévention de ce dernier que Doris Buddenberg et Isabelle Stengers, auteurs du document intitulé « Conséquences éducatives d'un enracinement de la prévention de l'abus des drogues dans son contexte socioculturel »,8 appellent à construire en défrichant là un
Schkolnyk c., Bilan des sources accessibles concernant l'histoire de la drogue, de l'alcool, du tabac et des autres excitants sur les bibliothèques de la Chancellerie, du Ministère des Affaires Sociales, la Bibliothèque Universitaire in Ehrenberg, A., Penser la drogue, penser les drogues, vol. III (Bibliographies), Paris, Ed. Descartes, 1992, p.182 8 Buddenberg D., Stengers I., Conséquences éducatives d'un enracinement de la prévention de l'abus des drogues dans son contexte socioculturel, Paris, UNESCO, 1995. 14 ,

champ de recherche immense. En effet, complexe est le déploiement, dans l'espace et dans le temps, des substances, des individus et des modes d'usage. Nous nous intéresserons au dernier. aspect de cette complexité, souvent oublié mais non anodin à notre sens, et choisirons l'occurrence présentée plus haut: le narguilé. Le dernier document cité nous rassure d'emblée dans notre démarche: les auteurs n'y affirment-ils pas: « Les sources documentaires à propos de la consommation des drogues sont plus limitées que celles qui portent sur leur production. La production des drogues, en effet, a été, et est toujours intégrée dans les systèmes administratifs et bureaucratiques d'Etat» ? Cette recherche, pionnière, sur le narguilé, devrait par conséquent contribuer à combler ce manque de documentation sur les modes traditionnels de consommation des drogues et, dans le cadre d'un débat général sur le thème du lien entre drogues et cultures, contribuer à l'émergence de stratégies éducatives originales en matière de prévention. Grâce à cette étude, nous serons en mesure de fournir quelques pistes, notamment pour ce qui a trait à la prévention de l'abus de tabac dans une aire culturelle délimitée au chapitre Visite guidée ethnographique. En paraphrasant, l'ethnologue Jean Lambert9 nationale du Yémen, nous d'opposer le narguilé d'un développement: par une certaine identité d'objectif, dans son projet concernant le qât, drogue pourrions dire que le propos n'est pas Orient appesanti (Anatole France)10 au

« mais plutôt de chercher à comprendre quelles relations subtiles ce mode d'usage entretient avec les sociétés qu'il a « envahies », à savoir comment le progrès social peut profiter de ses aspects positifs, et éliminer ses aspects négatifs. Pour réaliser des objectifs aussi ambitieux, on ne pourra pas éviter de prendre en compte la place que cet « instrument» occupe dans la culture. Il s'agit de se demander pourquoi et à travers quelles structures
9

Lambert J., Le qât au Yémen: imaginaire d'une drogue imaginaire in Psychotropes,

pp.9l-102, vol. Vlllnos 1 et2,Outremont(Québec),Automne 1992. 10 France A., Le crime de Sylvestre Bonnard où l'apathie de son chat Hamilcar évoque en lui la « grâce appesantie d'une femme d'Orient ».

15

symboliques les sociétés et les acteurs sociaux se sont emparés aussi profondément de cet usage pour mettre en oeuvre leurs stratégies quotidiennes. Bref on se propose d'étudier ici les relations que le narguilé tisse entre les différentes expériences des individus, et comment il contribue à apporter un sens à leur vie. »

ethnologues,tels Jean Lambert ou Michel Perrin,Il ont, par le passé,

De nombreuses

recherches,

menées notamment

par

des

démontré la fonction sociale, religieuse, politique, économique ou esthétique des substances psychoactives utilisées depuis toujours et partout dans le monde. Ainsi, elles peuvent jouer le rôle structurant de signe pour désigner, par exemple, la configuration des pouvoirs lors de cérémonies d'initiation et, par ailleurs, la drogue peut aussi servir de catalyseur remettant en cause un ordre social donné. Ces travaux sont généralement basés sur une perspective ethnologique ou anthropologique. L'on adoptera dans cette étude une démarche voisine, celle de la socio-anthropologie, présentée au chapitre intitulé Un 'fil d'Ariane' problématique. Nous focaliserons notre attention non plus sur la substance, mais sur l'instrument, nécessaire tant d'un point de vue technique que symbolique. L'originalité de cette recherche réside dans une approche qui, par le biais de l'objet-narguilé, cerne la double relation entre l'homme et la substance (psychotrope) d'une part, et entre l'homme et les pairs avec lesquels il alimente, au gré des sessions, un rituel de consommation spécifique, d'autre part. Présentons, sans plus tarder, le plan de travail qui se compose principalement de trois parties et d'une conclusion.

