Le pagne africain et sa symbolique

De
Publié par

Ce livre explore la manière dont le signe de la femme est utilisé dans les illustrations des pagnes africains. Il montre le caractère sexué du pagne en relation avec les fonctions sociales de la femme, lesquelles contribuent à la structuration de la société. L'objet n'est pas seulement artistique, il est culturel et social et se trouve à la fondation des croyances, des institutions, des structures sociales. Il cesse d'être uniquement un vêtement et devient un lieu de savoir et de culture, un reflet de la société africaine. (illustrations en couleur)
Publié le : dimanche 1 mars 2015
Lecture(s) : 54
EAN13 : 9782336371245
Nombre de pages : 176
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Le pagne africain Dieudonné Mukundila Kembo
et sa symbolique
Ce livre explore la manière dont le signe de la femme est
utilisé dans les illustrations des pagnes africains. Les icônes Le pagne africain
représentent la femme à travers la fertilité, la fécondité,
la reproduction. Cette trilogie se situe au centre de la
construction et c’est par elle que l’on argumente l’ensemble du et sa symboliquetravail. L’ouvrage montre le caractère sexué du pagne en relation
avec les fonctions sociales de la femme, lesquelles contribuent
à la structuration de la société. L’objet n’est pas seulement
artistique, mais il est culturel et social. Il se trouve à la fondation Femmes et féminité au travers de motifs
des croyances, des institutions, des structures sociales.
d’un objet majeur de la culture africaineLe pagne cesse d’être uniquement un vêtement ; il devient un
phénomène social, un lieu de savoir, de culture et d’identité,
de communication, un support d’art, un miroir de la femme,
un refet de la société africaine, une richesse anthropologique. Préface du Professeur Masiala ma Solo
Évêque des Églises évangéliques, théologien, critique
d’art, artiste peintre, Dieudonné Mukundila Kembo
poursuit, au moment de la rédaction de ce livre, des
études d’Anthropologie à la Faculté des Sciences
sociales, administratives et politiques de l’Université
de Kinshasa (R.D.C.).
CULTURE
AFRICAINE
Cette collection regroupe des monographies et travaux d’études divers sur la
vie culturelle en Afrique. Organisée par thèmes, elle concerne l’ensemble du
continent africain du nord au sud.
CULTURE
AFRICAINE
SérieISBN : 978-2-343-04531-3
Arts appliqués
20 € et artisanat
Le pagne africain et sa symbolique Dieudonné Mukundila Kembo





LE PAGNE AFRICAIN
ET SA SYMBOLIQUE




















CULTURE AFRICAINE

Cette collection regroupe des monographies et travaux
d’études divers sur la vie culturelle en Afrique. Organisée par
thèmes, elle concerne l’ensemble du continent africain du
nord au sud.


Déjà parus

Mamadou Kalidou Ba, Mbouh Séta Diagana et Mamadou
Ould Dahmed (dir.), La poétique de l’histoire dans les littératures
africaines, 2014.
Anicet Etou Nianga, Papa Wemba, La voix de la musique
congolaise moderne, Contribution et odyssée, 2014.
Ali Mhoumadi (Nassurdine), Réception de Léopold Sédar Senghor.
Pour une approche sociologique des littératures africaines, 2014.










Ces derniers titres de la collection sont classés par ordre
chronologique en commençant par le plus récent.
La liste complète des parutions peut être consultée
sur le site www.harmattan.fr Dieudonné Mukundila KEMBO
Le pagne africain
et sa symbolique
Femmes et féminité
au travers de motifs
d’un objet majeur de la culture africaine
Préface du Professeur Masiala ma Solo





























