Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le Philosophe ignorant

De
160 pages
Voltaire est âgé de 72 ans en 1766 lorsque paraît Le Philosophe ignorant, malicieuse invitation à un voyage autour du monde de la philosophie.
Raillant Descartes, Spinoza et Leibniz - la volonté n'est pas plus libre qu'elle n'est bleue ou carrée, oppose-t-il au premier -, louant les analyses de Pierre Bayle et de John Locke, Voltaire critique avant tout l'esprit de système des philosophes, que guettent les travers de son Pangloss. Contrairement à eux, le philosophe ignorant qu'est Voltaire ne dissimule pas ses contradictions : oui, on peut être à la fois déiste et profondément sceptique ; oui, on peut soutenir que les principes de la morale, comme toutes les idées, s'acquièrent par les sens, et néanmoins affirmer qu'il existe une morale universelle et naturelle fondée en Dieu.
Car le philosophe ignorant ne cesse de rechercher la vérité. Tel est l'autoportrait que nous livre ici Voltaire.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le philosophe ignorant

de ActuaLitteChapitre

Le Spiritualisme, voilà la vérité

de bnf-collection-ebooks

Extrait de la publication
Extrait de la publication
Le philosophe ignorant
Extrait de la publication
Œuvres philosophiques de Voltaire dans la même collection Dictionnaire philosophique. Lettres philosophiques. Derniers écrits sur Dieu. Lettres philosophiques. Traité sur la tolérance.
Extrait de la publication
VOLTAIRE
Le philosophe ignorant
PRÉSENTATION NOTES GLOSSAIRE DOSSIER BIBLIOGRAPHIE par Véronique Le Ru
GFFlammarion
© Éditions Flammarion, Paris, 2009. ISBN : 9782081222908
P r é s e n t a t i o n
L’AUTOPORTRAIT EN PHILOSOPHE
DE VOLTAIRE IGNORANT
Voilà bien un titre provocateur :Le Philosophe ignorant, qui paraît en 1766, révèle toute la charge subversive que Voltaire entend donner à son essai. Le philosophe, n’estce pas traditionnellement le sage, celui qui est doté de sapience, c’estàdire de sagesse et de science ? En joignant au terme « philosophe » le qualificatif d’« ignorant », Voltaire s’insurge contre la manière de penser des philosophes prétendument savants, contre l’esprit de système de ceux qui s’arrogent le droit de résumer l’univers dans leur construction philosophique ou métaphysique. Voltaire ne condamne pas l’esprit philosophique, sans doute ce qu’il y a de plus précieux pour lui, mais les faiseurs de système et leurs sectateurs, les professeurs de philosophie. Il ne se moque pas de l’homme, il ne se moque pas de l’animal qui se nourrit de transcendentaux, il sait parfaitement qu’il appartient à cette espèce, mais il tourne en dérision les philosophes qui les mettent en système et qui s’en éprennent à tel point qu’ils le pensent comme la seule réalité qui vaille. Les philosophes à système et leurs sec tateurs, voilà la cible sur laquelle Voltaire tire à boulets rouges. L’essai de 1766 est une arme destinée à écraser l’infâme, décliné non pas dans la version triviale de la Extrait de la publication
8
L e p h i l o s o p h e i g n o r a n t
superstition religieuse et du fanatisme des prêtres, mais sous la forme instruite des systèmes philosophiques.Le Philosophe ignorantcombat l’intolérance des faiseurs et défenseurs des systèmes et le dogmatisme de ceux qui les professent. Sans doute la figure la plus emblématique du professeur qui ne pense plus par luimême mais seulement par le système qu’il a fait sien estelle celle de Pangloss, celui qui enseigne la « métaphysicothéologo 1 cosmolonigologie »… Nigologie : la science des nigauds enserrée en un système de métaphysique, de théo logie et de cosmologie. À la logorrhée de Pangloss, Voltaire oppose le rire, le rire de Démocrite. À la dif férence de ce dernier, Voltaire ne descend pas tous les jours au port d’Abdère pour rire des frénétiques acti vités des hommes, des choses graves et légères, de l’exer cice d’un métier, du désir de reconnaissance et de promotion sociale, des discours des orateurs donnés devant la foule, du mariage d’un tel, des mésaventures de tel autre, mais il écritLe Philosophe ignoranten confiant à chacun de ses doutes un éclat du rire du philosophe grec. Quand, à la demande des Abdéritains, inquiets pour la santé mentale du philosophe, Hippocrate rend visite à Démocrite, il le trouve assis à l’ombre d’un pla tane en train d’écrire un traité sur la folie. À la question du médecin : « pourquoi ristu ? », il répond : « je ris d’un unique objet, l’homme plein de déraison qui transgresse les lois de la vérité pour des biens dont nul en mourant ne demeure le maître ». Après quoi Hippocrate considé rera Démocrite comme l’homme le plus sain d’esprit et le plus sensé qui soit. Après avoir luLe Philosophe igno rant, on est conduit au même jugement. L’apparente contradiction du titre s’efface : seul un préjugé nous fai sait y voir un oxymore. Après avoir ri avec Voltaire de tous les systèmes, on comprend qu’il nous faut renouer
1.Candide ou l’optimisme, inRomans et contes, Paris, GF Flammarion, 1966, p.180, édition de René Pomeau. Extrait de la publication
P r é s e n t a t i o n
avec la racine grecque du mot « philosophe » : le philo sophe n’est pas celui qui est sage et savant mais celui qui aime la sagesse et la vérité et qui ne cesse de les recher cher, tout en sachant que sa quête n’aura pas de fin puisque la quête est la fin même de sa vie. Voltaire nous invite à mettre nos pas, comme il le fait luimême, dans ceux de Socrate pour qui le premier geste est de prendre conscience de son ignorance : on croyait savoir mais en réalité on ignorait qu’on ignorait. Quand on sait qu’on ignore, alors on peut commencer à philosopher, c’est pourquoi le philosophe doit être ignorant. DansLe Philosophe ignorant, Voltaire fait le point sur ses lectures philosophiques. Mais ce point est un coup de poing dans la figure des bâtisseurs de systèmes en papier, dans la figure des bâtisseurs d’univers en carton pâte. Au terme de ce voyage au bout de l’extravagance dogma tique, une chose est claire : on ne sait rien mais on le sait, et cela est le plus merveilleux aiguillon qui soit pour se mettre à la recherche de la vérité.
LE TESTAMENT PHILOSOPHIQUE DEVOLTAIRE : DUTRAITÉ DE MÉTAPHYSIQUEAUPHILOSOPHE IGNORANT, OU COMMENT BOUCLER LA BOUCLE
Trentedeux ans séparentLe Philosophe ignorant publié en 1766 duTraité de métaphysiqueque Voltaire a rédigé en 1734 et qui sera publié dans l’édition posthume desŒuvres complètesde Kehl (17851789). En 1734, Voltaire a 40 ans, il vient de rencontrer GabrielleÉmilie de Breteuil, marquise du Châtelet, avec qui il vivra à Cirey jusqu’à la mort de la marquise en 1749. Il lui dédi cace ainsi son traité : L’auteur de la métaphysique Que l’on apporte à vos genoux Mérita d’être cuit dans la place publique, Extrait de la publication
9