Penin M., « Anthropos »pp. 56-66, L'esprit des Drogues - La dépendance hors la loi ?, Série Mutations-Poche n014, Paris, Ed. Autrement, 1993. Penin M., Logique « sauvage» des psychotropes: le cas des sociétés chamaniques in Psychotropes, pp. 85-92, vol. VI no 3, Outremont (Québec), hiver 1991 (voir aussi bibliographie pp. 91-92).
11

16

Plan détaillé de l' ouvra2e PREMIERE PARTIE:

Chapitre 1: En quête d'un Graal en forme de narguilé. L'on fera état des procédures de repérage documentaire mises en oeuvre dans cette recherche. et des difficultés rencontrées que vint amplifier le lourd et handicapant silence des encyclopédies. Cette véritable quête du Graal nous a conduit, pour reprendre une image propre à l'objet même, à un vase qui contenait une eau trouble, autrement dit à des matériaux très pauvres et parfois confus. - Chapitre 2: A propos des termes employés dans le titre de cet ouvrage. Une mise au point s'avérait éminemment nécessaire pour insister sur la pluralité de la notion de drogue, bien en distinguer les usages des mésusages, nuancer les modes d'usage des modes de consommation, définir des expressions parfois controversées comme drogues douces par opposition à drogues dures. Enfin, il fallait préciser le champ sémantique couvert par un terme exotique comme celui de narguilé. Tous ces termes et expressions allaient en effet servir d'indispensables outils de travail.

-

- Chapitre 3: L'objet en place, les produits utilisés, les hommes en situation, le contexte en action. Comment ça marche? L'on décrira brièvement les composants principaux de l'objet sans entrer dans le détail des à-côtés constituant une paraphernalia impressionnante. L'on mentionnera les substances principalement utilisées comme le mo 'essel (tabac additionné de mélasse et autres ingrédients, ...). Certes, cet objet porte un nom et chacun de ses éléments aussi. Mais que de variantes linguistiques et vernaculaires dans les divers pays où son usage a lieu! L'on tâchera, dans ce chapitre, de familiariser le lecteur aux principaux termes que nous retrouverons tout au long de cette étude et de l'aider à deviner l'identité de certain~ autres aux orthographes multiples. Enfin, l'on répondra aux questions (Qui fume ça?, Comment?, D'où cet objet vient-il?) que se pose spontanément toute personne un tant soit peu curieuse. De telles interrogations seront en fait au coeur de cette étude, de manière à satisfaire la curiosité légitime du lecteur, particulièrement sur les pratiques sociales qui s'organisent autour de l'objet. De même
17

brossera-t-on un rapide portrait historique avant une entrée en matière plus approfondie. - Chapitre 4: Etat des connaissances et méconnaissances... Un passage en revue de la littérature existante nous a conduit à constater amèrement sa pauvreté. En dehors du silence des encyclopédies, déjà signalé, l'on visitera les oubliettes des discours politique et médical sur les drogues, notamment celui sur le tabac, celui des historiens, celui des connaisseurs-collectionneurs de pipes de tradition européenne, enfin celui des anthropologues et orientalistes, à la recherche du problématique objet. - Chapitre 5: Un fil d'Ariane problématique. Ici, seront critiquées les différentes approches possibles de la question, véritable carrefour problématique. La construction tiendra compte du fait que pionnier, nous ne pouvions avancer sans devoir baliser le terrain. La démarche, socio-anthropologique, s'est révélée prometteuse à mesure que nous prenions connaissance chez les uns et les autres d'invitations à opérer un va-et-vient incessant entre l'observation sur le terrain et l'analyse globalisante: Pierre Bouvier pour une socio-anthropologie du contemporain, Ronald Verbeke dans son plaidoyer pour l'ethnographie, Albert Ogien pour une ethnographie des usages, Jean Pierre Castelain pour une anthropologie des consommations de produits psychoactifs, Claude Schkolnyk pour combler la carence d'études comparatives entre pays et d'autres encore pour une approche transdisciplinaire. Nous ferons état des hypothèses sur les possibilités de réduire les ravages causés par l'abus de tabac, et éventuellement d'autres drogues, notamment dans les pays du Sud dont font majoritairement partie ceux de l'aire culturelle à laquelle se rattache l'usage de l'objet. La philosophie qui sous-tend de telles hypothèses, audacieuses peutêtre, est bien sûr celle de la réduction des risques pour la santé de l'individu et de la société, philosophie qui ne sera jamais réduite, anthropologie oblige, à une action fixée dans le temps. - Chapitre 6: Méthodologie et observation. A l'heure où nous rédigeons cet ouvrage, les données pertinentes du terrain ne sont pas encore disponibles; par contre, l'on a réfléchi sur les moyens à mettre en oeuvre en vue de tester les hypothèses ci-dessus. L'on 18