© L’Harmattan, 2015

5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris

www.harmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04531-3
EAN : 9782343045313 À ma mère,
Elisabeth MBIYAVANGA (1937-2003),
je dédie cet ouvrage. Remerciements sincères
à l’Institut des Musées Nationaux du Congo,
à Vlisco Netherlands B.V.
et au Département d’Anthropologie de l’Université de
Kinshasa.
Préface
Celui qui préface une œuvre d’esprit atteste l’avoir lu le
premier, en dehors de son auteur. Il présente au public son
originalité, sa valeur intrinsèque et les perspectives qu’elle
ouvre, et la recommande enfin aux lecteurs qui la
prolongent et qui propagent son sens, sa signification. Le
Pagne africain et sa symbolique, tel est le titre que
Dieudonné Mukundila Kembo a choisi de donner à sa
construction devenue nôtre. Cet intitulé se trouve éclairé
par le sous-titre Femmes et féminité au travers de motifs
d’un objet social majeur de la culture africaine.

D’une lecture attrayante et parfois vertigineuse, l’ouvrage
rassemble et présente beaucoup d’images, d’idées, de
pensées et d’ouvertures. L’auteur a utilisé tous ses sens,
les résultats de ses nombreux voyages, ses lectures très
diversifiées, son imaginaire fertile pour décoder du fond
de la toile de multiples connexions entre l’être humain, au
esens de la lettre paulienne aux Thessaloniciens, 5
chapitre, versets 23 et 24 : l’Âme, le Corps et l’Esprit,
l’Environnement ainsi que le Cosmos dans leur diversité et
leur profondeur, rien, alors rien n’a été oublié ou ignoré.

Au travers de la mise en exergue de l’archétype féminin,
l’auteur s’est approché des psychologues de divers
horizons et hauteurs, en l’occurrence ceux de la trempe de
Carl Gustav Jung, Sigmund Freud et Mpiutu ne Mbodi
ainsi que de bien d’autres spécialistes qui étudient les
personnalités, notamment à partir des traits
morphologiques. Ils rapprochent la forme physique d’un
individu aux aspects cognitifs et conatifs. Exemple : « Il
11 est mince, donc fragile, intelligent (cérébral) mais de
tendance à l’isolement, à l’agressivité et à la nervosité. »
À partir du motif imprimé sur le pagne, le liputa,
Monseigneur Dieudonné Mukundila Kembo révèle et livre
au peuple, surtout africain, le contenu des symboles et non
les réalités représentées. Le lecteur trouve dans le titre et
dans le développement les merveilles que représentent la
découverte, la description et l’analyse portées sur les
motifs des pagnes africains. Dieudonné Mukundila Kembo
décrit les rythmes, les profondeurs, les beautés des motifs ;
il démontre, du début à la fin, la trilogie qui caractérise et
qui définit toute femme vivante, virtuelle ou réelle. Il
s’agit donc de la fertilité, de la fécondité et de la
reproduction.
En sourdine, l’auteur rappelle la fonction et le rôle de la
femme surtout africaine. Le pagne cesse de jouer
seulement le rôle d’habit, de vêtement pour couvrir le
corps. Il représente désormais la valeur sexuelle de la
femme, et par la femme, une valeur sociale inestimable
comme aussi, il offre plusieurs opportunités d’avancées
innovatrices aux sciences humaines (anthropologie,
philosophie, psychanalyse, sémantique, sémiologie,
communication et tant d’autres). La réalité pagne arrête
d’être uniquement l’apanage de l’espace africain. Car rien
ne saura enfermer le contenu et la force d’un
chefd’œuvre. Il perce les projections d’un monde globalisé et
unifié. Car l’auteur présente sa valeur africaine certes,
mais aussi universelle. La femme, de quelques
civilisations qu’elle soit, porte les mêmes caractéristiques.
De même, tout être humain créé par Dieu et habitant la
terre des couleurs, des symboles, des femmes et des
hommes, – philosophe, psychologue, théologien,
biologiste, sexologue, artiste, éducateur –, etc. trouve dans
cet ouvrage la magnifique signification et le sens que
12 Monseigneur Dieudonné Mukundila Kembo donne au
pagne et surtout à la femme aussi comme être avec tant de
fertilité, de fécondité que de reproduction.

