Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 14,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
Valérie Harvey
L E P A R I IMPOSSIBLE DES JAPONAISES Enquête sur le désir d’enfant au Japon
ExStraiet dpe ltaepunblictatrioinon
Extrait de la publication
le pari impossible des japonaises
Extrait de la publication
Valérie Harvey
L E P A R I IMPOSSIBLE DES JAPONAISES Enquête sur le désir d’enfant au Japon
 septentrion
Pour effectuer une recherche libre par mot-clé à l’intérieur de cet ouvrage, rendez-vous sur notre site Internet au www.septentrion.qc.ca
Les éditions du Septentrion remercient le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour le soutien accordé à leur programme d’édition, ainsi que le gouvernement du Québec pour son Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres. Nous reconnaissons également l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Chargée de projet : Marie-Michèle Rheault
Révision : Fleur Neesham
Mise en pages et maquette de couverture : Pierre-Louis Cauchon
Photo de couverture : Akiko Yamada
Si vous désirez être tenu au courant des publications des ÉDITIONS DU SEPTENTRION vous pouvez nous écrire par courrier, par courriel à sept@septentrion.qc.ca, par télécopieur au 418 527-4978 ou consulter notre catalogue sur Internet : www.septentrion.qc.ca
© Les éditions du Septentrion 1300, av. Maguire Québec (Québec) G1T 1Z3 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2012 ISBN papier : 978-2-89448-704-4 ISBN PDF : 978-2-89664-717-0 ISBN EPUB : 978-2-89664-718-7
Diffusion au Canada : Diffusion Dimedia 539, boul. Lebeau Saint-Laurent (Québec) H4N 1S2
Ventes en Europe : Distribution du Nouveau Monde 30, rue Gay-Lussac 75005 Paris
Extrait de la publication
À Valérie Nous portons le même prénom Et partageons plusieurs passions Ta confiance en moi me pousse à continuer.
À Philippe Seule au Japon, j’ai réalisé Que, sans toi, je vivais à moitié. Car il me manque la sensibilité de ton regard
Lorsque c’est humain,je comprends toutes les langues.
Extrait de la publication
– Félix Leclerc
préface Quelques Japonaises m’ont confié…
amaeau cœur de ce livre est … Il est au L cœur des témoignages présentés ici, comme il est au cœur de la culture japonaise d’hier et d’aujourd’hui. Amae.De quoi s’agit-il ? C’est « un sentiment de dépendance, d’interdépendance… Il est le reflet de l’affection d’un petit enfant pour sa mère. Les attentes qui découlent de ce sentiment mêlé d’affec-tion et de dépendance subsistent tout au long de l’existence d’un Japonais. C’est le lien qui unit et 1 assure la cohésion de la société japonaise » . On comprend dès lors pourquoi les mères japo-naises préfèrent ne pas envoyer leur enfant à la garderie et choisissent plutôt d’interrompre leur travail, de briser leur cheminement de carrière (parfois à tout jamais), pour élever leur jeune enfant. Grâce à l’amae, on comprendra aussi cette nouvelle tendance : de plus en plus de jeunes Japonaises
1. HALL, Edward T. et Mildred Reed HALL,Comprendre les Japonais, Paris, Éditions du Seuil, 1994, page 81.
Extrait de la publication
10lepariimpossibledesjaponaises
décident de ne plus se marier afin de poursuivre leur carrière, question de profiter de davantage d’auto-nomie, de flexibilité, de mobilité et de reconnais-sance professionnelle. Quand j’ai choisi d’immigrer au Québec en 1983, il y avait dans mon pays d’origine, pour lequel je conserve toujours le plus grand respect et dont la tragédie du 11 mars 2011 m’a profondément touchée, très peu de mesures de conciliation travail-famille et de modalités de réinsertion des mères au sein du marché du travail après le congé de maternité. Écoutons les témoignages de ces Japonaises, trente ans plus tard, sur leurs hésitations, leurs choix, le difficile équilibre à construire et à main-tenir entre vie privée et vie professionnelle et les accommodements pas toujours raisonnables que cela demande en termes de conciliation travail-famille. Écoutons également comment Valérie tente d’interpréter le tout, avec un peu de distance, après avoir vécu à Kyoto… J’ai connu Valérie dans mes cours de japonais à l’Université du Québec à Montréal. J’ai remarqué tout de suite son immense intérêt pour la langue et la culture japonaises. Elle avait les yeux plein de curiosité et un grand sourire. Excellente étudiante, elle a suivi tous mes cours. Et elle a souvent amené ses amis à l’accompagner dans cet apprentissage, surtout des étudiants en informatique de l’Université de Sherbrooke. Elle avait le tour de transmettre sa passion du Japon ! L’un de ces étudiants est devenu