exposera donc la méthode principale par laquelle la collecte de l'information nécessaire est envisagée: « in situ », de type ethnologique telle que mise au point et formulée à l'origine par Malinowski. Quelques entretiens seront également menés auprès des usagers, des fabricants des différentes parties de l'objet (vase, fourneau, mât, tuyau,...), des tenanciers de lieux publics où l'on peut fumer le narguilé (cafés notamment) et des fabricants de tabac spécial. Des destinations possibles pour cette enquête seront enfin indiquées.

DEUXIEME PARTIE: - Chapitre 1: Histoires en parallèle. Seront fournies, sous cette rubrique, les différentes versions sur l'origine et l'évolution du narguilé, depuis sa mystérieuse naissance jusqu'aujourd'hui. La Perse, l'Inde, l'Afrique, ou l'Amérique?

- Chapitre 2: Anthropologie domestique du narguilé. Où il sera question de la sociabilité que génère l'objet-narguilé et des modalités de son déploiement. Cependant, l'on tâchera d'éviter les lieux communs; en effet, tout ce qui a été écrit au sujet du café et des cafés (Ralph S. Hattox, Hélène Desmet-Grégoire, ...), de la fonction sociale de certaines drogues, comme le qât, vecteur de communication dans la société yéménite (Shelagh Weir, Jean Lambert,...), reste applicable au narguilé, d'autant plus que son usage se superpose souvent, sur un mode synchrone, aux premiers.
- Chapitre 3: Visite guidée ethnographique. Ce chapitre aurait pu s'intituler Du qahwet es-sebt aux tekede de la Rembetiko. Au Café du samedi à Tunis, se retrouvaient, au début du siècle, les usagers de narguilé pour consommer rituellement le chanvre de provenance grecque que d'autres usagers, les manges, marginaux du port du Pirée, goûtaient collectivement, au moyen du même instrument, dans leurs tavernes (tekede). Les uns et les autres ont immortalisé ce dernier dans des chansons bien souvent ignorées par le patrimoine populaire. Les éventuelles raisons en seront discutées au chapitre sur l'altérité Ni tout àfait la même ni tout àfait une autre. En fait, l'on effectuera un tour du monde du narguilé d'Est en Ouest, du Nord au Sud, dans un univers dont les quatre points 19

cardinaux ne sont pas ceux des marins mais ceux dessinés par la complexité des échanges des drogues-épices-marchandises (café, tabac, chanvre, opium, ...) et des instruments conçus et fabriqués pour les consommer (cafetières, pipes en bois, pipes en terre, pipes-à-eau,...) au cours de l'histoire. Des pratiques seront observées dans les pays suivants: Chine, Mghanistan, Inde, Iran, Syrie, Turquie, Egypte, Yémen, Grèce, Tunisie, Afrique du Sud, Rwanda et d'autres encore avec peut-être moins d'informations à leur sujet: Liban, Russie, Irak, Vietnam, Libye, Madagascar; Arabie, Comores, Somalie, Ethiopie. Nous découvrirons des usages insoupçonnés, comme par exemple celui des femmes dans leurs intérieurs, si ce n'est derrière les moucharabieh, ces balcons en encorbellement dont l'apparition, on le verra, n'est peutêtre pas sans lien avec le narguilé... - Chapitre 4: Anthropologie visuelle du narguilé. Si les sources et une certaine littérature font cruellement défaut, quelques voyageurs, peintres, poètes, romanciers n'ont pas laissé de représenter l'objet au centre de la présente étude. Ils étaient, certes, des orientalistes mais au sens propre du mot, autrement dit rêveurs d'un certain Orient, non pas créateurs, sur un plan représentationnel, d'un Orient-à-penser pour l'Occident, d'un savoir du second sur le premier. Ces artistes, du moins ceux auxquels l'on se référera, échappent à la critique monumentale d'un Edward Said.12 Tels des ethnologues, ils n'ont jamais manqué, avec force détails, de rendre à notre objet la place qui lui revenait dans le décor de l'époque. L'étude de leurs productions constitue un outil précieux pour l'anthropologue; aussi, seront-elles utilisées comme matériaux non superflus et encore vierges des formes d'un militantisme pour le maintien d'une altérité au service d'une domination.