Oui ! Maintenant nous voyons, nous sentons et percevons
le pagne comme des créations vivantes à travers leurs
motifs tels des « masques qui parlent ».
Enfin, merci à l’auteur que nous découvrons. Il nous
comble de considérations pour le choix porté sur notre
personne pour préfacer ce livre ; bravo à l’auteur pour sa
remarquable production. Nous souhaitons lire d’autres
livres d’une si grande valeur stylistique et d’une si
particulière profondeur thématique, pleine de coloris, de
mouvements, de diversités et de possibilités d’extension.

MASIALA ma SOLO,
Professeur à l’Université protestante du Congo
13
Avant-propos
Lorsque fin 2011, j’ai découvert les signes de
l’inconscient collectif féminin sur le pagne industriel
africain, je ne pouvais pas imaginer écrire un livre sur le
sujet et susciter, autour, un vif intérêt de recherche. Je
pensais rédiger juste un article ou donner une conférence
sur l’objet. Jour après jour, les traces indicielles de
l’inconscient collectif féminin, devenaient de plus en plus
visibles et son aura de plus en plus perceptible sur les
pagnes que je voyais. Il s’agit, pour serrer le sujet de plus
près, de l’inconscient sexuel collectif féminin.

Au fait, je me suis lancé dans une investigation difficile
car aucun pictogramme n’était dressé en vue d’un
quelconque guidage. Il fallait trouver des repères
d’orientation, non seulement pour avancer, mais plus
encore, pour ne pas s’égarer sur le chemin de retour dans
cette forêt dense et vierge en cas de sauve-qui-peut, car
personne n’y fut entré auparavant. La ronde des
bibliothèques, sans parler de la navigation internet, n’a
procuré que très peu de renseignements utiles parce que la
littérature sur ce thème est quasiment inexistante. Seul
l’enthousiasme m’aidait à braver le vide de la
documentation. La pertinence du thème soutenait ma
conviction à avancer dans l’investigation.
Chaque jour qui passait, mieux encore, chaque pagne qui
passait devant moi apportait les arguments probants à
l’exposé de l’opinion grâce à la clé constituée par la
trilogie fertilité, fécondité, reproduction et en même
temps, des branches corollaires s’apprêtèrent à compenser
15 le manque de documentation à l’avantage de
l’argumentaire. Une telle aventure nécessitait une sorte de
sécurité intellectuelle, en d’autres termes, une
confirmation de l’idée mère et une approbation de
l’intention aux moyens des disciplines artistiques,
littéraires et scientifiques apparentées. Une des
contributions qu’apporte cet ouvrage consiste justement à
avoir réussi à traiter sur un même plan et avec les mêmes
outils l’art et la science.
Au demeurant, l’esprit féminin enfoui dans le pagne,
devenait captivant et l’entreprise de plus en plus
passionnante, créant une grande exaltation. En plus, J’ai
découvert un véritable potentiel culturel à travers les
vagues et les vogues de pagnes. Enfin, le dévoilement de
l’inconscient sexuel collectif féminin qui couvre l’Afrique
comme l’atmosphère enveloppe la terre, ne donne-t-il pas,
par la revalorisation de la femme, de l’assurance de
vaincre et de la force pour combattre les mutilations
sexuelles en Afrique, de bannir la stigmatisation de la
femme parmi les extrémistes islamistes, d’éradiquer les
sévices meurtriers centrés sur les viols des femmes au
Kivu, et de lutter contre l’exclusion de cette femme qui
constituent des actes ignobles et criminels
d’autodestruction de l’humanité et de la civilisation
lesquelles représentent pourtant, les plus grands et les
meilleurs héritages de notre histoire commune ? Le pagne
et sa symbolique, Femmes et féminité au travers de motifs
d’un objet social majeur de la culture africaine offre
l’opportunité de revoir la femme et l’Afrique sous un
nouveau jour favorable, car le pagne est un étendard de
l’identité africaine et la femme, en est la porteuse.
Kinshasa, septembre 2012
16

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.