Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 2,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant
Diderot dans sa maîtrise de l’art du dialogue nous montre ce que doit être un honnête homme

Avec Le Neveu de Rameau, Diderot expérimente une forme littéraire originale, celui du (faux) dialogue entre deux personnages qui lui permet d’aborder habilement les sujets délicats de la morale et de la vertu sans imposer frontalement son opinion. Le procédé n’est pas sans rappeler la pratique socratique du dialogue. Partis de positions diamétralement opposées, les personnages, le philosophe (Moi) et Jean-François Rameau (Lui, neveu du compositeur), s’affrontent sur les valeurs morales de la société.

Vertu, art, musique, éducation… tout est motif de débat. Pourtant, leurs points de vue se rapprochent au fur et à mesure de la discussion, et le philosophe impose peu à peu sa vision de l’honnête homme.

Diderot a mis plus de 10 ans à terminer Le Neveu de Rameau, publié bien après sa mort. UPblisher a retenu pour cet ebook l’édition de 1891. Satire des parasites, des flagorneurs et des cyniques, ce roman philosophique résonne comme la protestation d’un anarchiste contre les préjugés et les abus d’une société corrompue.

Un texte très actuel !

EXTRAIT

Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid, c’est mon habitude d’aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal. C’est moi qu’on voit, toujours seul, rêvant sur le banc d’Argenson. Je m’entretiens avec moi-même de politique, d’amour, de goût ou de philosophie. J’abandonne mon esprit à tout son libertinage. Je le laisse maître de suivre la première idée sage ou folle qui se présente, comme on voit dans l’allée de Foy nos jeunes dissolus marcher sur les pas d’une courtisane à l’air éventé, au visage riant, à l’œil vif, au nez retroussé, quitter celle-ci pour une autre, les attaquant toutes et ne s’attachant à aucune. Mes pensées, ce sont mes catins. Si le temps est trop froid, ou trop pluvieux, je me réfugie au café de la Régence ; là je m’amuse à voir jouer aux échecs. Paris est l’endroit du monde, et le café de la Régence est l’endroit de Paris où l’on joue le mieux à ce jeu.