TROISIEME

PARTIE:

- Chapitre 1: Anthropologie du temps qui passe. Le contenu de l'étiquette oisif, que l'on colle si spontanément aux usagers du narguilé, sera ici discuté. Il sera mis en perspective avec un certain
1%

Said E., L'orientalisme:

L'Orient créé par l'Occident (tit orig. Orientalism,

1978, 1rad.

ft. par Catherine Malamud, préf De Tzvetan Todorov), Paris, Ed. Seuil, 1980, p. 219 et passim. 20

discours d'ivresse de la part des intéressés qui n'est autre que celui d'un droit â la paresse (Paul Lafargue) lequel vient heurter de plein fouet bien des conceptions sociologiques contemporaines, mais aussi politiques, en cette fin de siècle, sur le loisir et le temps libre. - Chapitre 2: Ni tout à fait la même ni tout à fait une autre. La production d'altérité que génère notre objet sera ici traitée. Le narguilé est-il, en tant qu'instrument utilisé pour fumer, de la même famille que la pipe-en-bois ou bien est-il d'un autre type, celui des pipes-à-eau ? Non réapproprié dans son histoire et sa culture par l'Autre (l'Orient, pour schématiser), il est systématiquement méprisé, voire ignoré, par le Même (Occident). Constat sera fait de cette situation à la lumière d'une thématique majeure à l'origine de l'anthropologie: saisir l'altérité tout en prêtant, avec Claude LéviStrauss, une grande attention aux risques inhérents à une telle entreprise. - Chapitre 3: Perspectives pour la prévention. Comment le narguilé, après cette exhumation, en tant que mode d'usage de drogues douces et à la lumière des premières informations recueillies, des hypothèses émises, et dans l'attente d'une confirmation ou infirmation par le terrain, peut-il contribuer à prévenir ou atténuer des risques associés à l'usage abusif de certaines drogues, notamment le tabac à fort taux de nicotine? La question n'est pas, à notre sens, déplacée à une époque de remise en question des politiques en matière de drogues. En effet, l'on peut voir aujourd'hui les ennemis du tabac, peut-être les prohibitionnistes de tout usage de drogues, tirant leurs dernières cartouches, s'affronter à ses amis à l'échelle internationale, par media interposés. Si, comme le firent remarquer des observateurs, l'antitabagisme est aussi vieux que le tabagisme, assistons-nous alors à un baroud d'honneur?

Une conclusion pour des pistes de réflexion. Le chemin étant frayé, nous détaillerons comment la problématique de départ s'adapte, par un phénomène de rétroaction qu'induit la découverte de faits inhérents au processus de recherche lui-même. Nous fournirons donc des clés pour la poursuite de la recherche sur cet objet, qui ne fait qu'éclore mais dont nous avons voulu, compte tenu de son caractère 21

novateur, à la fois vis-à-vis de l'objet mais aussi de la problématique, livrer les premiers résultats au lecteur. Anecdotes, chansons et autres poèmes ... Pour conclure ce que l'on peut, sans trop se tromper, qualifier de panorama, ou d'avantpropos extensif, l'on offrira au lecteur un détour pittoresque à travers des historiettes, des poèmes, et quelques chansons uniques, notamment celles des brillants artistes de la culture Rembetiko évoqués au chapitre
Visite guidée ethnographique

- Grèce.

L'ouvrage se termine par une Bibliographie suivie d'un Index des auteurs/personnes (alphabétique).

