Le pari de l'habitat

De
Publié par

Un certain nombre d'obstacles empêchent encore nombre de personnes en situation de handicap d'aimer, de se déplacer, de travailler d'apprendre ou d'habiter là où elles le souhaiteraient. On observe depuis quelques années, le développement d'initiatives à la compréhension desquelles ce livre est consacré. L'analyse de leurs conditions de réalisation s'apparente plus à un "bricolage social local". Voici une réflexion pour accepter enfin la présence des personnes handicapées en tant que citoyens à part entière.
Publié le : dimanche 15 mai 2016
Lecture(s) : 17
EAN13 : 9782140009709
Nombre de pages : 142
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
JeanLuc Charlot
LE PARI DE L’HABITAT Vers une société plus inclusive avec et pour les personnes en situation de handicap ?
LE PARI DE LHABITAT
Jean-Luc CharlotLe pari de l’habitat Vers une société plus inclusive avec et pour les personnes en situation de handicap ?
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Pariswww.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08437-4 EAN : 9782343084374
A Serge Rousseau
Avant-propos
Une conception, une démarche, une conviction ne se choisissent jamais sur catalogue. Les hasards de l’entrée en scène décident à votre place. Ce que prétend Régis Debray à propos des démarches intellectuelles, je le reprends à mon compte pour expliquer, peut-être d’abord à moi-même, une manière d’agir, une façon de penser la place de la personne handicapée qui me tient toujours trente ans plus tard. Car la mienne, d’entrée en scène, date déjà de plusieurs décennies, plus de trois si je compte bien. Lors de mon premier métier (mais était-ce vraiment un métier ?) qui fut d’organiser des vacances pour des personnes désignées, étiquetées même, « handicapées mentales » et dans le huis clos feutré de certaines conversations, proclamées « débiles »…Nous étions au début des années quatre-vingts et des hommes et des femmes accomplissaient des activités productives, aux finalités parfois prétendument thérapeutiques, dans des établissements nommés Centre d’Aide par le Travail. Une certaine rigueur budgétaire (déjà) mettait à mal l’organisation de leurs vacances réalisées alors le plus souvent sous la forme de ce que l’on désignait par le terme de « transfert d’établissement ». Façon de signifier littéralement un déplacement dans un autre lieu (à la mer ou à la montagne) du « foyer » où ils étaient hébergés tout au long de l’année et ce, dans sa totalité : personnels, organisation, mais aussi valeurs et modèles de comportement. L’association où j’allais travailler pour la première fois avait décidé, sous l’impulsion de son délégué régional, lui-même ancien éducateur spécialisé, de leur proposer des séjours de vacances. Projet dont je me suis retrouvé avoir la
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.