PREMIERE PARTIE

-Le Narguilé: Anthropologie d'un Mode d'Usage de Drogues Douces -

Chapitre 1: En quête d'un Graal en forme de narguilé
Première étape pour tout chercheur, l'enquête bibliographique
et documentaire, auprès des centres de ressources bien identifiés à Paris et dans sa région, s'est révélée, dans sa première phase, bien décevante et parfois frustrante: aucune trace de thèse ou d'étude scientifique sur le sujet, pas même un article destiné au grand public qui eût servi de tremplin.

Le silence des encvcloDédies

Les encyclopédies sont, en règle générale, de précieux outils dont l'exploitation judicieuse peut se révéler très utile durant les étapes préliminaires. Aussi, furent-elles compulsées l'une après l'autre; l'Universalis, tout comme d'autres, plutôt que de donner une brève définition du narguilé à la manière d'un. dictionnaire,13 procédé qui discréditerait sa prétention à l'exhaustivité, avait choisi de ne pas
13 Toutefois, deux dictionnaires font, à notre connaissance, exception: Paris, Le Robert, 1985, 2ème éd. revue par Alain Rey.
.

- Robert
.

P., Le Grand Robert de la Langue Française: Dictionnaire alphabétique et

analogique de la languefrançaise,

de la Langue Française de Nancy, Trésor de la Langue Française: Dictionnaire de la langue du XIXème et du llème siècle (1789-1960), Paris, Ed. du CNRS, 1981 (t 1X)etParis, Galfunard, 1985 (t XI). Les termes narguilé et houka y sont présentés de manière rigoureuse et accompagnés de références littéraires. 25

- CNRS-Institut

recenser ce tenne. Telle autre, italienne, espagnole ou encore turque, courait ce dernier risque en donnant une définition sèche de l'objet. Signalons aussi cette infonnation anecdotique qui révèle que le narguilé désigne également une sorte de scaphandre porté par certains plongeurs... Par ailleurs, la même catégorie d'ouvrages en langue arabe péchait par la même carence.14 Il existe, certes, une encyclopédie spécialisée sur le tabac/5 relativement difficile à se procurer, et à laquelle ont collaboré près de soixante spécialistes de diverses disciplines et professions exerçant pour la plupart tant en Europe qu'aux Etats-Unis d'Amérique: comme nous n'y avons eu accès que tardivement, elle ne sera évoquée qu'après avoir passé en revue l'ensemble des sources disponibles avant elle. Un certain ouvrage de référence fait autorité dans l'aire culturelle à laquelle se rattache l' objet16 car il contient des entrées substantielles, toutes accompagnées de sources bibliographiques. Ainsi, le lecteur peut aisément accéder aux tennes suivants: café, haschich, opium, voire au nom même de l'objet, translittéré là: narjfla, suivi d'une courtoise indication «voir tütün ». Ce dernier est une variété légère de tabac oriental originaire de Turquie, cultivé en Azerbaïdjan et au Turkestan, destiné surtout aux pipes courte et de grande longueur comme la chibouque. Mais amèrement, il fallut vite constater l'inexistence de ce tenne dans l'ouvrage en question. Comme il correspondrait nonnalement aux derniers thèmes traités, selon l'ordre alphabétique, l'on peut, dans le meilleur des cas, supposer une clôture urgente de l'édition dont aurait souffert l'entrée qui nous intéressait. Plus évident est le cas de l'encyclopédie spécialisée sur l'Iran.17 L'on y trouve certes les thèmes coffee, coffee-house, mais l'édition, suivant une production alphabétique, s'arrête à la lettre «D »; or, le
notamment Dozy R., Supplément aux dictionnaires arabes, Leyde, EJ. Brill, 1881, deux tomes, qui recense des variantes: nirbi]; nirbîsh, nibrî]; nibrîsh et nârbîj. « D'après le M [Mohit al-Mohît, dictionnaire de Boutros EI-Bistâny, &}rout, 1870], c'est un mot persan qui signifie « lewleb en-nâr (I) » [en ar. dans le texte, trad. hélice de feu] » 15 Encyclopédie du tabac et des fumeurs (Les grandes encyclopédies internationales), Paris, Ed. Le Temps, 1975. 16 Van Donzel, E., Lewis B., Pellat C., Encyclopédie de l'islam, Paris, G.-P. Maisonneuve & Larose S.A., 1978. 17 Yarshater E., Encyclopaedia lranica, Costa Mesa (Califonùa), Mazda Publishers, 1992. 14

26